Passé à côté d’un drame ?

Le drame n’a pas eu lieu, mais c’est grâce à une fée qui ne s’appelle pas Carayon.

Il livre au journaliste de la dépêche un entretien qui laisse pantois devant le culot d’un maire qui essaie, avec sa verve qui n’a d’égale que sa mauvaise foi, de se dédouaner de ce qui reste un accident qui n’aurait jamais dû avoir lieu.

Il a alerté dès cet été le conseil départemental (il me semble que le conseiller adjoint à Lavaur Dalla Riva y siège) pour envisager des améliorations ! Balivernes, qu’il le prouve dans un souci de transparence !

Je rêve « envisager des améliorations » dit-il ! Voilà bien de la dialectique qui ne mène à aucune action sauf à peindre en vert une demie piste cyclable !

Il nous rappelle que… « le collège est du ressort du département et que nous sommes sur une route départementale ».

Je lui rappelle que la sécurité sur les routes départementales est de sa compétence !

Alors pas la peine de passer la patate chaude à d’autres, il est responsable !

Et ce ne sont pas 40 ralentisseurs en 5 ans qui ont empêché l’accident (le chiffre de 40 est de source Carayon et resterait, s’il présentait un intérêt, à vérifier !), c’est bien lui qui manque de visibilité et ce sont bien ses propos qui ne sont que démagogie.

Mais si, comme il le dit (démagogie ), que la sécurité n’a pas de prix comme la santé, je suis fort déçu qu’il n’ait pas mis les moyens pour éviter les accidents par manque de visibilité des conducteurs, étroitesse des voies, stationnements sauvages, etc.

Maintenant, je pardonne bien volontiers à l’opposition qui a sans doute été fort surprise de constater que Carayon organisait une réunion de travail, de concertation avec pour support une vidéo que seule l’intelligence de la loi tolère. Le manque d’habitude conduit parfois à des excès procéduriers dont on se doute de la vacuité.

Il ne s’agit pas comme le dit Carayon de continuer à améliorer, il faut plus prosaïquement mettre en place des dispositifs de sécurité, mener de vrais travaux avec une célérité exemplaire. Cela est possible, compte tenu de l’urgence, de recourir aux procédures exceptionnelles des marchés publics en s’affranchissant des règles habituelles des appels d’offre (c’est prévu au code des marchés publics). Un moyen, le seul pour répondre à l’angoisse des parentes qui ont mené une action dans le respect et la mesure. Les travaux auraient d’ailleurs dû être commencés, ce qui aurait été plus efficace que ces entretiens journalistiques pour justifier l’injustifiable !

Parce que, brandir l’excuse des procédures administratives pour reporter les travaux, serait une bien dangereuse méthode pour nos collégiens, dangereuse voire mortelle.

clown2Il nous parle en conclusion de plan global… il a demandé à ses services d’analyser les conditions de sécurité… le sujet est traité depuis des années… mais alors l’alternative est limpide : ou bien ils sont sots et/ou incompétents… ou bien il nous prend pour des imbéciles car de mémoire, rien dans le PLU, qu’il a enfoui sous des tonnes de poussières, ne traite de ces sujets… Et il est patent que tout cela n’a pas permis d’éviter l’accident. Et maintenant, par je ne sais quel miracle, des solutions se dessinent ! Pff… tout cela n’est que billevesée, sornette et faribole.

Manipulation et démagogie, c’est cela aujourd’hui la réponse de Carayon aux dangers qu’affrontent nos enfants et aux parentes dans une anxiété journalière.

Plan local d’urbanisme de Lavaur

Pas la dernière, mais pas loin, la commune de Lavaur a mis à l’enquête publique son projet de plan local d’urbanisme – PLU.

zonage_arreteEnfant du Scot du Vaurais, il a été repoussé pour cause de médiocrité. Il fallait s’attendre à un petit nouveau peaufiné au delà de l’imaginable compte tenu du temps de gestation.

Il n’en est rien, les mêmes ingrédients en ont fait un document d’une indigence indescriptible.

Pas de mise en perspective sincère, des chiffres gonflés à souhait pour justifier des développements fonciers fantaisistes, c’est le bal du n’importe quoi que porte la mairie.

J’imagine qu’elle en a honte puisqu’elle n’a pas osé rendre public sur son site le rapport de présentation de ce PLU, c’est une pièce maitresse qui n’est consultable qu’en mairie… plus de 200 pages à étudier sur place !

Bien sûr des esprits chagrins diront là qu’il y a un vice de forme, mais ce n’est pas le plus important, il y a le manque de définition du projet, le défaut de liens entre les différents documents.

De façon partisane, l’extension sur la route de Gaillac de la zone à urbaniser avec le projet d’un déménagement d’un supermarché et de commerces périphériques, n’est pas justifié tant du point de vue infrastructures, que techniques (quid du maillage des réseaux), de l’équilibrage avec les commerces du centre ville qui sont en train de dépérir, de la zone de Sagnes qui va perdre un de ses pôles d’attraction.

Les prévisions du développement démographique sont largement sur évaluées et conduisent à des projections urbanistiques stupides.

Pas de plan de circulation…

Pas de projet de circulation des personnes en situation de handicap.

Les vauréens âgés pourront sans doute toujours bénéficier des repas gratuits et animations annuelles, mais quid de leur accueil de leur suivi journalier, pas de chiffrage pas de projet.

Les logements sociaux ne sont pas assez nombreux et si légalement il ne peut-être opposé le chiffre de 20 %, il doit être pris en compte humainement ce chiffre, d’autant que la demande existe. mais construire des logements sociaux près de la voie SNCF, près de la prison est-ce le meilleur choix ? Pourquoi ghettoïser la faiblesse financière de certains ?

Rien non plus sur l’autoroute de Toulouse à Castres qui devrait décongestionner le centre de Lavaur (non, cette ineptie n’est pas de moi !), rien non plus sur les effets du rapport Spinetta quant à la ligne de chemin de fer (elle devrait disparaître).

Enfin rien sur rien… sur le devenir de la commune, un demain incertain remis au hasard…

C’est la négation du fondement même du PLU : le vivre ensemble harmonieusement dans un cadre environnemental protégé.

Parce que l’on ne peut se plaindre si on reste passif, parce que c’est le moment de réagir,

un collectif citoyen invite tous les citoyens à débattre sur le Plan Local d’Urbanisme :

«Et Pourquoi Pas»,

Génération. s Pays de Cocagne,

Europe Écologie les Verts Lavaur-Graulhet-Saint Sulpice

sera à votre écoute pour un débat ouvert et la définition d’actions

vendredi 14 décembre, à 20 h 30,

3 bis rue Jouxaigues à Lavaur