Il a dit sécurité ? Lisez contraventions !

amende

Il ne se passe pas un conseil qui ne vante les mérites des dispositions sécuritaires prises par le maire, avec dans le fatras des mesures bien évidemment les caméras… les conventions habituelles et obligées avec les autorités administratives… plus récemment une fourrière !

Il ne se passe pas un numéro du « mag » et de ses hors série sans que ne soit relatées ces vertueuses mesures !

Mais à quoi tient la sécurité quand les stationnements se font au droit et au plus près des passages pour piétons dans les ronds points, quand les ralentisseurs sont des obstacles dangereux…

Cela tient sans doute à une augmentation faramineuse d’un poste de recettes,

et devinez lequel ?

LES AMENDES : 50 % d’augmentation en une année !

La sécurité, pour Carayon ce sont les amendes !

C’est très bien d’être mauvais !

J’ai donc poursuivi la lecture du livre d’images du maire et je reste bloqué dès la page 4 par l’encart au-dessus de la pub pour « Art &Caractère », juste en-dessous du cofinancement de la patinoire.

En effet sans le moindre état d’âme Carayon nous fait croire que Lavaur est TRÈS BIEN CLASSÉE dans le Tarn … Bla, bal, bla. Et il précise que Lavaur est classée 17 900ème sur 32 974 communes.

aneDonc Lavaur est en-dessous de la moyenne (16 487). Pour reprendre les comparaisons chères au maire, pas pour lui plaire juste pour aider à sa compréhension, c’est comme si, dans votre foyer, votre enfant venait vous claironner, fier, qu’il était très bien classé… en-dessous de la moyenne. Pas sûr que vous ayez la même fierté. A chacun ses valeurs, les miennes ne peuvent être celles de Carayon.

Il faut aussi dénoncer cet usage des titres pour annoncer une new fausse et ne même pas se soucier de la contradiction de la démonstration.

A peine plus étonnant la source de Carayon. J’ai vérifié les chiffres sont exacts, mais j’ai vérifié auprès de l’INSEE, je vous répète que je n’ai pas les mêmes valeurs que Carayon qui lui les tire du… Figaro, une presse dans les mains de Serge Dassault, politiquement marquée à droite. On aimerait un peu plus d’objectivité dans les références.

Pourquoi le faire ?

L’opposition de gauche et du centre, telle que l’a défini Julien Soubiran, conseiller d’opposition assidu, n’a pas adressé sa « tribune » pour le dernier livre d’images à la gloire du maire.

Le maire y voit un « supplémentaire de désintérêt pour notre ville et ses électeurs « !

Il est un peu myope ce maire, ou il ne sait pas lire les signes. Dans l’avant dernier livre d’images à sa gloire, « Croire en Lavaur » s’était exprimé. Et curieusement la tribune du maire reprenait point par point les propos en apportant une contradiction pour le moins spécieuse à mon avis.

Alors que l’opposition ne soumette pas de texte qui serait forcément lu avant publication sans pouvoir avoir un droit de réponse parait être le signe d’une rébellion contre les process du maire plus qu’un signe de désintérêt.

Une rébellion contre les process ? Le silence ne suffit pas pour marquer son opposition car alors, tous ces conseillers silencieux lors de conseils municipaux pourraient être assimilés à des contestataires.

Alors reste l’absence, ou d’autres moyens qui sont peut-être en cours d’élaboration, je veux y croire, mais je ne suis pas dans le secret de l’opposition car la gauche molle et le centre (droit) sont loin de mes valeurs de gauche.

Et enfin cautionner les propos inexacts du maire, ce n’est sans doute pas la tasse de thé de l’opposition quand la réalité n’a plus rien à voir avec ses écrits et déclarations.

Ce n’est pas le temps de la contradiction, sans doute. Aussi je m’en abstiens, c’est le temps d’exprimer la vérité, de mettre le doigt sur les dérives, les quiproquos et sur les excès, cela est du rôle de tous les citoyens, j’en suis et je le fais.

patinoireEn fait de quiproquo… Cette patinoire « COFINANCEE » par la mairie ? Curieuse expression pour un « cofinancement » obscur, à l’insu du plein gré du conseil municipal, appelé par d’autres subvention (aussi à l’insu du plein gré des conseillers de la majorité et de l’opposition) qui permet finalement au CEV de retomber sur ses pattes.

Que cette attraction ait fait de nombreux heureux, je n’en doute pas un seul instant, ce serait bien de dire combien et aussi d’où ils viennent car c’est bien Lavaur qui a payé une partie de l’animation et comme un stand alimentaire « churros » faisait partie de la « fête », il est peu probable que les retombées financières aient été au rendez-vous.

Et comme il y a cofinancement ou subvention, rien de plus transparent que de donner le bilan financier…

La LOI selon Carayon

jupiterrrr2Notre bon Jupiter marque avec une imagination d’une rare prolixité la loi et les règlements.

Il invente tout simplement.

Et pour donner force à ces dérives d’interprétation réglementaire il publie sur son site internet, pour une fois à jour, mais finalement avec des fake news. Ainsi je lis sur le site officiel de la ville de Lavaur à la rubrique « actualités » :

FOURRI7RE

Un élu n’a pas cette compétence réservée à :

qui fourr

Ben oui, quoi, quand même ! Le maire oui, les adjoints aussi mais seulement eux, pas tous les élus !

Et puis dans la dérive, les motifs de mise en fourrière font sourire…

cas lava

Oui, vous lisez bien : dépassement de la vitesse autorisée de 50 km/h et plus…

Donc il prévoit des dépassements de 50km/h et plus… Qui roulerait à 100 km/h dans Lavaur ? Ou plus qu’il dit ! Vous imaginez l’état de vos suspensions ! Et vous imaginez un élu courant derrière votre véhicule lancé à 100km/h… moi, oui et je rigole bien !

Notez qu’à 99 km/h votre véhicule ne sera pas mis en fourrière par le maire ou… un élu !

Non, d’ailleurs on voit mal comment pourrait être mise en place et exécutée cette mise en fourrière d’un véhicule qui roule (excessivement vite) !

En vrai, les cas sont limitativement énumérés par les textes :

Cas mise en fourr

Mais aussi :autre cas

Plutôt que de mener une campagne d’information et de sensibilisation, Carayon réprime et au-delà de ce qui est prévu par la loi.

Remarquez qu’il peut se montrer pédagogue au hasard de ses réglementations et sans doute à l’insu de son plein gré, puisque  » Répéter c’est enseigner » :

« Pour entrave à la circulation, stationnement gênant ou très gênant, abusif ou dangereux, défaut de présentation aux contrôles techniques, dépassement de la vitesse autorisée de 50Km/h et plus, ou encore stationnement abusif. »

Ouf rien n’est prévu pour le stationnement très abusif, voire très très abusif ! Ou encore très dangereux !

On en parle quand, des subventions ?

La générosité de Lavaur pour ses associations n’est jamais prise en défaut, loin s’en faut !

Et il ne faudrait pas penser que la décision du budget primitif est exhaustive de ce qui sera « distribué » tout le long de l’année.

Chacun se souvient de la « prestation » de P.Sébastien qui aurait rassemblé 7 000 spectateurs venus de tous horizons et qui a coûté 30 000 € à Lavaur !

2018 ne verra pas son retour, mais rien ne permet de penser que la nouvelle « vedette » choisie sera moins chère à défaut d’être plus conforme à ce que l’on peut espérer d’une manifestation ouverte à tous.

Le débat d’orientation doit préciser les contours de ces affectations de subventions.
Ce ne peut être le fait du « prince » ou de ses « portes-flingues ». Il faut des règles et que ces règles soient connues et affichées.

magie globaleLe budget de la commune n’est pas une cassette dont dispose une personne selon son bon vouloir.

J.P Bonhomme, l’ex adjoint aux finances de Lavaur, parlait il y a peu dans une réunion de la CCTA, qu’il était soucieux « de la transparence ET SURTOUT de l’intérêt général ». A ne pas douter, il a copié-collé les process de Lavaur pour les exporter dans sa communauté de communes !

Ce qui revient à dire qu’ici et là, la transparence c’est juste un mot, tout au plus un concept mais qui ne recouvre aucune réalité.

L’utilisation d’une subvention m’interpelle par son montant et par sa régularité à être servie… :

A quoi servent les 41 000€ versés à l’association « amicale du personnel communal » ? C’est la plus forte subvention…

Et puis cette subvention versée depuis des années est-elle gérée et attribuée selon le règles :

« Les subventions dont le montant annuel en numéraire dépasse la somme de 23000 euros prévue par le décret n°2001-495 du 6 juin 2001, donnent lieu de manière obligatoire à la conclusion d’une convention précisant les objet, durée, montant, modalités de versement et conditions d’utilisation de la subvention.Afin d’apporter une visibilité pluriannuelle aux structures associatives et ne pas entraîner l’interruption de missions qui relèvent de l’intérêt général, il est souhaitable de privilégier le recours à la convention d’objectifs pour une durée de quatre ans. »

Et aussi, cette association a-t-elle vocation à recevoir des subventions (intérêt général, loi 1901).

Voilà de bien importantes questions que l’opposition pourrait poser, notre député pourrait s’inquiéter également, lui qui est conseiller d’opposition !!!

 

Après la vidéo Cacacanin, la fourrière…

Passé inaperçue, une disposition routière prise par la communauté de communes du Tarn Agout (sous la présidence de Bonhomme, l’ancien 1er adjoint du maire de Lavaur, chargé des finances – certain dira de la dette abyssale), mais qui vaut une large publicité.

Tenez bien vos chiens en laisse et ramassez soigneusement leurs déjections (ce qui est normal et civique) mais aussi dans ce même esprit de bonne citoyenneté, pensez à bien vous garer.

Pas d’information digne de ce nom, pas de période de mise en garde, non dès janvier (on y est) c’est la répression :

fourrière

Le site de la CCTA précise :

« Les villes de Lavaur et St-Sulpice-la-Pointe, confrontées régulièrement à des problématiques de véhicules  » ventouses  » et de stationnement gênant, ont sollicité la création d’une fourrière. »

(pour Lavaur le maire n’a pas tenu informé le CM, certes le pouvoir de police est discrétionnaire mais quand on parle de transparence on ne fait pas dans l’obscurité.) …

La CCTA a donc procédé à une mise en concurrence.
C’est le garage Gomez à St-Sulpice-la-Pointe, seul candidat, qui a été retenu comme délégataire pour la gestion de la fourrière.

Comment çà marche ?

  • Suite à une infraction au code de la route (exemple : stationnement sur un emplacement réservé aux personnes à mobilité réduite),
  • ou à un arrêté municipal (exemple : interdiction de stationner les jours de marché)
  • où à un constat de la police municipale ou de la gendarmerie (exemple : stationnement abusif), la procédure d’enlèvement est enclenchée et sera effectuée par le garage Gomez.

Son coût ?

Les coûts de l’enlèvement et du gardiennage du véhicule sont fixés par arrêté ministériel et devront être réglés par le propriétaire avant la restitution du véhicule. »

il s'agit d'un copier-coller du texte du site de la CCTA
La rédaction de "vigilancevaureenne" dégage sa responsabilité
quant à l'orthographe approximative du texte...

Vous avez remarqué que la CCTA reste très discrète quant à la procédure réglementaire et quant aux tarifs.

C’est la loi du genre dans la communauté de commune…

Ce n’est pas une raison pour ignorer. Aussi, je vous invite à suivre ce lien qui vous dit tout : http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/24602-tarifs-fourriere-2018

Le texte qui fixe le tarif maxima est ici : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2017/8/10/ECOC1721166A/jo/texte

Un tableau récapitulatif y figure :

tarif fourriere

fourriere

OYEZ citoyens de LAVAUR, Une petite idée de ce que votre incivisme vous coûtera ?

idée prune

puis 6,23 € par jour supplémentaire…

2018 ?

L’année de la répression.

Meilleurs vœux à tous et toutes !

OLD NEWS…

C’est meilleur quand c’est réchauffé !

Et puis cela permet de ne pas oublier.

La news de ce jour? : les procès intentés par Carayon pour diffamation, une Old News s’il en est.

Cette Old News en vieillissant ne s’est pas enrichie de son devenir, après un échec en première instance puis en appel, Carayon a été débouté en cassation.

On voudrait annoncé en Breaking News que Carayon a remboursé, hélas, il n’en est rien…

Il n’a même pas informé le conseil municipal… en séance publique pourtant il avait claironné la mise en examen des prétendus diffamateurs en séance publique…

fanto cara1Comme quoi, la transparence qu’il avait promis était bien une Fake News !

Une de plus, inévitablement dans le concept de fausse nouvelle, de fausse annonce, le maire ne se sent pas concerné.

Il manie avec dextérité les effets d’annonce propices à ses ambitions, et ses échecs répétés justifient son entêtement à dire et ne pas faire.

Alors souvenons-nous de toutes ces choses qui sont restées pendantes et qui sont la réputation de cet édile, ces procès ne sont qu’un aspect qu’il ne faut gommer.

Les vœux de 2018 font la part belle à la langue de bois et il est pitoyable qu’aucun nouveau projet digne de ce nom soit proposé. Il va gérer les affaires courantes, terminer à force d’emprunts ce qui est commencé depuis des lustres et tenter de redorer son blason un rien terni lors des dernières (et avant dernières) législatives.

Aussi il est important de redire les choses, ces choses qui mettent l’élu en difficulté quand on les rapproche de ses promesses.