Effet GODILLOT

L’effet godillot ou le syndrome du mouton est marqué dans notre nouvelle législature !

C’est un effet qui fait voter les députés LREM en masse lors de scrutins solennels et qui les fait déserter l’hémicycle pour les scrutins ordinaires, quand bien même ces scrutins ont lieu le même jour !

Un recensement depuis le début de la législature en témoigne, finalement les députés ne sont payés que pour voter les textes déterminants mais s’exonèrent des votes sur les amendements, c’est cela le dialogue à la mode Macron !

effet godillot

Tout rapprochement avec la gestion Carayon serait de fort bon aloi, ce qui me renforce dans l’idée que pour notre circonscription le choix du second tour n’était pas un choix mais un suicide !

 

Quand le mensonge est indécent !

pinca2Rien n’arrête notre Jupiter, malgré sa défaite – cuisante – il arrive envers et contre toute sincérité à la transformer en victoire.

Il assène un 60% de voix (à Lavaur) sans sourciller !

Mais chacun sait que le pourcentage n’a de valeur, ne représente quelque chose que pour autant il se rapporte à une donnée incontestable.

Et les chiffres exacts ?

  • Il a recueilli en 2017 : 2450 voix à Lavaur !

  • En 2012 il en avait recueilli : 2797 !

  • Donc il a perdu 347 voix, le reste c’est du Carayon dans toute sa splendeur…

Ce serait juste politique et on pardonnerait bien volontiers, s’il ne se servait de son « Mag Lavaur » pour asséner ce mensonge, faisant ainsi passer une régression pour une progression aux yeux de tous ceux qui n’auront le temps de vérifier.

Pitoyable, mais son électorat, qui se réduit, saura s’en souvenir et, à occasion il ne sera pas inutile de rappeler les vrais chiffres…

… je m’y engage !

Toutefois il convient de tirer les conclusions de sa tribune libre :

Il nous écrit : « vous avez été 60% (encore plus qu’en 2012 : 55%) à voter pour votre maire aux élections législatives, dans un contexte de brouillard politique sans précédent. Un signe de confiance et d’amitié pour lequel notre équipe vous est très reconnaissante, même si cela n’a pas été suffisant pour gagner ! »

Déjà cela jette un éclairage particulier sur les notions comptables de Carayon et explique pourquoi quand la dette augmente, il dit, écrit qu’elle baisse ;  en effet il estime que 2450 voix c’est plus que 2797 !

Ensuite il est bien imprudent d’en déduire des signes de confiance et d’amitié, bon là j’avoue que je suis surpris de l’affect qu’il met dans nos votes, en effet je n’imagine pas un seul instant voter pour lui pourtant je n’ai envers lui aucune inimitié, haine ou quelque sentiment que ce soit ! Il est un politique avec un programme pour moi détestable, mais c’est son programme qui est détestable et ses attitudes ; juste cela, mais tout cela qui justifie qu’aucune confiance ne peut lui être accordée, ce qui est bien traduit pas les résultats véritables : –  347 voix à Lavaur !

NON CARAYON, le peuple n’a plus confiance, le citoyen se détourne de toi malgré les gratuits et autres péripéties fumeuses.

 

Mensonges éhontés !

pinca2Malgré les preuves tangibles, Carayon continue ce qui n’est plus un mensonge politique, mais plus basiquement un mensonge, des mensonges.

Serait-il républicain de gagner une élection sur des mensonges.

Je ne défends ABSOLUMENT pas Jean Terlier (il n’a d’ailleurs pas besoin de moi !), mais je suis un socialiste, et je suis profondément attaché à l’expression de la vérité. Hors Carayon, vous, nous ment :

  • OUI Terlier s’est prononcé pour l’autoroute (à mon plus grand regret car l’égalité des territoires n’est pas réalisée entre Albi et Castres), dire le contraire n’est pas une erreur c’est un mensonge patent (voir les PV du CM)
  • NON Terlier ne s’est pas opposé au déploiement de la vidéo protection, il a simplement demandé que soient établies des pauses utiles à l’estimation de la pertinence de cet équipement, le mensonge est là aussi prouvable dans les PV du CM.

Nulle convention n’est plus forte que la loi, et si un engagement de suivisme avait été signé par Terlier, il ne s’agit que d’un engagement moral lié à la définition d’une politique, si la politique change, le député reste en tout état de cause seul maître de son vote ; et je suppute bien de frondeurs en devenir dans les rangs des macronistes .

Mais ce n’est pas le sujet, Lavaur n’est pas le sujet non plus, le sujet est la troisième circonscription  du Tarn et le choix pitoyable

entre un candidat de droite qui ment et

un candidat de droite  qui est sincère.

Je suis de gauche et je voterai « blanc » mais sans asseoir mon vote sur des mensonges ou de la manipulation.

Quant au positionnement de Lavaur faut-il rappeler que

 » À Lavaur, le taux de chômage représente 13% des actifs de 15 à 64 ans. La part des personnes à la recherche d’un emploi s’avère supérieure de 2,3 points dans cette commune que sur l’ensemble du pays. La population de Lavaur est faite à 28% de professions intermédiaires ainsi que d’employés (28%). Les ouvriers représentent d’autre part 23% de la population. Le revenu moyen par an déclaré à l’administration fiscale par les contribuables de Lavaur se monte à 22 552 euros. Sur les 6 263 foyers fiscaux de cette commune, 39% payent l’impôt sur le revenu, c’est-à-dire moins que sur le reste de l’Hexagone (61% des foyers).

Merci Carayon pour ces années de dettes mais de fêtes, merci Carayon pour cet incessant ballet de faire valoir (handicapés, pistes cyclables, gestion lamentable des problème de l’hôpital, mépris des opposants mais aussi de ses partisans, etc.), merci Carayon pour cet opportunisme politique qui le fait errer de Sarko à Juppé pour se rallier finalement à sa famille en mal de légitimité.

OUI, Carayon est libre mais pas de mentir, car le mensonge est une prison !

Pour ce qui est de l’augmentation de 20 % de la CSG, ne nous laissons pas abuser, les vrais chiffres, bien en deçà -1,7 % – et les modalités sont sur ce site :

http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/61901-macron-et-csg-la-future-hausse-de-la-csg

Pour en finir avec ce tract qui tient plus du torchon que de la profession de foi, relevons que ce que Carayon appelle « être placé largement en tête » c’est juste recueillir  23,20 % de voix des inscrits à Lavaur, pas de quoi pavoiser !

Mais ce qui justifie cet appel désespéré ! Et de se réunir sous l’emblème du parti socialiste : Jean Jaurès ! Même pas honte !

Je vous ai dit ? je vote BLANC !

Mémoire courte

lindagourprtourLa candidature de Linda Gourjade fait couler beaucoup d’encre, une encre pas très sympathique pour écrire une page de la vie du PS entachée d’oubli. Ainsi il est reproché à la candidate investie par le PS de ne pas avoir sollicité le vote des militants…

Intéressant de mener l’enquête sur cette polémique car la « concurrente » investie par une vingtaine de militants s’épanche dans les journaux de sa mise à l’écart.

Statutairement les règles sont respectées et l’intérêt du parti est plus important qu’une désignation vouée à l’échec. Une députée sortante parfaitement en phase avec son électorat a une chance de réussite plus grande qu’une inconnue. Et puis est-ce le moment pour distiller son venin, sa rancœur ? Est-ce vraiment une méthode pour faire gagner la gauche ? C’est un enfantillage, c’est se tirer une balle dans le pied, surtout quand la seule activité politique est de dénigrer la candidate et c’est jeter la confusion que d’utiliser les médias pour se « venger ». Tout chose étant égale par ailleurs, son appel à ses soutiens, reste son appel et ses soutiens sont des hommes et des femmes libres !

D’autant que cette inconnue, Lysiane Louis, n’a finalement pas une grande conviction quant à son appartenance au PS !

Contrairement à ce que pense Carayon, être présent sur les réseaux sociaux, ce n’est pas être absent de la vie citadine ; être rapporteur sur un site, un blog, nécessite évidemment de savoir, de voir et de vérifier !

Alors j’ai été voir, j’ai vu et je vous dis…

A l’appel de LREM (Macron) une réunion sur le parvis de la mairie de Lavaur a eu lieu avant les investitures de ce « mouvement ». Il y avait bien naturellement des militants du mouvement (15) et… des militants du PS (15 ?), dont la présence bien surprenante de Lysiane Louis qui a applaudit avec fougue et enthousiasme à l’intervention du militant LREM… mais aussi l’intervention qui a suivi d’un militant du PS de la section de Lavaur ! J’y étais ? Bien sûr sinon comment rapporter fidèlement ce qui se passe, mais je n’ai pas applaudi, être là pour témoigner fait partie de l’éthique de ceux qui contestent.

Alors oui, L.Gourjade est une députée frondeuse, mais ce n’est pas une députée godillot, oui elle a défendu son mandat en s’opposant à une politique qui a été contestée jusque dans la rue, mais  elle n’a pas retourné sa veste quand Macron est devenu l’opportunité d’un mandat.

Aussi je le dis sans haine mais avec conviction, pour faire gagner son camp, on ne met pas le feu à la demeure. Aussi Louis serait mieux inspirée de soutenir la candidate plutôt que de faire le lit de Carayon ou de Terlier !

Pas seul à le dire

Il avait voté aux présidentielles Mélenchon, un choix citoyen, un choix de conviction.

J’avais voté Hamon, un choix citoyen, un choix de conviction.

Nous avons eu Macron, terrible punition pour n’avoir pas su s’allier !

Je choisirai au premier tour des législatives un candidat qui rassemble, qui a le charisme et la volonté de servir son pays, notre pays et notre région. Ce que les partis ne savent pas faire, il le fera : nous rassembler autour d’un vrai projet.

lindagourjadeNous avons choisi, tous les deux, Linda Gourjade, lui en s’engageant à ses côtés, en qualité de suppléant, dans un combat difficile, moi en dénonçant, à mon niveau, avec mes moyens, les mensonges, les trahisons des uns et des autres et aussi les objectifs suicidaires pour la population de certains. Bien sûr avec autant de candidats, bien sûr avec des programmes souvent bien comparables, le choix pourrait se porter vers telle ou telle autre candidature, mais l’objectif, le mien est de donner au parlement une majorité de contestation, une majorité garde-fous, une majorité qui ne brade pas les acquis des luttes de nos aînés.

Je ne me macroniserai pas, car il n’y a rien de social dans son programme : supprimer des emplois publics, perpétrer une aggravation de la loi El Khomri, se livrer poings liés à l’entreprise, au capital. Voter pour les candidats de REM, c’est aussi accepter que les collectivités locales voient leurs ressources se tarir ce qui les privera de leur libre arbitre en termes d’aménagement et de choix d’actions  (80% de la taxe d’habitation pour Macron, mais Carayon est prêt à aller jusqu’à une exonération totale). Je ne serai pas l’esclave qui vote pour le fouet, pas la dinde qui s’amourache de Noël, pas le condamné qui pardonne à son bourreau. Je serai celui qui est fidèle à ses convictions, je ne veux donner pas une majorité à Macron, je souhaite une majorité de gauche.

Ce n’est pas un vote utile, c’est bien un vote de conviction pour une candidate qui se place dans la ligne de Benoît Hamon avec la force de son expérience parlementaire. Elle a prouvé tout au long de son mandat sa capacité à résister aux pressions, elle a su se démarquer pour respecter ses engagements de campagne, quitte à se marginaliser au sein même de son parti. Elle a l’ambition du rassemblement pour aller de l’avant.

ET puis, et c’est remarquable, par les tracts qui courent, sa lettre de rassemblement est terriblement séduisante de cohésion, de construction. Relisons-la :

  • Pour une VI république qui donne le pouvoir aux citoyens,

  • Augmenter le pouvoir d’achat,

  • maintien des services publics,

  • donner à nos enfants l’assurance de vivre mieux que nous,

  • mettre la démocratie au cœur de l’Europe,

  • créer des emplois en encourageant l’innovation et l’entrepreneuriat,

  • la culture par tous, pour tous,

  • accompagner la transition agricole.

Son mandat, elle l’a mené avec une grande honnêteté, une présence à l’Assemblée Nationale qui l’a sans doute empêchée d’être toujours dans sa circonscription, mais malgré tout d’être souvent parmi nous.

Et je voudrais faire une remarque d’importance, dans sa lettre pas un mot d’insulte, pas de dénigrement envers qui que ce soit, juste des mots d’apaisement, de rassemblement ; pas d’ambitions démesurées, simplement une volonté affirmée de se battre pour nous, au nom du plus grand nombre au delà des luttes fratricides des partis tout en gardant son identité socialiste, proche de Hamon.

Le poids des exemples…

star handi painIl nous dit, le maire qui voudrait bien redevenir député, qu’il a Lavaur dans son cœur, qu’il n’a pour engagement que celui de nous défendre. Nous voudrions bien le croire…

Mais par exemple, il nous a vendu son dévouement pour les personnes handicapées, il a même pour appuyer sa promesse désigné un conseiller chargé de ce problème !

De fait, il n’ y a rien de sérieusement réalisé, les emplacements handicapés ne sont, pour la plupart, pas aux normes et, qui plus est, ils ne sont pas intégrés dans un parcours citoyen. Je ne parle même pas de ces emplacements qui ne sont pas disponibles les jours où ils sont le plus utiles : les jours de marché. Ceci pour montrer que, au delà des mots, la politique de Carayon c’est au mieux le vide sidéral et au pire – oui, il y a un pire – ce sont que mensonges politiques. Et le problème devient général car qui ment un jour, ment toujours.

Certes, il parle bien des sujets d’actualité et se positionne crânement dans la lignée de son parti les LR avec quelques clins d’œil vers le Fhaine, mais aujourd’hui que le vent tourne et que sa famille politique se lie avec un mouvement qui a commencé par de terribles gesticulations et qui maintenant s’organise avec discrétion… secret, voilà notre bon Carayon bien désorienté. A vouloir être dans le vent, son ambition est celle d’une feuille morte (G.Thibon) qui va s’échouer sur le parvis d’une mairie en mal de repères fiables et pérennes.

Mais cet exemple des emplacements parkings n’est pas orphelin, voyons comment sont maintenus les pistes cyclables ! Créées pour certaines pour l’occasion – les élections municipales – elles sont maintenant complètement déshéritées et donc désertées.

caradeputmairedeput_s1Et il voudrait que l’on pense à lui pour légiférer ! Son rêve, pouvoir enfin abandonner son bureau de maire pour une fonction de député qui lui a été ravie par une députée qui, tout au long de son mandat, a su imposer ses idées conformes au mandat que lui ont confié ses électeurs.

Bien sûr que non octroyer à Carayon un nouveau mandat n’est pas chose raisonnable, ne serait-ce parce qu’il ne sait pas travailler avec tout le monde, il n’est que d’assister aux réunions du conseil municipal pour constater combien il malmène une opposition, certes pas vraiment combative, mais qui serait peut-être plus participative si plus d’égards lui était témoigné. Le respect dû à chacun devrait lui interdire de mépriser ses  « collègues ».

mouton macroninvesEt puis la philosophie actuelle de la gestion des mandats, le non-cumul mais aussi la limitation du nombre des mandats devrait, dans un esprit républicain, le faire abandonner ses prétentions et l’inciter à promouvoir une candidature nouvelle, jeune et proche de ses aspirations, celles de dispenser de Taxe locale 80% des citoyens (voire même 100% selon une déclaration de Carayon), celle de réduire les effectifs des fonctionnaires, celle de martyriser le code du travail pour le plus grand bonheur des patrons, celle de réformer par un nivellement par le bas les retraites, celle d’une politique pro nucléaire. Une politique sous-tendue par aucune mesure de compensation budgétaire autre que de prendre à Pierre pour habiller Paul. Finalement passer le témoin à Terlier, son hologramme politique qui a les faveurs d’une « République en marche pour le patronat », serait une juste adéquation entre idéologie de droite et maltraitance des citoyens.

Depuis le 28 juin 1954…

Pendant 63 ans  et 40 gouvernements différents, le logement a toujours bénéficié d’un ministère ou d’un secrétariat d’État au logement.

tricot couleur

(Il n’est pas compté la période de 1958 à 1966 pendant laquelle ce sont les ministres de la construction qui ont la charge du logement, ni la période de 1944 à 1953 où le logement est une priorité nationale du ressort des ministres de la reconstruction et de l’urbanisme).

Ce 17 mai 2017 est un moment historique où le logement n’est plus une priorité,

même plus un sujet.

Localement, pas de surprise, Carayon n’a jamais mis le logement au programme de ses « actions » sociales, laissant le logement aux opérateurs locaux.

Il est rejoint par le candidat de la « République en Marche » l’avocat Terliet, qui finalement emboite le pas à celui qu’il combat quelquefois au conseil municipal mais qu’il rejoint d’autres fois avec la marque appuyée de Carayon qui ne manque jamais de le remercier.

Ainsi donc pour la 3ème circonscription du Tarn, c’est bien deux candidats pour une même politique, cette politique qui oublie les vrais problèmes et particulièrement celui du logement.

Je suis scandalisé, outré et renforcé dans ma conviction que ce gouvernement est bien celui des faux derches, mis en place pour séduire le plus grand nombre…