On en parle quand, des subventions ?

La générosité de Lavaur pour ses associations n’est jamais prise en défaut, loin s’en faut !

Et il ne faudrait pas penser que la décision du budget primitif est exhaustive de ce qui sera « distribué » tout le long de l’année.

Chacun se souvient de la « prestation » de P.Sébastien qui aurait rassemblé 7 000 spectateurs venus de tous horizons et qui a coûté 30 000 € à Lavaur !

2018 ne verra pas son retour, mais rien ne permet de penser que la nouvelle « vedette » choisie sera moins chère à défaut d’être plus conforme à ce que l’on peut espérer d’une manifestation ouverte à tous.

Le débat d’orientation doit préciser les contours de ces affectations de subventions.
Ce ne peut être le fait du « prince » ou de ses « portes-flingues ». Il faut des règles et que ces règles soient connues et affichées.

magie globaleLe budget de la commune n’est pas une cassette dont dispose une personne selon son bon vouloir.

J.P Bonhomme, l’ex adjoint aux finances de Lavaur, parlait il y a peu dans une réunion de la CCTA, qu’il était soucieux « de la transparence ET SURTOUT de l’intérêt général ». A ne pas douter, il a copié-collé les process de Lavaur pour les exporter dans sa communauté de communes !

Ce qui revient à dire qu’ici et là, la transparence c’est juste un mot, tout au plus un concept mais qui ne recouvre aucune réalité.

L’utilisation d’une subvention m’interpelle par son montant et par sa régularité à être servie… :

A quoi servent les 41 000€ versés à l’association « amicale du personnel communal » ? C’est la plus forte subvention…

Et puis cette subvention versée depuis des années est-elle gérée et attribuée selon le règles :

« Les subventions dont le montant annuel en numéraire dépasse la somme de 23000 euros prévue par le décret n°2001-495 du 6 juin 2001, donnent lieu de manière obligatoire à la conclusion d’une convention précisant les objet, durée, montant, modalités de versement et conditions d’utilisation de la subvention.Afin d’apporter une visibilité pluriannuelle aux structures associatives et ne pas entraîner l’interruption de missions qui relèvent de l’intérêt général, il est souhaitable de privilégier le recours à la convention d’objectifs pour une durée de quatre ans. »

Et aussi, cette association a-t-elle vocation à recevoir des subventions (intérêt général, loi 1901).

Voilà de bien importantes questions que l’opposition pourrait poser, notre député pourrait s’inquiéter également, lui qui est conseiller d’opposition !!!

 

OLD NEWS…

C’est meilleur quand c’est réchauffé !

Et puis cela permet de ne pas oublier.

La news de ce jour? : les procès intentés par Carayon pour diffamation, une Old News s’il en est.

Cette Old News en vieillissant ne s’est pas enrichie de son devenir, après un échec en première instance puis en appel, Carayon a été débouté en cassation.

On voudrait annoncé en Breaking News que Carayon a remboursé, hélas, il n’en est rien…

Il n’a même pas informé le conseil municipal… en séance publique pourtant il avait claironné la mise en examen des prétendus diffamateurs en séance publique…

fanto cara1Comme quoi, la transparence qu’il avait promis était bien une Fake News !

Une de plus, inévitablement dans le concept de fausse nouvelle, de fausse annonce, le maire ne se sent pas concerné.

Il manie avec dextérité les effets d’annonce propices à ses ambitions, et ses échecs répétés justifient son entêtement à dire et ne pas faire.

Alors souvenons-nous de toutes ces choses qui sont restées pendantes et qui sont la réputation de cet édile, ces procès ne sont qu’un aspect qu’il ne faut gommer.

Les vœux de 2018 font la part belle à la langue de bois et il est pitoyable qu’aucun nouveau projet digne de ce nom soit proposé. Il va gérer les affaires courantes, terminer à force d’emprunts ce qui est commencé depuis des lustres et tenter de redorer son blason un rien terni lors des dernières (et avant dernières) législatives.

Aussi il est important de redire les choses, ces choses qui mettent l’élu en difficulté quand on les rapproche de ses promesses.

Question de priorité !

jupiterrrr2Depuis 2013 Carayon a choisi avec énergie une orientation sociale : illuminer la cathédrale et non pas donner à chacun un logement décent.

Un choix qu’il a assumé – c’est à la mode d’assumer. Pourtant c’est près de 300 logements qu’il manque à Lavaur.

Un choix aussi de n’affecter que 440€ à la banque alimentaire, en cette fin d’année, mais d’organiser moult manifestations toutes aussi gratuites les unes que les autres.

C’est triste et désespérant.

Cette politique est désormais solidement ancrée, il faut mobiliser nos forces pour la modifier au profit de ceux qui en ont véritablement besoin.

Il assume ! Mais qui conteste ?

Applaudissons, la Dépêche du Midi a relevé que l’opposition avait été constructive lors du dernier conseil municipal (de plus en plus déserté par le public !).

Mais, elle a construit quoi ? Ou plus exactement qu’a-t-elle comme marge de manœuvre pour construire, elle est repoussée de toute participation, Jupiter choisissant avant la réunion ceux qui auront sa bonne parole à diffuser.

Dans le plus grand secret des commissions se font et se défont les mini-politiques de Carayon.

conseil municipalAu gré des pseudo-besoins et des vraies humeurs, les décisions vont impacter la vie de Lavaur.

L’indifférence coupable des administrés va donner de la force aux caprices de notre Jupiter très local qui, à défaut de s’adjoindre des compétences, a des talents pour fédérer des courtisans.

Être retenu à Paris ne devrait pas empêcher le député de poser des questions, par exemple…

  • Plusieurs agents ont été placés en congé de longue maladie ? Combien…
  • Des accidents du travail ? Combien et quelles sont les mesures d’analyse des accidents ?
  • Jupiter se veut le chantre du consommer local… pourtant un marché d’achat de fournitures scolaires et de fournitures de travaux manuels a été passé avec une société de papeterie de la Loire, sans doute un moyen efficace de soutenir le commerce local !
  • Et pour le soutien des entreprises locales, le choix d’une entreprise de l’Aude – en maçonnerie – est aussi le meilleur choix, sans doute aucun maçon n’a-t-il pignon sur rue à Lavaur !
  • Le marché de restauration d’un mur de la cathédrale est confié à une entreprise de Castelnaudary (voir ci-dessus). Il fait un bond de 63 k€ à plus de 100k€. L’équilibre du marché serait respecté ? encore faudrait-il expliquer voire justifier… Donner à tout le moins les conclusions de la commission des marchés…
  • Pas de réaction quant à la mise en lumière de la cathédrale (100k€) curieux d’ailleurs ce besoin car comme chacun sait « Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. (1 Jean 1:5). Nous aurions pu faire cette économie !

Chaque paragraphe de ce conseil municipal suscite bien des interrogations et pourtant à part quelques velléités de contestation rien d’essentiel n’est discuté…

 

Pas le bon jour ? Pas la bonne heure !

cm19_12_2017

Certes, mais quand même, prévenu 1 mois à l’avance, cela permet de s’organiser pour assister à un conseil municipal de fin d’année !

Nous verrons qui sera là et si le député saura s’absenter de l’hémicycle pour une soirée… ce qui ne fera pas s’effondrer son score de vote qui est et reste bien en dessous de la moyenne, tout comme ses présences en commission !

Donc retenons le 19 décembre, à partir de 18 heures 30, pour assister au spectacle sans cesse renouvelé de sa majesté Carayon !