Quand promettre n’engage à rien !

Il y a deux campagnes électorales de cela, Carayon promettait un parking place des Thérons.

Le site en plein de cœur de ville, près des deux halles pouvait convenir, le projet était sage et réalisable.

On dit souvent chose promise, chose due. Mais en politique, Carayon préfère et de loin, chose promise, chose oubliée !

Et le trou béant, reste béant, comme une horrible déchirure oubliée par un édile qui n’a pas dû trouver électoralement correct de tenir une promesse.

C’était bon pour ramener des voix, mais juste cela et puis, cela peut être resservi une fois, deux fois, à l’infini en fait.

Pourtant un parking végétalisé, sur un ou plusieurs niveaux, évolutif en fonction de l’évolution de la ville, cela eût coûté beaucoup moins cher que la cathédrale végétalisée à l’insu de son plein gré !

J’ouvre les paris, en début 2020, le projet va ressortir des cartons et fleurir les tracts électoraux du candidat Carayon…

theron

Bientôt à Lavaur, comme chez nos voisins ?

Nos voisins proches, je parle ici du Tarn et Garonne et du nord de Toulouse.

Je parle du REZOPOUCE.

Qu’est-ce ce réseau de déplacements partagés ?

Un dispositif dynamique qui prend son inspiration dans le covoiturage.

Implanté en Midi-Pyrénées avec plus de 200 arrêts situés dans plus de 80 communes, il est également recommandé dans le département voisin du Tarn et Garonne.

C’est le moyen de se déplacer à moindre frais avec une organisation rassurante et connue des utilisateurs (points d’arrêts, montant de la participation)

Les points d’arrêts sont indiqués par une signalétique particulière

Ce type de réseau existe dans d’autres départements : https://alec-montpellier.org/wp-content/uploads/2017/03/CCGPSL_Pr%C3%A9sentation-Rezo-Pouce.pdf

rezopouceUn bon moyen de se déplacer en respectant la planète.

La mairie peut jouer un vrai rôle d’initiation et de maintien du réseau.

Elle doit favoriser ce type d’initiative et doit être un acteur de sa mise en place.

Un service pour tous, avec en corolaire des économies, de la convivialité…

Personne n’y pense…

Pourtant au détour de pratiques courantes se cachent des postures bien peu orthodoxes…

L’exemple que nous relate « 3 Hauts de France », montre bien qu’il y a loin de la décision à l’exécution et que le conseil municipal n’est pas juste là pour faire beau.

Le propos n’est pas de savoir ce que décidera le juge, s’il est saisi. Le maire incriminé, mais innocent pour l’heure, a une défense bien significative des us et coutumes de certains édiles et particulièrement leur méconnaissance des droits et obligations du premier magistrat de la commune.

Cela laisse rêveur…

habitude.jpg

 

Le syndrome du pois chiche !

Ou la déclinaison de la méthode de gestion préférée de Carayon « du pain et des jeux » à la mode LREM.

Cela devient « De la bière et des jeux »…

Ils se sont mis à 72 pour, au détour d’une loi visant à faire de la France une nation sportive, insérer discrètement une modification de la loi Evin et permettre de façon moins restrictive qu’aujourd’hui la consommation de bière sur les stades.

Pour faire gagner de l’argent aux clubs…

Parmi ces députés celui qui a numérisé la justice, accepté la ratification du CETA, la braderie du siècle avec la privatisation ADP et FDj… etc. :

Le député du Tarn Jean Terlier.

Il faut bien reconnaître qu’il est de tous les rendez-vous où la démocratie, la liberté sont mises en danger. Il ne rate décidément aucune occasion, même la mise en danger de la santé ne l’effraie pas ! Un aventurier de député !

loi alcoolDire que cette disposition est stupide est une évidence, mais elle est stupide pour plusieurs raisons qui pourraient laisser penser que les cerveaux de ces moutons sont habités par des pois chiches !

1/ L’alcool est dangereux pour la santé, on le sait, on nous le dit assez, d’ailleurs la Dame Buzin est une adepte du zéro alcool ! Certes c’est bénéfique pour les lobbies…,

2/ Les hooligans ne sont pas une légende, et la bière, l’alcool est le moteur des débordements de ces voyous,

3/ Les spectateurs ne viennent pas tous en vélo ou à pieds, il s’en faut de beaucoup. Imaginons les ravages sur la route quand des spectateurs survoltés par la victoire ou en colère par la défaite, fortement alcoolisés viendront croiser la route d’une famille qui revient d’une balade champêtre,

4/ Qui va ramasser les pollutions de ces consommations (canettes etc.),

5/ ce n’est pas parce que des privilégiés peuvent effectivement consommer de l’alcool en loge qu’il faut étendre cette mesure à tous. L’égalité ce n’est pas inéluctablement permettre à tous ce qui est nuisible mais supprimer des privilèges au nom de la santé,

6/ Faire un lien entre sport et bière… je laisse ce soin aux députés LREM (notons que certains députés LR avaient déjà imaginé cette proposition).

Ce n’est pas parce que c’est stupide qu’on ne le fait pas !

Au sujet du parking dit de «la Maison de la musique», un débat s’était instauré en réunion du conseil municipal. La conseillère d’opposition avait fait valoir les problèmes de circulation qu’il fallait gérer avant de se lancer dans une opération dont le coût n’avait pas été indiqué.

Il est évident qu’il y a urgence à la réalisation, 9 mois pour accoucher d’un parking au moment des municipales, le bon tempo.

Certes nous percevons le gain en termes, non pas de stationnements, mais en matière de renommée…

Une quarantaine de places… Dans un espace contraint dont on ne pourra pas pousser les murs, avec un accès dangereux.

Ceal valait bien une petite étude, d’ailleurs réclamée par la conseillère.

stupidit3Oui, mais voilà… A Lavaur et nulle part ailleurs, les études sont faites toujours après les achats de terrain.

En un mot, il est imaginé une opération, elle n’est pas chiffrée, le terrain est acheté et après on fait une étude de faisabilité.

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le premier adjoint au maire :

«Je ne peux pas pousser les murs, il y a des clôtures et une maison… Mais, en revanche, nous allons faire l’acquisition et on étudiera ensemble pour voir comment on peut sécuriser»

Il eût été de bonne gestion de faire une étude et ensuite, le cas échéant, acheter !

A chacun ses valeurs, Lavaur supportera bien les conséquences des nouvelles impérities de gestion.

On ne tient pas des promesses en faisant du grand n’importe quoi, il y a des règles qui s’applique partout ailleurs, alors pourquoi pas à Lavaur.

Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain !

Comme nous disent les anglais : »to throw the baby out with the bath water« , il est le moment d’examiner cette eau du bain dans lequel Carayon patauge depuis plus de 20 ans.

Si la gestion depuis au moins deux mandats est d’une indigence incontestable, cet aspect négatif ne peut faire abstraction de quelques aspects positifs, sans doute.

Mais voilà, j’ai beau chercher, investiguer, tenter de trouver des décisions exceptionnelles qui sortent du cadre de la gestion courante, je ne trouve rien d’historique qui pourrait marquer le passage de Carayon à Lavaur en qualité de maire, même pas l’ombre de ce qui se ferait à Lavaur et nulle part ailleurs !

Des excuses pour ne pas faire sont décelables, mais il n’y a sous la férule de notre bon Monseigneur que des idées d’actions et des reports d’exécution.

Sauf à valider les réalisations concernant la mairie et la sacrée cathédrale, le maire a joué à saute mouton sur des promesses de campagne.

Dans plusieurs têtes il y en a plus que dans une, aussi je vous sollicite, mes lecteurs assidus, aidez-moi à mettre en valeur des actions qui feraient des mandats de Carayon une réussite communale. Je promets de publier tous les commentaires élogieux qui pourraient dessiner comme une empreinte carayonesque sur la ville de Lavaur.

Le but de cette démarche n’étant pas de critiquer mais de magnifier, je m’abstiendrai de relayer les mises en lumière d’insuffisances, de mépris, d’indifférences, de trahisons, etc.

eau du bain.jpgNon. Tentons, en ces temps de vacances, dans la zénitude des repos mérités , de glaner des satisfécits à décerner au maire avant que de jeter l’eau d’un bain qui stagne depuis vingt ans, avec le bébé jupitérien.

Attention, il s’agit recenser des réalisations, des actions pas des promesses, des intentions, car cela nous en avons de pleins cartons !

LREM, paria ?

Décidément aucun « En Marche » ne trouvera grâce auprès d’un parti.

Le PS (dont certains membres sont lrem compatibles) dénonce toute alliance pour les municipales, Génération.s, a emboité le pas !

Et maintenant Jacob des LR exlut toute alliance !

Mais qu’ont-ils donc fait pour mériter une telle mise au ban de la participation aux municipales ?

Cela me parait bien démesuré.

J’ai donc voulu en avoir le cœur net, et, dans les travaux de l’A.N. j’ai relevé les propositions de lois votées par les députés de la majorité sur cette dernière année de législature.

J’ai ajouté un petit commentaire qui n’engage que moi, mais j’ai laissé les références pour chacun puisse se faire une opinion.

Une certitude, les députés LREM travaillent, une conviction : ils feraient mieux de procrastiner !

loi et lrem

Une année forte en destruction de la société, de la démocratie, ceci explique sans doute cela, bien qu’il soit difficile de faire confiance à LR pour faire autre chose que ce qu’ont fait les LREM.