Là, pas là

Je reproche tout à notre bon Carayon, c’est une attitude légitime qui trouve sa justification dans ses déclarations sans cesse martelées, « je suis le seul décideur », « je suis seul responsable » ; aussi à qui peut-on dès lors faire des reproches que ce soit dans les dérives budgétaires ou dans les réalisations communales : César le veut et le peuple suivra. Certes, il aura ce docile vauréen, des compensations : des jeux et du pain, enfin non pas de pain plutôt des cacahuètes généreusement distribuées et revendiquées par un délégué qui s’est fait bien silencieux au dernier conseil.

Il n’aura même pas la politesse, la délicatesse de vérifier ce qu’il fait diffuser ! Il fait confiance, mais il oublie que confiance sans contrôle, c’est de la connerie et se faisant au détour de la dernière note de présentation de la séance du conseil, il n’est pas bien difficile de débusquer « une connerie » : pour le conseil du 27 septembre, il est proposé l’adoption du compte rendu de la séance du 27 septembre ! Encore un peu et il sera proposé aux conseillers d’adopter de compte rendu pour une séance qui ne s’est pas encore tenue, et je ne doute pas un seul instant qu’il sera approuvé à l’unanimité des conseillers « Lavaur au cœur ».

Mais c’est bien là le point faible de ce conseil, ils et elles sont là, les conseillères et les conseillers, mais ils et elles ne sont pas là. Une présence silencieuse et étrangement figée. Pas même l’effort de lever la main pour dire qu’ils sont d’accord (n’être pas d’accord est bien sûr impensable !).

Cela est aussi valable pour une opposition qui montre certes, quelques fugaces velléités de contradiction, vite réprimées par un maire qui se moque et ne répond jamais dans le sujet. Faut-il pour autant penser qu’ils plussoient tout ce qui est proposé ?

J’en arrive à y croire…

Mais cette posture nous la retrouvons dans l’activité du député Terlier qui a migré sa somnolence de la mairie de Lavaur à l’Assemblée nationale, il est là, mais pas là ! Pourtant il est généreusement épaulé : 5 collaborateurs (trices). Mais voilà, rien ou quasiment rien (il est intervenu lors du vote de la loi sur la confiance, la moralisation ayant sombré corps et biens dans les kwassa-kwassa des promesses non tenues), depuis il siège…

terlier an sept 2017

Il serait d’ailleurs excessif de penser qu’il s’investit dans la vie locale, à la foire économique de Lavaur, son apparition sur les stands des exposants a été très… fugace.

Aussi il va bien falloir inventer un moyen de vivre à Lavaur sans subir et en construisant, le temps presse car les lendemains sont déjà hypothéqués par la situation financière actuelle.