T’es cap, pas cap

LReM se lance dans la bataille pour les élections municipales.
Pas avec un programme mais simplement pour s’inscrire contre un collectif qui vient de se déclarer.
Pas de programme et il semble bien ne pas avoir de quoi faire une liste, juste semer le trouble, exister et puis faire son petit malheureux parce que les troupes d' »En Marche » n’ont pas su trouver une place dans la démarche citoyenne esquissée par le collectif « Les Vauréens ».

Les voilà vexés comme un pou…

Du même côté de l’échiquier politique, votre Monseigneur se donne le temps des fêtes de Noël pour nous dire qu’il sera candidat à sa propre dictature. Mais il faut laisser au père Noël le loisir de descendre de la cheminée gentiment avec comme cadeau empoisonné pour la ville de Lavaur un nouveau mandat sollicité. Ceci dit ce « mystère » est bien celui de polichinelle et ce n’est pas faire concurrence à Madame Irma que de pronostiquer sa candidature.

Mais tout cela sur un fond de jeu…

Dis, « LReM » t’es cap de présenter une liste…

Dis, Carayon, t’es pas cap de ne pas te présenter !

Un jeu d’enfant avec comme enjeu le redressement d’une commune que 25 ans de mandats, 4 campagnes électorales assises sur des promesses non tenues ont éloigné des véritables défis de la société.

pinocch chantUn jeu d’enfant pour cacher les absences d’objectifs, des programmes qui ne verront le jour que lorsque le moment sera venu, pas quand ils sont encore discutables, amendables.

Un jeu d’enfant pour attendre le temps du bien trop tard pour en discuter et donc suffisamment tôt pour ne pas avoir à en justifier les moyens.

Un jeu d’enfant fait de mesquineries à peine voilées quand Monseigneur lance le défi à LReM  :

… Chiche,

comme si une élection était un jeu de société, eux qui la considèrent comme un jeu avec la société !

Faire confiance à ceux qui ont trahi, qui trahissent ?

Coucou, Terlier un drôle d’oiseau !

mariage terl bug 2Finalement la demande en mariage était simplement abracadabrantesque, elle a fait long feu.

Bugis est un homme libre nous dit-il et il faut croire que la prison dorée proposée par Terlier n’est pas de son goût…

Reste à savoir vers qui le cœur de la fondation va fondre… Terlier ? Bugis ?

Un vrai suspense comme on les aime en politique. Un grand merci donc à ces deux candidats dont le programme va mettre en évidence bien des points communs…

Honteux ! Scandaleux !

Hier, 18 décembre 2018, à l’Assemblée nationale a eu lieu :

Scrutin public sur l’ensemble du projet de loi de finances pour 2019.

C’est, vous en conviendrez, un moment important dans la vie de la nation, cela engage fortement pour an ! Ce sont des dispositions qui vont rythmer notre vie.

terlier étépalaLe député Terlier n’a pas voté, il s’est dispensé de cette mission incontournable pour laquelle il est très bien payé. (pourtant il n’y avait pas réunion de la commission des lois à laquelle il appartient…)

C’est inacceptable ! Et puisqu’il ne sait pas faire le minimum, il doit démissionner, c’est une question d’éthique. Ou bien il reverse ses indemnités à des associations : les gilets jaunes par exemple…

Il a, lors de sa réunion avec les gilets jaunes le 14 décembre dernier, retenu l’idée (selon le compte rendu de LDDM) d’un quorum minimum au-dessous duquel une loi ne pourrait  être votée et pour cette loi de finances il n’y avait que  93 députés sur 577. Faut-il comprendre que pour Terlier le seuil est de 16 % ? Un bien faible minimum qui ne changerait rien à ce qui est une coutume à l’assemblée : l’absentéisme.

Trahison, il ne va pas voter l’essentiel.

C’est de la poudre de perlimpinpin ses discours et ses propos. Il nous prend pour des sots, des benêts. Il est vraiment à l’image de son président.

Dans le compte rendu il est écrit : « Les GJ et le député ont débattu sur le rôle du parlementaire. «Il faut que le député soit payé au smic», propose un homme. «Non. Je touche plus que le smic, il ne peut pas être payé moins que moi», »

Ce serait bien que le député touche effectivement le SMIC car, contrairement au apparence, toucher le SMIC quand on ne travaille qu’à 30 % c’est encore beaucoup !!!

Poudre aux yeux !

Il a rencontré quelques citoyens dans le cadre des « gilets jaunes », la belle affaire !

lddm 16_12Une vingtaine, sur les 12 000 habitants que comptent les communes de Lavaur et de Labastide Saint Georges ! Même pas 1 % de la population, ne parlons donc pas de concertation mais bien d’explications que devait le député à ceux qui avaient eu le courage d’aller le voir.

Mais au fait pourquoi Labastide… Pas Ambre… Une convergence de vue entre le maire et le député ?

Il n’a fourni à en croire le compte rendu de « La dépêche du Midi » que des pistes de réflexions, il a pris note, il a retenu l’idée d’un quorum pour l’adoption des lois par les députés, cela… c’est bien de la poudre aux yeux quand on pense à son absentéisme…

Il est venu caresser dans le sens du poil, reste à savoir ce qu’en penseront les citoyens, « gilets jaunes » ou pas.

Je n’étais pas à cette réunion, certes. Pourtant je suis de cette contestation. La politique du gouvernement, appuyée par des votes scélérats conduisent dans le mur la quasi totalité de nos concitoyens.

Mais contrairement au député, je n’avais pas piscine, j’étais occupé par la réunion de travail sur le PLU de Lavaur, de cela je vous en parlerai en détail, et sans ce député qui semble bien absent des projets locaux !

Le principe est posé…

 

Ils se taisent donc on continue…

Interrogé il y a quelques mois le député Terlier fort de sa suffisante et avec un mépris total de ce qui se passait réellement disait, en faisant le « bilan de son « activité »…

« On a enchaîné les textes de loi… On a voté… C’était la volonté d’Emmanuel Macron…  »

Bon, pas de surprise son allégeance au Président n’était pas une surprise, même si elle est complètement hors sol et dénature sa mission qui est bien de représenter son électorat, de voter les lois et de CONTRÔLER le gouvernement !

Il ajoutait, comme si on ne savait pas lire les sondages :  » (les réformes) on été mises en place, me semble-t-il de manière assez efficace et elles ont été plutôt bien acceptées par les Français » 

60 % de mécontents, vous parlez d’une acceptation ! Et encore c’était en juin aujourd’hui c’est plus de 80 % de mécontents !

Toujours en parlant des réformes, il parlait de la méthode…

 « je crois qu’on a tenu bon et c’est de bon augure pour les réformes à venir ! »

Mais maintenant que la rue hurle au mal être, dénonce une paupérisation galopante, maintenant que la rue recueille les étudiants, les ouvriers, les employés, les médecins, les infirmiers, les ambulanciers, les avocats, les retraités, tous ces citoyens trompés, présurés, malmenés, harcelés, méprisés, il nous dit quoi ce député si souvent absent de l’hémicycle ?

Car l’augure n’est plus le même, tel le corbeau qui pouvait être selon l’époque un bon ou un mauvais présage, aujourd’hui tenir bon est un signe fort de calamités, de manifestations, de blocage du pays et de ses institutions.

Décentralisées, les opérations de séduction vont bon train localement…

D’ailleurs le député Terlier interpellé devant chez lui, accorde un rendez-vous…

Mais il n’a aucune légitimité…Et aucun pouvoir

A la veille de nouvelles vacances parlementaires, il écoutera (ou pas), expliquera l’inexplicable… Puis s’en ira soutenir un gouvernement plutôt que de le contrôler, il se dévouera à la cause macroniste, sourd aux douleurs des administrés, aveugle devant la souffrance de ceux qui travaillent, de ceux qui cherchent du travail et de ceux qui ont travaillé.

combat coqAlors son combat de coqs contre le maire est bien risible. Quand le constat d’une politique tellement semblable ne permet plus de choisir, ce n’est plus de Charybde en Scylla, c’est juste aller de Scylla en Scylla !

Seule sortie honorable : la démission !

Il n’est pas de vote qui n’emporte le scandale du banc vide. C’est une habitude qui déshonore la fonction de député. Il est certes visible qu’il y a une sorte d’organisation qui fait en sorte que LREM détient toujours (à une ou deux exceptions près) la majorité lors des votes. C’est un constat désabusé qui prend acte de ce que nos élus sont méprisants et incompétents.

Mais la sanction doit être celle des urnes, à moins que les députés prennent conscience de leur postures détestables et en changent ou démissionnent.

Hier, 29 novembre 2018, ont été présentés trois « ensemble de proposition de lois » :

30811

et encore absents nos députés du Tarn…

Il est grand temps qu’ils jouent le jeu de la démocratie et qu’ils démissionnent de leur mandat, ils ne l’exercent visiblement pas. Et l’excuse que seulement 10 ou 20 % des députés sont présents est illusoire, d’autant que Terlier avait promis dès le lendemain de son élection qu’il allait se mettre au travail, le mot travail n’a évidemment pas le même sens pour chacun d’entre nous !

Notons que ce même Terlier n’a pas, en ce 29 novembre, l’excuse d’une réunion de la commission de lois, elle a bien eu lieu, mais il n’y était pas !

renion d 29_11

C’est d’un pitoyable abyssal…

Vous êtes ridicule…

Oui, député Terlier vous êtes ridicule quand vous vous associez à l’opposition de la commune de Lavaur pour réclamer la démission du maire du conseil de surveillance de l’hôpital… (S’associe ou initie cette cabale, je ne sais !)

D’abord parce que le grief est stupide, le président du conseil de surveillance n’est pas l’autorité hiérarchique du personnel de l’hôpital, c’est le directeur plus particulièrement et l’ARS qui ont cette autorité. Au demeurant l’enquête diligentée n’a pas mis en exergue une défaillance de la hiérarchie, ni du conseil.

Ensuite, même si l’exécution provisoire a été prononcée, il n’en demeure pas moins que l’appel a pour objet de rejuger, le médecin peut se prévaloir de la présomption d’innocence…

pipeau terlieEnfin, est-ce bien intelligent de remonter cette douloureuse affaire dans les pages du journal de la commune, d’en faire ses choux gras en montrant du doigt, injustement, un comportement du maire et en stigmatisant tout un domaine de la vie municipale au motif que l’on est contre le maire.

Des interventions « pipeau », faire-valoir d’une contestation sans argument, alors que bien des sujets sont à l’ordre du jour et clairement contestables. Une gestion de plus de vingt ans qui s’est traduite par une dette abyssale, des augmentations d’impôts (même la taxe d’habitation + 1,1% en 2018) en tous genres et dont la seule constante réside dans l’organisation de jeux et de banquets ou apéros. L’opposition dans une parution trimestrielle ne trouve rien à dire que ce qui ne la regarde pas, c’est d’un pitoyable (assumé sans doute à LaREM, ils assument tout).

Il est une nouvelle démission d’un membre de l’opposition… et le remplacement semble poser des problèmes insurmontables pour cette opposition qui doit s’en remettre au services municipaux pour diligenter les recherches pour un remplaçant, lamentable (assumé sans doute à LaREM, ils assument tout).

Il est des sujets actuels, vivants, qui peuvent faire l’objet de débats, qui ne sont pas écrits dans le marbre qui appellent la contestation ou les félicitations.

Qu’en est-il du PLU pourtant critiqué en séance par l’opposition, la tribune ouverte dans la revue est le moyen de faire entendre sa voix, ses idées. Rien…

Et pourquoi ce silence sur l’usine hydroélectrique ? Une réalisation exemplaire que l’on doit à l’entreprise et qui aurait pu – aurait dû – être saluée par l’opposition…

De nombreux sujets obérés par le bashing-Carayon qui déconsidère une opposition qui a viré du parti socialiste au parti de la majorité, celui du mépris, des mesures anti-sociales, des dénis de démocratie. Une dictature qui se pare du drapeau de la République pour mieux tromper la majorité des citoyens qui se sont bien garder de voter pour Macron et pour tous ceux qui regrettent aujourd’hui de l’avoir fait.