Cela le taraude ?

Pistes Cyclables… Depuis deux mois seulement cela taraude le maire. En fait depuis la rentrée du collège, et je veux bien le croire. Au hasard de mes déplacements dans Lavaur, sur les allées Jean Jaurès notamment, j’ai pu constater combien notre maire est absent de cette problématique et qu’il n’est vraiment pas vraiment dans la recherche de solutions.

Il est évident que la fourrière n’a pas été sollicitée pour qu’un peu plus de civisme soit de nature à faciliter la circulation sur des pistes cyclables !

Je rappelle avec insistance les observations du PLU, elles étaient fortes, nombreuses, cela n’a pas taraudé Carayon, il a enterré les conclusions de la commissaire enquêtrice, il attend qui, quoi pour l’exhumation ?

Mais au fait, tarauder pour Carayon, cela veut dire quoi ? Vous vous souvenez il est soucieux de ses mots, aussi depuis deux mois, en fait il a choisi comme synonyme de tarauder… agacer. Là, je veux bien le croire que ce n’est finalement agaçant pour lui que depuis la rentrée scolaire, depuis que le danger est devenu imminent, irréfragable !

piste cycl poliQuand on constate que, même les services de la mairie n’en ont rien à faire de la signalisation d’une piste cyclable, et de surcroît au droit du poste de police, comment peut-on espérer que soient prises en compte les pistes qui vont par pointillés jusqu’au collège au hasard de l’inspiration de l’entreprise de peinture !

Non, décidément non, les liaisons douces ne sont pas un sujet pour Monseigneur. Les pistes cyclables le cadet de ses préoccupations, alors ne nous berçons pas d’illusions, il va laisser passer l’orage… en attendant un drame. Il est responsable et coupable de ce qui arrive par l’indifférence qu’il montre dans l’organisation des déplacements dans la commune.

Un début de concertation est né avec les parents d’élèves, il a écouté… A-t-il compris ?

Il va imaginer… Dommage qu’il n’ait pas étudié le sujet notamment pour le mettre en synergie avec le développement de la zone des Mazasses…

Qu’il ne soit pas dit que le sujet des pistes cyclables est un sujet récent, il est récurrent sur de nombreuses années et il est rappelé souvent. En mai 2019 face à un déni de droit, j’avais déjà rappelé cette surdité, le sujet était « ils font n’importe quoi » (24/5/2019)

Déterminées et mesurées !

Les parentes d’élèves ont organisé une manifestation pour montrer leurs inquiétudes face à l’insécurité aux abords du collège.

Elles ont su monter une opération digne et en un jour délicat (marché, vacances, match de rugby), mobiliser 70 personnes est un vrai succès.

Cela démontre l’acuité du problème et l’urgente nécessité de réagir.

manifLe sujet c’est, bien sûr, la circulation route de Caraman, mais pas seulement, c’est aussi le danger qu’il y a dans les déplacements à vélo. Car le collège est le but ou de départ d’un parcours intra muros qui prend l’aspect d’un exploit chaque jour renouvelé par nos enfants (et pas que !)

Carayon dit que « la question le taraude depuis deux mois » et qu’il a fait « une piste cyclable ».

Sauf que la question lui est posée depuis de nombreuses années… il y a 8 ans, le sujet a été abordé (dixit le 1er adjoint Bernard Lamotte), et rien n’a été fait.

Sauf que l’enquête sur le PLU de l’an dernier a bien montré, à travers de nombreuses observations (459) que les pistes cyclables et les liaisons douces étaient un vrai sujet, et que ce PLU est sans suite ! Au demeurant, le PLU ne prévoyait pas un plan de circulation.

Sauf que quand le maire fait un ersatz de « plan de circulation » ce sont juste trois sens obligatoires qu’il impose sans concertation ni études (et il en supprime un sous la pression).

Sauf que le collège n’est pas passé de 500 à 1000 collégiens en une seule rentrée et que la mairie aurait dû réagir depuis longtemps.

Sauf que si la route est bien départementale, la responsabilité en termes de sureté et de sécurité est de la compétence du maire !

Pourquoi imaginer seulement aujourd’hui des solutions dont on verra l’efficacité au lendemain de leurs installations alors que le danger est dénoncé depuis bien longtemps.

La mort est passée à 20 cm !

Mais qu’importe le hier, les parentes ont ouvert la voie à des solutions, rapides pour pallier les dangers dès la rentrée et demain et après-demain pour des solutions pérennes.

Elles sont déterminées, elles l’ont démontré.

Reste à imaginer que Carayon sera enfin efficient, et saura faire aujourd’hui ce qu’il n’a pas su faire en vingt ans. Que son imagination, sollicitée avec véhémence par les aventuriers du macadam de Lavaur, puisse enfin trouver une solution. Voilà une prière que j’adresserai bien volontiers à Saint Alain qui a bénéficié des subsides qui auraient été bien plus utiles pour aménager des liaisons douces, mais je ne suis pas sûr d’avoir son oreille !

Post scriptum :piste 9_7

  • La piste cyclable n’a pas été repeinte il y a deux mois, mais c’était le 9 juillet… avant le passage du tour de France et ses nombreux vélos,
  • Elle n’a pas été créée, elle existait déjà !,
  • Le maire est responsable de la sécurité sur les routes départementales en traversée de ville, (l’article L.2212-2 du CGCT, celle-ci – la collectivité locale – a pour mission d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques et elle comprend notamment tout ce qui intéresse la sûreté et la commodité du passage dans les rues, quais, places et voies publiques.En outre, le maire, en application de l’article L.2213-1 du CGCT, exerce la police de la circulation sur l’ensemble des voies de circulation à l’intérieur de l’agglomération, dont les voies départementales. Au regard de l’ensemble de ces éléments, lorsqu’une route départementale traverse une commune, il y a concours des obligations incombant au département au titre de l’entretien de la route et de celles incombant à la commune au titre des obligations relatives à l’exercice de la police municipale.)
  • Le collège n’est que la cristallisation d’un effet d’entonnoir, mais le danger est tout le long du parcours des collégiens qui ne viennent pas que du Pech, mais aussi du Pigné, de Labastide, d’Ambres, de Massac…
  • Les riverains se garent sauvagement le long de la route de Caraman, s’ils n’ont pas d’excuses, ils ont vraisemblablement des raisons, il faut les entendre,
  • Si l’urbanisme avait été maîtrisé (agrandissement, réfection et non limitation du droit à construire et reconstruire) des solutions auraient été viables.

Quand le maire sponsorise… son mécène

L’association 1901 « Mécènes du pays de Cocagne Lavaur – Saint-Sulpice – Tarn-Agout – SE-SCAL, dont le siège social est… à l’hôtel de ville de Lavaur tient son assemblée générale à la médiathèque Guiraude de Laurac ce 24 octobre 2019.

Cette association qui compterait une soixantaine de membres dont 14 personnes morales soutient des projets culturels et patrimoniaux sur le territoire de la CCTA.

Elle a été active bien évidemment pour la cathédrale Saint Carayon Alain, mais ses dons… ce sont vos dons aussi, à hauteur de 66% qui représentent la déduction d’impôts  du mécénat, et par voie de compensation une augmentation de vos contributions fiscales.

Mais vous n’êtes pas invités ?

C’est juste en petit comité ?

Dommage car à 20 h la mairie de Lavaur OFFRE un cocktail, et bien sûr c’est encore nous qui payons !

Reste que remercier ses mécènes est une activité préférée du maire et le cocktail préparé par un traiteur local sera, n’en doutons pas, aussi somptueux que celui de l’inauguration de la centrale hydroélectrique…

mogo meceneEt si ce mécénat étendait ses activités à la préservation de la vie de nos enfants en investissant dans la peinture verte, dans la bande blanche et dans les jolis dessins de vélos sur le macadam, ce serait artistique et combien utile. Pour le coup nous serons nombreux à sabler le champagne sur nos routes devenues enfin sûres.

Quand la vie tient à un pot de peinture

Il nous a prévenu, le 1er adjoint au maire aux travaux :

« On ne peut pas pousser les murs ! »

Mais cette lapalissade urbaine (quoique pas vraiment incontournable) doit être mise en balance avec la sécurité.

Et la sécurité ce n’est pas que de la vidéo protection.

C’est bien autre chose qui ne réveille pas la profonde somnolence de Monseigneur. La sécurité ce sont les déplacements, les infrastructures. Dans une ville réputée sereine, l’attention d’un édile responsable est bien dans la gestion des déplacements et leur sécurisation.

Déjà dénoncé, le parcours du combattant des collégiens et lycéens, ne fait l’objet d’aucune étude et encore moins d’aménagements indispensables et urgents. N’attendons pas un mort pour agir !

Oh, bien sûr, le maire jettera en réponse aux observations du PLU, un plan de circulation tellement sot qu’il ne le mettra pas en œuvre reculant devant le bon sens développé par les usagers (c’est la rançon des décisions prises à l’emporte pièce sans concertation).

Certes il fera peindre en vert une partie de la route de Caraman pour donner l’illusion d’une piste cyclable jusqu’au collège des Clauzades.

Il laissera cohabiter

  • bus, véhicules légers, poids lourds, engins agricoles…

  • piétons, vélos, trottinettes, poussettes, fauteuils handi…

dans une zone particulièrement circulée et ne pourra ainsi éviter des accidents, malgré la vigilances de tous et l’adresse incontestable de nos jeunes et moins jeunes.

Certes pas coupable, mais oh combien responsable !

plan veloIl est grand temps que le Monseigneur local se reprenne avant que le Jacquemart ne descende de son clocher pour lui tirer les oreilles.

Et qu’importe les élections, le sujet n’est pas là, le sujet est l’urgence de mesures conservatoires avant que l’accident ne se transforme en drame qu’il est si facile d’éviter autrement que par la faction d’un policier municipal bien impuissant à réguler la circulation dans cette artère de la ville.

Le challenge vauréen est engagé !

C’est la course à la photo dans le journal (de Carayon) et éventuellement une petite photo dans la dépêche ou le journal d’ici, c’est pas de refus !

Et donc notre Monseigneur se lance dans son challenge pré-électoral préféré,

L’INAUGURATION…

Et pour gagner, au diable la cohérence, tenez je vous prends à témoin, il y a eu cette inauguration d’une impasse avec Monseigneur et ses conseillers préférés, une voie dite le « chemin des mirabelles ».

mirabelle juilletLes travaux ont été achevés fin juillet… il y a 70 jours.

Mais reconnaissons le, il y a deux mois et demi ce n’était pas le bon tempo pour les élections, et puis il y a urgence, le Mag va paraître, une petite inauguration c’est pas mal, cela meuble le catalogue de Monseigneur, ainsi donc va ce challenge.

Alors la cérémonie, c’était cela :

mirabelle _ 10_10 Mais regardez bien les photos… Une année ou deux de périodes de dégel et bonjour les dégâts pour les riverains, pas de trottoirs, pas de stabilisation des accotements, rien que des infrastructures à la Monseigneur.

Vite fait, juste le temps d’une photo et puis l’indifférence aux problèmes qui sont liés à l’imprévision quant à l’urbanisation de cette zone qui privilégie l’impasse à la liaison inter voies pour assurer la fluidité des circulations.

mirabelle tx

Photo contemporaine qui montre bien où vont s’écouler les eaux de la voirie…

Pour ce qui est du challenge, je suis prêt à parier qu’avant la fin du mois, il va nous commettre encore quelques rubans coupés avec les ciseaux de l’opportunisme électoral.

Même… qu’il est capable de  nous inviter à inaugurer des rues ou places dont les travaux sont achevés depuis des mois !!!

Si, si… On parie ?

Plus que 54 jours…

Soyons les acteurs de notre ville, l’occasion nous est donnée de livrer notre sentiment quant à l’usage du vélo dans notre commune.

Une enquête est ouverte, mais pour que les résultats soient interprétables il faut recueillir un certain nombre de réponses : 108.

Il nous reste 54 jours pour atteindre ce palier.

Il est important de pouvoir peser sur les décisions de la commune notamment en ce qui concerne les liaisons douces et la réservation de circuits cyclables sérieusement organisés sur l’ensemble du territoire communal avec des priorités comme les accès aux écoles, aux loisirs et aux commerces sans risquer sa vie à chaque tour de roue.

baro 2Cliquez sur l’image pour rejoindre l’enquête et répondre sincèrement aux questions.

Juste 5 minutes et peut-être aider à donner naissance à un vrai projet de pistes cyclables.

Lavaur vaut bien cet effort.

Aujourd’hui, 44 réponses sont recensées…

baro resultat inter 1

Est-il besoin de rappeler que lors de l’enquête sur le PLU, 360 observations avaient été consignées concernant les pistes cyclables et liaisons douces en général.

Parking, impasse…

La rue, le parking qui ne débouche sur rien, c’est une spécialité vauréenne, c’est la marque de fabrique de Monseigneur !

Déjà signalée dans les observations du PLU, cette fâcheuse habitude, si elle facilite les travaux et réduit les coûts a une conséquence sur la circulation et la fluidité des échanges inter voirie.

Mais à la mairie, on s’en moque bien.

Et à la mairie quand il est souhaité par une conseillère d’opposition de faire des études avant des achats et des travaux, on fait la sourde oreille !

Pourtant ce n’est pas demander la lune que d’imaginer une mise en perspective d’un projet, cela doit même être bien puisque partout, ailleurs qu’à Lavaur, cela se pratique couramment.

Le premier adjoint avait proposé en juin, au conseil municipal, l’achat d’un terrain… cher (bien, c’est l’habitude que cela nous coûte un bras l’achat de foncier, mais à Lavaur il y a longtemps que le citoyen est manchot !), il lui a été demandé, légitimement, de diligenter une étude. Au conseil de septembre, motus et bouche cousue…

tiens c'est tombéHé ! Monsieur le premier adjoint de notre monseigneur bien taiseux sur le sujet, t’as fait le vide dans ton esprit ou tu as perdu le sens de la réflexion.

On te le rends, ton cerveau !!!

Chiche, maintenant tu t’en sers ?

Et tu nous sers une jolie petite étude avec une intégration du parking dans la circulation.

Des experts nous ont dit que la chose est faisable et raisonnable au prix d’une petite expropriation pour créer un sens obligatoire et une fluidité des échanges entre les deux voies :

parking malroux3

C’est sûr que tu vas perdre des copains avec des vrais projets, mais une petite dose d’intérêt général dans un monde d’apéros et de jeux, cela se tente, NON ?