Plus c’est long… Plus c’est bon !

Il y a au moins un domaine où Carayon est dans l’excellence !

Les pistes cyclables, depuis que l’on attend, depuis qu’il a réuni moult commissions extra et intra communales, depuis qu’ont fleuri des projets dans le journal, dans le mag, dans les promesses pré-électorales, depuis qu’ici et là surgissent des pistes étriquées, depuis tout ce temps là, rien n’est fait de sérieux.

Comme Clémenceau, il a réuni des commissions, mais ce n’étaient que des commissions pour enterrer le sujet. Ce sujet est dix pieds sous terre aujourd’hui.

ilyadouzeansGageons qu’il réapparaitra tel un fantôme sur le liste des bonnes intentions en 2020, mais en attendant pas de liaisons douces, des pistes cyclables dont le saupoudrage constitue dans sa discontinuité un véritable danger routier. Voilà une vingtaine d’années de gestion de Carayon qui pourrait se résumer par quelques mots : incompétence, amateurisme…

Les élus ont planché… ils se sont endormis et depuis le temps cela ressemble à l’histoire de la belle au bois dormant !

Ce n’est pas parce que c’est stupide qu’on ne le fait pas !

Au sujet du parking dit de «la Maison de la musique», un débat s’était instauré en réunion du conseil municipal. La conseillère d’opposition avait fait valoir les problèmes de circulation qu’il fallait gérer avant de se lancer dans une opération dont le coût n’avait pas été indiqué.

Il est évident qu’il y a urgence à la réalisation, 9 mois pour accoucher d’un parking au moment des municipales, le bon tempo.

Certes nous percevons le gain en termes, non pas de stationnements, mais en matière de renommée…

Une quarantaine de places… Dans un espace contraint dont on ne pourra pas pousser les murs, avec un accès dangereux.

Ceal valait bien une petite étude, d’ailleurs réclamée par la conseillère.

stupidit3Oui, mais voilà… A Lavaur et nulle part ailleurs, les études sont faites toujours après les achats de terrain.

En un mot, il est imaginé une opération, elle n’est pas chiffrée, le terrain est acheté et après on fait une étude de faisabilité.

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le premier adjoint au maire :

«Je ne peux pas pousser les murs, il y a des clôtures et une maison… Mais, en revanche, nous allons faire l’acquisition et on étudiera ensemble pour voir comment on peut sécuriser»

Il eût été de bonne gestion de faire une étude et ensuite, le cas échéant, acheter !

A chacun ses valeurs, Lavaur supportera bien les conséquences des nouvelles impérities de gestion.

On ne tient pas des promesses en faisant du grand n’importe quoi, il y a des règles qui s’applique partout ailleurs, alors pourquoi pas à Lavaur.

Un sujet de fond écarté par le maire !

Comme le dit le journaliste, le 1 000 000 € n’a pas fait débat, mais contrairement à ce qu’il prétend la séance n’a pas été rondement menée.

Un point essentiel, la création d’un parking a fait débat, débat difficile parce perturbé par le clown de service.

Qu’importe, après 8 mn de divagations, la séance a pu reprendre.

entre rue malrouxLa conseillère municipale Pauline Albouy Pomponne qui fréquente le lieu à travers ses multiples activités associatives témoigne d’entrée de discussion de la dangerosité de l’accès qui existe actuellement.

Elle évoque les manœuvres qui sont souvent nécessaires pour entrer et sortir de cette « ruelle ».

Qu’importe pour le maire ce n’est à l’évidence pas le sujet, le sujet est l’achat du terrain sans avis de France domaine au prétexte que le montant de l’ « opération » serait inférieure au seuil de consultation.

En fait il n’en sait STRICTEMENT RIEN du montant de l’opération ! Il connaît simplement le prix du terrain qu’il a négocié avec la SCI propriétaire.

Et, à bien y regarder, 40 € cela ne correspond à rien : soit c’est du terrain à bâtir et alors le prix observé est de 120€ le m², ou bien c’est du terrain non constructible (en ce temps troubles d’un PLU en gestation cela ressemble plutôt à une parcelle enclavée non constructible)et le prix est de 10€ le m². Donc une négociation pour le moins curieuse et qui mériterait des explications.

Mais en revenant aux fondamentaux, il reste urgent de chiffrer l’opération :

stationnement…déconstruction, déblais, évacuation des déblais en zone circulée avec accès difficile, couche de fondation, couche de roulement drainant (nous sommes en plein cœur de ville) signalisation horizontale, réservations handicapés, circulation alternée pour entrer et sortir de l’impasse, régulation du trafic sur l’avenue Malroux (éclairage et caméras ?).

Tenez en estimation basse le chiffre de 200 000 € est atteint, donc France domaine doit être consultée OBLIGATOIREMENT.

plan masse prkingMaintenant sur l’opportunité, ces 700 m² permettent d’accueillir 28 emplacements normalisés ou 26 avec places handicapés. Nous sommes loin des 40 suggérés par l’adjoint au maire !

Et enfin, et surtout, l’observation de la conseillère Albouy-Pomponne, l’évidente nécessité de saisir une commission de sécurité mais EN AMONT de l’achat de terrain, sinon nous assisterons au remake de l’école maternelle et du centre aquatique… On achète puis on paiera.

Mais quel est donc le moteur de ces préjudiciables impérities ?

La question reste posée, c’est un challenge à relever, gageons que certains s’y attèleront avec succès.

Travaux… en route pour le Tour !

Terriblement contraignantes ces normes du Tour de France.

Passera, passera pas… Tout dépend de ce que la commune traversée va mettre pour que le parcours soit sécurisé.

rte caramanMais s’il s’agit bien de sécurité, c’est celle de la caravane et des coureurs pas celle des habitants, parce que cette sécurité, il est patent, que le maire n’y attache pas l’urgence qu’il consacre aux cyclistes.

Faudrait quand même doper un peu ce souci de la sécurité ordinaire, celle de tous les jours. Celle qui concerne nos enfants qui vont au Clauzades.

C’est une vraie chance que le tour passe par la route de Caraman, sinon nul ne peut dire quand trottoirs et pistes cyclables auraient été normalisées.

Reste que le ralentisseur face à l’école maternelle est d’une dangerosité extraordinaire (20 cm de dénivelé) et que je n’imagine pas qu’il reste en l’état pour le passage du Tour…

Attendons et voyons !

Un problème de citoyenneté

Depuis plusieurs jours (photo du 07/05/2019) des branchages, morceaux de bois, partie de mobilier jonchent les abords d’un container destiné à recueillir le verre. ce n’est pas le maire qui les a mis là, à l’évidence. Il y aurait donc un problème de citoyenneté, de bien vivre ensemble ?

Ce qui n’empêche pas les services municipaux de pallier ce désordre, en cherchant, pourquoi pas, l’indélicat !

container

Selon la formule consacrée…

« C’est à Lavaur,

et nulle part ailleurs »

C’est bien à Lavaur que nous constatons le défaut significatif d’entretien des fossés.

Ce n’est pas un problème d’esthétique, c’est un vrai problème de sécurité routière…

Alors comme tous nos sous ont été « investis » dans la cathédrale, il serait plus responsable de traiter les accotements plutôt que de concourir pour la ville la plus belle en regard de ses ronds-points.

Choisir des petites fleurs ou la sécurité.

Visiblement Carayon a choisi,

et c’est bien, comme il le dit, à Lavaur et nulle part ailleurs !

Heureusement !

Quelques photos que Carayon n’aura jamais vu, comme le rapport Spinetta !

fossé 5fosse 4

fosse 2fosse 1

 

fosse 3