De tribune en tribune, les voilà les jolies promesses…

Ce soir le président de la République va nous expliquer encore une fois qu’il nous aime, que nous soyons des alcooliques, des illettrés, des fainéants, des riens, d’où que nous venions y compris de l’île de la Guyane, qu’importe il va nous resservir cette soupe amère pour ceux qui n’ont pas le sou et qui aiment et croient encore en la démocratie !

pompe essenceVa-t-il faire un geste inverse à ceux qu’il a fait ? Augmenter les APL, baisser la CSG des retraités, ramener le prix du carburant à un niveau acceptable, libérer la parole, ne plus mutiler les manifestants ?

Va-t-il baisser les impôts des plus pauvres en ponctionnant les revenus de ceux qui ne savent plus qu’en faire ? Va-t-il nous susurrer quelques inepties pour expliquer les privatisations, ADP, la FDJ, etc.

Et puis essentiel, va-t-il enfin se préoccuper de l’environnement, donner une chance véritable à la transition énergétique et écologique ?

Accessoirement nous dira-t-il la vérité sur le scandale Benalla et consorts…

Je ne le saurais que demain, car ce soir je reçois des amis et nous n’allons pas gâcher notre soirée à écouter un roitelet pérorer pour justifier l’injustifiable : le saccage de notre République, de notre démocratie.

Le 29 avril je n’irai pas échanger « librement » sur les élucubrations de Macron avec Carayon. Il est temps de se désolidariser de ce type de manifestations qui permet aux uns et aux autres de se vanter d’une affluence que chacun revendique en cette période électorale. Il n’est plus qu’un seul déplacement pertinent : celui qui conduit aux urnes.

Oh, la, la, la… C’est magnifique

Parti à la chasse aux actions extraordinaires du maire, comme il se plaît à le dire « à Lavaur et nulle part ailleurs », je ne pouvais éviter ce magnifique ouvrage qui engage, pour des années, le devenir de la commune et de ses habitants, je veux parler, vous l’avez deviné du PLU !

C’est M.A.G.N.I.F.I.Q.U.E

cara conseil avrilce manque de mise en perspective des différents zonages, ces dispositions ajoutées les unes aux autres sans corrélation entre elles,

ce manque de vision sur le devenir de la commune et l’emploi hasardeux de données démographiques pour forcer les raisonnements,

cette indifférence aux observations formulées,

ce mépris des pétitions, commentaires, observations…

C’est véritablement magnifique cette constance dans le manque d’intérêt qu’il marque à l’endroit de ses administrés.

Les voies de son dieu sont impénétrables, les siennes également !

Point par point, illusion !

le plu pour les nulsComme une sorte de droit de réponse à des contradicteurs nombreux et pugnaces, le maire s’est épanché dans la presse pour défendre son projet. Point par point dit le journaliste.

Il a raté des mailles ! La couture n’est pas son point fort sauf à se livrer à des raccommodages d’un autre âge.

Il s’est bien gardé de répondre à des critiques qui semblent fondées, sinon il les auraient évoquées. Ce sont des critiques sur la forme et le fond qui passent ainsi à travers les mailles de ses discours.

Un principe prévaut pour Carayon qui est loin, très loin des concepts mis en place depuis plusieurs années par l’État et censés être respectés par les élus de tout poil.

L’information et la communication, il n’en veut pas, il la bannit de ses actions. A tel point que même son support de communication numérique est à l’abandon, ce n’est plus qu’un relai des activités des associations et autres comités.

Récemment il a enfourché son destrier du scandale, pour aller en guerre contre le gouvernement qui va, par Blanquer interposé, supprimer les heures attribuées à l’enseignement de la langue occitane. Un combat dont la légitimité n’est pas étayée par des actions localement : en conciliant ses obligations de communication et son amour pour la langue occitane il aurait pu parvenir à satisfaire l’une et promouvoir l’autre. C’eût été une bien belle réalisation !

Proposer tout simplement que le site de la ville de Lavaur puisse bénéficier d’une traduction en occitan.

Actuellement c’est… enfin pour l’affichage, en anglais. Cela a coûté cher et cela n’est même pas mis à jour (ce sont les fameuses -fumeuses dépenses qui rapportent selon Carayon!). Alors, tant pis pour ces deniers dépensés indûment et sans contrôle, mais nous ne sommes pas à un gâchis près, et que soit réalisée une communication aussi en occitan donnerait plus de panache et de crédibilité à sa colère !

Et un PLU en occitan ?

Quand efficacité ne rime…

ni avec député,

ni avec Terlier !

Souvenons-nous, en juillet le député Terlier a rendu visite à l’hôpital de Lavaur, au service de psychiatrie. On peut imaginer qu’il a pris la mesure du problème, des problèmes ! D’ailleurs, il s’est engagé à prendre contact avec la direction de l’hôpital et avec l’ARS…

Et aujourd’hui, force est de constater que, décidément, non, non rien n’a changé… tout, tout a empiré.

ARS terlier

Reste qu’avec toutes les visites de Terlier ici et là dans la circonscription et au-delà, ce sont bien des pôles de compétences en danger par son inaction ; car promettre, faire rêver pour rien, c’est signer son désintérêt et marquer ses visites du sceau de l’opportunité électoraliste.

Titre douteux…

ou qui, à tout le moins, jette le trouble…

Dans la Dépêche du Midi, cet article et ce commentaire en compte rendu de la réunion du conseil municipal du 24  octobre 2018 qui me laissent perplexe.

J’ai comme l’étrange impression de n’avoir pas assisté à la même réunion et de n’avoir pas entendu les mêmes débats.

Je ne risque pas d’être taxé de pro-Carayonnisme, et chacun sait combien il me tient à cœur de dire ce qui est. Je ne suis sans doute pas le dernier à dénoncer avec constance, le manque de communication de la mairie et aussi les défauts de sa communication réglementaire. Ce webzine en est témoin.

Cela ne s’est pas du tout passé comme cela, mais alors pas du tout.

Le journaliste a écrit :  » Les élus ont désigné le nouveau concessionnaire de la délégation de service public de l’assainissement collectif. Véolia, Saurs et Suez étaient en lice. Le conseil municipal a suivi les préconisations du bureau d’études et, sans surprise, c’est Véolia qui est reconduit dans cette mission. «Depuis 1976, quelles que soient les municipalités, c’est cette société qui gère le service d’assainissement collectif», a souligné Bernard Carayon, le maire. C’est donc reparti pour une durée de 12 ans à compter au 1er décembre avec Véolia. »

Mais que veut dire « sans surprise » , « c’est donc reparti » et puis le titre « Assainissement collectif : Véolia encore et toujours reconduit ». Cela a une odeur de dénonciation d’un marché un rien joué d’avance, c’est en tout cas bien loin de ce qui s’est passé. D’autant qu’il ne s’agit pas d’une reconduction mais bien d’une attribution nouvelle !

C’est en fait une judicieuse et sincère action de communication qui a été mené par le maire : il a donné la parole au bureau d’études qui a diligenté l’analyse des offres et la négociation avec les postulants. Des diapositives claires ont été affichées en séance, chacun a pu donc valider la pertinence des divers indicateurs contractuels des trois soumissionnaires, puis chacun a pu poser des questions, demander des éclaircissements, ce qui a été fait avec professionnalisme. Alors, juste semer le doute en ne relatant pas la démarche entreprise, pourquoi ?

Je me demande si, dans les  carafes d’eau dont dispose les conseillers et la presse, il n’y aurait pas quelque mixture propre à endormir… Les spectateurs n’ont pas accès à ces carafes et donc ma lucidité est restée intacte. Merci donc à Monsieur le Maire pour cette démarche exemplaire qui sert la transparence et la démocratie.

cm 24 octLe journaliste nous dit : « Alors qu’au fil des conseils municipaux, ce sont des dépenses qui sont annoncées par Michel Guipouy, adjoint à la culture, pour restaurer, conserver, embellir ce bâtiment, divine surprise, ce coup-ci c’est une somme allouée par le département. Le conseil départemental croit sans doute assez en Saint-Alain pour accorder une subvention de 150 567 € pour la restauration de sa cathédrale. » Ce commentaire me semble bien emprunt d’une ironie injustifiée. Je suis aussi très réservé sur l’utilité de faire tant de dépenses pour Saint-Alain, et je l’ai dit suffisamment souvent, mais qu’apporte ces précisions qui sont en dehors du temps. L’important, le fait pour un journaliste c’est bien que le département ait accordé une subvention de 150 567€, que ce soit Michel Guipouy qui l’annonce en s’en moque et quand à la divine surprise elle n’est ni divine, ni surprenante, il suffit de se référer aux différents financements déjà recueillis pour se rendre compte que le Saint-Alain est coutumier des subventions et autres donations !

Curieusement le journaliste, qui a pourtant assisté à la totalité de la réunion, n’a pas relayé la dernière information donné par le maire.

Je répare donc pour mes fidèles lecteurs cette information.

Mis en cause par l’opposition par voie de presse et invité à donner sa démission en conséquence du jugement en première instance d’un chef de service de l’hôpital, le maire a invité le conseil de surveillance de l’hôpital à se prononcer sur son maintien à la présidence. Il a été, à l’unanimité, maintenu dans ses fonctions.

Et aussi, je me dois pour les 1710 électeurs qui ont voté pour la liste « Croire en Lavaur » l’information qui n’a pas été relevée par le journaliste… Un seul représentant de cette liste d’opposition présent, une démission et bien des difficultés à trouver un remplaçant. Je ne sers la soupe à personne, je ne fais le lit de personne, aussi je me sens terriblement trahi par cette attitude nonchalante… Ceci est bien méprisant pour ceux qui avaient choisi le changement… à se féliciter qu’il n’ait pas eu lieu !

Cela en devient pathétique !

Conseil des ministres, devinez qui est donc ce M. Yves LEVY, professeur des universités-praticien hospitalier…
Allons un petit effort !     Que diable !

Je vous aide…

il est l’époux de Miss 11 vaccins obligatoires !

levy

Pas capables (Macron et son 1er sinistre) de remanier un gouvernement dans des délais raisonnables, mais toujours alertes pour servir la soupe aux fidèles !

Et je me demande quel est le rôle d’un « conseiller d’État en service… extraordinaire !

Nos députés qui sont chargés du contrôle du gouvernement pourraient poser la question… Mais bon, un mouton cela se fait tondre, cela ne prend pas d’initiative !