Une action, deux raisons…

L’atteinte à l’écologie, l’atteinte aux commerces locaux, l’imbécillité de développer des structures d’e-commerce aux portes du Tarn, les raisons d’une rare stupidité de certains élus (dont Monseigneur Carayon V) qui veulent que de toutes les façons « si ce n’est pas ici, cela profitera à d’autres » sans imaginer un seul instant – avec un peu de bon sens citoyen – que ce peut être nulle part, ces atteintes sont extraordinaires et rien ne semble devoir les stopper.

Les actions d’information, les actions de contestations se multiplient, rien n’y fait le principe du « plus c’est con, plus j’insiste » semble être de mise chez ces édiles dont les motivations sont obscures et en totale contradiction avec les urgences climatiques.

Cette surdité, cet aveuglement face aux réalités me fait penser que seule la force de la mobilisation peut infléchir les positions prises. Le temps n’est plus aux raisonnements, le temps est à l’action.

Samedi, citoyens conscients et soucieux de laisser une terre vivable à nos enfants mobilisons nous et rejoignons la fête d’ici-commerce :

https://www.facebook.com/events/343112070171002/

Et puis défendre le commerce de proximité par une action menée en favorisant les déplacements doux, c’est bien une ambition pour le monde de demain.

30% et son opposition de pacotille

Décidément, notre Monseigneur 30% n’a pas grand effort à faire, il doit juste remercier son opposition d’enfiler ses errances et de saluer « la maîtrise globale des dépenses ».
Cela tient d’une ignorance parfaite des règles budgétaires, des budgets passés, des préconisations de la Cour Régionale des Comptes (je sais, elles datent, mais n’ont pas pris une ride !).

Nous sommes dans un amateurisme exemplaire !

Se féliciter parce que « toutes et tous contiennent les dépenses de fonctionnement, une équipe stable ! L’opposition a chaussé son nez rouge et Monseigneur 30% saura rappeler ces prises de position.
Aussi, si certains se félicitent du courage qu’il y a à participer au débat communal avec (contre ?!) Carayon, je me marre !

Donc l’opposition a lu (elle l’a compris ?) ce rapport d’orientation budgétaire, et le débat ?
Ce débat qui doit précéder la présentation d’un budget… A la trappe !

Cette intervention de la très indulgente et bien aimable Albouy-Pomponne, montre à quel point il est plus facile d’endosser le costume de Monseigneur 30% que de le lacérer.

Elle nous parle de PLU, mais il faut parler de PLUi. Elle pose des questions mais pas de propositions. Elle va se tapir dans un coin des salles de commissions pour tenter d’exister en réaction, il faut proposer et dans les mêmes termes que son Altesse Carayon V, pas pleurnicher quand, du haut de son insuffisance relationnelle, sa seigneurie la rudoie.

La cathédrale ? Il faut dénoncer, faire une intervention médiatique pour mettre l’accent sur ces dérives religieuses.

Le terrain en face l’hôpital ? Pas de questionnement sur l’avancée de ce projet… L’achat du terrain est-il budgété ? Le projet est-il vert ?

« Est-il possible d’envisager une petite enveloppe sur les investissements pour la mobilité en ville… » C’est ainsi que l’opposition se place dans un contexte budgétaire : Dis, Monseigneur t’as pas cent balles pour les projets de transition écologiques et énergétiques…

Les associations paient le prix fort ? Mais elles avaient des subventions… fortes !
Les réceptions aussi restent élevées, mais pourquoi transférer « un tiers » ? Cela recouvre quoi ?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est carayon-6.jpg

Ah, Monseigneur vous pouvez bénir cette élection qui vous ouvre tout grand l’autoroute de vos nouvelles idées déjà anciennes !
L’opposition saura vous féliciter, et ne craignez rien, elle ne viendra pas vous faire trébucher sur le chemin de votre gestion faite de bons mots, de vilaines postures et d’errances dans des process du passé.

Un Carayon VI ? Nous sommes bien partis !

 
What do you want to do ?
New mailCopy
 

Chut…

Le respect du devoir de réserve sur tous les réseaux sociaux

Bien que la communication privée reste possible sur les réseaux sociaux durant cette période, elle apparaît risquée : il existe en effet une probabilité non-négligeable pour qu’une publication initialement privée soit ensuite relayée et rediffusée à une échelle plus vaste.

Dans de telles circonstances, toute publication après minuit, la veille du scrutin, fait courir un risque inutile au candidat et sa campagne. De même, si la page, le profil ou le forum du site Internet du candidat n’est pas désactivée la veille des élections, celui-ci s’expose à ce que des tiers y publient des propos potentiellement assimilables à de la propagande. Le devoir de réserve s’imposant aussi bien au candidat, à son équipe, aux sympathisants qu’aux citoyens, la sensibilisation du public peut s’avérer nécessaire à son respect scrupuleux.

Lavaur face à son destin…

Avec les annonces de listes en vue des élections municipales, il faut bien constater que le destin de Lavaur est scellé dans la continuité avec la déclaration du candidat Carayon

La force du maire, Monseigneur de Lavaur est bien de décourager toute velléité de contradictions, il a déjà gagné ce pari, la consistance de ses adversaires manque de densité.
Examinons cette interview dans le journal d’ici du 10 janvier 2020.

Il nous parle des dossiers engagés, qui ne peuvent être finalement dans le bilan, ils ne sont pas achevés et qui n’ont pas leur place dans le programme puisqu’ils sont commencés !

En toute franchise, à sa place, je les tairai, je ferai le plus grand silence sur

  • cette maternelle qui ne prend pas en compte la démographie constatée et prévisible et les dépassements de budgets liés à une imprévision et à des études bâclées,
  • ce bassin de nage intercommunal qui lui aussi accuse un grave déficit de prévisions financières, des études bâclées, une indigence de la consultation de l’ensemble des acteurs de l’intercommunalité, un budget final qui explose dans les comptes de la commune et non de la CCTA avec le déport de dépenses non mutualisées,
  • ces parcs sportifs, déjà promis, et qui ont été budgétés sur les engagements anticipés dans l’urgence d’une élection municipale,
  • cette maison des associations, elle aussi née d’une urgence électorale et, qui est orpheline d’un projet humain… juste des murs,
  • une maison médicale d’urgence, disposition issue des projets gouvernementaux et qui existe quasi partout où cela est nécessaire en dehors des mariages avec les centres hospitaliers. D’ailleurs dans ce mariage avec le CHU de Toulouse qui a amputé Lavaur de la compétence chirurgie par exemple, ne serait-ce pas un accroc au contrat que de développer en parallèle avec les urgences une médecine privée, dont la mairie n’assure finalement que le matériel pas l’humain,
  • les berges d’Agout ont souffert du même mal, la déficience grave d’un bureau d’études. Avec une pingrerie à l’épreuve des dispositions budgétaires, l’aménagement sera contraint et que ce projet soit porté de programme électoral en programme électoral ne change rien à l’affaire, les berges de l’Agout ce sont juste quelques dizaines de mètres,
  • le cinéma qu’il a laissé fermer sans aucun état d’âme… Il aime tellement les gens qu’il a attendu que inéluctable arrive pour s’engager timidement à faire quelque chose un jour… ou l’autre !

peur sur la villeL’inquiétant, l’angoissant, l’effrayant… est bien que Monseigneur nous dit qu’il a encore des idées !
Il serait préférable qu’il s’en tienne à ce qui est l’urgence du devenir de la ville :
la prise en compte de la transition écologique, énergétique et économique,
le gestion sociale et humaine de la ville dans le respect des femmes et des hommes en soignant ses expressions et nous dispensant de son mépris et de ses persiflages.

De cela pas un mot.

Il est aussi taiseux sur ce qui concerne le PLU, dossier qui organise cette transition !

Pas un  mot sur les pistes cyclables, les liaisons douces !

Et qu’il ne se trompe pas,
bien sûr que sa gestion est partisane et cela se sait !

Soyons assurés qu’il a pris la mesure de son pitoyable mandat qui s’achève, il en a parfaitement conscience d’ailleurs il le reconnaît !

En effet, la vox populi veut que l’on ne change pas une équipe qui gagne, il faut acter, en creux, que l’on change une équipe qui perd…

Et il annonce une liste « profondément renouvelée » .

Maintenant pas évident que cela change dans sa manière de faire, ni dans le bon sens, celui de prise en compte du respect des engagements, celui du respect des budgets, de la diminution drastique de la dette et particulièrement l’engagement dans le défi planétaire qui est le réchauffement climatique et ses conséquences à tous les niveaux !

Quand la culture n’est que jardinage électoral

Continuons à parcourir le « programme 2014 » de Messire et examinons ce qu’il va étaler sous les projecteurs de sa mauvaise foi.

La page 6 fait la part belle à ce qu’il qualifie « une vie culturelle plus ouverte ».

Pas vraiment une ouverture mais très exactement un remake de ce qui existait déjà, des idées coûteuses qui n’ont pas vu le jour, enfin une énumération sur laquelle il est bon de se pencher avec curiosité.

Il s’agit d’abord de transformer la halle aux grains en salle de spectacles. Ce n’est pas un projet puisqu’au moment de l’élection… c’est en cours.
Mais c’est là que les carayonneries aboutissent toujours, il achète et il ne finit rien. Il a acheté les gradins, mais les gradins ce ne sont pas une salle de spectacle. L’installation acoustique est ignorée, l’électricité n’a pas été repensée, enfin quoi nous voilà avec une halle « aménagée » qui méritait mieux que ce bricolage indigne.

Ensuite l’ouverture d’une salle de danse et des locaux polyvalents pour les associations à la maison de la musique. Il nous fait le tango des aménagements improvisés, la meilleure preuve est que, en fin de mandat, sur une idée du collectif « Les Vauréens », il achète de quoi installer une maison des associations, mais ne dit pas comment cela fonctionnera !

L’adaptation de la halle d’Occitanie à la danse (décidément on danse beaucoup à Lavaur, cela va finir par faire jaser), et la promotion de thés dansants… Même idée que pour la halle aux grains, même punition : une inadaptation du bâtiment qui devient une coquille difficile à habiller pour des activités artistiques.

L’installation d’une application « mobile à télécharger » c’est un petit menuet pour pipeau bouché ! Cela existe !

La gratuité des spectacles au moins de 18 ans, une demie mesure qui aurait pu être étendue au plus de 60 ans !

jardinPar contre les animations du Plô ont bien été présentes sur le temps du mandat ainsi que des expositions, marchés des antiquaires et autres brocanteurs, activités impulsées par des personnes privées (pas gratuit !)… Là, le maire se gargarise avec le travail des autres, nous sommes habitués !

Enfin, le maire propose d’ouvrir les espaces culturels et nos rues (street art ?) aux jeunes créateurs et artistes… (pas les vieux, ils ont un banquet !). Il faut voir encore ici du grand bla-bla.

Un encadré de cette page évoque bien des ambitions pour le musée, mais chacun sait ce qu’il en est !

Ainsi va la page consacrée aux ambitions culturelles du maire !

Les choses changent, Carayon l’ignore !

A l’occasion d’un échange (amusé, pour ma part) sur facebook, j’ai pu appréhender que pour notre maire, développer des arguments, critiquer sa politique et ses postures, c’est faire preuve de haine.

Quelle erreur, je n’ai à son endroit aucune haine, j’ai beaucoup de pitié face à ses propos méprisants, à ses attitudes détestables, à ses actions improvisées, à ses postures partisanes d’un autre temps.

Rien de haineux, mais une profonde tristesse de voir mal faire ce qui pourrait être bien fait démocratiquement en concertation avec tous les citoyens.

Mais monsieur le maire, cela ne témoigne pas d’une vie personnelle très triste ! Elle est au contraire bien gaie, particulièrement quand nous pouvons avec mon épouse nous régaler de vos posts !

extrait cara myope

Rires aussi quand je constate que finalement je n’ai plus accès à cet article, ce qui traduit bien votre conception de la démocratie et de la communication, il semblerait que votre fonction ne vous permet pas des échanges ouverts avec vos concitoyens, votre fonction ou plus exactement votre esprit ! Ce qui démontre, en outre, que vous n’êtes pas en mesure d’argumenter sans mettre en cause l’individu lui-même.

Je vous dis cela ici, puisque vous consultez mes publications, ce dont je vous félicite, vous pourriez même vous en inspirer… Abonnez-vous pour être sûr de ne manquer aucune publication !

Maintenant dire que vous ne me connaissez pas, c’est pitoyable, je suis vauréen depuis 20 ans, j’ai construit dans notre commune, mes enfants y ont été scolarisés, j’ai dirigé plusieurs auto-entreprises et mon épouse a, elle-aussi, exercé à Lavaur. Alors si vous ne me connaissez pas ce n’est pas Lavaur au cœur que vous représentez, mais juste ceux qui ont à cœur de vous flatter.

Il me souvient, en outre, que vous m’avez brutalement apostrophé lors d’une foire économique au lendemain de votre échec aux législatives de 2012 me rappelant votre score aux municipales… Une habitude chez vous qui appelle quand même une précision.

A la dernière consultation citoyenne dans votre commune et malgré l’avantage d’être le favori pour des raisons que je n’analyse pas ici, votre score est loin des 68% que vous avez cités dans votre post sur facebook :

pourcent voix carayon

Il faudrait redescendre sur terre… même pas 1 citoyen sur 3, c’est exactement ce que vous pesez électoralement, aussi je vous conseille le port de verres correcteurs (ou de lentilles de vue, c’est plus coquet) pour éviter cette distorsion de la vérité : 30% ce n’est pas 68 ! Et naturellement un changement de politique si vous tentez d’atteindre les 68% d’électeurs.

Je n’ai de haine envers qui que ce soit, je n’ai pas d’ennemi politique, des adversaires sans doute, j’en respecte beaucoup, d’autres ne mérite pas cette marque d’humanisme.

Par contre il est totalement intolérable que vous fassiez des allusions à ma vie personnelle, suivez donc mon exemple, mes posts sont exempts de toute intrusion dans votre vie et sur ce que vous vivez personnellement. Maintenant en tant que personne publique soumise au « rendre compte », vous pouvez, devez compter sur mon assistance pour vous dire ce qu’il en est !

Un tweet pour asséner une évidence !

Le filleul de notre bon roi, Monseigneur Carayon approuve retweet, le retweet de son fils.

Voilà donc que le Sieur Aubert, intronisé par Carayon(s) (bon sang ne ment pas, père et fils, je pense que le saint esprit n’y verra pas malice en regard des efforts constants pour sa cathédrale), déclare que le RPR a conduit à un échec !

Nous sommes bien d’accord quelques mandats de Président, 60 ministres de la République pour les résultats que l’on connait, difficile de ne pas appeler cela un échec, cuisant même cet échec !

Il faut reconnaître que Président et ministres ont été confortés par des députés de la même obédience, et Carayon en son temps n’a pas failli à cette politique libérale dont la France ne se remet pas.

Mais c’est quand même curieux cette propension à prolonger des errances mortifères pour la planète en mettant à l’ordre du jour la pratique « du père en fils ».

guibercara

Maintenant si par hasard nous nous interrogions sur les 2 entités, nous restons sur notre faim, l’une portera une ligne populaire, républicaine et patriote claire (la tendance LREM sans doute version gauche de centre gauche) et l’autre ??? Sans doute la tendance RN, mais il est des choses qui ne se disent pas !

En bref de la politique politicienne sans le moindre soupçon d’écologie, la politique d’hier pour un futur qui sera tellement différent.

Un filleul qui n’a pas froid aux yeux !

Monseigneur doit choisir un nouveau chef… Wauquiez a fait long feu et s’est abimé dans une défaite méritée et prévisible.

Désormais sans chef, les LR doivent, à l’automne choisir leur nouveau leader.

Sur sa page facebook, notre Majesté racole :

« Je parraine Julien Aubert pour qu’ il puisse être candidat à la présidence des Républicains . J’ invite les militants gaullistes à la même démarche ! »

Il n’a pas choisi au hasard. Son filleul, pur produit de l’ENA et de sciences Po, n’a toutefois pas froid aux yeux et son ouvrage, du moins son titre promet bien des plaisirs !

salaud elu

Un homme clairvoyant !

Ne pas oublier…

Si le projet mis à l’enquête est d’une pauvreté que le maire semble assumer, il n’en reste pas moins, à l’inverse, que la participation des vauréens est d’une richesse exceptionnelle. Les sujets abordés par de nombreux concitoyens à cette occasion et les solutions esquissées montre que Lavaur est seulement endormie et qu’un évènement peut la réveiller.

Mais il ne faut pas se laisser aller à l’oubli, à la faveur d’un classement provisoire par un maire qui remet à demain l’examen de ces observations et qui préfère saupoudrer quelques mesurettes d’actions aussi inutiles que mal calibrées, la conséquence pourrait être (et ce qui est sans doute espéré par le maire) une perte de mémoire sur ce travail qui a été fait en fin d’année.

effacerNe gommons pas de notre mémoire et faisons le socle de revendications citoyennes l’analyse des observations de cette enquête :

  • La concertation,
  • La transition énergétique et écologique,
  • Le logement, l’action sociale, le sport sous toutes ses formes,
  • La circulation, le plan, les liaisons douces, les pistes cyclables
  • La dynamisation du centre ville, de son commerce.

Carayon s’est moqué de nous en présentant un projet lamentable, donnons lui les moyens de se racheter en exigeant la mise en place de vraies mesures dans le cadre de plans largement discutés et approuvés par les vauréennes et les vauréens.