Plus que 54 jours…

Soyons les acteurs de notre ville, l’occasion nous est donnée de livrer notre sentiment quant à l’usage du vélo dans notre commune.

Une enquête est ouverte, mais pour que les résultats soient interprétables il faut recueillir un certain nombre de réponses : 108.

Il nous reste 54 jours pour atteindre ce palier.

Il est important de pouvoir peser sur les décisions de la commune notamment en ce qui concerne les liaisons douces et la réservation de circuits cyclables sérieusement organisés sur l’ensemble du territoire communal avec des priorités comme les accès aux écoles, aux loisirs et aux commerces sans risquer sa vie à chaque tour de roue.

baro 2Cliquez sur l’image pour rejoindre l’enquête et répondre sincèrement aux questions.

Juste 5 minutes et peut-être aider à donner naissance à un vrai projet de pistes cyclables.

Lavaur vaut bien cet effort.

Aujourd’hui, 44 réponses sont recensées…

baro resultat inter 1

Est-il besoin de rappeler que lors de l’enquête sur le PLU, 360 observations avaient été consignées concernant les pistes cyclables et liaisons douces en général.

Parking, impasse…

La rue, le parking qui ne débouche sur rien, c’est une spécialité vauréenne, c’est la marque de fabrique de Monseigneur !

Déjà signalée dans les observations du PLU, cette fâcheuse habitude, si elle facilite les travaux et réduit les coûts a une conséquence sur la circulation et la fluidité des échanges inter voirie.

Mais à la mairie, on s’en moque bien.

Et à la mairie quand il est souhaité par une conseillère d’opposition de faire des études avant des achats et des travaux, on fait la sourde oreille !

Pourtant ce n’est pas demander la lune que d’imaginer une mise en perspective d’un projet, cela doit même être bien puisque partout, ailleurs qu’à Lavaur, cela se pratique couramment.

Le premier adjoint avait proposé en juin, au conseil municipal, l’achat d’un terrain… cher (bien, c’est l’habitude que cela nous coûte un bras l’achat de foncier, mais à Lavaur il y a longtemps que le citoyen est manchot !), il lui a été demandé, légitimement, de diligenter une étude. Au conseil de septembre, motus et bouche cousue…

tiens c'est tombéHé ! Monsieur le premier adjoint de notre monseigneur bien taiseux sur le sujet, t’as fait le vide dans ton esprit ou tu as perdu le sens de la réflexion.

On te le rends, ton cerveau !!!

Chiche, maintenant tu t’en sers ?

Et tu nous sers une jolie petite étude avec une intégration du parking dans la circulation.

Des experts nous ont dit que la chose est faisable et raisonnable au prix d’une petite expropriation pour créer un sens obligatoire et une fluidité des échanges entre les deux voies :

parking malroux3

C’est sûr que tu vas perdre des copains avec des vrais projets, mais une petite dose d’intérêt général dans un monde d’apéros et de jeux, cela se tente, NON ?

Ah ! L’humour de Carayon…

Rien ne l’arrête, pas une seule déclaration hors du temps ne lui fait peur.

Rien, pas même quand il s’approprie des principes qu’il se garde bien d’appliquer !

La réunion de septembre a été riche de ses impertinences.

Il déclare comme une évidence :

« La générosité à un coût pour les contribuables » !

Cette prise de conscience (tardive) va-t-elle être salutaire…

Nous le savons bien que la générosité de l’un coûte un bras aux autres, les contribuables.

je me proposais de tenir, ici, la liste de ses générosités, de ses gratuits, de ses largesses, de ses postures de grand seigneur (« vous enverrez la facture à la mairie ! »), mais j’y renonce, car la liste est longue et faute d’exhaustivité, nous tombons dans l’exemple, ce qui est préjudiciable pour appréhender ce qu’est la gestion Carayon.

generoMaintenant impertinence, mépris ?

Je ne pense pas qu’il faille parler d’humour, sans doute est-ce là les prémices d’une campagne où il va nous dire et répéter que sa gestion est vertueuse et cela sans égard pour les écarts généreux pour certains et coûteux pour tous.

Car être généreux avec l’argent des autres, ce n’est pas de la générosité, c’est du calcul, de la manipulation.

Happy birthday

200 jours !

Lavaur orpheline de son cinéma depuis 200 jours, cette happy end journalistique est une bien pitoyable suite à la négligence d’une administration qui a su déléguer un service public mais a été incapable d’en suivre l’évolution et le préserver d’un naufrage annoncé.

Joyeux anniversaire ! Celui d’une insuffisance lamentable, d’un désintérêt coupable pour une activité artistique et pour ce qui était un pôle de loisirs pour tous les âges.

Pour des raisons inexplicables, le maire a abandonné le cinéma.

Il organise aujourd’hui sa « reprise » à travers la mobilisation de subventions et la réalisation de travaux qui auraient dû être entrepris il y a bien longtemps, et au moins deux ans.

Aujourd’hui, on fête 200 jours de transferts de spectateurs vers d’autres villes.

C’est historique cette médiocrité, dirait Carayon, s’il avait un peu de recul sur ses activités et procrastinations.

C’est à Lavaur et nulle part ailleurs, pourrait-il claironner !

cinema anniv

C’est scandaleux !

Et l’excuse de rechercher une culpabilité du délégataire avant de résoudre le problème est hors sujet. Le maintien d’une salle de projection et mieux même de son développement comme cela se fait partout ailleurs était une mission du maire, il a failli !

CINÉMA. Quand le « journal d’ici » confond joyeux et lamentable!

Il titre curieusement « Happy end »,

curieusement et de façon bien illégitime.

Il est évident qu’il n’a pas suivi les débats, sinon il saurait que la fin n’est pas pour demain.

Et, que pour ce qui est de l’ouverture du cinéma, on reste sur notre faim et ce pour quelques mois encore !

C’est en fait une suite sans fin qui est proposée !

Si, maintenant, la vérité ne sort plus du journal, il va falloir se pencher sur le puits pour tenter de l’apercevoir !

Quelle est donc cette information si éloignée de la vérité ?

verite puitsQui donc a susurré au journaliste la fin heureuse, alors que Carayon a bien parlé de mesure provisoire et différée en fin d’année voire en début 2020 en attendant la nouvelle équipe en… mars 2020 !

Le journal d’ici aurait donc des problèmes d’audition ou de traduction des propos du maire.

On ne peut imaginer qu’il fasse le lit du maire, c’est tout simplement impensable car tellement éloigné des principes déontologiques de son métier !

Alors par quel miracle il affuble son article d’un titre aussi mensonger !

Mais si on s’en tient à un adage « la vérité sort de la bouche des enfants », ceux-ci nous diront que pour aller au cinéma à Lavaur… il faut prendre le bus pour Gaillac ou Graulhet, gratuitement !

Bernard, les p’tites piscines qui vont sur l’eau…

…ont-elles de l’avenir ?

Non, Non, Bernard ne te fâches pas, on a tout compris ! C’est pas ta faute à toi…

C’est la CCTA qui a acheté le terrain, enfin le marécage devrait-on dire !

Même que quand tu t’es rendu compte de la nature du terrain, tu leur as donné…

Allez 1€ et l’affaire est dans le sac ! Sûr qu’il eût fallu être sacrément culotté pour vendre le terrain plus cher, surtout aux copains de la CCTA !

Mais toi, ce terrain tu l’as acheté combien ? Et quand tu l’as acheté tu pensais en faire un Ludolac bis, juste quelques coups de pelleteuse et voilà aménagé un espace récréatif pour tous en un endroit idoine ! Une aire de jeux près du collège, la super idée !

Je sais bien que tu n’es pas dupe, que tu sais bien que l’on finira par savoir combien il a été acheté. Tu as noté : je fais attention aux mots que j’emploie, tout comme toi, j’ai pas dit combien vaut le terrain mais combien tu l’as acheté !

Sans doute tu espères que je vais oublier, que nous allons oublier de te le demander encore et encore, ou que tu parviendras à tenir jusqu’à mars prochain en tenant ta langue, plus compliqué de faire tenir la langue de tous ceux qui savent…

prix terrainMais on peut faire une estimation !

Si on s’en tient à un exemple contemporain et local (Les Mazasses – 2017), nous avons un prix au m² de terre de… 13 €.

Il n’y a pas lieu de s’en écarter, c’est si récent et si… proche.

Donc, en se projetant, ce terrain tu nous l’as acheté pour … un peu plus de 120 000 €

et tu l’as revendu pour 1 €.

Rare par les temps qui court un terrain qui perd 120 000 % de sa valeur !

A Lavaur et nulle part ailleurs, rien d’impossible !

Je suis pour la transparence totale !

Mémorable, cette déclaration de Monseigneur en cette réunion du conseil municipal de septembre !

On retrouve dans nombre de ses déclarations précédentes (dans le même lieu) cet amour de la transparence :

« Vous ne saurez rien, je ne vous dirai rien ! »

Sans doute cet art de la transparence est un art nouveau pour Monseigneur, il n’en a pas appréhendé la teneur, nul doute qu’il considère que la transparence c’est pour les autres vis à vis de lui, mais que cela n’a pas sa réciprocité.

Ne nous berçons pas d’illusions, la transparence de Carayon est d’une opacité impénétrable, et sa déclaration est d’une hypocrisie de bon ton en cette amorce de la campagne électorale pour les élections municipales de 2020 (Mars, Messire ne faites pas semblant de ne pas maîtriser cette date, c’est pas crédible, juste ridicule !).

jacque je voisAnecdote, le compte rendu de la réunion de juin aurait mérité, dans un souci de transparence, une mention s’agissant de l’intervention pitoyable du Jacquemart en la personne du conseiller Fèvre qui a scandalisé les citoyens responsables et amusés les quelques aficionados de Monseigneur !