Un grand merci à Monseigneur 30%

Pour cause de confinement et pour ne pas alimenter de polémiques alors que l’urgence était ailleurs, mon webzine vivotait, quelques visiteurs… mais rien de comparable avec l’affluence des jours de pré-élection !

Il faut dire que je n’ai rien publié pendant cette période.

Non pas que je n’avais rien à dire, mais parce qu’il est des temps où le silence est d’or.

Cet or je l’ai thésaurisé et je vais vous le faire partager dans les jours et semaines à venir, car vous m’avez beaucoup manqué !

J’ai, quant à moi, sans doute beaucoup manqué à Monseigneur 30%. Il n’a pu s’empêcher publiquement de m’attaquer d’une manière que je qualifie de stupide. Attaque reprise dans la « dépêche du Midi » qui s’est bien gardé de m’en informer…

Il a donc sifflé la fin de la pause et a relancé, ipso facto, mes analyses de sa gestion, de ses pratiques.

Oh rien de bien nouveau, nous le savons. Homme du passé, il s’ancre dans des postures d’un autre temps en prenant référence sur ses modèles politiques, ne conservant que ce qui l’arrange !

Mais il fait une impasse essentielle sur ce qui faisait la richesse de la politique de ses aînés, sur ce qui était leur moteur : l’adéquation entre le moment et l’action, la sincérité au service du citoyen. J’ai la quasi certitude que les rodomontades sont ses plats préférés et que se montrer et plus important que faire dans un esprit de partage, de concertation.

Ainsi, Carayon, le maire qui a bien peiné pour rassembler 30% de voix sur son nom, figé dans ses idées d’hier n’a pas pris la mesure qu’aujourd’hui elles sont frappées d’anachronisme et sont dangereuses pour le développement de la commune (qui est la sienne à 30%, je sais je me fais lourd mais pas suffisamment pour être entendu de toutes et tous). Il va batailler pour des projets comme l’autoroute impasse et autres projets qui ont, peut-être, eu une raison d’être mais qui sont aujourd’hui une imbécillité rare (et chère) accompagné dans ce coupable soutien par notre député qui lui aussi se confine dans des politiques obsolètes.

Mais avant de reprendre ces sujets comme celui de la ZAD des terres rouges, ne faisons pas l’impasse sur cette réunion du conseil municipal qui marque de façon indiscutable que sous la lumière blafarde de l’auréole du cinquième mandat, rien n’a changé.

Pire, non seulement Monseigneur 30% n’a rien à faire de l’avis de ceux qui ont été élu et qui siègent, mais en plus il se montre particulièrement mal poli.

A ce conseil ont été désignées les personnes « de la société civile » pour siéger au conseil d’administration d’ESL.
cara conseil avrilLa note préparatoire à cette réunion avait déjà énuméré ces personnes alors que le conseil n’était pas installé  : Jean-Michel Marinier, Patrick Marignol, Thierry Guindani, Jacques carottes, Christian Taurines, Thierry Jarlan, Christian Rabary, Joseph Dalla Riva, Aimé River et Jean-Claude Plo… Je ne vais pas polémiquer sur ces candidatures qui ont plu à sa majesté 30%, mais chacun saura reconnaître qui est qui, notamment ceux qui sortent par la porte et entrent par la fenêtre ! Tous du premier cercle ou prétention d’en faire partie, ai-je envie de dire !

Comme l’a fait remarquer l’opposition la parité n’est pas respectée, à croire que les femmes n’ont pas de compétence(s) en la matière…
Mais, qui plus est et cela est scandaleux, le maire n’a pas tenu compte des candidatures spontanées et n’a même pas eu la politesse d’informer les candidats du rejet de leur demande, il ne les a pas soumises au vote du conseil qui n’a donc pas eu son mot à dire… un conseil pour rire comme avant !

J’avais postulé, j’avais indiqué mes compétences… J’avais oublié que je suis « stalinien » ce qui semble être une raison de discrimination, à moins que ce soit mon âge, la couleur de mes yeux ou encore ma calvitie, mon athéisme ou ma vraie couleur politique : le socialisme, celui qui est dans la recherche du bonheur des hommes dans une planète sauvée des excès des monopoles et de l’argent.

Monseigneur 30% se moque des règles, des lois, il fait comme avant et comme toujours à sa mode, une mode bien détestable.

Et le correspondant de la « dépêche du midi », il en pense quoi ?
Je m’interroge sur son pathétique jeu de mots (maire calme à peu agité) qui est peu à l’unisson des déclarations de guerre d’un maire qui en veut à qui n’est pas servilement à son écoute. Le maire est très agité, une agitation désordonnée, enrichie par une paranoïa face à son impuissance à faire taire ceux qui ne sont pas des perdreaux de l’année et qui se refusent à finir dans la terrine de ses errances de gestion.

Car est-ce serein de conspuer un citoyen, de l’insulter dans sa fibre républicaine en le taxant de stalinisme de façon publique ? C’est plutôt serin… Non ?

PS : Les illustrations de ce webzine, vous les connaissez,
mais pourquoi en changer quand rien n'a changer !
What do you want to do ?

New mailCopy

Monsieur 30% est installé !

Représentant pitoyablement 30% des électeurs, Carayon a été élu pour la cinquième fois consécutive maire de Lavaur.

Ce qui constitue un exploit, rendons lui cette grâce !

Avoir si mal et si peu fait sauf dans le domaine de la dette et recueillir autant de voix, alors que tout un chacun connait bien les manquements et les impérities, il est naturel de conclure que 30% des concitoyennes et concitoyens sont accrocs aux fêtes et agapes et que les autres ont des difficultés à faire passer le message de la transition qu’elle soit écologique, environnementale ou économique.

Le discours beni-oui-oui du vétéran était à l’image de celui du Jacquemart, onctueux et servile.

Celui du nouveau maire un rien aigri et me voilà dans l’obligation d’apporter quelques précisions pour instruire Monsieur 30%.

Non, Carayon je ne suis pas stalinien ! Concept d’un autre âge pour effrayer la population. J’étais socialiste avant que ce parti ne sombre dans le macronisme.

Non, Carayon mon blog (webszine satirique) n’est cautionné, approuvé ou soutenu par personne et si certaines de mes publications ont été partagées ou m’ont valu un « like » c’est à titre personnel des intéressés qu’ils soient des listes qui s’opposaient à vous ou… de votre liste (vous allez les excommunier ?). C’est leur liberté d’opinion, comme c’est la mienne.

Non, Carayon, je ne vous ai JAMAIS attaqué ! Juste, simplement j’ai énoncé des faits, je les ai replacé dans leur contexte. J’ai émis de opinions, certes satiriques mais c’est mon mode d’expression. Vous avez adopté un autre style fait de mépris et d’autoritarisme, pas moi.

Oui, Carayon vous voilà à nouveau maire, une ère semblable à celle que vous nous avez fait subir s’ouvre, je ne suis pas naïf, il est possible que vous condescendiez à jeter quelques miettes de participation, de communication, de transparence mais moi, Carayon, je ne mange pas de ce pain là !

cesar caraJe ne vous félicite pas pour votre élection, je ne le fais pas surtout parce que, comme notre Président, vous vous référez et vous vous en vantez à ce qui se faisait avant…
Rappelez vous, avant, De Gaulle, avec 49% avait renoncé pour se réfugier en retraite pour faire quelques réussites… Si c’est le jeu de cartes qui vous manque, je peux ouvrir une cagnotte letchi…

Ma retenue pendant le confinement, n’est pas abandon de ce qui me porte, la vigilance.

What do you want to do ?

New mailCopy% des concitoynes

What do you want to do ?

New mailCopy

Non, tu ne votes pas !

Et il n’a pas voté !

Je vous raconte cette ahurissante histoire.

Réunion du conseil municipal du 5 décembre, une réunion riche en péripéties de toute nature.
Mais il en est une scandaleuse qui est un indicateur du niveau de démocratie au sein même du conseil. J’avais bien une petite idée sur le management très autoritaire du maire pour ses adjoints et conseillers, autorité doublée par un mépris certain, j’avais eu confirmation de cette main mise sur leurs actes et les pensées, lorsqu’une adjointe avait répondu à une question anodine : « je ne sais pas, il faut que je demande à la hiérarchie ! »

Mais en cette réunion, il a fait reculer toutes les limites de l’acceptable et cela en public.

Plantons le décor, c’est au détour du vote sur l’attribution des marchés de denrées alimentaires pour la cuisine centrale, qu’il est pris acte que la conseillère Isabelle Lespinard ne prendra pas part au vote (par procuration), ce qui est naturel puisqu’elle est partie prenante pour au moins la troisième fois d’un lot au titre de son activité de gérante de la boulangerie pâtisserie « le pain de saint Roch ».
Dans la foulée l’adjoint au sports, le conseiller Dalla Riva précise qu’il ne prendra pas part, lui aussi, au vote pour un lot où il pourrait y avoir conflit d’intérêt, mais qu’il va voter pour les autres lots.

Pour le détail, prendre part au vote ou pas ne le dispense d’un soupçon de conflit d’intérêt puisqu’il a assisté au débat, mais cette procédure est validée par la loi « Carayon » sur le fonctionnement des conseils municipaux.

jupicaraSauf que le maire impose :
« Tu ne voteras pour aucun lot ».

Dalla Riva s’insurge ‘le téméraire » :
« Si, je veux voter pour les autres lots ».

Mais il se prend pour qui ce conseiller , il ne craindrait donc pas les foudres de son Seigneur ?

Le maire conclut et assène :
« Non, tu ne voteras pas ! »

Non mais quand même, quand Monseigneur dit, les manants font !

Un exemple de démocratie et de concertation à la Carayon, succulent ?

Jeudi 5 décembre… Et c’est la même chanson !

Chaque fin d’année, le même rituel : une réunion du conseil municipal avec la liquidation des affaires courantes… mais parfois au détour d’un point de l’ordre du jour… Surprise, surprise !

Allons, examinons donc ce qui est proposé et tâchons de déchiffrer ce qui est caché au commun des vauréens et des vauréennes !

  1. Approbation du procès-verbal de la séance du 19 septembre 2019. Notre Monseigneur va souhaiter l’unanimité de bon sens… L’opposition verra-t-elle une mystification de ses interventions ? Affaire à suivre !
  2. Décisions modificatives budgétaires. Un grand classique comme le point 3,
  3. Engagements anticipés de dépenses d’investissement (budget principal),
  4. Subventions aux associations ! Je n’ai pas le détail, mais je serai bien déçu d’y voir une subvention à la toute nouvelle association du tour de France, ce qui constituerait un tour de c… et une façon détournée pour que les citoyens, tous les citoyens participent à un évènement sportif, il est aussi intéressant de voir si « Au Cœur » sera gratifié « au portefeuille », mais bon tout cela n’est qu’imagination : rien ne presse, il y une autre réunion avant les élections qui pourra abonder en tant que de besoin les budgets d’associations dans le rouge !
  5. Participation des communes extérieures aux frais de scolarité (article 23 ?), le point 6 est aussi une obligation de consultation,
  6. Dotation aux écoles privées de Lavaur sous contrat d’association,
  7. Tarifs : participation famille chantiers loisirs et droits d’entrée à la piscine,
  8. Contrat enfance-jeunesse : reconduction,
  9. Achat de denrées alimentaires pour la cuisine centrale : attribution du marché. Sans doute des changements de prestataires… Chacun son tour ?
  10. Acquisition d’une parcelle avenue Georges Spénale (plantation d’arbres et aménagement d’un cheminement doux). Voilà une mesure qui devrait être généralisée et de bon aloi.
  11. Acquisition foncière abords de l’église de Pibres .
  12. Vente d’un ensemble immobilier sis 11 et 13 rue Père Colin .
  13. Acquisition d’un immeuble sis 10 avenue Augustin Malroux
  14. CCTA, modification des statuts, rapport de la CLECT (Commission locale d’évaluation des charges transférées), fonds de concours (soyons vigilants !), rapport d’activité 2019.
  15. Ouverture dominicale des commerces.
  16. Commissions municipales : modifications
  17. désignation des membres du conseil municipal au conseil d’administration de la Régie Municipale d’Energie de Lavaur : modification. Sans doute le moment de se poser la question du monopole ?
  18. Informations… Notamment les marchés signés dans le cadre de la délégation du maire, intéressant de savoir… quels marchés ou contrats.

odj 5_12Une réunion à « sous-entendus » qui requiert la présence du plus grand nombre de concitoyens.

Soyons de la réunion !

Merci à La dépêche du Midi !

Il entre dans les prérogatives de la mairie qui dispose comme chacun le sait d’un service de la communication de faire la publicité sur les dates et le contenu d’une réunion du conseil municipal.

C’est une mission dite « régalienne » prévue par la LOI.

Au plus près de la réunion, à la limite du hors jeu, la mairie communique bien sur la date, et l’affichage de l’ordre du jour est fait au raz de la légalité, faudrait pas que les citoyens aient connaissance de ce qui les regarde plus tôt, suffisamment tôt pour interpeller le maire (par écrit) sur ce qui les chagrine ou les inquiète. Voire, pourquoi pas, sur ce qui les enthousiasme !

Certes, il y a là une justification à l’existence de blog d’informations comme vigilance Vauréeenne, puisque depuis mardi je vous ai tout dit ce que le maire a bien voulu nous dire. L’individu se substitue à la collectivité défaillante.

Encore plus curieux, c’est un média qui vient prêter main forte au citoyen ; ainsi La Dépêche du Midi en son édition du 17 septembre informe :

Publié le

La prochaine séance du conseil municipal aura lieu le jeudi 19 septembre, à 18 heures. A l’ordre du jour figurent notamment : décisions modificatives budgétaires ; tarifs d’entrées du cinéma ; subventions aux associations ; attribution d’une bourse d’étude ; dotation à l’école La Calendreta del Pastel ; désignation d’un représentant au conseil d’administration de l’école La Calendreta del Pastel ; cession d’un terrain à la communauté de communes Tarn-Agout pour le centre aquatique, secteur des Mazasses ; acquisition d’une bande de terrain et vente d’une petite partie de parcelle, route du Port-d’en-Taïx ; concession relative à la fourniture, l’installation, l’entretien, la maintenance et l’exploitation commerciale de mobiliers urbains sur le domaine public ; autorisation de déposer deux dossiers d’autorisation de travaux dans un établissement recevant du public ; personnel communal, tableau des effectifs ; admission en non-valeur ; informations du maire.

Ah ! Monseigneur a décidément bien du mal à se confier sur des sujets publics.

Mais, pire encore, si vous consultez le site de la mairie vous ne saurez pas qui siège dans l’opposition, le « trombinoscope » n’est toujours pas mis à jour.

trombinoscope

Pour la majorité, un même mépris pour les changements intervenus.

Ne soyons pas trop sévère face à telles négligences, 20 ans c’est trop, beaucoup trop.

L’usure d’un pouvoir concentré sur un seul homme marque un mandat déliquescent.

Au théâtre, jeudi 19 …

Et si le jacquemart se dispense de toute intervention, voici l’ordre du jour concocté par Messire Carayon.

L’importance des points inscrits à l’ordre du jour incite bien évidemment à assister à cette réunion, une première réunion depuis qu’est « ouverte » la campagne électorale pour les municipales et que le maire doit veiller à ne pas confondre réunion et meeting électoral !

  1. approbation du PV de la séance du 26 juin. Une certaine impatience de lire comment sera retracée l’intervention du « Jacquemart »…
  2. décisions budgétaires modificatives. Une exercice obligé en septembre,
  3. tarifs d’entrée du cinéma, une interrogation : le cinéma ouvre quand et sous quel régime ? DSP or not DSP, je suis impatient d’entendre le maire nous révéler ce qu’il nous a caché depuis plus de 9 mois !  cinema ouv
  4. subventions aux associations, nul doute que l’association « Eclats » se verra dotée, c’est une promesse du 26 juin dernier pour réparer un oubli,
  5. attribution d’une bourse d’études…,
  6. dotation à l’école « la Calendretat del Pastel »,
  7. désignation d’un représentant au CA de l’école « la Calendretat del Pastel »,
  8. cession d’un terrain à CCTA pour le centre aquatique, secteur des Mazasses, voilà de retour le centre aquatique, il est évident que « Monseigneur » va sauter sur l’occasion pour rendre compte de l’étude hydrogéologique, et ce terrain (imprévu dans le projet initial et dans l’étude fantomatique de faisabilité), c’est un marécage… ou pas ?,
  9. acquisition d’une bande de terrain et vente d’une petite partie de parcelle : route du port d’en Taix,
  10. concession relative à la fourniture, l’installation, l’entretien, la maintenance et l’exploitation commerciale de mobiliers urbains sur le domaine public… Une concession de quoi ? Quelle est la nature de cette concession ? Une DSP et si cela est quels sont les indicateurs pertinents du choix, ne nous inquiétons pas… Messire va tout nous dire,
  11. commission de délégation de service public :modification… Quel type de modification ? La composition sans doute Monseigneur, n’a pas la compétence pour en modifier les attributions,
  12. autorisation de déposer deux dossiers d’autorisation de travaux dans un établissement recevant du public, notons le caractère mystérieux de ce point. Le brave citoyen découvrira en séance quel est cet établissement,
  13. personnel communal : tableau des effectifs, incontournable pour connaître combien d’agents s’occupent de notre bien-être,
  14. admission en non-valeurs,
  15. informations !

Essentiel…

Nous connaissons le peu de goût du maire et de ses services pour tout ce qui a trait à la communication, particulièrement quand il s’agit de rendre compte de ce qu’ils font de nos sous.

Nous connaissons aussi le désintérêt que notre édile montre pour ce qui est du réglementaire, de la Loi, des réglementations. C’est même de la désinvolture.

Pire, il ose afficher une réglementation devenue obsolète, il ne met pas à jour les textes applicables et ne les applique donc pas, avec en conséquence un trou noir sur la passation des marchés.

Au gré des réunions du conseil municipal, nous savons qu’il a signé des avenants pour tel ou tel marché, nous ne savons rien bien sûr de la vie de ce marché et nous ignorons si ces avenants n’ont pas dénaturé le marché initial.

Les marchés publics dans la forme moderne de passation qui conduit à une interprétation libérale des modes de soumissions sont un ressort essentiel de la vie économique de la commune et c’est tout un pan de cette vie qui nous est cachée.

Au moment où la transition économique est un sujet urgent et déterminant, il est incontournable que le maire se décide enfin à faire le minimum, rendre compte de ses actions et des moyens déployés.

Il est intéressant de noter qu’un marché est en cours de publication : http://lejournaldici.e-marchespublics.com/annonce_marche_public_4311_655052.html.

Il s’agit de l’achat de denrées alimentaires… Un marché qui fait l’objet de reconductions régulières. Sur le site de la mairie il n’y a pas l’historique (l’évolution) de ce marché qui est passé tous les deux avec une échéance qui tombe juste avant les élections (hasard du calendrier nous dira-t-on !).

Notons, ici aussi hasard, qu’une des attributaires du marché – le lot n°1 – est cette conseillère qui participe au soutien du commerce au centre-ville…

Retour aux habitudes

d’avant l’élection du député, conseil municipal, aujourd’hui démissionnaire !

En effet le conseil municipal est convoqué le 19 septembre :

UN JEUDI !

S’il avait un peu d’humour notre député pourrait venir occuper un siège réservé au public !

Ce serait une très bonne idée qui aurait le mérite de justifier ses affirmations quant à sa disponibilité ! S’il n’est plus conseiller municipal, il reste un citoyen de Lavaur !19_9 cm

Soyons nombreux à assister à cette nouvelle réunion, au cours de laquelle, tout, tout vous sera dit sur :

  • La réouverture du cinéma,
  • les résultats de l’étude hydrogéologique du centre aquatique,
  • le devenir du PLU,
  • l’étude de faisabilité du parking avenue Malroux,
  • et bien plus… cela va de soi !

Quand le maire veut une voix, le maire devient séduisant…

Parodie de la pensée d’Alain Leblay qui passa à la postérité : « Quand le mal veut une âme, le mal devient séduisant »

Et à bien réfléchir la parodie n’est pas si éloignée de l’original.

Sauf que pour conquérir des voix, il va falloir qu’il en donne, et ce n’est pas en criant des mensonges que cette fois-ci, ils vont se transformer en vérité.

Les habitudes ont évolué, les informations sont plus denses et plus largement partagées grâce aux réseaux sociaux, les enterrements de première classe que le maire réserve à ce qui pollue son bilan, sont désormais devenus de notoriété publique et bonheur immense pour la vérité, plaisir pour la démocratie, tout cela est accessible à tout un chacun.

La vérification est aisée et le mensonge doit être plus subtil pour franchir la barrière de la crédulité…

Tenez, c’est ancien, mais c’est toujours dans le bilan du maire : la halle d’Occitanie, vous connaissez, mais passez donc derrière et humez le vent frais de l’erreur de conception, de l’erreur de réalisation. Il ne fleure pas bon de s’y promener par temps chaud (ni autrement d’ailleurs). Un problème qui n’a jamais été résolu, un peu cousin germain de la place voisine du Théron !

odeurUne vraie punition de déjeuner à la crêperie toute proche quand le vent se mêle au fumet de votre plat.

Cela laisse de marbre le maire et ses services, cela n’alerte pas le plus virulent de ses conseillers moutonneux. Non rien un silence de plomb pour une odeur insupportable depuis des années, depuis des mandatures.

Donc, si par témérité, le maire nous ressert sa halle d’Occitanie, ce sera le moment de lui demander s’il compte bien un jour résoudre le problème de l’assainissement de la zone…

Quand un affront est « une jolie surprise » !

Le post du  26 juin sur la page facebook de Messire Carayon est le témoin de l’immensité du mépris que ce maire voue à ses sujets et en particulier à son opposition.

Ainsi après le stupide rappel que les décisions de gestion courante ont été adoptées à l’unanimité, ce qui est bien habituel et montre que l’opposition ne s’oppose pas bêtement, après le rappel que Cayla n’était pas là et l’imaginer « chef de l’opposition (la gauche n’a pas de chef et être tête de liste ne fait pas « un chef » sauf chez les LR),

Monseigneur a oublié de dire

  • qu’il avait retiré de l’ordre du jour la subvention/emprunt pour Notre dame de Paris… cela méritait un commentaire !
  • qu’une association n’avait pas bénéficié d’une subvention malgré un dépôt en bonne et due forme (merci à l’adjoint oublieux)
  • que l’achat de la parcelle aux fins de parking avait été discuté et qu’une commission de sécurité serait déployée à la demande de l’opposition… Faut dire que chez la majorité on achète d’abord et on réfléchit ensuite !
  • que l’opposition s’est étonnée du défaut de parité pour les membres du tissu associatif  qui seront en figuration à la commission consultative des SP.

scandale

Jolie surprise !

Le scandale de l’interruption d’un conseil municipal par une clownerie d’une rare imbécillité, alors que la conseillère Pauline Albouy-Pomponne s’interrogeait sur la pertinence d’un parking et sur les mesures à prendre, ne peut aucun cas être une jolie surprise !

C’est un déni de démocratie, c’est à tout le moins une énorme connerie !

Je vous laisse libre de penser ce que vous voulez de cette publicité sur la page facebook de Carayon, reprise notamment par son gentil petit soldat Larue qui part en campagne pour les municipales…

Au hasard de ce post nous notons que Carayon ne promet finalement pas l’ouverture du cinéma pour septembre, il dit simplement (sic) « que nous fairions tout le nécessaire pour que le cinéma reprenne son activité en septembre »...

Retenons cela, c’est un minimum après une aussi longue interruption, sans doute expliquera-t-il pourquoi, ce qui sera possible en septembre, ne l’était pas il y a quelques mois !