Merci à La dépêche du Midi !

Il entre dans les prérogatives de la mairie qui dispose comme chacun le sait d’un service de la communication de faire la publicité sur les dates et le contenu d’une réunion du conseil municipal.

C’est une mission dite « régalienne » prévue par la LOI.

Au plus près de la réunion, à la limite du hors jeu, la mairie communique bien sur la date, et l’affichage de l’ordre du jour est fait au raz de la légalité, faudrait pas que les citoyens aient connaissance de ce qui les regarde plus tôt, suffisamment tôt pour interpeller le maire (par écrit) sur ce qui les chagrine ou les inquiète. Voire, pourquoi pas, sur ce qui les enthousiasme !

Certes, il y a là une justification à l’existence de blog d’informations comme vigilance Vauréeenne, puisque depuis mardi je vous ai tout dit ce que le maire a bien voulu nous dire. L’individu se substitue à la collectivité défaillante.

Encore plus curieux, c’est un média qui vient prêter main forte au citoyen ; ainsi La Dépêche du Midi en son édition du 17 septembre informe :

Publié le

La prochaine séance du conseil municipal aura lieu le jeudi 19 septembre, à 18 heures. A l’ordre du jour figurent notamment : décisions modificatives budgétaires ; tarifs d’entrées du cinéma ; subventions aux associations ; attribution d’une bourse d’étude ; dotation à l’école La Calendreta del Pastel ; désignation d’un représentant au conseil d’administration de l’école La Calendreta del Pastel ; cession d’un terrain à la communauté de communes Tarn-Agout pour le centre aquatique, secteur des Mazasses ; acquisition d’une bande de terrain et vente d’une petite partie de parcelle, route du Port-d’en-Taïx ; concession relative à la fourniture, l’installation, l’entretien, la maintenance et l’exploitation commerciale de mobiliers urbains sur le domaine public ; autorisation de déposer deux dossiers d’autorisation de travaux dans un établissement recevant du public ; personnel communal, tableau des effectifs ; admission en non-valeur ; informations du maire.

Ah ! Monseigneur a décidément bien du mal à se confier sur des sujets publics.

Mais, pire encore, si vous consultez le site de la mairie vous ne saurez pas qui siège dans l’opposition, le « trombinoscope » n’est toujours pas mis à jour.

trombinoscope

Pour la majorité, un même mépris pour les changements intervenus.

Ne soyons pas trop sévère face à telles négligences, 20 ans c’est trop, beaucoup trop.

L’usure d’un pouvoir concentré sur un seul homme marque un mandat déliquescent.

Abus de droit

C’est en ces termes que la Cour de Cassation a mis fin aux instances pour diffamation intentées par Monseigneur (payées par la commune).
Abus de droit : L’abus de droit est une notion juridique, notamment associée au droit moral, qui permet de sanctionner tout usage d’un droit qui dépasse les bornes de l’usage raisonnable de ce droit.

Ainsi Messire Carayon avait dépassé les bornes de l’usage raisonnable du droit.

Cet abus c’est aussi son bilan, triste bilan certes, d’autant que les frais avancés par la commune au titre d’une juste instance se sont révélés injustement employés puisque que la Cour a dénoncé et condamné un abus de droit…

des sous caraAlors Monseigneur, il rembourse quand ces sous ?

Avant l’échéance des municipales ?

C’est la mode de rembourser pour être pardonné en ces temps troublés de mélange de bien des genres.

Au théâtre, jeudi 19 …

Et si le jacquemart se dispense de toute intervention, voici l’ordre du jour concocté par Messire Carayon.

L’importance des points inscrits à l’ordre du jour incite bien évidemment à assister à cette réunion, une première réunion depuis qu’est « ouverte » la campagne électorale pour les municipales et que le maire doit veiller à ne pas confondre réunion et meeting électoral !

  1. approbation du PV de la séance du 26 juin. Une certaine impatience de lire comment sera retracée l’intervention du « Jacquemart »…
  2. décisions budgétaires modificatives. Une exercice obligé en septembre,
  3. tarifs d’entrée du cinéma, une interrogation : le cinéma ouvre quand et sous quel régime ? DSP or not DSP, je suis impatient d’entendre le maire nous révéler ce qu’il nous a caché depuis plus de 9 mois !  cinema ouv
  4. subventions aux associations, nul doute que l’association « Eclats » se verra dotée, c’est une promesse du 26 juin dernier pour réparer un oubli,
  5. attribution d’une bourse d’études…,
  6. dotation à l’école « la Calendretat del Pastel »,
  7. désignation d’un représentant au CA de l’école « la Calendretat del Pastel »,
  8. cession d’un terrain à CCTA pour le centre aquatique, secteur des Mazasses, voilà de retour le centre aquatique, il est évident que « Monseigneur » va sauter sur l’occasion pour rendre compte de l’étude hydrogéologique, et ce terrain (imprévu dans le projet initial et dans l’étude fantomatique de faisabilité), c’est un marécage… ou pas ?,
  9. acquisition d’une bande de terrain et vente d’une petite partie de parcelle : route du port d’en Taix,
  10. concession relative à la fourniture, l’installation, l’entretien, la maintenance et l’exploitation commerciale de mobiliers urbains sur le domaine public… Une concession de quoi ? Quelle est la nature de cette concession ? Une DSP et si cela est quels sont les indicateurs pertinents du choix, ne nous inquiétons pas… Messire va tout nous dire,
  11. commission de délégation de service public :modification… Quel type de modification ? La composition sans doute Monseigneur, n’a pas la compétence pour en modifier les attributions,
  12. autorisation de déposer deux dossiers d’autorisation de travaux dans un établissement recevant du public, notons le caractère mystérieux de ce point. Le brave citoyen découvrira en séance quel est cet établissement,
  13. personnel communal : tableau des effectifs, incontournable pour connaître combien d’agents s’occupent de notre bien-être,
  14. admission en non-valeurs,
  15. informations !

Une occasion en OR !

Nous nous plaignons, je ne dis pas que c’est à tort, mais cela reste entre nous.

C’est tellement évident que les pistes cyclables à la Carayon sont une injure au bon sens, et cela fait si longtemps que nous subissons que c’est devenu comme normal que nos cyclistes (et notamment nos jeunes) soient en but à des dangers extraordinaires, alors que cela peut être autrement.

Une occasion en OR nous est offerte de dire ce que nous pensons, chacun peut répondre à cette enquête indépendante.

Juste quelques minutes pour établir le constat des maltraitances qui sont infligées à une partie de la population qui a pris en compte la transition écologique et énergétique.

Aussi ne boudons pas cette opportunité, cliquons sur l’image ci-dessous et répondons…

baro vil cyc

L’enquête 2017 n’a pas concerné Lavaur, nous étions trop peu à avoir répondu (-50), alors aujourd’hui ne laissons pas passer cette chance.

Bio, locaux les légumes ?

Une association, née il y a quelques mois, précurseur de l’entrée active du maire dans la campagne des municipales, propose de faire le lien entre les gens !

« Au cœur », cousine germaine de « Lavaur au cœur » se lance donc dans une campagne d’épluchage de légumes ce samedi 14 sur le marché !

Légumes bio, locaux, on ne sait, juste on épluchera de concert ses légumes, ben oui, la campagne ne bat pas encore son « plein » alors les légumes pas encore gratos !

Mais une curiosité qui dénonce bien le mépris : un lien entre les gens !!!

au coeurC’est qui ces « gens » ?

Qui donc est visé ? Les citoyens, les concitoyens ?

Il y a tout de même un constat majeur à faire…

C’est qu’à Lavaur il n’y a pas de lien entre les habitants puisqu’il faut une association pour le créer.

Le maire ne l’a pas appréhendé après vingt ans de pouvoir sans partage, et pourtant c’est son job !

Mais sentant venir une lame de fond née lors de l’enquête publique sur le PLU, une lame porteuse d’un profond besoin de communication, de partage de gestion, d’explications sur le devenir de la cité, le maire nous sert un ersatz d’action partagée : un peu de sports, un peu d’épluchage (vous munir de votre économe, à la maire le mot économie est banni) et il croit le tour joué  !

Mais est-ce quelques légumes qui vont nous faire avaler la soupe de ses impérities ?

Bien sûr l’association se défendra de toute appartenance politique, nous prenons acte que c’est donc spontanément que cette association est née de l’apparition d’un besoin de liens entre les gens, sans doute une intervention divine.

La stratégie du maire est dans la gesticulation…

Imaginons un seul instant que le maire cesse de gesticuler, d’apostropher, de paraître et décide, comme par magie, d’être… d’être dans l’action raisonnée et raisonnable.

Je vous le concède bien volontiers, il faut beaucoup d’imagination, ce n’est pas dans l’ADN du maire, l’efficience.

Contraint pour des raisons personnelles d’emprunter la route de Caraman à l’heure de la rentrée des classes des Clauzades, des primaires et des maternelles, je suis au cœur des embouteillages !

Entre ceux qui trouvent naturel de se garer sur le trottoir pour être au plus près de leur demeure, ceux qui squattent impunément la piste verte (cyclable), les cyclistes ont bien de la chance de s’en sortir indemne à chaque rentrée ou sortie de classe !

Et cela au nez de la maréchaussée qui vient faire un semblant de circulation et qui ajoute au désordre en bloquant la circulation intra rond point pour faire passer des piétons qui seraient bien inspirés de reporter de 20 m leur traversée (à la nage quand vient le temps des pluies!) .

gesticu1La vidéoprotection peut témoigner de ce désordre terrible et dangereux.

Faudra-t-il un mort ?

Faudra-t-il qu’un de nos enfants périsse par suite de l’absence d’un plan de circulation promis depuis des mandats et jamais réalisé.

A quoi bon l’avoir esquissé il y a quelques années pour le ranger dans le tiroir des promesses qui seront tenues par d’autres ?

Le maire devrait venir un matin prendre la mesure de ses insuffisances, sans doute cela l’aiderait à passer de la gesticulation à l’action.

Les contentieux de la mandature…

L’installation il y a vingt ans de notre édile venu de l’extrême droite pour s’ancrer dans une droite libérale dure n’a finalement conduit à rien de bien inhabituel…

Il a conquis, annexé et soumis à coup de subventions, d’apéros et autres manifestations « conviviales ».

Son maintien dans un rôle de super maire qu’il s’est construit sur la base d’une politique de génuflexion et de récompenses, n’a engendré qu’un pourrissement de la gouvernance de la ville de Lavaur.

empire caraAujourd’hui il sautille d’actions bidons en inactions au détriment de la transition urgente des modes de vie pour sauvegarder notre planète.

Une indifférence coupable.

Ce dernier mandat a surtout été émaillé par de terribles insuffisances et de déplorables décisions, des contentieux avec la population qui ont entaché une gestion déjà bien approximative :

  • en début de mandat, des travaux engagés sans passation de marché (hôtel de police),
  • des procès en diffamation, perdus jusqu’en cassation sans qu’aient été remboursés les frais d’actions abusives,
  • des études sur les berges de l’Agout payées mais relancées par suite de l’incompétence du bureau d’études choisi par la mairie,
  • un PLU toujours en gestation,
  • une tentative avortée de bouter les fêtes générales hors du centre-ville,
  • achat de terrains pour le centre aquatique sans étude hydrogéologique,
  • achat de terrain pour un parking sans études de faisabilité,
  • abandon du cinéma,
  • non mise en sécurité du couvert de la cathédrale suite à l’envahissement de la flore,
  • des circuits handicapés fantomatiques,
  • un abandon significatif du commerce du centre-ville,
  • l’initiation et la subvention d’activités déficitaires (foire économique, patinoire),
  • postures méprisantes pour l’opposition lors des réunions du conseil municipal,
  • une absence totale de communication avec les citoyens hors période électorale,
  • une dette toujours pas contrôlée…

Car c’est cela et surtout cela le vrai bilan du maire…