30% sont OK ?

Qui ne dit mot consent, qui ne s’oppose pas permet !

Ainsi est permis l’édification d’une antenne 4G (5G en vrai) par la mairie au profit de la société Orange.

Au droit du cimetière du Carla, en mitoyenneté avec la commune de Labastide Saint Georges a été autorisée, par défaut, l’installation de cette antenne.

Outre le manque d’esthétique de cet ouvrage, malgré la suspicion forte de nocivité, en dépit du principe de précaution, ainsi va être,  dans le plus grand secret, suspendue cette épée de Damoclès en plein cœur d’une zone pavillonnaire.

Les inconvénients sont tels qu’il serait vain d’en faire la liste…

  • Écologique, elle est située sur le passage d’oiseaux migrateurs,
  • Économique, la dépréciation des immeubles bâtis est constatée à chaque implantation,
  • Sanitaire, les maladies engendrées par ce type de « progrès » sont dénoncées par de nombreuses organisations de santé,
  • Esthétique, qui veut voir depuis sa propriété poindre une antenne de plus de 30 m de haut ?

Est-ce inéluctable ?

N’y-a-t-il pas solution plus intelligente ?

Si, la mairie aurait pu envisager d’autres propositions…

antenne 5g

Il est des sites moins préjudiciables et qui mettent à l’abri du principe de NIMBY,

 

faire mais en satisfaisant l’intérêt général sans que les intérêts privés soient exagérément spoliés.

 

 

Allons, un peu d’imagination !

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCo

100 % d’inconséquence…

Le tour passera et s’arrêtera brièvement à Lavaur.

Une arrivée d’étape qui nous coûte les deux bras, qui paralyse la ville de façon importante pour, finalement, servir la soupe des retombées économiques à la ville de Cazères, notamment, qui va accueillir équipes et caravane…

Les affichages fleurissent et surtout les panneaux d’interdiction et de restriction envahissent la ville.

Après le covid qui a durablement pénalisé les commerces du centre ville, voilà que l’arrivée du tour va aggraver la situation.

Enfin une entreprise va tirer sa tronçonneuse du jeu ! Elle n’est pas de Lavaur !

Car pour une bonne arrivée il faut un ciel dégagé.

Ce n’est pas le temps de l’élagage, me direz-vous, qu’importe c’est le temps de l’arrivée du tour.

Des arbres blessés, car hors période, trancher les gourmands est stupide, et n’a comme justification que les prises de vue par hélicoptère. D’ailleurs je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi un professionnel accepte une telle mission en regard des règles de l’art. Il est évident que je suis le seul à me poser cette question.
C’est cela la renommée  mondiale de Lavaur ?

Oh, bien sûr, l’intégrité de ces arbres a été plaidée par l’opposition et par le Groupe National de Surveillance des Arbres, mais l’adjoint – le 1er – intéressé par conjointe interposée, a eu vite fait de dégonfler une baudruche bien mal ficelée.

arbre tourLes arbres ont été élagués…

Passe le tour, restent les blessures…

C’est surtout cela, les coups de pub de l’actuelle monarchie, sans un regard sur les conséquences.

C’est aussi, hélas, cela l’indigence des actions d’une opposition qui se satisfait encore d’une demie-mesure !

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Même pas 30% de bon sens !

Une caractéristique des règnes de Carayon est l’entêtement…
Quand Monseigneur a une idée, il n’en démord pas, il ignore la contestation (timide), et profite d’une opposition complaisante pour poursuivre ses objectifs.

Il balaie d’un revers de neurone l’actualité, les chiffres, les études et tel un bulldozer de la pensée unique poursuit imperturbable.

Je vous parle aujourd’hui de la vidéo… protection.

Rien n’y fait, le constat clair de la Cour des Comptes qui a mis en exergue la vacuité et le coût de cet artifice urbain, les demandes de « pauses et analyses » de l’opposition (le député Terlier quand il était conseiller), le caractère très calme et serein de la commune et maintenant la crise sanitaire qui emporte le port du masque !

Ainsi donc les caméras vont filmer des masques ! Des anonymes !

Une belle affaire qui va encore nous coûter un bras !

cara masqueVous êtes sûrs qu’il s’agit bien de Monseigneur Carayon V ?
Pour peu qu’il porte un chapeau et le voilà monsieur tout le monde.

Le risque est nul car être un citoyen lambda ne sied point à sa majesté.
Alors le masque oui, mais il n’est pas prêt de porter le chapeau de l’insuffisance de sa politique

What do you want to do ?

New mailCopy

30 %, le monsieur qui n’aime pas les vélos !

Pendant la campagne, il nous a rappelé, celui qui devait devenir Monseigneur Carayon V, combien les pistes cyclables, les liaisons douces étaient une de ses préoccupations.

Il avait même ordonné une étude…

Allo ! Bernard ? Où en sommes-nous de toutes ces promesses, de toutes ces études ?

Pourtant la remise sur le métier d’un PLU si mal engagé devait être une opportunité pour développer cet item des déplacements à Lavaur.
Rien ! De vélo, il n’en est question que pour le tour de France !

Et l’opposition, me direz-vous…
La lecture de l’intervention de Mme Albouy-Pomponne au dernier conseil municipal ne permet pas d’être optimiste, juste la main tendue pour avoir une petite enveloppe.
Quant à l’autre volet de l’opposition celle qui ne représente pas LReM mais qui est LReM, il s’est démarqué par une analyse fort juste du budget, des bons constats, une analyse éclairée, mais comme chacun le sait ce n’est pas cela qui va infléchir la « politique » du monarque.

Donc pédalez bonnes gens et si Carayon vous prête vie vous pédalerez encore longtemps en louvoyant entre autos, motos, camions et autres engins agricoles et de chantier sans autre protection que votre bonne étoile !

Ne comptez sur personne pour avoir des liaisons douces intelligibles, aménagées avec le souci du confort pour tous, des parkings « vélos » adaptés et pourvu de bornes de recharge pour les vélos à assistance électrique, des abris éclairés par des panneaux voltaïques…

30 %, Le monsieur qui n’aimait pas les jardins familiaux

Elle est des dernières campagnes (électorales…), la volonté de jardins familiaux, partagés diront certains, ceux qui se sont appelés ouvriers en d’autres temps et dont il reste de bien exemplaires modèles.

Pourtant cela ne reste pour Monseigneur 30% qu’un vœux, qu’une excuse, qu’une espérance de collecter quelques voix précieuses en ces temps de disette électorale.

EELV a interpellé le maire, conseiller régional sur cet attentisme, sur ce manque de volonté de faire… Répondra-t-il ?

Communiqué de presse

Maraîchages familiaux: c’est pour quand monsieur le conseiller régional ?La crise de la covid 19 nous a montré la fragilité de nos circuits de distribution de biens alimentaires.
Nous avons également perçu l’importance de la relocalisation des activités productives. De ce point de vue, la fermeture des marchés de plein vent de Lavaur a été symbolique d’un double échec: celui de l’approvisionnement des ménages et celui des débouchés pour les producteurs locaux.
Cette crise a également poussé l’émergence de solutions alternatives: commerces éphémères et drives fermiers.
Mais malgré cette créativité dictée par l’urgence nous n’avons pas vu de progrès pour ce qui est de l’organisation de jardins maraîchers à la disposition des habitants.
Pourtant dans les villes voisines (Gaillac, Graulhet, Saint Sulpice…) (NDLR Labastide-saint-Georges également sous la bienveillante direction du chef du service des plantations de Lavaur) les exemples ne manquent pas.
Des demandes formulées par les vauréen(ne)s sont exprimées régulièrement. La promesse de création de jardins partagés existe depuis plusieurs années. Mais les projets restent en plan. Dans ce domaine comme dans d’autres (piscine, cinéma, PLU…) c’est:«Partout ailleurs, sauf à Lavaur».Il est pourtant communément admis que la production domestique est un facteur de bien-être. Cela participe de l’amélioration de la qualité de vie1. Organisée dans des lieux communs, ces pratiques développent les liens sociaux et renforcent les pratiques d’entre-aide. Ces bénéfices pour la collectivité sont évidents et les coûts budgétaires sont mineurs.Il se trouve que le Conseil Régional Occitanie développe un programme d’aide «aux solutions pour une alimentation durable2».

Monsieur Carayon, conseiller régional, devrait bien en connaître l’existence mais à notre connaissance la commune de Lavaur n’est pas (encore) candidate. Un acte manqué comme dirait Freud ?

Je n’aurai pas cette indulgence de penser que Monseigneur Carayon V manque des actes, il manque plutôt de volonté de faire ce qui n’est pas dans sa pensée. Il est comme il le dit de tant d’autres une pastèque, vert à l’extérieur et… ben… bleu à l’intérieur, le bleu de la politique libérale qui contraint le peuple et enrichi le riche…

Reste à faire le constat de la publication de ce communiqué… Ou pas.
Quel journaliste aura le courage ou les convictions pour publier ce texte…

30%… empire

La messe est dite et saint Alain et son Jacquemart doivent bien se marrer !

La France d’avant se décline en vauréen, une conjugaison à tous les temps et tristement au présent et au futur !

L’usure des échecs, des actions avortées ou pire encore réalisées en conflit avec l’intérêt général fait qu’avec ses 30% Carayon va nous emmener vers une mandature en pire.

Les conséquences de l’effet « blast » cher à Sarkozy et déployé par Carayon aux dernières municipales sont, à Lavaur, terribles car d’élections en élections, Monseigneur 30% renouvelle cet artifice au détriment de la construction d’un avenir pour la commune.

Il n’est pas neutre de précipiter des travaux dans l’urgence d’un mandat à renouveler. Certes cela a eu des effets électoraux à hauteur des 30% recueillis par Monseigneur, mais il y a deux travers :

  • l’engagement de travaux inopportuns masque la nécessité de travaux de maintien ou de préservation des infrastructures,
  • le déséquilibre que cela crée en regard des listes adverses qui n’ont pas cette possibilité et qui sont obligés de gesticuler pour tenter de sortir la tête de l’eau, d’exister et de pratiquer des promesses qui vont se révéler irréalisables.

Mais quelques mois après l’élection, quand est venu le temps du confinement, un bilan s’impose.

Pour la majorité il n’y a pas de doute, nous sommes bien dans le retour dans le monde d’avant, la reprise des errances avec une légitimité de plus en plus écornée, mais suffisante pour développer les process dictatoriaux.

D’AUTANT QUE…

Pour l’opposition les bonnes intentions ont viré aux mauvaises postures, la politique politicienne a repris le dessus et sous la fallacieuse excuse de tenter « le tendre la main », ce sont les fesses qu’elle présente et nul doute que Monseigneur ne se privera pas de cette proposition.

Il n’est que d’observer l’attitude de la liste LC (Lavaur Citoyenne) pour se convaincre qu’il n’y aura pas d’opposition, le monde d’avant est aussi leur credo !
Le maquillage écologique ne peut donner le change.
Elle s’extasie devant le discours de Fèvre, le saltimbanque qui n’a pas hésité avant les élections à louer son maître, qui n’a d’autre politique que de cirer les escarpins de Monseigneur 30%, sans même percevoir la démarche servile de cette intervention.
Elle vote sans hésitation la scandaleuse dénomination de la rue des « soignants 2020 », en méprisant de fait tous ceux et celles qui se sont dévoués pendant cette période sans être soignants, « pour faire plaisir » !

Elle n’exige pas le compte administratif ni n’initie le débat d’orientation budgétaire en vue d’un vote du budget qui devra intervenir pour le 31 juillet prochain. Elle a le pouvoir le proposer des ordres du jour, de demander des réunions. Non, elle subit, elle suit.

S’opposer ce n’est pas voter « Pour », c ‘est agir « Contre ».

Et puis ces trahisons qui conduisent, sous l’excuse de participer et d’être transparent, à des positionnements pitoyables en conseil communautaire, la participation à l’élection d’un soldat de LReM à la tête de la communauté.

Décidément LC va devoir se choisir un autre nom, car de citoyenne elle n’en a même plus l’apparence.

A part des parlotes et des réunions stériles, rien n’est construit d’original pour mener à bien la transition, les transitions, on ne s’oppose pas en courbant l’échine, en participant à des commissions formatées sans aucun pouvoir d’infléchir ce qui est décidé dans le bureau de Monseigneur 30%. Il faut créer des commissions indépendantes, saisir la population par des pétitions, des sitting, des communiqués de presse… pas faire son béni-oui-oui.

Je fais le désespérant constat que l’adhésion aux promesses du nouveau conseil communautaire, le « faire plaisir » au conseil municipal est le signe que LC est devenue en moins d’un trimestre, « Lavaur Cocue » ou » Lavaur Catin »… à moins que la réalité soit LC².

Je ne peux me désolidariser de cette liste scélérate, c’est déjà fait en septembre 2019, je fais l’amer constat d’avoir voté pour une liste qui n’a pas combattu et qui s’est déjà rendu, vendu. Monseigneur doit être bien mortifié car à vaincre sans péril on triomphe sans gloire (Corneille-Le Cid) !

Nous ferons le compte, mais du temps de l’ancienne mandature, l’opposition avait voté à 96% les propositions du maire, le score de cette mandature à peine commencée risque d’être du même acabit !

Je sais, je sais, je n’ai pas évoqué la liste « Thénard » ! A quoi bon, elle est dans le droit fil de la déclaration du chef qui respecte le vote et s’abstient lors de l’élection du maire, mais cela est normal, LReM et LR même combat national, même combat local ! Détestable que LC adopte une posture miroir… De fait Carayon aura la soutien de sa majorité, le soutien de liste LReM et celui de liste LC…
Un mandat les mains libres… Pauvre Lavaur ! Et par effet boule de neige, pauvre CCTA !

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

30%… le déclin !

Les petits arrangements sont d’un pitoyable mortifère pour la CCTA, pour Lavaur et bien sûr pour la survie de notre environnement.

Pas plus loin que le bout de leurs intérêts, les élus une vision étriquée de la politique, la noble, celle qui vise l’intérêt général n’est pas dans leur ADN. Les postes à la CCTA ont été l’enjeu de négociations qui ont tué l’espoir d’un renouveau.

L’analyse de EELV, je la partage avec une immense tristesse, je voudrais qu’ils aient tort, ils ont raison…

Communiqué de presse de EELV – GAT – Tarn Ouest

Élection à la CCTA, prémonitions droitières

Le 13 mai dernier, nous avons publié un communiqué « spectacle de marionnettes à la CCTA ». Nous avions comparé l’élection du président de la Communauté de Communes Tarn Agout à un spectacle de guignol. Nous ne pensions pas être autant raccord avec l’actualité.
Ce que nous avons vu à la première réunion de la CCTA est bien un spectacle de marionnettes, M. Bernardin agitant M. Portes et M. Carayon animant en cachette M. Cormignon. Cela était prévisible. Ce qui était moins prévisible, c’est que cette élection fasse écho à ce qui s’est passé à Lyon, terre de naissance de Guignol. Dans la capitale des Gaules, la droite centriste LREM s’est accordée avec la droite rigide. A une échelle moindre, nous avons vu la même chorégraphie. La droite centriste de M. Bernardin s’est arrangée avec la droite décomplexée de M. Carayon. Ainsi sur les 9 postes de l’exécutif communautaire (Président + 8 vice-présidents), 5 sont attribués à des macronistes (M. Bernardin, M. Portes, Mme Parayre, M. Joulié, M. Joulia) et 3 ont été réservés à des sympathisants LR (M. Carayon, M. Cormignon, M. Rocaché).
Nous avons également perçu une faiblesse inhabituelle du manipulateur Carayon. Son poulain n’a pas fait le plein des voix des élus majoritaires vauréens. M. Cormignon a obtenu 14 voix. 14 est le nombre de conseillers communautaires élus sur la liste de M. Carayon. Comme nous croyons savoir qu’il y a au moins un élu d’une commune rurale qui a voté pour M. Cormignon, cela laisse entendre qu’au moins 2 conseillers de la liste majoritaire de Lavaur sont allés sur un autre candidat. Évasion tactique ou émancipation ? Ce score de M. Cormignon montre surtout que M. Carayon n’attire plus les opportunistes. Déclin du président LR du Tarn.
fait à Lavaur, le 11 juin 2020

Le déclin de Carayon, perceptible dans son score lamentable aux élections municipales ne peut être une consolation, c’est toujours de la politique partisane, le monde d’hier est le monde d’aujourd’hui et notre demain est sombre, très sombre.

papompo1L’espoir dans une opposition active et pertinente à Lavaur s’estompe au fur et à mesure du déroulé de leurs votes et interventions.
Lavaur Citoyenne est dans la mouvance LREM, son vote à la CCTA est une caricature de ce qui devait être un engagement fort et sans compromission.
A cela s’ajoute un amateurisme qui sert un Monseigneur qui peut compter sur les maladresses, les ignorances des élus de l’opposition pour conforter sa majorité.

Question :

A Lavaur entre un Thénard dont les amours pour LReM ne sont un mystère pour personne, une liste Lavaur Citoyenne qui vote LReM et un maire qui « négocie » avec LReM, nous voilà bien à la merci de ceux qui manipulent pour faire le lit du capital.

Et si un « journaliste » en mal d’arguments fait le constat stupide d’une gauche qui fait « son plus mauvais score », il serait bien inspiré de faire le constat que la gauche n’existe plus à Lavaur et que ses valeurs ne sont plus portées ni défendues dans une ville qui va s’étioler au profit de sa voisine St Sulpice !

What do you want to do ?

New mailCopy

30% de voix, pour 100% de démagogie

Rue des soignants 2020 !

Il a osé, il faut dire que Monseigneur 30% ne recule devant rien, nous avons eu le rond point du tour de France, on a espéré le rond point des JO, du tournoi des 6 nations, de la coupe du monde de football, et aussi des championnats de F1…

Aujourd’hui il propose une rue des soignants, faisant fi de tous ceux qui se sont dévoués pendant la période non achevée du coronavirus, il a oublié le personnel du SITCOM, la boulangère, l’hôtesse de caisse, et bien d’autres.

L’État décerne des médailles, Monseigneur 30%, baptise des rues, à chacun sa démagogie.

Et pour être sûr de la publicité et d’atteindre tous les citoyens rien de tel qu’un correspondant dans la dépêche du midi !

Mais s’il tient à « honorer » les soignants de 2020, il oublie que les soignants se dévouent tous les jours, tous les mois et tous les ans et cela depuis des temps immémoriaux !

Il discrimine les métiers et les dangers encourus par chaque profession, il paraît que c’est cela la politique, et je pense que l’unanimité du vote est le signe que demain sera comme hier et que rien ne changera dans l’exercice et le partage du pouvoir : il y a ceux qui l’ont et ceux qui voudrait bien l’avoir…

Pour ce qui est des soignants, la vraie reconnaissance ne peut être que la valorisation de leur dévouement en leur organisant des rémunérations dignes, des temps de travail cohérents et donc des embauches conséquentes.

Mais cela Carayon ne peut rien y faire.

What do you want to do ?

New mailCopy

lavaur desenchanté 2 Il a été élu, mal, mais la démocratie doit s’accommoder de ces errances qui font qu’un homme qui n’a que la confiance d’un petit tiers de la population puisse imposer ses vues et dicter ses volontés.
Les lendemains vont être lugubres…
Transition écologique, énergétique, sociale… ?
PLU ?
Entretien routier ??
Finances ?
Plan de circulation… !
What do you want to do ?

New mailCopy

Un grand merci à Monseigneur 30%

Pour cause de confinement et pour ne pas alimenter de polémiques alors que l’urgence était ailleurs, mon webzine vivotait, quelques visiteurs… mais rien de comparable avec l’affluence des jours de pré-élection !

Il faut dire que je n’ai rien publié pendant cette période.

Non pas que je n’avais rien à dire, mais parce qu’il est des temps où le silence est d’or.

Cet or je l’ai thésaurisé et je vais vous le faire partager dans les jours et semaines à venir, car vous m’avez beaucoup manqué !

J’ai, quant à moi, sans doute beaucoup manqué à Monseigneur 30%. Il n’a pu s’empêcher publiquement de m’attaquer d’une manière que je qualifie de stupide. Attaque reprise dans la « dépêche du Midi » qui s’est bien gardé de m’en informer…

Il a donc sifflé la fin de la pause et a relancé, ipso facto, mes analyses de sa gestion, de ses pratiques.

Oh rien de bien nouveau, nous le savons. Homme du passé, il s’ancre dans des postures d’un autre temps en prenant référence sur ses modèles politiques, ne conservant que ce qui l’arrange !

Mais il fait une impasse essentielle sur ce qui faisait la richesse de la politique de ses aînés, sur ce qui était leur moteur : l’adéquation entre le moment et l’action, la sincérité au service du citoyen. J’ai la quasi certitude que les rodomontades sont ses plats préférés et que se montrer et plus important que faire dans un esprit de partage, de concertation.

Ainsi, Carayon, le maire qui a bien peiné pour rassembler 30% de voix sur son nom, figé dans ses idées d’hier n’a pas pris la mesure qu’aujourd’hui elles sont frappées d’anachronisme et sont dangereuses pour le développement de la commune (qui est la sienne à 30%, je sais je me fais lourd mais pas suffisamment pour être entendu de toutes et tous). Il va batailler pour des projets comme l’autoroute impasse et autres projets qui ont, peut-être, eu une raison d’être mais qui sont aujourd’hui une imbécillité rare (et chère) accompagné dans ce coupable soutien par notre député qui lui aussi se confine dans des politiques obsolètes.

Mais avant de reprendre ces sujets comme celui de la ZAD des terres rouges, ne faisons pas l’impasse sur cette réunion du conseil municipal qui marque de façon indiscutable que sous la lumière blafarde de l’auréole du cinquième mandat, rien n’a changé.

Pire, non seulement Monseigneur 30% n’a rien à faire de l’avis de ceux qui ont été élu et qui siègent, mais en plus il se montre particulièrement mal poli.

A ce conseil ont été désignées les personnes « de la société civile » pour siéger au conseil d’administration d’ESL.
cara conseil avrilLa note préparatoire à cette réunion avait déjà énuméré ces personnes alors que le conseil n’était pas installé  : Jean-Michel Marinier, Patrick Marignol, Thierry Guindani, Jacques carottes, Christian Taurines, Thierry Jarlan, Christian Rabary, Joseph Dalla Riva, Aimé River et Jean-Claude Plo… Je ne vais pas polémiquer sur ces candidatures qui ont plu à sa majesté 30%, mais chacun saura reconnaître qui est qui, notamment ceux qui sortent par la porte et entrent par la fenêtre ! Tous du premier cercle ou prétention d’en faire partie, ai-je envie de dire !

Comme l’a fait remarquer l’opposition la parité n’est pas respectée, à croire que les femmes n’ont pas de compétence(s) en la matière…
Mais, qui plus est et cela est scandaleux, le maire n’a pas tenu compte des candidatures spontanées et n’a même pas eu la politesse d’informer les candidats du rejet de leur demande, il ne les a pas soumises au vote du conseil qui n’a donc pas eu son mot à dire… un conseil pour rire comme avant !

J’avais postulé, j’avais indiqué mes compétences… J’avais oublié que je suis « stalinien » ce qui semble être une raison de discrimination, à moins que ce soit mon âge, la couleur de mes yeux ou encore ma calvitie, mon athéisme ou ma vraie couleur politique : le socialisme, celui qui est dans la recherche du bonheur des hommes dans une planète sauvée des excès des monopoles et de l’argent.

Monseigneur 30% se moque des règles, des lois, il fait comme avant et comme toujours à sa mode, une mode bien détestable.

Et le correspondant de la « dépêche du midi », il en pense quoi ?
Je m’interroge sur son pathétique jeu de mots (maire calme à peu agité) qui est peu à l’unisson des déclarations de guerre d’un maire qui en veut à qui n’est pas servilement à son écoute. Le maire est très agité, une agitation désordonnée, enrichie par une paranoïa face à son impuissance à faire taire ceux qui ne sont pas des perdreaux de l’année et qui se refusent à finir dans la terrine de ses errances de gestion.

Car est-ce serein de conspuer un citoyen, de l’insulter dans sa fibre républicaine en le taxant de stalinisme de façon publique ? C’est plutôt serin… Non ?

PS : Les illustrations de ce webzine, vous les connaissez,
mais pourquoi en changer quand rien n'a changer !
What do you want to do ?

New mailCopy

Récompense ? il voulait dire punition !

What do you want to do ?

New mailCopy

Monseigneur 30% nous dit par le biais d’un entretien avec le journaliste qui confond être et savoir et qui constate l’effritement d’un électorat à travers une non candidature…  :

« Je ressens la confiance et l’amitié que les habitants me témoignent. C’est ma plus belle récompense. »

Une récompense 30% ?

Plutôt une déconfiture !

Une vraie punition pour qui a été maire 20 ans !

Un terrible désaveu !

Monseigneur 30%, il faut vous y faire et au lieu de manipuler des concepts qui, de mon point de vue vous dépassent, vous devriez faire amende honorable, reconnaître votre défaite et puisque démocratie oblige, tenir votre poste de telle manière que les 70% des vauréennes et des vauréens qui ont boudé votre liste trouvent dans la gestion de la ville ce qu’ils sont en droit d’attendre de tout édile de moyenne envergure en ces temps troublés où la politique politicienne a pris le pas sur le service au public, sur l’urgente nécessité de réussir les transitions, les vraies mesures, les vrais projets partagés par 100% de la population.

Bien j’arrête ces propos aux relents staliniens (sic Carayon) pour m’étonner que le journaliste ait osé reproduire le propos du maire me concernant sans les assortir d’un rappel à la loi démocratique et aux droits fondamentaux de tout citoyen dont la liberté d’expression et l’inaliénable droit d’opinion.

Non Carayon, Monseigneur 30%, le délit d’opinion n’a pas de place dans notre République et non vous ne pouvez pas exiger une déclaration qui irait dans le sens d’une dénonciation de telle ou telle publication, c’est une violation insupportable des lois de notre République et c’est cela qui vous place en dehors de ce que vous appelez « l’arc démocratique » qui ne commence pas au GUD pour s’achever sur les rives du stalinisme.
De surcroît, je ne vois pas comment Madame Albouy Pomponne pourrait condamner ses colistiers… un tribunal, celui de l’interdiction de s’exprimer, et les sanctions ? réciter quelques prières à la gloire de notre Monseigneur 30% ?

libreMais, sans illusion sur le retour de la dépêche du midi quant à mes précisions, j’affirme n’avoir jamais souhaité, demandé la disparition de Monseigneur 30%, j’ai plus raisonnablement souhaité son abandon du rôle de maire qu’il a, pour ce que j’ai pu en constater, tenu de manière fort déplorable, appuyé en cela par des constats récurrents et des audits des autorités de l’État qui devraient bientôt revenir. L’humour, la dérision, la satire sont de bon aloi quand c’est Monseigneur qui en use, quand c’est à son endroit, il grince des neurones et monte sur ses grands chevaux ce qui me permet de le remercier, ainsi que le journaliste à qui je ne demande pas de droit de réponse pour cette publicité pour mes écrits, mais qui devrait être un investigateur, un commentateur au lieu de n’être, me semble-t-il, que la voix de son maître.

Non Monseigneur 30% n’a rien fait d’exceptionnel en ces  temps de pandémie, il a géré dans la peur, mais aussi dans la publicité de toutes ces choses que les autres ont fait : soignants, services de salubrité, services publics et privés qui se sont dévoués spontanément à leurs concitoyens à Lavaur comme partout ailleurs.

Les masques ? Lesquels ? Ceux qui sont périmés, ceux offerts par un copain ou ceux que l’on va recevoir bientôt ?

Alors si Monseigneur 30% n’a pas la prétention de sauver la planète, ce serait bien qu’il participe au sauvetage de Lavaur, avant que cette ville ne devienne qu’une succursale de Saint-Sulpice où viendront se réfugier retraités aisés pour applaudir le passage en coup de vent du tour de France.