Les portes du Tarn…

Pour que les portes du Tarn

ne soient pas les portes de l’enfer

pour les espèces protégées.

Un appel à la raison par plusieurs organisations soucieuses de l’environnement que je relaie avec conviction:

Appel pour « la haie de l’élanion blanc »

La haie située sur la parcelle TERRA 2 au milieu de la ZAC des Portes du Tarn est un enjeu central du devenir de cet espace.

Nous n’envisageons pas qu’elle soit sacrifiée.

Dans son rapport du 15 mai 2019, la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) en demande la conservation à la SPLA 81.
Cette haie, où se reproduit l’élanion blanc, est devenue un symbole. Son intérêt écologique a été largement dévalorisé par les responsables de la SPLA. De façon générale, la richesse de la biodiversité présente sur le site de la ZAC a été sous évaluée et les mesures compensatoires proposées ne sont pas satisfaisantes. Le récent avis défavorable du Conseil National de Protection de la Nature démontre ces insuffisances. Face à cette richesse réelle mais sciemment occultée, les responsables de la SPLA nous propose une artificialisation boulimique de terres agricoles de qualité et une accélération de la course à la consommation carbonée.

elanionGarder cette haie, c’est dire « gardons les pieds sur terre ! ». L’urgence environnementale n’est pas une mode, c’est notre quotidien, il n’y a pas de plan(ète) B. Nous devons dire stop aux pollutions, stop à la disparition d’espèces, à commencer par celles qui vivent sur notre territoire. Dire stop aussi à ces discours policés qui promettent de verdir l’économie mais qui ne tiennent pas leurs paroles. Accueillir la plateforme logistique XXL Terra 2 est un non sens au vue de l’urgence climatique et de la nécessaire protection de la biodiversité, surtout sur une ZAC proclamée « soucieuse de son environnement ».

Pour ces raisons nous voulons marquer notre volonté de conserver cette haie symbole d’une vitalité réelle mais négligée. Nous refusons l’implantation de Terra 2, un projet à l’empreinte écologique néfaste, socialement pauvre et qui détourne un bien commun pour des profits privatifs de court terme.
Nous appelons les citoyens de ce territoire à promouvoir un avenir respectueux de la diversité écologique et où nous serons soucieux de ne pas dépasser les limites de restauration des richesses que nous prélevons.

Dans cette perspective, les signataires de ce texte organisent samedi 31 août 2019 une « marche pour la haie ». Rendez-vous est donc donné aux personnes qui s’opposent à l’implantation de Terra 2 et qui souhaitent se mobiliser pour la sauvegarde de notre biodiversité

le 31 août 2019 à 10H 30 sur l’aire de covoiturage

(échangeur n°5 de l’A68) à Saint-Sulpice la Pointe.

De l’aire de covoiturage, nous nous rendrons à pied sur la parcelle Terra 2 où est située la haie à sauvegarder.

Saint Sulpice, le 12 août 2019

Bientôt à Lavaur, comme chez nos voisins ?

Nos voisins proches, je parle ici du Tarn et Garonne et du nord de Toulouse.

Je parle du REZOPOUCE.

Qu’est-ce ce réseau de déplacements partagés ?

Un dispositif dynamique qui prend son inspiration dans le covoiturage.

Implanté en Midi-Pyrénées avec plus de 200 arrêts situés dans plus de 80 communes, il est également recommandé dans le département voisin du Tarn et Garonne.

C’est le moyen de se déplacer à moindre frais avec une organisation rassurante et connue des utilisateurs (points d’arrêts, montant de la participation)

Les points d’arrêts sont indiqués par une signalétique particulière

Ce type de réseau existe dans d’autres départements : https://alec-montpellier.org/wp-content/uploads/2017/03/CCGPSL_Pr%C3%A9sentation-Rezo-Pouce.pdf

rezopouceUn bon moyen de se déplacer en respectant la planète.

La mairie peut jouer un vrai rôle d’initiation et de maintien du réseau.

Elle doit favoriser ce type d’initiative et doit être un acteur de sa mise en place.

Un service pour tous, avec en corolaire des économies, de la convivialité…

Personne n’y pense…

Pourtant au détour de pratiques courantes se cachent des postures bien peu orthodoxes…

L’exemple que nous relate « 3 Hauts de France », montre bien qu’il y a loin de la décision à l’exécution et que le conseil municipal n’est pas juste là pour faire beau.

Le propos n’est pas de savoir ce que décidera le juge, s’il est saisi. Le maire incriminé, mais innocent pour l’heure, a une défense bien significative des us et coutumes de certains édiles et particulièrement leur méconnaissance des droits et obligations du premier magistrat de la commune.

Cela laisse rêveur…

habitude.jpg

 

L’urgence est SOCIALE, pas électorale…

L’ombre du GUD, de l’extrême droite plane sur les élections européennes.

Deux têtes de liste ont milité pour ce groupe ou milite au sein d’une organisation d’extrême droite.

gudLReM et RN ont chacun la marque du GUD ou de cette extrême droite qui ne veut dire son nom.

Quand par curiosité nous lisons les noms de la liste LR, nous y retrouvons sans surprise d’anciens adhérents de ce groupe.

C’est donc trois listes LReM, RN et LR qui sont acquises à la droite libérale tantôt anti européennes tantôt pas ou pas trop.

Il ne reste plus que le choix d’une liste qui a fait sien le credo de l’urgence sociale.

Celle qui donne un toit à tous, la capacité de se nourrir décemment et de participer à la vie sociale sans distinction.

De tribune en tribune, les voilà les jolies promesses…

Ce soir le président de la République va nous expliquer encore une fois qu’il nous aime, que nous soyons des alcooliques, des illettrés, des fainéants, des riens, d’où que nous venions y compris de l’île de la Guyane, qu’importe il va nous resservir cette soupe amère pour ceux qui n’ont pas le sou et qui aiment et croient encore en la démocratie !

pompe essenceVa-t-il faire un geste inverse à ceux qu’il a fait ? Augmenter les APL, baisser la CSG des retraités, ramener le prix du carburant à un niveau acceptable, libérer la parole, ne plus mutiler les manifestants ?

Va-t-il baisser les impôts des plus pauvres en ponctionnant les revenus de ceux qui ne savent plus qu’en faire ? Va-t-il nous susurrer quelques inepties pour expliquer les privatisations, ADP, la FDJ, etc.

Et puis essentiel, va-t-il enfin se préoccuper de l’environnement, donner une chance véritable à la transition énergétique et écologique ?

Accessoirement nous dira-t-il la vérité sur le scandale Benalla et consorts…

Je ne le saurais que demain, car ce soir je reçois des amis et nous n’allons pas gâcher notre soirée à écouter un roitelet pérorer pour justifier l’injustifiable : le saccage de notre République, de notre démocratie.

Le 29 avril je n’irai pas échanger « librement » sur les élucubrations de Macron avec Carayon. Il est temps de se désolidariser de ce type de manifestations qui permet aux uns et aux autres de se vanter d’une affluence que chacun revendique en cette période électorale. Il n’est plus qu’un seul déplacement pertinent : celui qui conduit aux urnes.

Constant dans le mépris

Ce qui suit n’est pas une fable.

… même si cela parait proprement incroyable !

il était une fois  dans un bourg important du Tarn un roitelet qui n’en faisait qu’à sa tête.

Il est si peu attentif à ses administrés et si impatient de voler vers une autre mandature qu’il s’agite en tous sens pour faire monter le mercure de son thermomètre de l’amour de ses administrés.

oreille ecoute caraBien sûr, peu soigneux de l’avis de ses concitoyens, il décide en souverain tout puissant, impuissant qu’il est à tendre l’oreille vers les balbutiements timides et respectueux de ceux pour qui il est censé œuvrer dans l’intérêt général.

A la gloire de ce monarque, le journal local relaye fidèlement les informations, se gardant bien de faire une analyse ou même un début de mise en situation des projets annoncés.

Après un misérable et mémorable projet PLU, vient le temps du centre aquatique, mais cela je l’ai déjà conté, même si la chute de l’histoire est pour dans quelques années. Aujourd’hui un autre projet envahit les colonnes de la « dépêche du midi »…

Il s’agit de l’investissement dans l’éclairage urbain !

C’est un peu comme la vidéo surveillance, c’est d’ailleurs un cousin germain, il est traité de la même façon : pas de plan, pas de concertation… Et le chiffon rouge de la sécurité agité véhémentement.

eclaireL’éclairage public n’est pas un sujet nouveau, c’est une urgence économique et écologique, deux raisons qui doivent raisonnablement conduire à faire le diagnostic du réseau. Cela n’a pas été fait et on se trouve comme à l’habitude mis devant le fait accompli.

Si la « LED » paraît adaptée dans bien des cas, il ne faut pas occulter les problèmes de cet équipement quand il est déployé sans précaution et sans études préalables.

La prise en compte des aléas de maintenance doit être intégrée, et sans doute aussi un équipement intégrant un économiseur d’énergie destiné aux armoires d’éclairage (varilum) qui permet un éclairage adapté à chaque site par abaissement de tension.

Alors un éclairage public, oui, mais pas n’importe comment et n’importe où.

Carayon, parlons-en…

Accessoirement est-ce de bonne gestion de financer sur le budget 2019, l’éclairage de sites qui ne seront opérationnels que dans quelques années (le centre aquatique par exemple, s’il ne sombre pas avant) ?

Bien sûr, elle le connaît !

Le rapport Spinetta, il est évident qu’elle le connaît. Commandé par le premier ministre (c’est la loi du genre) alors qu’elle est ministre des transports au moment de la lettre de mission, on imagine mal qu’elle n’en ait pas entendu parler !

Il ne faut pas se leurrer, elle l’a lu aussi. Donc c’est à dessein qu’elle l’ignore dans ses interventions sur les transports. De son côté, Carole Delga « croit au train pour développer les transports dans une région comme la nôtre »

Je dis ça je dis rien, mais ce qu’elles disent en ont-elles conscience ? Elle mettent bien bout à bout leurs raisonnements pour leur donner une consistance, une intelligence ?

péage 2Comment croire tous ces mensonges enfants de l’opportunité politique et non le fruit d’une cohérence de développement dans le cadre du respect de l’environnement et de la transition énergétique et écologique.

Deux socialistes (une c’est avant sa trahison vers LReM qui comme on sait recrute à gauche pour étoffer sa politique de droite libérale) pour une même forfaiture qui a des conséquences dramatiques pour les déplacements de Lavaur vers Toulouse mais aussi dans le cadre de la réorganisation des transports intra-muros de la commune délaissée par 20 ans de mépris de ce qui fait la vie de chaque jour pour nos concitoyens.