Le monde d’avant, c’est au XIXe siècle

Bataille autour d’un nom pour l’école maternelle, enfin escarmouche car si Carayon 1er dégaine le sabre, la minorité n’a trouvé qu’un fleuret moucheté à lui opposer, l’habitude leur est venue de subir en tentant ici et là de s’associer à quelques actions pour faire bonne figure, pour exister.

Mais là n’est pas mon sujet, aujourd’hui.

Lors du dernier conseil, je n’y étais pas… (pourquoi se déplacer pour assister à des non évènements, des non échanges ?), mais la dépêche du midi nous raconte le « débat » sur le nom de cette école.

Le choix de la comtesse de Ségur est étonnant. J’ai dit étonnant ? Lisez stupide !

La comtesse, fortement moralisatrice fait la narration des sévices de son temps, les enfants étant soumis à une éducation musclée qui n’est, je l’espère pas de mise dans cette école maternelle pas plus que l’on ne peut souhaiter que nos enfants emboitent le pas de la rébellion et la permanente opposition du bien et du mal.

Mais ce n’est la romancière qui trace la stupidité de ce choix, c’est bien évidemment le positionnement de cette comtesse russe. Et particulièrement la concomitance de cette inauguration et la célébration… de l’aventure impériale !

Son père est le comte Fiodor Rostopchine, celui là même qui était gouverneur de Moscou lors de l’invasion par Napoléon, c’est bien lui commet des pamphlets contre l’empereur aujourd’hui représenté à Lavaur par Carayon, c’est lui qui ruine sa ville. Napoléon battra retraite (à quand Carayon ?), les russes ruineront la grande armée, harcelant son arrière garde et mettant à mal ses ailes.

Ce plan qui a conduit Napoléon à regagner Paris, on connait la suite Leipzig, l’ile d’Elbe… Waterloo et Sainte Hélène.

Le maire de Moscou dans son action de terre brulée, le père de la comtesse, sera disgracié pour avoir fait de sa ville un champ de ruine.

L’aventure impériale s’est donc achevée par l’action du père de celle qui donne son nom à notre école maternelle.

Pourtant dans le siècle dernier le XXe, de nombreuses féministes, républicaines ont enrichi l’histoire de notre pays, contemporaines d’une autre vision de la femme , elles sont ignorées de ceux qui cultivent le passé et la célébration de guerres qui ont ruiné la France. Halimi, Groult, Veil Pellé-Douël, Kandel, etc pour n’en citer que quelques unes connues de tous, mais aussi des femmes romancières non féministes comme Colette ont eu une vie, une action qu’il serait plus républicain d’afficher !

Maintenant si c’est le chauvinisme, le régionalisme qui prévaut, rappelons que la comtesse est enterrée à… Paris, et que les tombeaux à Verfeil sont ceux de ses petites-filles. L’aristocratie ne pouvait imaginer mélanger les torchons avec les serviettes, aussi la gouvernante est enterrée à Verfeil, juste à côté !

L’école élémentaire de Verfeil est l’école Comtesse de Ségur… comme quoi Napoléon carayon ne pourra pas nous servir le nul part ailleurs qu’à Lavaur !!!

Je me marre… mais je me marre !

Sous la conduite déterminée de Albouy-Pomponne (je cite, ne pas croire que j’adhère !), grâce à l’implication sans faille de David, à l’énergie de Mougin et à l’incroyable capacité de Navellou, la première année de la mandature de Lavaur Citoyenne est riche en actions, claironnent-ils.

Mais je me marre et vous ne pouvez imaginer à quel point quand je lis le questionnement qu’ils ont préparé pour la réunion du prochain conseil municipal.

Ils interrogent sur les points essentiels de la gestion d’une commune et nous font les « calimero » en pleurant de ne rien savoir…

Les pôvres, on ne leur dit rien et pourtant ils ont assisté à des réunions intéressantes (qu’ils disent, ce qui sous-entend qu’ils n’ont rien compris), ils se félicitent de tel ou tel événement auquel ils ont prêté la main (qu’ils disent, ce qui sous-entend que ces événements sont des détails de gestion).

Ils font la leçon sur ce qu’est un budget, impatients de montrer qu’ils n’y connaissent pas grand chose mais qu’ils savent bien recopier des documents.

Ils nous écrivent que l’action est leur ADN… et qu’ils sont fortement impliqués quant aux infractions insupportables commises par le domaine des vergers de Fontorbe.
Mais là, franchement, je ne me marre pas du tout. C’est, au-delà de la preuve qu’ils administrent magistralement de la vacuité de leurs actions, un mensonge éhonté, ils ont papoté avec le « directeur de Fontorbe ?
Et alors pour quel résultat ?
Leur ADN serait plutôt la gesticulation, et comme l’a presque dit Desproges « à force de se masturber avec une râpe à fromage ils vont subir bien des souffrances pour peu de résultat. »

Sans sourciller ils écrivent à l’appui de leur question sur le PLU :

manque de logements adaptés aux besoins (par exemple pour loger les chauffeurs de bus pour le nouveau service qui démarre en septembre prochain), croissance de la population de zéro% alors que l’attente est forte, vieillissement de la population avec des conséquences en matière de scolarité, manque de foncier disponible pour l’artisanat, non prise en compte des enjeux du moment dans les constructions actuelles (énergie, climat etc…)

Allo… il y a un neurone chez Lavaur Citoyenne ? Il manque de logements adaptés aux besoins et citer comme exemple le logement de chauffeurs de bus ! Est-ce bien là le problème, est-ce un problème ?
On aurait espéré à l’appui de ce constat de manque de logement des statistiques sur les demandes de logements pendantes auprès des services municipaux auprès des bailleurs sociaux, non rien, juste les chauffeurs de bus…
J’espère que Monseigneur aura compris l’énigmatique expression : croissance de la population de 0%… alors que l’attente est forte. Le reste est à l’avenant.
Ils sont comptables de leurs propos auprès de ceux qui ont voté pour eux, et j’en suis. Chacun peut comprendre que je me morde aujourd’hui les doigts et savoir que je ne suis pas le seul n’est pas de nature à me consoler !

Alors nous allons imaginer qu’ils vont se ressaisir, faire preuve d’humilité, montrer enfin un soupçon de charisme et travailler enfin efficacement !

Je sais, mon ADN est l’indulgence et la confiance envers mon prochain, je serai vigilant pour applaudir le virage qu’ils vont prendre pour enfin respecter le mandat qu’ils ont obtenus…

Plan pourri, le devenir des « bonnes idées »

Sans contrainte est la tribune libre, c’est du moins c’est que je crois, aussi je crois à ce qui est écrit.

Pour « Lavaur au cœur », c’est d’autant plus facile que c’est un remake de ce qui est annoncé depuis moult campagnes électorales. En effet rien de neuf sous le soleil blafard de la dictature de Carayon V, rien que des actions prévues et qui s’éternisent. Bien sûr des actions sans lien entre elles, bien évidemment des actions estimées urgentes au détour d’un drame et aujourd’hui pendantes au gré des opportunités électorales.
Ils refont les rues, ils appellent cela embellir ! Pour un peu et pour certains, l’émerveillement serait de mise ! L’école maternelle on en parle depuis des lustres, il est bien temps qu’elle se termine ! Un cinéma à 3 salles mais c’est ce qui avait été promis et déclaré dans les « tuyaux » il y a plus d’un an et même subventionné ! Les tuyaux devaient bien bouchés.
C’est de la politique politicienne, rien de bien exceptionnel, c’est la politique du monde d’hier qui s’accroche à des process, ces process qui conduisent dans le mur du déchainement des modifications climatiques bientôt irréversibles.

Il y a bien « Lavaur Autrement »… mais voilà une formation qui, au moins, a l’honnêteté de ne pas faire semblant ! Elle est à l’unisson des carayoneries, mais elle le reconnait : nous saluons, reconnaissons les transformations de la ville grâce aux majorités successives et au maire ! Que n’a-t-elle pas fait liste commune ! D’autant qu’elle salue (oui, c’est un liste de salutations !), le travail, la volonté des adjoints. Bien mûre pour une liste LREM/LR/RN pour les prochaines municipales !

Reste le « groupe Lavaur Citoyenne » qui a réussi l’exploit de passer à côté de toutes ses promesses et qui manie avec dextérité l’ambiguïté.
Et c’est cela le scandale, c’est l’utilisation à outrance des méthodes dénoncées. Ils participent, bon mettons, mais ils ne partagent pas, ou alors en catimini dans un cercle très très fermé. Ils s’inscrivent, pour tenter d’exister dans des groupes, collectifs, associations déjà existantes et qui ont un riche passé de travail, picorant ici et là quelques idées tout comme le fait notre coucou de maire.
Le résultant est pitoyable. Incapable de promouvoir une vraie politique de devenir, de porter des projets, ils égrènent au hasard de leurs rencontres des thèmes, des projets sans en donner, (pire !) sans en mesurer la portée.
La tribune libre traduit bien cet affolement, ce besoin de proposer à tout va, mais cela ne repose sur aucun travail et montre une incapacité à construire :

Pour illustrer mon propos, reprenons donc les « propositions » :

Un schéma de mobilité douces traversant la ville… Ils ont des idées brillantes et nouvelles, mais les brillantes ne sont pas nouvelles et les nouvelles ne sont pas brillantes nous dirait Marcel Achard. Et c’est bien le cas des mobilités douces déclinées depuis bien des années. Certes, cela finira bien par arriver, mais j’espère qu’ils ne pousseront pas la malhonnêteté jusqu’à s’en attribuer quelque mérite !

La réduction de la vitesse des véhicules dans le centre-ville et jusqu’au collège (tout Lavaur en quelque sorte !). C’est bien ce qu’a esquissé la majorité Carayon IV, et tout laisse penser que Carayon V n’y voit pas de problème, idée brillante ? Pas nouvelle !

Une réserve foncière au niveau de la gare pour connecter les modes de transport… L’idée d’une plate-forme intermodale est, elle aussi ancienne, mais basée non pas sur la création d’une réserve foncière mais sur des négociations pour transformer les friches ferroviaires en zone d’échanges.

Des réserves foncières pour deux axes de délestages des poids lourds en centre-ville… Donc « Lavaur Citoyenne » développe le concept d’un contournement du centre ville, c’est une idée pas nouvelle du tout, mais qui a vécu. Et puis… réserve foncière, sous quelle procédure inscrite dans le PLU ? Terrains gelés, exportation, préemption ? Le monde de demain, c’est la maitrise des sols, c’est la réduction drastique du bétonnage, du bitumage, pas la création de nouvelles zones asphyxiées par un transport qui s’il se révèle insupportable doit être supprimé, du moins pendant les zones où il est inacceptable. L’idée ne serait pas nouvelle mais, interdire le centre-ville aux poids lourds, à certaines heures de la journée serait suffisant et à mettre en synergie avec la réhabilitation des voies ferrées dans le cadre de la zone intermodale mixte avec l’aide de la région et du département. Ce qui aurait plus de gueule que cette autoroute stupide et anachronique.

La création de zones artisanat (Sagne-Mazasse), je crois bien avoir lu cela dans les programmes de Carayon, mais quel artisanat, existe-t-il, dans quelles conditions. Parce que déverser des projets sans en soutenir la viabilité, c’est facile surtout quand on a pas son mot à dire et que suivre la majorité est bien la seule action vouée à perdurer.

Le réinvestissement du commerce du centre-ville et la préservation des entrées de ville… Doit-on comprendre que l’implantation d’une grande surface route de Gaillac est bannie ?

Une cartographie des secteurs à équiper en photovoltaïque, une idée brillante mais quelles sont les propositions au sein des commissions ? Tout bâtiment public équipé et autonome ? Juste les nouveaux ?

Joyeuse hypocrisie… Limitation des zones de conflits… Pourquoi limiter… supprimer par le biais de nouvelles politiques agricoles, avec l’interdiction d’épandage de produits non bio, par grand vent comme aujourd’hui ou même sans vent.

Pour le logement… la bouteille à l’encre, qu’est-ce qu’un logement de taille intermédiaire ? Mystère, une appellation non reconnue pour identifier une proposition qui ne repose pas sur des études sociales, démographiques et de prospections environnementales. Et puis rappelons que le logement n’est pas un sujet en soi, le sujet est bien la vie sociale et le logement n’en est qu’un aspect qui ne peut écarter, sous l’excuse que l’on a un toit, toute communication, toute vie au delà du cercle familial. Aussi l’intermédiaire en terme de taille n’a pas de sens sauf à considérer que le logement doit avoir une typologie réglementée.

Donc à se pencher sur le texte de « Lavaur Citoyenne » leurs propositions concernent les points ci-dessus, mais si ces points sont énumérés, les propositions, LEURS PROPOSITIONS, sont absentes du propos et c’était là l’essentiel.

Les bonnes idées ne sont que plan pourri parce qu’indifférent à l’évolution du monde et aveugle à la nécessaire transition sociale, écologique et environnementale qui devrait être le fil rouge des actions et des propositions.

Finalement à Lavaur il y a la majorité et deux groupes de moutons bêlant à n’en plus pouvoir derrière un maire qui doit bien rigoler !

Bi-centenaire ? NON ! VINGTENAIRE

Bien évidemment que le retour de l’Empire à Lavaur ne saurait être salué par la mort de son chef, il y a deux cents ans… puisque l' »empire » est imagé par des pratiques dictatoriales contemporaines (depuis vingt ans) par notre nouveau empereur, Monseigneur Carayon.

Certes il faut une certaine mesure, Lavaur n’est pas la France, et le génie de l’un ne se retrouve pas chez l’autre !

Mais on peut identifier des points communs comme son amour des serviteurs, évidemment point de mameluk (Monseigneur n’accueille pas les immigrés), mais les adjoints feront bien l’affaire !

Hélas pas de grandes victoires, du pont d’Arcole à Austerlitz, l’un a parcouru l’Europe et autre contrée ensoleillée avec panache et succès, l’autre de PLU abandonné en tour de France esquissé, les victoires ont le goût de Bérézina !
L’un abdiqua après Waterloo, l’autre multiplie les Waterloo mais s’accroche à son trône !

L’un pinçait l’oreille de ses braves grognards, l’autre fait grincer des dents ses sujets maltraités.

Et ce n’est pas une célébration devant un tombeau qui n’est pas celui d’un empereur mais d’un serviteur immigré qui va nous mener sur le chemin des progrès tant attendus pour une vie de mesure et de raison. L’un a modernisé la France et notre triste Monseigneur nous tient la tête sous l’eau des arcanes républicaines d’un autre temps.

L’un nous a légué des codes juridiques, une organisation territoriale administrative, des monuments, des arts, des lettres… L’autre peine à proposer un PLU, nous laisse des chaussées dégradées, prive le bon peuple de cinéma en l’enfumant sur des promesses, nous habille une dette pour nous faire croire que c’est une richesse…

L’un était un visionnaire, un inventeur politique, un précurseur, l’autre se repose sur les errances d’une politique figée depuis plus de trente ans d’un parti d’extrême droite et maintenant que c’est plus « citoyennement » correct sur un parti de droite ultra libérale.
Et il s’en vante !

Confiné dans une pensée étriqué, il n’a même pas l’imagination de pallier les obligations d’une crise sanitaire pour perpétuer des évènements en les remplaçant par d’autres !
Hier il y avait le repas des aînés, il n’a pas pensé faire le panier repas (confectionné par les commerçants locaux !)des aînés comme tant d’autres communes !
Pas important, nous irons nous recueillir sur la tombe d’un immigré ! Ou pas !

Il sait de quoi il parle !

Voilà une pensée de notre maire qui illustre à merveille ses pratiques depuis une bonne vingtaine d’années.

IL est constant que Carayon pratique avec une expertise au dessus de toute critique, la communication la plus simple, restera à prouver que c’est la meilleure !

Un site indigent et obsolète, des mises à jour en attente depuis plusieurs années, des liens morts, des traductions absentes, voilà qui valide la volonté de simplicité du maire :

communication3

Ce n’est pas une fake news, il a bien écrit cela, lui qui disait lors d’un conseil municipal

qu’il ne dirait rien et que nous ne saurions rien;

Le foutage de gueule élevé au niveau d’un art !

Il a tenu sa promesse, j’y crois pas !

Il y a un mois, lors du dernier conseil municipal, il avait répondu à une conseillère qui s’inquiétait au nom de tous les vauréens et vauréennes de la fermeture du cinéma :

« Je ne vous dirai pas ce que nous faisons. « 

« Vous ne saurez rien ».

Il a tenu sa promesse !!!

Nous ne savons rien de ce qu’il fait (ou pas)

Bravo Carayon, enfin une promesse tenue, il ne faut pas perdre espoir !

Cinema lav

Je vais voter Carayon !

A partir de 2019… mais c’est maintenant ! le cumul des mandats de député européen et de maire est proscrit par les lois du 14 février 2014…

Placé en position d’être éligible, (ou presque !) voilà un moyen, bien que peu chevaleresque, d’assurer – enfin – une alternative à Lavaur !

Je veux comme d’autres prendre le soin de négocier ce tournant majeur dans la vie politique de notre commune.

depu euro