30%… empire

La messe est dite et saint Alain et son Jacquemart doivent bien se marrer !

La France d’avant se décline en vauréen, une conjugaison à tous les temps et tristement au présent et au futur !

L’usure des échecs, des actions avortées ou pire encore réalisées en conflit avec l’intérêt général fait qu’avec ses 30% Carayon va nous emmener vers une mandature en pire.

Les conséquences de l’effet « blast » cher à Sarkozy et déployé par Carayon aux dernières municipales sont, à Lavaur, terribles car d’élections en élections, Monseigneur 30% renouvelle cet artifice au détriment de la construction d’un avenir pour la commune.

Il n’est pas neutre de précipiter des travaux dans l’urgence d’un mandat à renouveler. Certes cela a eu des effets électoraux à hauteur des 30% recueillis par Monseigneur, mais il y a deux travers :

  • l’engagement de travaux inopportuns masque la nécessité de travaux de maintien ou de préservation des infrastructures,
  • le déséquilibre que cela crée en regard des listes adverses qui n’ont pas cette possibilité et qui sont obligés de gesticuler pour tenter de sortir la tête de l’eau, d’exister et de pratiquer des promesses qui vont se révéler irréalisables.

Mais quelques mois après l’élection, quand est venu le temps du confinement, un bilan s’impose.

Pour la majorité il n’y a pas de doute, nous sommes bien dans le retour dans le monde d’avant, la reprise des errances avec une légitimité de plus en plus écornée, mais suffisante pour développer les process dictatoriaux.

D’AUTANT QUE…

Pour l’opposition les bonnes intentions ont viré aux mauvaises postures, la politique politicienne a repris le dessus et sous la fallacieuse excuse de tenter « le tendre la main », ce sont les fesses qu’elle présente et nul doute que Monseigneur ne se privera pas de cette proposition.

Il n’est que d’observer l’attitude de la liste LC (Lavaur Citoyenne) pour se convaincre qu’il n’y aura pas d’opposition, le monde d’avant est aussi leur credo !
Le maquillage écologique ne peut donner le change.
Elle s’extasie devant le discours de Fèvre, le saltimbanque qui n’a pas hésité avant les élections à louer son maître, qui n’a d’autre politique que de cirer les escarpins de Monseigneur 30%, sans même percevoir la démarche servile de cette intervention.
Elle vote sans hésitation la scandaleuse dénomination de la rue des « soignants 2020 », en méprisant de fait tous ceux et celles qui se sont dévoués pendant cette période sans être soignants, « pour faire plaisir » !

Elle n’exige pas le compte administratif ni n’initie le débat d’orientation budgétaire en vue d’un vote du budget qui devra intervenir pour le 31 juillet prochain. Elle a le pouvoir le proposer des ordres du jour, de demander des réunions. Non, elle subit, elle suit.

S’opposer ce n’est pas voter « Pour », c ‘est agir « Contre ».

Et puis ces trahisons qui conduisent, sous l’excuse de participer et d’être transparent, à des positionnements pitoyables en conseil communautaire, la participation à l’élection d’un soldat de LReM à la tête de la communauté.

Décidément LC va devoir se choisir un autre nom, car de citoyenne elle n’en a même plus l’apparence.

A part des parlotes et des réunions stériles, rien n’est construit d’original pour mener à bien la transition, les transitions, on ne s’oppose pas en courbant l’échine, en participant à des commissions formatées sans aucun pouvoir d’infléchir ce qui est décidé dans le bureau de Monseigneur 30%. Il faut créer des commissions indépendantes, saisir la population par des pétitions, des sitting, des communiqués de presse… pas faire son béni-oui-oui.

Je fais le désespérant constat que l’adhésion aux promesses du nouveau conseil communautaire, le « faire plaisir » au conseil municipal est le signe que LC est devenue en moins d’un trimestre, « Lavaur Cocue » ou » Lavaur Catin »… à moins que la réalité soit LC².

Je ne peux me désolidariser de cette liste scélérate, c’est déjà fait en septembre 2019, je fais l’amer constat d’avoir voté pour une liste qui n’a pas combattu et qui s’est déjà rendu, vendu. Monseigneur doit être bien mortifié car à vaincre sans péril on triomphe sans gloire (Corneille-Le Cid) !

Nous ferons le compte, mais du temps de l’ancienne mandature, l’opposition avait voté à 96% les propositions du maire, le score de cette mandature à peine commencée risque d’être du même acabit !

Je sais, je sais, je n’ai pas évoqué la liste « Thénard » ! A quoi bon, elle est dans le droit fil de la déclaration du chef qui respecte le vote et s’abstient lors de l’élection du maire, mais cela est normal, LReM et LR même combat national, même combat local ! Détestable que LC adopte une posture miroir… De fait Carayon aura la soutien de sa majorité, le soutien de liste LReM et celui de liste LC…
Un mandat les mains libres… Pauvre Lavaur ! Et par effet boule de neige, pauvre CCTA !

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

Le syndrome du pois chiche !

Ou la déclinaison de la méthode de gestion préférée de Carayon « du pain et des jeux » à la mode LREM.

Cela devient « De la bière et des jeux »…

Ils se sont mis à 72 pour, au détour d’une loi visant à faire de la France une nation sportive, insérer discrètement une modification de la loi Evin et permettre de façon moins restrictive qu’aujourd’hui la consommation de bière sur les stades.

Pour faire gagner de l’argent aux clubs…

Parmi ces députés celui qui a numérisé la justice, accepté la ratification du CETA, la braderie du siècle avec la privatisation ADP et FDj… etc. :

Le député du Tarn Jean Terlier.

Il faut bien reconnaître qu’il est de tous les rendez-vous où la démocratie, la liberté sont mises en danger. Il ne rate décidément aucune occasion, même la mise en danger de la santé ne l’effraie pas ! Un aventurier de député !

loi alcoolDire que cette disposition est stupide est une évidence, mais elle est stupide pour plusieurs raisons qui pourraient laisser penser que les cerveaux de ces moutons sont habités par des pois chiches !

1/ L’alcool est dangereux pour la santé, on le sait, on nous le dit assez, d’ailleurs la Dame Buzin est une adepte du zéro alcool ! Certes c’est bénéfique pour les lobbies…,

2/ Les hooligans ne sont pas une légende, et la bière, l’alcool est le moteur des débordements de ces voyous,

3/ Les spectateurs ne viennent pas tous en vélo ou à pieds, il s’en faut de beaucoup. Imaginons les ravages sur la route quand des spectateurs survoltés par la victoire ou en colère par la défaite, fortement alcoolisés viendront croiser la route d’une famille qui revient d’une balade champêtre,

4/ Qui va ramasser les pollutions de ces consommations (canettes etc.),

5/ ce n’est pas parce que des privilégiés peuvent effectivement consommer de l’alcool en loge qu’il faut étendre cette mesure à tous. L’égalité ce n’est pas inéluctablement permettre à tous ce qui est nuisible mais supprimer des privilèges au nom de la santé,

6/ Faire un lien entre sport et bière… je laisse ce soin aux députés LREM (notons que certains députés LR avaient déjà imaginé cette proposition).

Honte sur la commission des lois de l’A.N.

Pourtant de droite, le Sénat a osé dénoncer l’appareil de l’État dans ses mensonges et ses manipulations.

La commission des lois de l’Assemblée nationale qui avait aussi ce pouvoir, s’est ridiculisée, et ses membres, moutons dociles, portent une lourde responsabilité et une grave culpabilité, celle d’un déni de démocratie.

Cela ne préjuge ne rien des manœuvres à venir, dans un bien triste jeu de pouvoir où la pression sera forte pour conserver ses prérogatives et avantages pour le sénat et pour essayer de se tirer de ses nombreux mauvais pas qui sont de vrais faux pas et d’ineffables injures aux citoyens pour l’Élysée et le gouvernement.

Que retiendra l’Histoire de ces pitoyables histoires, alors que dans la rue s’élèvent des voix pour crier à l’injustice sociale et que la seule réponse est le glaive ?

banane 2Qui sont donc ces saltimbanques qui s’amusent et jouent avec une République qui n’est pas la leur, incapables qu’ils sont de donner une réponse aux inquiétudes légitimes de tout un peuple.

Qui sont donc ces représentants du peuple qui, d’amateurs mal inspirés, sont devenus des personnages transparents, maladroits et nocifs. Tout juste capable de regarder passer le TGV de la transition énergétique et écologique sans agir ni réagir ! Dans les circonscriptions l’oubli ne sera pas de mise, il leur faudra rendre des comptes.

La France devenue république bananière, voilà ce que nous a offert Macron et ses séides, l’excuse de la gestion du passé est une mauvaise excuse, Macron était dans le passé, souhaitons qu’il ne fasse pas partie de notre avenir !

C’est pas faux…

Vous pensez bien, Carayon n’allait pas laisser passer occasion !

Et La Dépêche Du Midi relaye le droit de réponse que propose Carayon suite à la démission du conseiller/député Terlier.

Savoureux…

Publié le

Bernard Carayon : «M. Terlier abandonne son mandat de conseiller municipal de Lavaur, conservé jusque-là, disait-il, dans un souci d’ancrage ! Il lève pourtant l’ancre d’une ville à laquelle, il est vrai, il n’a rien apporté. Lâcheté ? Désinvolture ? »

Vigilance vauréenne note avec le sourire que le maire a tenté de nous égarer : Terlier n’a pas justifié son maintien par souci d’ancrage, le maire fait naufrage sur ce coup là ! C’est pour vérifier la gestion d’ESL qu’il est resté. Maintenant qu’il a terminé ses vérifications, nul doute qu’il a communiqué ses conclusions au maire, président du conseil d’administration !

Bernard Carayon renchérit : Il avait déserté tous nos conseils municipaux depuis deux ans, ne jugeant sans doute pas nos débats de son (récent) niveau. Absent aussi de dix-sept conseils d’administration successifs d’ESL, notre régie d’énergies, comme de la plupart de nos manifestations publiques, il est le symbole du macronisme : surgi du néant, ami des puissants, loin de ceux qui ne le sont pas. »

des clousVigilance vauréenne ne peut que s’étonner du propos… Terlier un symbole ? Non quand même pas, ceci est bien excessif. Ne serait-il pas, plus simplement, un pur produit du macronisme : venu de nulle part, flagorneur des puissants, ignorant et méprisant le citoyen.

Le futur candidat aux municipales enfonce le clou et conclut :

« Il parrainera lors des élections municipales de 2020 une liste de candidats «marcheurs» : ils lui ressembleront…»

Vigilance vauréenne note qu’une liste « en marche » serait en pourparlers et se demande qui pourra bien accepter de figurer sur une liste dont le programme ne pourra être que conforme avec la politique du gouvernement… qui vient de brader allègrement les bijoux de famille de la République .

A moins que finalement Carayon et Terlier fasse liste commune pour une politique libérale ou ultra-libérale…

SCRUTIN 1592…

Pour l’huile de palme, une exception !

La majorité mise en échec en ce 18 décembre 2018, mise en échec d’autant plus douloureuse, qu’elle est le fait des députés LREM…

Entrerait-on dans une nouvelle ère, celle des frondeurs ?palme

Douze vilains petits canards LREM… qui ont osé voter « pour » la « taxation de l’huile de palme »

Pas de surprise le député Terlier, (celui qui prend note qu’un quorum pour valider un vote est proposer par les gilets jaunes (mais qui se garde bien de donner son avis !) avait encore piscine, je me demande s’il ne se prépare pour les JO…

Quant à la députée Verdier-Jouclas, elle a voté « contre » cette taxation, imaginons qu’elle a pensé « pour » !!! Mais c’est une habituée de ces mesures anti environnementales.

Ni de droite, ni de gauche !

En fait, ils sont complètement à l’ouest, ces députés et ce « président ».

Sur le sujet aussi sensible que l’utilisation des produits phytosanitaires, il y avait une logique à penser que, pour respecter le principe de précaution et aussi pour s’aligner sur une directive européenne, l’amendement proposé par le député Ruffin ne poserait pas de problème, voire même serait l’objet d’un vote enthousiasme. De plus il était d’une clarté absolue et donc accessible pour ceux qui sont habités par les pensées complexes de Macron et de ses aficionados.

Cet amendement disait :

 » Tout traitement phytosanitaire contenant des substances actives classées cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (…), ou des neurotoxiques est prohibé dans un rayon de 200 mètres autour des lieux de vie et des lieux pouvant accueillir du public « .

Devinez :             Rejeté !

http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/1146

Contre l’adoption : 37 (29 LReM),  Pour : 16, Abstention : 3

Bien sûr, nos députés avaient (encore) piscine, sans doute avaient-ils l’intention de voter « pour », mais se sont-ils résolus à aller à la pêche…

Le risque est évoqué dans une affaire de malformation : https://www.nouvelobs.com/sante/20181004.OBS3405/bebes-malformes-dans-trois-villes-un-plausible-scandale-sanitaire.html

cancer phys

Ces députés qui, plutôt que de se plaindre préfèrent se taire, portent préjudice à leurs concitoyens. Ils ont su jouer du pipeau pour remporter une l’élection et maintenant qu’ils sont élus, ils fuient leurs responsabilités préférant faire de la figuration.

Quand viendra l’heure des comptes – des bilans – refuseront-ils  eux-aussi l’étiquette LREM qui fait honte aux partisans de la première heure !

A vomir !

Alors que le parlement brade nos « bijoux de famille » (aéroports de Paris en particulier mais aussi la FDJ), notre député n’est pas là !

Il n’a même pas l’excuse d’une réunion de la commission des lois, elle ne s’est pas réunie le 4 octobre !

Cette posture est détestable, il a été élu pour voter, notamment quand le vote est important, où était-il ?

Une justification s’impose, cela devient intolérable !

art 49 adp

Décidément le « pays se tiendrait » autrement

si nos députés faisaient leur travail !

La vraie question est :

Est-ce que cette posture est digne du président de la République française :

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes debout, boisson et intérieur

Si la réponse est non, la solution est dans la saisine du Sénat et de l’Assemblée Nationale en vue de la destitution de celui qui n’a pas la capacité à exercer cette fonction (article 68 de la constitution de 1958 ! qui précise : un « comportement personnel incompatible avec la dignité de la fonction »)

Ainsi moutons ou pas, viendra le temps pour « nos » représentants d’assumer leurs postures et celle de Jupiter.

Si la réponse est oui, c’est que la photo n’a pas été bien regardée !

Choisir ses combats…

Plutôt que de verser dans le règlement de comptes, il est des combats utiles, des combats qui  vont dans le sens de l’intérêt général.

Notre député plus à l’aise dans le bashing Carayon que dans les actions citoyennes, a rapidement et stupidement dénoncé l’inaction du président du conseil de surveillance de l’hôpital de Lavaur quant aux agissements d’un chef de service et a demandé sa démission.

Sauf que notre député, qui était avocat avant d’aller sous l’étendard Macron servir le pouvoir au sein de l’hémicycle, devrait prendre conscience de l’injustice de sa demande.

Le président d’un conseil de surveillance n’a pas compétence directe en terme de management, c’est bien le directeur qui en est en charge… Le rendre responsable c’est valider l’idée que Carayon sait tout, gère tout, est responsable de tout !

NON, il est maire, juste maire et s’il a des postures propres à faire croire qu’il est Jupiter et maitrise la vie de ses concitoyens dans tous les domaines, c’est finalement calquer les attitudes lamentables de bien des élus qui considèrent qu’ils sont tout et nous des riens.

Mépris et arrogance voilà la traduction de cette pique contre Carayon à défaut de venir le contester lors des réunions du conseil municipal.

D’ailleurs, il se garde bien, notre député, d’appliquer à lui-même ce principe qui voudrait qu’en cas de défaillance, un élu démissionne…

Il devrait plutôt regarder l’organisation des parcours soins dans le Tarn : Castres, Albi, Toulouse… un triangle de compétences, des expertises reconnues nationalement (Rangueil meilleur hôpital de France). Saisir l’ARS pour les graves problèmes qui se posent à Lavaur, notamment dans le domaine psychiatrique, mais aussi pour ce qui est des effectifs dans les pôles classiques y compris les urgences. C’est bien si cela ne reste pas juste un effet de manche, une gesticulation sans lendemain et sans devenir. C’est un vrai dossier et Terlier a suffisamment d’assistant(e)s pour porter le dossier et le suivre. Mais il préfère lancer un pavé dans la mare et courir vite pour éviter les éclaboussures !

marianne meurt2Il veut dire qu’il existe, alors au lieu de s’envoyer en l’air avec les militaires, il serait plus crédible d’analyser les situations et prendre à bras le corps le rachat de la clinique Toulouse-Lautrec à Albi, l’installation d’un scanner à Castres dans le privé, faire des propositions, initier des synergies de travail autour de ces vrais sujets et non pas se réfugier dans sa permanence en refusant de recevoir ceux qui viennent lui demander des comptes sur ses votes.

La santé coûte cher, ce n’est pas rentable, oui, cela fait partie des biens précieux de la République avec le social, l’environnement, la liberté : cela n’a pas de prix.

Mais ce n’est pas la politique de Macron, et il n’en changera pas ! Alors Terlier suivra bêlement…

Comme un grand !

L’image contient peut-être : ciel, nuage, plein air et natureJupiter s’était déguisé en pilote d’avion de chasse, notre Terlier s’est lancé dans les airs, sans doute est-ce moins risqué que de siéger à l’Assemblée nationale et de voter…

Présent dans sa circonscription ?

Oui, mais dans les airs car il ne risque pas d’y être apostrophé par un citoyen en mal d’explication de ses votes ! Et qui aurait eu, en outre, l’insigne audace (insolence ?) de ne pas prendre rendez-vous.

Décidément nos députés LREM sont plus prompts à faire du cinéma qu’à prendre à bras le corps les vrais sujets d’actualité.

Tel monarque, tel serviteur !

… Pendant qu’il était dans le ciel, l’Aquarius cherchait un port et il lui était refusé Marseille.