Mais alors, que faire ?

Face à deux duos de candidats plus préoccupés par leur devenir politique que par le devenir du département, plus enclins à se pencher sur leur ego que sur le monde de demain, il n’est pas de choix possible.

Glisser dans l’enveloppe, que ce soit Joulié/Joseph ou Rocaché/Marignol c’est une injure à la démocratie.

Ils n’ont ni les uns ni les autres développés d’arguments en faveur de ce qui attend nos enfants. Ils sont sur des positions d’hier persuadés que faire ce que l’on a toujours fait est l’avenir. Ils n’ont pas de prétentions pour un avenir meilleur parce qu’ils ont peur.

Ils ont peur de dire la vérité sur les bouleversements climatiques, les changements de la société inéluctables. Ils ont, ancré dans leur esprit, que changer c’est une punition, ils n’ont pas appréhendé que les modifications de nos comportements sont le garant d’un possible devenir.

Alors que voter pour les uns ou les autres n’est pas envisageable, que reste-t-il ?

Voter blanc ?

Glisser un bulletin nul ?

Se rebeller, ne pas voter… Cette solution, décriée parce qu’elle est jugée comme un abandon de citoyenneté, est pourtant celle qui permettra de mettre en évidence que les élus ne représentent plus rien ou seulement quelques personnes.

Des recours seront formés pour annuler des élections avec un faible nombre de votes exprimés.

Je dis un grand merci à ceux qui nous ont obtenu un droit fondamental pour la démocratie, le droit de vote. Mais je ne l’utiliserai pas, il conduit à donner une légitimité à des candidatures personnelles pour des destins égoïstes.

Il a besoin de moi…

Il est trop chou, notre Monseigneur !

Il a besoin de nous, et pour nous appeler il ne fait pas dans l’économie…

Imaginez, une lettre personnelle avec un jolie étiquette à mon nom.

Il n’est pas de raison pour que chaque électeur n’ait pas reçu cette jolie missive…

Une missive à l’entête du maire, conseiller régional… Donc hors du champ des frais de campagne du duo LR à l’élection départementale. Et ce n’est pas rien : 8500 électeurs x 1,28€ cela fait cher les arguments pipeaux, plus de 10 000 €.

Non, non Carayon, je ne me suis pas évadé après cette période de confinement !

Non, non Carayon, je ne m’évaderai pour ce second tour.

Je n’irai pas et j’assume.

Car entre le non programme de l’un et l’absence de programme de l’autre il n’est pas de duo qui puisse tirer le département vers le monde de demain.

Parler de son adversaire comme un suppôt du pouvoir en place, c’est une évidence, mettre l’accent sur la vidéo-protection en ce temps de la campagne, c’est administrer la preuve que notre Napoléon aux pieds d’argile n’a pas pris la mesure des enjeux !

Terrible soutien pour Marignol et Rocaché que cette lettre qui rejoint les actes stériles et contre productifs.

J’aurais aimé entendre parler des entrepôts qui vont aliéner le devenir de toute une zone et détruire un écosystème déjà bien fragile, il était légitime de penser que l’autoroute Castres/Toulouse serait dénoncée comme un projet pharaonique stupide, coûteux et dangereux au lieu d’un aménagement mesuré qui aurait laissé quelques finances pour se pencher sur d’autres liaisons comme celle Lavaur/Castres par exemple. Il n’aurait pas été inutile de dire l’action pertinente et efficace que le duo aurait mis en place pour que cesse définitivement les activités illégales du domaine de Fontorbe.

Et bien non, rien… (Joseph/Joulié n’ont pas fait mieux), alors il y a fort à parier que c’est une acceptation des erreurs en cours qui est le credo des protégés de Monseigneur.

Je ne vais pas polémiquer sur les propos de Carayon quant aux Verts, je ne donne pas dans le débat stupide.

Par contre un petit sourire quant au timbre choisi par Monseigneur pour l’envoi de son courrier… Une vue aérienne des vergers du Loiret, on aurait préféré une vue des vergers de Fontorbe débarrassés de ses nuisances.

Incompétent et content…

La lettre de candidature de l’équipe LREM pour le canton de Lavaur-Cocagne est délicieuse de vacuité et le peu qu’il est dit va à l’encontre de ce que l’on peut attendre d’un élu, d’élus pertinents et efficaces.

Bien sûr rien sur Terra 2, évidemment rien sur l’autoroute Castres/Toulouse…

Une liste de lieux communs égrenés par les deux duos candidats pour faire ce qui se faisaient et qui conduit inexorablement vers des événements de plus en plus fréquents et de plus en plus graves.

Le duo Joulié/Joseph ne marque pas sa candidature par des engagements nouveaux et forts, il se laisse aller au gré des errances passées, il ne nous promet pas la lune, il s’ingénie à aggraver la destruction de la terre.

Aussi pas de quoi être rassuré sur son charisme et son efficience !

Un petit paragraphe pour rappeler que Joulié se démène en vain depuis 2 ans pour en arriver aux événements du printemps dernier quant aux vergers de Fontorbe et à leurs pratiques délétères. C’est bien l’illustration de l’expression : parler dans le vide en jetant des mots en l’air !

Il a asséné son incapacité à faire bouger les lignes, il tente de discuter… la belle affaire. Il a porté plainte (et a été rejointssic par d’autres maires). En fait ils sont plusieurs à être les premiers, ils sont tous premiers… à n’avoir pas réussi à empêcher les fumées, à stopper l’épandage de pesticide par grands vents ! Le domaine de Fontorbe n’en a rien à faire de ces gesticulations, il a un budget contentieux, il le dépensera !

Pour le Tarn de demain, nous ne pouvons compter sur cette équipe venue de tous horizons politiques avec une ambition : deux sièges au conseil départemental.

Même s’il ne le dit pas, ce binôme est le binôme représentant le pouvoir avec son effrayant immobilisme, cette propension à ne pas traiter les sujets essentiels que sont l’écologie, l’environnement et les transitions sociétales et financières.

Une majorité départementale calquée sur la majorité nationale avec une liste d’engagements si conforme à celle de la droite de LR que voter pour l’une c’est avoir l’assurance d’avoir la politique de l’autre… Et vice versa.

La peste ou le choléra ?

L’explosion du score d’EELV dans le canton de Lavaur Cocagne laisse comme un goût d’amertume de ne pas les voir au second tour.

Amertume d’autant plus forte que les partis encore en lice, et ce malgré une stagnation voire une régression dans le scoring nous emmène de Charybde en Scylla ne nous proposant qu’une même politique marquée par un passéisme qui conduit tout droit vers des projets stupides et hors du plus petit bon sens.

C’est le choix de la peste ou du choléra…

Pour ceux qui veulent vivre en bonne santé, ces élections ont montré de façon flagrante qu’il y a une autre possibilité :
associations de citoyens, collectifs, citoyens de tous horizons préoccupés par la transition, le respect de l’environnement à travers des actions de terrain, la mobilisation des médias et des réseaux sociaux.

Demain doit être celui de la prise de conscience du citoyen qu’il peut être un acteur pertinent et efficient de son avenir.

Il n’y a pas de vote de dépit, il y a des abstentions raisonnées qui conduisent à la levée de bouclier qui se dessine à l’aune de ces élections.

Les chiffres ont un sens , donnons leur une vie.

Le choix à Lavaur dans un vote pour le monde d’hier
ou une abstention pour donner une chance
au monde de demain.

Imaginez… Non, ce n’est pas imaginable !

Elections départementales… canton de Lavaur Cocagne

Aussi je vous raconte l’histoire incroyable d’une indignité extrême.

Une posture qui fait perdre à la politique ses lettres de noblesse et la met au niveau du caniveau.

Parce qu’en des temps révolus et dans un contexte donné, un élu a vu son chef et son sous chef martyrisés et regroupés avec ceux qui font de la politique un moteur de vie et non un moteur de démocratie, la mouche l’a piqué (sans doute son neurone a-t-il été la victime de cette agression et lui a fait perdre toute mesure) et il s’est cru investi d’une mission de justicier.

La posture est d’une rare stupidité et je me vois contraint d’apporter les preuves, c’est tellement incroyable.

Auparavant, soyons clairs : qu’un élu dise son vote cela n’a rien d’extraordinaire et n’est pas le garant d’un suivi moutonneux, surtout quand son aveu est si peu consulté !!!

Son post sur face book :

Perso, jamais je ne demanderai à un élu son vote, j’ai suffisamment de conscience
citoyenne pour savoir qui correspond à mes convictions !

Bref, parce que « Et Pourquoi Pas » a ironisé sur les capacités de certains à mettre leur intelligence au service du bien commun et que cette personnalité politique soutient EELV pour les élections départementales…

Et bien Navellou votera BLANC, NA voilà !

Son vote importe peu !
Il faut le contextualiser, certes il n’a aucun impact sur les résultats à venir (dans un sens ou l’autre au demeurant !), mais il est l’illustration de la politique de Lavaur Citoyenne.

Ils font corps avec le chef, euh pardon la cheffe ! Celle qui montre le chemin, impulse, qui conduit avec détermination (sic)… Avec le sous chef qui selon ses dires se dévoue de longues heures pour « étudier » des dossiers, celui qui a voté une subvention au pollueur de Fontorbe !
Ces élections, toutes les élections selon leur cheffe, servent à « faire passer les idées » des candidats, et « tenter de gagner des sièges » !!! Ne cherchez pas l’intérêt général, le bien collectif, la cause publique. Non, rien de tout cela, dans leur besace une volonté d’imposer des idées et de gagner des sièges !

Et la cheffe, dans son opus 12 rappelle la possibilité de choisir entre les 4 listes pour l’élection départementale ou de voter blanc si… aucune liste ne semble satisfaisante !

Donc pour Navellou aucune liste n’a une proposition satisfaisante. Il tourne le dos à la transition écologique, pas satisfaisant, la sobriété ? Pas satisfaisant, L’autonomie ? Pas satisfaisant, La solidarité ? Pas satisfaisant !
En fait aucune proposition d’EELV ne trouve grâce à ses yeux,

Je me souviens avoir travaillé avec lui et je m’étonne de cette radicalisation, aussi je réagis à son post en proposant un commentaire, pas satisfaisant, il le supprime !
j’en propose un second… pas satisfaisant, supprimé !

Un troisième ne fait pas l’affaire non plus et se voit appliquer la même sanction.

Désolé, désappointé, je prends ma plus belle plume et tente un quatrième commentaire…
Devinez, Imaginez… SUPPRIME !

Pourtant je n’avais écrit que ce que chaque citoyen conscient de l’importance d’une élévation des pratiques politiques pense, avec la délicatesse propre à obtenir son adhésion.

J’avais écrit :

Au moins nous savons à quoi nous tenir, avec Lavaur Citoyenne, un seul droit… celui d’être d’accord !

Un clown de plus…
A Lavaur, ce n’est plus un CM, c’est un cirque !

Le monde d’hier VS Agir pour demain

CANTON : LAVAUR COCAGNE

Les régionales sont une confrontation politicienne. les candidats et la candidate sortante n’ont de cesse que de contredire leurs positions pour flatter un électorat dont l’enthousiasme pour ce scrutin est à la hauteur de l’épais brouillard soigneusement alimenté par des confusions orchestrées par des partis en quête de pouvoir.

Il n’est pas mystère que je n’appartiens pas à EELV, pourtant c’est en ce premier tour la seule liste qui présente un projet susceptible de sauvegarder notre avenir. Sa position, en cas de second tour, sera un déterminant de sa légimité et de sa sincérité.

Pour les départementales, élections locales qui parlent plus au concitoyen, le Tarn voit s’affronter quatre listes.

De fait quatre listes pour deux options.

La première pour faire de demain un hier en pire, représentée par

  • Le melting-pot de la gauche, droite, centre (PS, LREM, centre…) qui représente l’opportunisme politique et la soif du pouvoir au détriment de l’intérêt général, emmené par Joseph/julié.
  • L’équipe Marignol/Rocache, intronisée par Carayon qui curieusement fait preuve de lucidité en dénonçant les gaspillages de l’actuel conseil départemental, mais sans doute est-ce pour mieux rassembler les moyens pour gaspiller différemment comme c’est le cas à Lavaur.
  • Enfin un front national qui se prétend rassemblement, une équipe que ne renierait pas Carayon pour les idées qu’il véhicule.

EN FACE…

EELV avec la force de ses actions, de ses engagements pour ouvrir la porte à un avenir fait, non pas de sacrifices, mais de raisons, de raisonnables.
Il lui faut bien de la pugnacité, du travail pour alerter sur l’urgent redressement des choix à faire, pour combattre les errances d’un monde politique sclérosé et arc-bouté sur des postures suicidaires pour l’avenir de notre planète.

La densité de leurs propositions, de leurs volontés est le témoin de la pertinence de leurs analyses.


Il est des adhésions qui vont de soi, voter pour cette équipe Chabut/Rivals est comme une évidence pour qui veut un demain souriant pour nos enfants.


Placé dans un contexte plus large que le département, avec une vision d’intérêt public, de bien-être collectif, le programme d’EELV est de nature à se réconcilier avec une politique non politicienne.

Cet article ne saurait engager de quelque manière que ce soit EELV qui n’a pas été sollicité pour donner son avis. C’est tout simplement l’expression de mes convictions à la veille d’un scrutin que je tenais à vous faire partager comme je le fais pour chaque élection.

Tract, ciseaux, colle !

Élections régionales, l’hypocrisie de Delga et de ses colistiers s’agissant de l’autoroute Castres/Toulouse et des projets pendants sur Terra 2, la disqualifie d’entrée de vote.
EELV reste, pour moi, la seule liste dont les valeurs permettent d’envisager un avenir, un avenir qui demandera de la vigilance pour que nos enfants en aient un !

Pour les départementales, je me suis livré à un petit jeu sur deux listes qui tirent la couverture à elles sans faire l’effort de se projeter à travers leur programme d’aujourd’hui… issu de leurs erreurs d’hier.
Compliqué de dire s’ils sont de droite, du centre, de gauche, un peu de chaque, mais beaucoup d’ambitions personnelles. Elles sont loin, très loin les valeurs de Jaurès en notre terre socialiste !
Donc ces deux listes : Lavaur Cocagne et Lavaur au cœur n’ont de différences que les illustrations.

Prenez ces deux… documents, découpez les photos et CV et vous pouvez les interchanger d’un tract à l’autre sans rien perdre de ce que les uns et les autres tentent de dire.

C’est cela la politique actuelle, celle de Macron aujourd’hui et celle de la droite d’hier, d’aujourd’hui et de demain !

Je ne vais pas m’étendre sur le tract du RN, il n’y a rien que des thèmes abjects portés habituellement par cette formation.

Alors reste à revenir sur le fondement de cette élection, les valeurs républicaines, les valeurs permettant de se projeter demain.

Les valeurs de l’écologie sont claires, et les ambitions affichées : AGIR !

Ne pas voter pour les valeurs défendues par Céline Chabut et François Rivals… c’est

Gaspiller plutôt que d’être dans la sobriété,

Choisir la dépendance au détriment de l’autonomie

et développer le chacun pour soi au préjudice de la solidarité.

Nous pouvons retenir qu’ils s’engagent (et depuis bien longtemps) pour une solidarité accrue qui met de côté les projets pharaonesques contraires à l’intérêt public,, qu’ils ont une attention particulière pour les déplacements doux, qu’ils sont soucieux des infrastructures à maintenir et améliorer et aussi qu’ils se projettent dans l’avenir en armant les acteurs de la sécurité civile, de la médecine, de la préservation de l’environnement, du bien être sociale en équipant aujourd’hui pour ne pas être contraint quand surviennent les événements catastrophiques.

Co initiateur des actions menées par « La Dame du PLU » ayant porté des valeurs écologiques de progrès dans la concertation pas dans la punition ( rappelons SOBRIÉTÉ pas de GASPILLAGE !), de mesure dans les projets intéressants le pays de Cocagne (Intermarché, STECAL), je me range avec enthousiasme aux côtés de ceux qui dénoncent sans détours les aberration de l’autoroute impasse et des projets mortifères pour le développement de Terra 2, les pollutions locales.
J’ai confiance dans leurs promesses de tourisme responsable, de développement économique local, de préservations de l’environnement, de gestion éclairée des collèges, de portage de la culture et de l’installation des structures permettant de répondre au déréglement climatique.

J’ai entendu dire, j’ai lu que certain, devenu par tromperie de l’électorat conseiller municipal, allait voter blanc…
Sans doute n’a-t-il pas compris que les enjeux n’étaient pas crêpages de chignon dans une cours de récréation d’école primaire, sans doute n’a-t-il pas mesuré que son avis… va permettre de ne pas le suivre !