Savoir qui l’on est ! (coup de gueule)

Sans étiquette ?

Vous achetez un produit sans étiquette, vous ?
Vous n’avez pas envie de savoir d’où il vient, ce qu’il contient ?

Votez plutôt pour des gens qui affichent leurs convictions, qui n’ont pas honte d’avoir une histoire, une filiation politique.
Votez pour des gens qui osent prendre parti et qui ne se réfugient pas derrière  « mon parti c’est vous, habitants de Trouffignac sur glougloute ».


Dans le flou et le brouillard vous ne trouverez aucune lumière.

Alors quand le maire reproche à la conseillère Albouy-Pomponne son activité éphémère de marcheuse avec ironie, il a tort… Avec sa déclaration, nous savons d’où elle vient, et quand elle se dit de gauche il n’y a pas incompatibilité avec « en marche », le parti des ni, ni !

Sauf qu’il y a un « ni » qui coince ! Et voilà notre brave député Terlier qui monte au créneau… Le maire de Castres lui a claqué la porte au nez, alors il tente un coup à Lavaur en envisageant de présenter une liste, épaulé en cela par le référent tarnais, le bien nommé Bernardin maire de Saint-Sulpice.

Décidément le Tarn est le pays des divorces pour LReM !
Qu’importe, le désamour partagé est consommé !

Ainsi donc, LREM, forte de ses propositions de saccager les retraites, tout en continuant son action mortifère pour la démocratie, envisage de présenter une liste.

Va y avoir du remue ménage chez « Les Vauréens » qui vont perdre les sympathisants « En Marche ».
Mais ils vont bénéficier, ipso facto, d’une éclaircie dans la définition de leurs convictions. Ils vont éviter les amalgames nocifs avec le massacre du code du travail, les errements criminels lors des votes sur les pesticides et autre glyphosate, la mise à sac de l’organisation des juridictions, le lâcher des hordes sauvages des forces de l’ordre contre toute manifestation, qui éborgnent, mutilent les citoyens dans la plus parfaite impunité.
Ils ne seront pas associés à la dévastation des services de santé, de l’éducation, au désastre d’une politique étrangère qui fait de la France la risée des autres pays.
Ils pourront se démarquer de la communication méprisante et insultante des moutons affiliés à LReM.

Bashing Macron ? Mais non, juste des constats, ceux qui sont faits par plus de 80 % de la population et qui mobilisent des centaines de milliers de manifestants chaque jour.

Blanchis de toute accointance avec le pouvoir en place,  « Les Vauréens », sont également vierges de toutes fréquentations avec le GUD, l’extrême droite, le rassemblement national ou encore Les Ripoublicains qui sauront se cacher comme à l’habitude derrière le vocable Divers droites !

laver 1Ce domaine est le pré carré de Carayon, le Monseigneur des promesses à tenir. Cela ne fait pas non plus de mystère, les chiffres sont parlants à travers les différentes élections !
Il est patent qu’il rassemble sous son nom la totalité des RN et LR, la droite ultra libérale !

Voilà ce qui est sur les étiquettes des forces en présence, et cela va mieux en l’écrivant.

Un espoir d’une élection à trois listes, voire quatre si la gauche se mobilise…

Hum !!! Carayon c’est plus du tout gagné !

Car l’électorat de Messire sera affaibli par la présence d’une liste LReM… On dit merci à qui, « Les Vauréens » ?
Faudrait juste qu’ils passent de la bouillie à la présentation d’un véritable projet et qu’ils décrivent les actions et leurs financements !

Cadeau de naissance : 1 000€

Pour qu’une association ait droit à une subvention il faut qu’elle satisfasse à certaines exigences.

Des fois oui, des fois non !

Pour l’association du tour de France, c’est NON !

Pour cette association qui est née en grande pompe en présence de tout le gotha carayonnien lors d’une intronisation en la halle d’Occitanie, et qui a comme caractéristique essentielle d’être une association en soutien à une activité strictement commerciale et comme qualité évidente d’être éminemment éphémère, l’octroi d’une subvention est pour le moins surprenante.

1 000€ pour une structure dont l’objet est de récolter des fonds et mobiliser des sponsors (dixit Monseigneur)afin d’ organiser l’arrivée d’une étape du tour de France, c’est ce qu’a voté à l’unanimité le conseil municipal. Événement international qui va être bénéfique à la renommée de Lavaur qu’il dit et répète le Monseigneur. Il a raison de répéter, car cela va être compliqué de le faire croire et accepter par les gens de bon sens. Je ne suis même pas sûr que Messire le croit quand il le dit.

Que l’adjoint Lamotte le dise il y a un intérêt marital, la présidente de l’assoiation est son épouse, mais sincèrement je doute qu’il soit naïf au point de le croire.

L’intérêt général dans tout cela est bien… fantomatique.

Il est bien affirmé que cela a un retentissement important sur la ville, mais rien ne vient étayer cette affirmation.
Les commerçants froncent les sourcils, et les bénéfices le jour même ou différés ne sont pas quantifiables pour autant qu’il y en ait. C’est juste de la poudre au yeux, de la poudre de perlimpinpin pour se faire voir à quelques encablures de la consultation locale.

6 ans de mal « Je vous offre le tour de France, voter Carayon »

(cela porte malheur pour six ans ! NDLR).

Mais vous aurez le tour de France !

Vous aurez des apéros gratos !

Des jeux et des fêtes !

Pistes cyclables, le cirque !

Inévitable, les pistes cyclables au centre du débat lors de la réunion du 5 décembre à Lavaur.

Ce fut du grand cirque, une posture de Monseigneur odieuse et pitoyable, comme celle du 1er adjoint détestable dans ses déclarations, pour finalement annoncer… rien de véritablement sécurisant pour la population.

Des comparaisons stupides pour s’exonérer d’un laxisme coupable et dangereux dont les effets se lisent sur le sol.

Insulter les parentes qui ont fait un travail d’alerte courageux et déterminé est d’une rare irresponsabilité et nous avons touché le fond quand Messire (là, je le soupçonne d’être profondément vexé par la pugnacité et l’efficience des actions des mamans à juste titre inquiètes) a osé comparer l’affluence à une manifestation pour la mise en place légitime de pistes cyclables réglementaires avec une opération commerciale de promotion du tour de France qui a mobilisé tous ceux qui par convictions ou par courtisanerie sont venus adouber la femme du premier adjoint dans son rôle de présidente d’une association du tour de France.

Un seul point commun, le vélo. Seulement cela.

Parler de carnaval, de Fantomas ou de Fantomette est une façon stupide de relater un événement fort de la vie de la cité, et de ne pas comprendre le moyen utilisé avec humour mais détermination est la preuve du manque d’intelligence des réactions de nos édiles : le Messire et son acolyte l’homme qui ne sait pas pousser les murs mais qui a autorisé et autorise encore les constructions là où il veut, celui qui pour permettre une manifestation sportive qui va asphyxier la ville pendant un jour de départs en vacances, va pousser un rond point pour le remettre en place le lendemain !

fantomasFantomas n’est pas celui que l’on pense, ce sont tous les manquements à la vie d’une cité. Le fantôme dans l’affaire est bien, notamment, le plan de circulation ! Et la fantomette est bien le projet !

Il paraît que des études vont être menées pour prolonger les ridicules pistes cyclables de la route de Caraman jusqu’à l’école primaire… 60 000 € pour les études et travaux !!!

Il paraît que le centre ville va faire l’objet d’une étude de liaisons douces et pistes cyclables… cela sent la peinture à plein nez !!!

Il paraît qu’une étude de liaisons douces avec la zones des Mazasses sera lancée, cela sent l’entourloupe à n’en point douter, une entourloupe à jumeler avec la réalisation du centre aquatique intercommunal !!!

Et le marché en cours d’exécution pour la desserte des Mazasses, qui après avenant, est d’un montant de 1 200 000€ ; il dessert quoi et comment, le dessin de ces travaux comprend des liaisons douces ou pas, des pistes cyclables ou pas ?
L’organisation post-travaux de la circulation route de Castres et route de Caraman sera-t-elle impactée ?
Quid de tout cela et ce n’est pas l’opposition qui s’en inquiète, elle qui est si taiseuse sur ces sujets, plus prompte à voter les propositions du maire qu’à se questionner sur ce qui se passe en le mettant en perspective avec les promesses, la preuve : budget de 600 000€ pour cette liaison qu’elle  a voté sans sourciller mais qui semble financée tous azimuts !

En effet, outre ce marché en cours, dans le projet et le financement du centre aquatique est prévu le parking cars, voitures, vélos, et transferts doux des piétons. Donc en toute logique, une étude a été menée pour relier Le centre aquatique au collège, au primaire et le financement a été acquis. C’est d’ailleurs ce qui avait été annoncé lors de la réunion de présentation du centre à la halle d’Occitanie.

Il y a comme un parfum de double, triple financement ou de financement glissant de la CCTA à la commune !

Il n’empêche qu’aujourd’hui, les pistes cyclables de la route de Caraman c’est le carnaval, la loterie et que finalement les gesticulations des édiles n’ont rien changé et que l’opposition s’en contente.

Le bénévolat… ça paie !

Être bénévole… Un sacerdoce, une conviction et surtout un désintéressement infaillible.

C’est bien une évidence, personne au monde ne pourrait venir contrarier ma conviction, on fait mais gratuitement, voire, dans bien des cas, en investissant nos propres deniers !

Une pompom girl proche de Monseigneur de Lavaur, a donné lecture des « récoltes » faites par l’association « Au Cœur » lors de sa collecte de déchets.

Nous allons nous voiler la face sur l’incivisme des vauréens, car c’est cela aussi qu’il faut lire, même si aucune mesure n’est prise pour y remédier, et nous concentrer sur la conclusion…

Pour cette bonne action, la commune verse une subvention de 300 euros.

Donc tu ramasses des mégots et t’as des euros !

Voilà qui est bien pédagogique, maintenant il va falloir une association pour jeter des déchets en ville qui, en synergie, avec celle qui les ramasse, va pouvoir amasser plein de sous de subvention.

subv au coeurCar pour cette association née il y a neuf mois point besoin de bilan, (pourtant c’est obligatoire, puisque la mairie ne donne de subventions pour les autres associations que quand elles ont fourni un bilan), juste quelques ramassages et hop ! le tour est joué, et la subvention tombe.

Connerie affirmée ne vaut pas vérité !

Sans ambage, sûr de lui, avec un aplomb incroyable, un conseiller de Monseigneur, un dévoué pompom boy déclare sans rougir :

« les droits de mutation augmentent, c’est le signe que la ville se porte bien ! »

C’est d’une rare stupidité, une connerie qui prouve à l’envi que le conseiller nous enfume, et cela est vilain, ou alors c’est un âne !

Les droits de mutation ? Derrière cette expression simple une définition simple !

Les droits sont dus à chaque changement de propriétaire d’un bien immobilier qu’il s’agisse d’une vente (on parle alors de droits de mutation à titre onéreux) ou d’une donation.
Pour mémoire ces droits sont : taxe départementale : 4,5% du montant de l’investissement, taxe communale  1,20% de la valeur du bien et 2,37% du prix d’achat sont reversés à l’État

Le conseiller municipal a donc, s’il est de bonne foi, fait la lecture du « verre à moitié plein » :

« les droits de mutation augmentent donc il y a de plus en plus de personnes qui s’installent à Lavaur ».

L’éclairage du « verre à moitié vide » donne cette interprétation :

« les droits de mutation augmentent donc il y a de plus en plus de personnes qui quittent Lavaur ».

En réalité il ne faut voir aucun signe de bonne santé, c’est juste un indicateur de transactions immobilières (qui prend aussi en compte les donations nous l’avons vu).
Ceci étant dit, il est difficile de juger du nombre des transactions puisque l’augmentation est liée aussi au prix des transactions.

droit mutationLe signe de « la bonne santé  » de la ville s’exprime par les nouvelles installations, par les constructions neuves (pas de droits de mutation !).
Là, les statistiques montrent un net fléchissement en ce qui concerne Lavaur malgré un solde qui reste positif.

Mais bon, pour faire monter la mayonnaise de la campagne municipale pas besoin de moutarde forte, la couleur suffira avec une goutte de vinaigre !

Opération « je me la pète » !

Ce qu’il y a de merveilleux dans les hommages rendus par Monseigneur de Lavaur, c’est qu’il arrive à parler de lui tout en ayant l’air de parler des autres.

Sans doute n’a-t-il pas compris la sentence de Charles-Julien Lioult de Chênedollé : « C’est surtout lorsqu’on est obligé de parler de soi que la brièveté est nécessaire. »

Mais il n’était pas obligé ! Nous sommes bien là au croisement de l’hommage posthume à Chirac, au professeur Louis Lareng et d’une campagne électorale.
Au détour de l’hommage au médecin nous lisons « nous avons eu l’honneur de le recevoir lorsque nous avons uni notre hôpital au CHU de Toulouse en 2010 », chacun comprendra le nous de majesté ! Et si l’allusion n’est pas suffisante la photo confirme définitivement la manœuvre !
Et voilà l’ego de Monseigneur bien reluisant. D’autant qu’auparavant lors de l’hommage au Président Chirac, il n’a pas usé du « nous » de majesté mais du MOI.

Imaginez un peu, il tutoyait Chirac, la belle affaire ! Quelle gloire peut-il donc retirer de ce tutoiement ? (entre adhérents d’un même parti la chose est courante et il n’a évidemment pas connaissance des personnes qui pouvaient tutoyer Chirac, mais bon on se la pète comme on peut, NDLR), il a vu dans son regard une tendresse émue ! Il a reçu (à la demande de… Monseigneur à la place de Mme Chirac) un handicapé lourd… Tous ces détails ne grandissent pas un homme d’État mais font exister un maire d’une petite commune.

Monseigneur nous les sert, un peu amer que la presse n’ait pas relayé son témoignage.
Une presse qui ne s’est pas fourvoyée dans cette demande car elle n’est pas un recueil de condoléances ouvert à tous, et dans ce cas, Monseigneur est un citoyen « lambda » !

chant cygnLui qui crie au scandale d’une campagne ouverte franchement par un collectif, il avance à pas feutrés, à pas hypocrites en utilisant des artifices, des ficelles, devrais-je dire, un peu grossières.

Il nous dira au cours de cette réunion du conseil municipal du jeudi 5 décembre  qu’il ne sait pas encore s’il se représentera…

S’il ne se représente pas, c’est donc le chant du cygne, un chant qui ressemble à un cocorico !

S’il se représente, puisse-t-il se rappeler que « Le plaisir qu’on éprouve à parler de soi-même est rarement partagé » ! (Petit-Senn), et qu’il fasse donc l’économie de ce type d’interventions , en se concentrant sur son bilan.

NON ! Gérer une commune ce n’est pas avoir une idée par jour !

Gérer une commune c’est avoir un programme pour toujours pas des idées, jetées à la volée, pendant 25 jours. Lavaur n’échappe pas à cette évidence.

Certes la déclinaison est amusante, j’apprécie l’humour de la démarche, mais j’ai bien du mal à me projeter pour un mieux vivre sa ville à travers ce qui est publié à ce jour.

Évidemment, je suis curieux de ce que vont nous apporter toutes ces journées scandées par une idée et admiratif de ce challenge : tenir 25 jours avec une idée nouvelle, je n’aurais pas osé le défi !

Mais est-ce un programme qui se dessine pour une liste qui serait en gestation ? Pourquoi pas !

Serait-ce la fameuse liste parrainée par « En Marche » ?

Franchement, en entr’ouvrant les trois premières fenêtres proposées, nous sommes dans la mesurettes, pas d’idées nouvelles et on ne sent pas un fil rouge qui pourrait amorcer la transition écologique, économique et énergétique !

A ce jour, si Monseigneur adopte ces idées (ce qui ne serait pas révolutionnaire et pas contraire à ses idéaux libéraux), « Et Pourquoi Pas » vote Carayon ?

Je ne pense pas qu’une élection soit une cour de récréation, l’enjeu est plus important que quelques idées sans cohérence les unes entre elles, soyons sérieux et ne réinventons pas la poudre :

  1. Pour défendre notre système social! A la place de financer des bus pour que les Vauréens puissent aller soutenir une Miss France, nous proposons de financer le transport de ceux qui souhaitent se rendre aux rassemblements qui soutiennent les luttes sociales (gilets jaunes, manif du 5 décembre,…) à Albi Et Pourquoi Pas à Paris!

    Il y a un collectif qui propose de construire, ensemble, un plan de déplacements !

  2. Pour défendre notre santé ainsi que la biodiversité! Interdiction des OGM en plein champ sur le territoire communal Et Pourquoi Pas intercommunal! (Les VrTH comprises!)

    Le collectif « les coquelicots » en a fait son étendard !

  3. Pour que l’on puisse voir les étoiles! Stoppons la pollution lumineuse en interdisant les enseignes publicitaires lumineuses qui consomment de l’électricité pour rien!!! Et Pourquoi Pas envisager un label « villes et villages étoilés »…

    Un collectif a un programme de transition énergétique !

calendrier de l'avent lavaurMais si pour partir au combat il faut s’unir, si toutes ces idées (25) peuvent apporter de l’eau au moulin de ceux qui veulent moudre le grain d’une ville sereine et participative, si elles sont si géniales qu’elles méritent un calendrier, alors j’estime que l’union est à portée de concertations.