100 % d’inconséquence…

Le tour passera et s’arrêtera brièvement à Lavaur.

Une arrivée d’étape qui nous coûte les deux bras, qui paralyse la ville de façon importante pour, finalement, servir la soupe des retombées économiques à la ville de Cazères, notamment, qui va accueillir équipes et caravane…

Les affichages fleurissent et surtout les panneaux d’interdiction et de restriction envahissent la ville.

Après le covid qui a durablement pénalisé les commerces du centre ville, voilà que l’arrivée du tour va aggraver la situation.

Enfin une entreprise va tirer sa tronçonneuse du jeu ! Elle n’est pas de Lavaur !

Car pour une bonne arrivée il faut un ciel dégagé.

Ce n’est pas le temps de l’élagage, me direz-vous, qu’importe c’est le temps de l’arrivée du tour.

Des arbres blessés, car hors période, trancher les gourmands est stupide, et n’a comme justification que les prises de vue par hélicoptère. D’ailleurs je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi un professionnel accepte une telle mission en regard des règles de l’art. Il est évident que je suis le seul à me poser cette question.
C’est cela la renommée  mondiale de Lavaur ?

Oh, bien sûr, l’intégrité de ces arbres a été plaidée par l’opposition et par le Groupe National de Surveillance des Arbres, mais l’adjoint – le 1er – intéressé par conjointe interposée, a eu vite fait de dégonfler une baudruche bien mal ficelée.

arbre tourLes arbres ont été élagués…

Passe le tour, restent les blessures…

C’est surtout cela, les coups de pub de l’actuelle monarchie, sans un regard sur les conséquences.

C’est aussi, hélas, cela l’indigence des actions d’une opposition qui se satisfait encore d’une demie-mesure !

 

What do you want to do ?

New mailCopy

30 %, le monsieur qui n’aime pas les vélos !

Pendant la campagne, il nous a rappelé, celui qui devait devenir Monseigneur Carayon V, combien les pistes cyclables, les liaisons douces étaient une de ses préoccupations.

Il avait même ordonné une étude…

Allo ! Bernard ? Où en sommes-nous de toutes ces promesses, de toutes ces études ?

Pourtant la remise sur le métier d’un PLU si mal engagé devait être une opportunité pour développer cet item des déplacements à Lavaur.
Rien ! De vélo, il n’en est question que pour le tour de France !

Et l’opposition, me direz-vous…
La lecture de l’intervention de Mme Albouy-Pomponne au dernier conseil municipal ne permet pas d’être optimiste, juste la main tendue pour avoir une petite enveloppe.
Quant à l’autre volet de l’opposition celle qui ne représente pas LReM mais qui est LReM, il s’est démarqué par une analyse fort juste du budget, des bons constats, une analyse éclairée, mais comme chacun le sait ce n’est pas cela qui va infléchir la « politique » du monarque.

Donc pédalez bonnes gens et si Carayon vous prête vie vous pédalerez encore longtemps en louvoyant entre autos, motos, camions et autres engins agricoles et de chantier sans autre protection que votre bonne étoile !

Ne comptez sur personne pour avoir des liaisons douces intelligibles, aménagées avec le souci du confort pour tous, des parkings « vélos » adaptés et pourvu de bornes de recharge pour les vélos à assistance électrique, des abris éclairés par des panneaux voltaïques…

Inquiet ou rassuré ?

Je ne ferai pas durer le suspens…

Très rassuré, certes vigilant, mais extrêmement rassuré !

Le président Macron avait promis « plus une seule personne dans la rue fin 2017 ».

Plus de 200 000 sans abri en cette fin 2019…

Autant dire l’importance qu’il faut attacher aux promesses du Président !

Il nous dit, enfin il dit à deux maires qui n’ont pas saisi l’importance des enjeux écologiques et environnementaux : « l’autoroute Toulouse/Castres… c’est pour 2022 ».

C’est bien la preuve que cette autoroute impasse qui est une insulte au bon sens, qui va mettre en danger l’équilibre de toute une région, mais qui, surtout,

A UNE ALTERNATIVE ÉCONOME ET RÉALISTE

ne sera pas avant bien des mandats présidentiels, c’est mon souhait pour le devenir du Tarn et son développement.

Je me dis, de fil en aiguille, que ce serait bien que les candidats aux élections municipales se prononcent fermement sur des sujets tel que celui-ci et que dès leur élection, ils

promess se tiennent

  • s’engagent à présenter un proposition de résolution condamnant la construction de cette autoroute de la honte et se prononçant pour la mise en chantier du projet alternatif,
  • prennent un arrêté interdisant l’usage des pesticides sur le territoire de la commune et sollicitent l’intercommunalité aux mêmes fins,
  • interdisent sur le territoire les cirques et autres manèges utilisant des animaux pour leur spectacles.

Des mesures immédiates qui ne coûtent pas un denier et qui vont dans le sens de la transition écologique et économique et dans le respect de la vie des êtres sensibles.

Faisons ce qu’il n’a pas su faire !

Il a su promettre des mesures « écologiques », des mesures qu’il a sans doute lues ici et là dans les manuels du bon citoyen écolo. Nous les trouvons dans sa propagande électorale, du ramassage des déchets verts aux encombrants, tout est promis, mais rien n’est tenu !

Il a bien réalisé qu’il faut une sorte de maquillage à sa politique de consommation, de sur consommation.
Il sait évidemment que, d’avoir poussé le projet d’un hyper marché sous les pommiers largement subventionnés et tellement traités, n’est pas porteur alors que la transition écologique est dans tous les programmes et que cela va faire tâche sur son CV si peu ouvert à la modernité.
Recroquevillé dans un confort d’idées politiques désuètes et sclérosé dans des postures qu’il ne sait pas abandonner, il laisse passer l’opportunité de faire de sa ville, à travers un programme volontaire et réaliste, une ville en accord avec son temps et ses exigences.

Mais, pour Lavaur, ce n’est pas la poudre aux yeux généreusement dispersée sur des annonces opportunistes par une non moins opportuniste association qui va nous faire chaud « au cœur » et nous rendre confiants pour l’avenir.

Aussi, acceptons l’invitation de EElV pour réfléchir à un demain économe en déchet, un premier pas vers une vertu, celle de nos grands parents qui ne jetaient rien !

zero defaut

Et comme devrait le dire Messire, nous « fairons » bien de transformer notre territoire en une zone de non déchet.