Inquiet ou rassuré ?

Je ne ferai pas durer le suspens…

Très rassuré, certes vigilant, mais extrêmement rassuré !

Le président Macron avait promis « plus une seule personne dans la rue fin 2017 ».

Plus de 200 000 sans abri en cette fin 2019…

Autant dire l’importance qu’il faut attacher aux promesses du Président !

Il nous dit, enfin il dit à deux maires qui n’ont pas saisi l’importance des enjeux écologiques et environnementaux : « l’autoroute Toulouse/Castres… c’est pour 2022 ».

C’est bien la preuve que cette autoroute impasse qui est une insulte au bon sens, qui va mettre en danger l’équilibre de toute une région, mais qui, surtout,

A UNE ALTERNATIVE ÉCONOME ET RÉALISTE

ne sera pas avant bien des mandats présidentiels, c’est mon souhait pour le devenir du Tarn et son développement.

Je me dis, de fil en aiguille, que ce serait bien que les candidats aux élections municipales se prononcent fermement sur des sujets tel que celui-ci et que dès leur élection, ils

promess se tiennent

  • s’engagent à présenter un proposition de résolution condamnant la construction de cette autoroute de la honte et se prononçant pour la mise en chantier du projet alternatif,
  • prennent un arrêté interdisant l’usage des pesticides sur le territoire de la commune et sollicitent l’intercommunalité aux mêmes fins,
  • interdisent sur le territoire les cirques et autres manèges utilisant des animaux pour leur spectacles.

Des mesures immédiates qui ne coûtent pas un denier et qui vont dans le sens de la transition écologique et économique et dans le respect de la vie des êtres sensibles.

Faisons ce qu’il n’a pas su faire !

Il a su promettre des mesures « écologiques », des mesures qu’il a sans doute lues ici et là dans les manuels du bon citoyen écolo. Nous les trouvons dans sa propagande électorale, du ramassage des déchets verts aux encombrants, tout est promis, mais rien n’est tenu !

Il a bien réalisé qu’il faut une sorte de maquillage à sa politique de consommation, de sur consommation.
Il sait évidemment que, d’avoir poussé le projet d’un hyper marché sous les pommiers largement subventionnés et tellement traités, n’est pas porteur alors que la transition écologique est dans tous les programmes et que cela va faire tâche sur son CV si peu ouvert à la modernité.
Recroquevillé dans un confort d’idées politiques désuètes et sclérosé dans des postures qu’il ne sait pas abandonner, il laisse passer l’opportunité de faire de sa ville, à travers un programme volontaire et réaliste, une ville en accord avec son temps et ses exigences.

Mais, pour Lavaur, ce n’est pas la poudre aux yeux généreusement dispersée sur des annonces opportunistes par une non moins opportuniste association qui va nous faire chaud « au cœur » et nous rendre confiants pour l’avenir.

Aussi, acceptons l’invitation de EElV pour réfléchir à un demain économe en déchet, un premier pas vers une vertu, celle de nos grands parents qui ne jetaient rien !

zero defaut

Et comme devrait le dire Messire, nous « fairons » bien de transformer notre territoire en une zone de non déchet.