Il raconte n’importe quoi !

Panorama urbain, ou toute l’étendue de bla-bla.

C’est une évidence que le maire nous prend vraiment pour des sots, mais passer pour un sot aux yeux d’un maire qui ne vise qu’une élection compromise par des errements mettant en danger la pérennité de la commune est un met délicieux (merci à Courteline pour cet emprunt parodique).

Une tête de chapitre qui vaut son pesant de cacahuètes !

Nul besoin d’être un expert en finances publiques pour débusquer la supercherie.

Il nous dit dans ce préambule…

panora extra 2

Donc, le budget subit une baisse féroce des dotations (c’est écrit) et il fait plus… grâce à sa gestion rigoureuse des dépenses de fonctionnement.

Hors les dépenses de fonctionnement sont égales à elles-même voire en augmentation pour ce qui concerne les dépenses de personnel.

Donc Carayon notre magicien local fait plus avec moins…

Il y a quelqu’un pour le croire ? Parce que là, cela dépasse le stade de la naïveté !

Ne pas augmenter l’endettement de la ville, c’est un minimum quand on voit le niveau de cet endettement qui comme dirait notre Jupiter est historique et que l’on ne voit qu’à Lavaur et nulle part ailleurs !

Maintenant dire que c’est vertueux, même Carayon n’oserait pas !

D’ailleurs les arguments sont tellement fallacieux qu’il est obligé de les répéter pour y croire lui-même un peu :

« Grace à un excellent niveau d’autofinancement, à sa gestion rigoureuse des dépenses de fonctionnement, à un excellent autofinancement et des recettes dynamiques… »

Sans doute que la rigueur des dépenses s’accommode bien de cette publication, Le « Mag de Lavaur » dans des dimensions somptueuses et dans un papier couteux… ! Et surtout pour ne rien dire de plus que ce qu’annonce le syndicat d’initiative !

Pas persuadé que le commun des vauréens sache bien le contenu et les indicateurs à déchiffrer pour mesurer l’autofinancent, poudre aux yeux, poudre de perlimpinpin, blabla pseudo technique pour cacher finalement la situation financière désastreuse de la commune.

Il a demandé à qui ?

Le maire a décidé de donner pour la reconstruction de Notre-dame de Paris…

Mais il a demandé à qui ?

Le conseil municipal s’est-il prononcé ? A-t-il été simplement consulté ?

Après la cathédrale Saint Alain, c’est Notre-Dame qui aggrave notre dette.

cesar caraHé Ho, Carayon, les sous de la commune ce ne sont pas les tiens, tu ne dilapides pas en décidant tout seul.

Tiens pour le coup si tu nous faisais un petit référendum pour savoir si, oui ou non, on est d’accord ?

Réunion du conseil municipal : 6 mars

Un ordre du jour dense pour rendre compte de la gestion 2018, il nous sera dit que la dette a diminué, ne revenons pas sur ce point. Seul, un audit indépendant pourrait faire la lumière sur une dette abyssale qu’il est impossible d’aggraver !

clou dob 2

Ensuite, un débat d’orientation budgétaire, là ce sera le clou du spectacle.

Il va falloir présenter un débat qui montre combien sont saines les propositions, combien l’économie est à l’ordre du jour, combien sont vertueuses les dispositions envisagées, et combien les contraintes de l’État sont des difficultés quasiment insurmontables, mais à Lavaur nous avons Jupiter pour qui ces travaux d’Hercule ne sont que plaisanteries.

Ce qui n’est pas une mince affaire mais une obligation pour un budget pré-électoral.

Heureusement Jupiter dispose d’une majorité large et très moutonneuse et nul doute qu’il se félicitera sur l’exemplarité de ce budget !

Sera-t-elle contestée après l’installation d’une nouvelle conseillère. Je ne ferai pas de procès d’intention même si je doute du résultat ; la droite reste la droite, un peu libérale ou beaucoup, c’est bonnet blanc et blanc bonnet !

L’ordre du jour : ordre-du-jour-6-mars-2019

PLU… Cela n’a rien à voir… Évident !

En janvier 2018, Carayon présentait ses vœux à 350 ou 500 vauréens (c’est selon les journalistes), « sponsorisé » par Intermarché…

J’imagine bien que le projet de déménagement, prévu dans le PLU, vers le site des silos n’a rien à voir avec cette participation citoyenne aux agapes de début d’année par les « trois mousquetaires ».

Je suis bien persuadé qu’en cette année 2019, le maire a sollicité un autre prestataire pour l’accompagner dans ses vœux le 10 janvier… Aldi ? Carrefour Contact ?  Leader Price ? Netto ? Super U ? (1) Car à Lavaur nous ne manquons pas de grandes surfaces alimentaires, ce qui pose évidemment le problème de l’implantation d’une hyper super grande surface et de ses satellites !

A moins qu’il n’ait choisi un ou plusieurs de nos artisans du centre-ville… Ce ne sont pas les pâtissiers, boulangers, poissonniers et bouchers de talent qui manquent !

Cela va permettre de comparer les services et les prestations ! Voilà une initiative généreuse et pertinente !

Des vœux pour nous dire si son projet « Fraternité » a été couronné de succès, vous savez ce projet qui mettait à contribution les seuls vauréens : »«Je souhaiterais que les uns et les autres se rencontrent. À leur rythme. Une fois par an ? Une fois par mois ».

Sans doute aussi nous confier que son projet « citoyen » a reçu un accueil enthousiasme… vous savez celui qui envisageait un renouvellement de l’équipe municipale et ouvrait ses portes aux vauréens de bonne volonté : « Dans 3 ans, notre équipe municipale sera largement renouvelée. Je veux continuer à préparer l’avenir sur des bases solides, mais claires. J’invite donc ceux qui souhaitent participer à la vie locale à me le faire savoir. Je les recevrai. Je leur confierai éventuellement une mission ou les orienterai vers une association. Je veux promouvoir de nouveaux talents, former ceux qui, un jour, exerceront nos responsabilités».

Pas de doute qu’il ait trouvé des talents pour l’élaboration du PLU… ou pas !

Et surtout nous n’y couperons pas, je vous le promets, il assènera que la dette diminue !

Mais que peut-elle faire d’autre ? Elle est à un tel niveau que le seul mouvement possible est la décroissance, mais elle se fait avec une lenteur désespérante !

La preuve par l’image, pas par le bla-bla !

dettes 2017 lavaur

dettes lavaur 2017

(1) cités par ordre alphabétique, 
liste issue d'une recherche sur le net,
j'espère n'avoir oublié personne

Inacceptable…

A une conseillère de l’opposition qui demandait l’utilisation d’une subvention d’un montant de 4 500€, le maire s’est montré évasif, voire sibyllin, un rien mystérieux et un tout opaque.

Il faut bien comprendre que cela ne nous regarde pas, pas plus que ne saurait nous intéresser le tour de magie qui consiste à attribuer des subventions après la survenue d’évènements.

Dans la logique de Carayon, on fait puis… comme il manque de l’argent, la commune paie.

Ce fut le cas pour Sébastien, puis la patinoire, je ne suis sûr d’être exhaustif, hélas, mais rien que cela et voilà près de 50 000 € qui ont bouché des trous par suite d’imprévisions.

La programmation budgétaire doit être un concept bien obscur pour le maire et comme l’ex adjoint aux finances fait faux bond pour la seconde fois consécutive depuis sa démission… personne pour éclairer un tant soit peu cette notion de cavalerie financière.

bonne franCar quand on a pas le sou on ne fait pas, enfin personnellement c’est ce que je pense en bon père de famille que je suis. Maintenant pour la gestion des deniers publics, à lavaur ce me semble être à la bonne franquette !

Ripailles et amusailles, à Lavaur on s’encanaille mais foin des triviales questions d’argent.

Sans doute faut-il voir là, la vertueuse gestion revendiquée par notre Jupiter local.

Punition !

Comme chaque année, Carayon s’est livré – sans grande conviction m’a-t-il semblé – à l’énumération de ses « succès, réussites » pour Lavaur.

Une liste à la Prévert qui mélange ce qui est de la compétence de la commune et ce qui relève du domaine privé (ESL notamment).

Mais, naturellement, il « oublie » ses échecs. Douloureux pour la commune et pour son devenir.

A son actif, nous dit-il, la fameuse cathédrale Saint Alain, ses fumeux et coûteux travaux. On ne peut que déplorer qu’il confonde financement républicain et domaine religieux, et d’autant plus que cette générosité va jusqu’à la restauration de peintures (au détriment des œuvres laïques) et à l’éclairage de ce site privé.

A son actif, bien sûr, les dépenses en flons flons et autres joyeusetés. D’ailleurs il est curieux de faire sponsoriser les vœux du maire, alors qu’il s’agit bien là d’une dépense légitime et de subventionner honteusement la venue d’un artiste en septembre pour les fêtes de Lavaur. Il y a là une confusion des genres.

A son passif, d’abord la remise sine die du plan des circulation dans Lavaur. Il ne peut être raisonnablement espéré que l’autoroute Toulouse / Castres ou l’aménagement de la route, désengorge comme le prétend Carayon, le centre ville. Aussi il était urgent et il devient crucial de gérer ce problème qui prend tout son relief quand des lycéennes sont victimes d’un accident à un carrefour (certes équipé de vidéos protection) dont la signalisation l’aménagement et l’éclairage sont insuffisants. L’éclairement et le dégagement des voies au droit du carrefour aurait permis une visibilité plus large. Mais sans doute est-ce plus « porteur » d’installer des caméras anti-cacas que des réverbères.

A son passif aussi, dans la suite du SCOT, la non approbation du PLU qui fait retourner Lavaur au bon vieux temps du « règlement national d’urbanisme », le RNU qui permet d’envisager ce que le PLU aurait réglementé. C’était une priorité et des crédits ont été consacrés à sa réalisation… Aujourd’hui on en est en mode XXè siècle en matière d’urbanisme.

budgetlavfonctionnementA son passif, une dette qui met Lavaur et les vauréens dans une impasse quant à l’entretien de ses infrastructures notamment.

A son passif… Allons aujourd’hui je ne vais écrire un roman, je reprendrais les points au fur et à mesure des nécessités.

Et je vais imaginer que, puisqu’il le dit, dans 3 ans l’équipe sera enfin renouvelée.

350 ? 500 ? En réalité… + de 10 000

Ce qu’il y a de constant chez les médias, c’est bien leur incapacité à compter !

« La dépêche du Midi » a décompté 500 personnes aux vœux du maire… Par contre « Le journal d’Ici » 350 ? La contestation est stérile car les deux estimations montrent à l’envi le peu d’intérêt qu’ont les vauréens pour les blas, blas de leur maire.

Qu’importe puisqu’en réalité, c’est plus de 10 000 vauréens qui n’ont pas assisté à cette cérémonie sponsorisée par « Les mousquetaires » (Intermarché).

Et puisque Carayon est un adepte des pourcentages, livrons lui celui-ci :

3 %

C’est le chiffre de la participation…

Encourageant pour ceux qui ont comme objectif la revitalisation de Lavaur, son développement, sa sérénité, la transparence du fonctionnement de ses institutions.

C’est donc un tout petit nombre de concitoyens qui a entendu les contre vérités (les erreurs, abus de langage ?) de notre premier édile.

Il nous dit que Lavaur est mieux classée… pour le revenu moyen ! mais en quoi cela est de son fait, de sa responsabilité. Le revenu moyen est celui de ses administrés et ne témoigne en rien de la santé de la commune, mais des ressources de ses habitants.

La santé de la commune, il lui faut la comparer, puisque cela est son trip, avec l’endettement par habitant, la capacité d’autofinancement, l’encourt de la dette et là par respect pour le raisonnement du maire j’ai choisi les mêmes communes que lui pour effectuer une comparaison – Lavaur, comme chacun sait, est bien une commune fortement endettée, seule Graulhet fait moins bien.

vrais chiffres 2015

classement lavaurEt pour ce qui est du classement rappelons celui établi de façon incontestable (2015 mais rien, rien n’a vraiment changé depuis) qui classe Lavaur à la 1746ième place des communes les plus endettées. Voilà un record dont on ne saurait être fier.