Escroquerie

Il est patent que les affaires ont concerné toutes les formations politique, de la droite à la gauche, n’épargnant ni le centre ni l’Extrême-droite.

C’est cela qui a éloigné les citoyens des urnes.

Un nouveau style vient de faire son apparition, c’est le remboursement, De Rugy n’a pas manqué de l’activer comme pour se dédouaner.

Maintenant c’est au tour d’un député de se voir reprocher des remboursements illégitimes (double remboursement).

Les frais exposés ont été remboursés sur présentation de justificatifs fournis par l’élu – maire et président d’une société d’économie mixte – il a vraisemblablement et réglementairement présenté un état de frais qu’il a signé, il y a eu donc bien une escroquerie qui, si elle est vérifiée ne saurait être « oubliée », parce qu’il a remboursé.

Ce serait trop facile, la justice doit le poursuivre, d’ailleurs le maire est contraint par la Loi de dénoncer ces agissements. Sinon ce serait la porte ouverte à tous les abus, « je triche et si je me fais pincer je rembourse et on en parle plus !!! »

pot confiotMais ce qui est extraordinaire dans ces deux cas est bien que cela concerne un député LReM et un ministre de Macron !

Nous sommes bien loin des engagements de moralisation qui étaient une promesse. Les autres partis ne se sont pas engagés dans une démarche de monsieur propre, eux si !

Et nous les retrouvons pris le doigt dans le pot de confiture.

GRAVISSIME !

Le syndrome du pois chiche !

Ou la déclinaison de la méthode de gestion préférée de Carayon « du pain et des jeux » à la mode LREM.

Cela devient « De la bière et des jeux »…

Ils se sont mis à 72 pour, au détour d’une loi visant à faire de la France une nation sportive, insérer discrètement une modification de la loi Evin et permettre de façon moins restrictive qu’aujourd’hui la consommation de bière sur les stades.

Pour faire gagner de l’argent aux clubs…

Parmi ces députés celui qui a numérisé la justice, accepté la ratification du CETA, la braderie du siècle avec la privatisation ADP et FDj… etc. :

Le député du Tarn Jean Terlier.

Il faut bien reconnaître qu’il est de tous les rendez-vous où la démocratie, la liberté sont mises en danger. Il ne rate décidément aucune occasion, même la mise en danger de la santé ne l’effraie pas ! Un aventurier de député !

loi alcoolDire que cette disposition est stupide est une évidence, mais elle est stupide pour plusieurs raisons qui pourraient laisser penser que les cerveaux de ces moutons sont habités par des pois chiches !

1/ L’alcool est dangereux pour la santé, on le sait, on nous le dit assez, d’ailleurs la Dame Buzin est une adepte du zéro alcool ! Certes c’est bénéfique pour les lobbies…,

2/ Les hooligans ne sont pas une légende, et la bière, l’alcool est le moteur des débordements de ces voyous,

3/ Les spectateurs ne viennent pas tous en vélo ou à pieds, il s’en faut de beaucoup. Imaginons les ravages sur la route quand des spectateurs survoltés par la victoire ou en colère par la défaite, fortement alcoolisés viendront croiser la route d’une famille qui revient d’une balade champêtre,

4/ Qui va ramasser les pollutions de ces consommations (canettes etc.),

5/ ce n’est pas parce que des privilégiés peuvent effectivement consommer de l’alcool en loge qu’il faut étendre cette mesure à tous. L’égalité ce n’est pas inéluctablement permettre à tous ce qui est nuisible mais supprimer des privilèges au nom de la santé,

6/ Faire un lien entre sport et bière… je laisse ce soin aux députés LREM (notons que certains députés LR avaient déjà imaginé cette proposition).

C’est pas faux…

Vous pensez bien, Carayon n’allait pas laisser passer occasion !

Et La Dépêche Du Midi relaye le droit de réponse que propose Carayon suite à la démission du conseiller/député Terlier.

Savoureux…

Publié le

Bernard Carayon : «M. Terlier abandonne son mandat de conseiller municipal de Lavaur, conservé jusque-là, disait-il, dans un souci d’ancrage ! Il lève pourtant l’ancre d’une ville à laquelle, il est vrai, il n’a rien apporté. Lâcheté ? Désinvolture ? »

Vigilance vauréenne note avec le sourire que le maire a tenté de nous égarer : Terlier n’a pas justifié son maintien par souci d’ancrage, le maire fait naufrage sur ce coup là ! C’est pour vérifier la gestion d’ESL qu’il est resté. Maintenant qu’il a terminé ses vérifications, nul doute qu’il a communiqué ses conclusions au maire, président du conseil d’administration !

Bernard Carayon renchérit : Il avait déserté tous nos conseils municipaux depuis deux ans, ne jugeant sans doute pas nos débats de son (récent) niveau. Absent aussi de dix-sept conseils d’administration successifs d’ESL, notre régie d’énergies, comme de la plupart de nos manifestations publiques, il est le symbole du macronisme : surgi du néant, ami des puissants, loin de ceux qui ne le sont pas. »

des clousVigilance vauréenne ne peut que s’étonner du propos… Terlier un symbole ? Non quand même pas, ceci est bien excessif. Ne serait-il pas, plus simplement, un pur produit du macronisme : venu de nulle part, flagorneur des puissants, ignorant et méprisant le citoyen.

Le futur candidat aux municipales enfonce le clou et conclut :

« Il parrainera lors des élections municipales de 2020 une liste de candidats «marcheurs» : ils lui ressembleront…»

Vigilance vauréenne note qu’une liste « en marche » serait en pourparlers et se demande qui pourra bien accepter de figurer sur une liste dont le programme ne pourra être que conforme avec la politique du gouvernement… qui vient de brader allègrement les bijoux de famille de la République .

A moins que finalement Carayon et Terlier fasse liste commune pour une politique libérale ou ultra-libérale…

Querelle…

Où il est question des réunions du conseil municipal de Lavaur et de l’excuse bidon servie par le député !

Propos recueillis par Lddm publiés le 15/03/2019

bla bla bla terTerlier : Depuis mon élection à la députation, le maire a déplacé le conseil municipal au mardi alors qu’il se tenait auparavant le jeudi ou le vendredi. Cette information est vérifiable sur le site internet de la commune, ainsi que ma présence à quasiment toutes les séances de juin 2014 à juin 2017. Le maire sait que les députés ont obligation de présence à l’Assemblée les mardis et mercredis pour les commissions, les séances publiques et les questions au gouvernement. Pendant un an et demi, il a souligné mes absences alors qu’il en connaît la cause.

 » En tant que membre de droit du conseil d’administration d’Energie Service Lavaur, j’avais engagé des vérifications, je ne pouvais donc pas démissionner avant. »

Vigilance Vauréeenne note que les conseils se réunissent plus souvent le mercredi que le mardi, c’est facilement vérifiable sur le site de la mairie ! Mais ce qui est une entourloupette c’est en fait que :

  • d’abord le maire ne signale pas cet absentéisme, ni ne les souligne sauf à être interpellé sur l’état de santé de la majorité par un élu en mal de sujets intéressants la vie de la commune,
  • ensuite, l’excuse de la présence obligatoire fait pschitt, il n’est pas utile de venir à tous les conseils – 4 à 5 par an… – mais il pourrait, notre député venir au moins à deux : celui qui concerne le compte administratif et le DOB et celui du vote du budget, juste deux petits mercredis, ou même à la rigueur faire des communiqués sur ces sujets… A voir les présences dans l’hémicycle, son absence serait passée inaperçue, et la commission à laquelle il appartient ne se réunit pas à chaque fois qu’il y a conseil !  Et selon le code de déontologie et les règles qui s’appliquent pour les députés (si peu), il ne lui aurait pas été tenu rigueur pour deux absences par an, ni même pour les 5 de 2018 !!! Ce qui serait toléré,  la réunion d’un conseil municipal étant une excuse valable.
  • enfin, puisqu’il a démissionné.. il a fini ses vérifications sur ESL, et cela donne quoi, ces vérifications qui lui auront pris presque deux ans ? En outre, on peut s’étonner qu’il estime être membre de droit de ce conseil d’administration, il est membre désigné selon le vote du  10 avril 2014 .

Bon notre député, tout apprenti qu’il est, s’est vite coulé dans le moule de la langue de bois, n’empêche que nous serions bien curieux de savoir pourquoi il ne vient pas ces réunions…  Sans doute ne veut-il pas montrer ostensiblement qu’il est très souvent en accord avec la politique libérale du maire, et qu’il ne veut pas d’un autre côté, être confronté aux sarcasmes de Carayon s’agissant de la politique mise en place par le gouvernement.

La justice délaissée par les députés !

justice 2Une véritable honte, le projet de réforme de la justice a été adopté en lecture définitive par les députés.

Double honte.

La première est que ce projet conduit inéluctablement à une justice numérique, éloignant le justiciable des tribunaux, reléguant les avocats à de simples outils de mise en forme. L’opposition dira : une justice « moins en proximité, moins au service de nos concitoyens ».

La seconde honte est que ce projet a été adopté par 31 députés (28 « en marche »), s’agissant de l’ensemble du projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme de la justice.

Puis 333 vote « pour » (285 « en marche » pour et 210 « contre » lors du vote de l’ensemble du projet de loi organique relatif au renforcement de l’organisation des juridictions.

Ne nous interrogeons pas le député Terlier a voté « pour » cette loi qui brade bien des droits, qui a soulevé l’opposition des professionnels (avocats notamment) et qui confine désormais le justiciable derrière son ordinateur pour la plupart des actes avec la justice. C’est cela les couleurs de la macronie…

Il est incontestable que la gauche, toute la gauche était absente… au premier vote, elle s’est rattrapée pour le vote de l’ensemble de la loi.

Honteux ! Scandaleux !

Hier, 18 décembre 2018, à l’Assemblée nationale a eu lieu :

Scrutin public sur l’ensemble du projet de loi de finances pour 2019.

C’est, vous en conviendrez, un moment important dans la vie de la nation, cela engage fortement pour an ! Ce sont des dispositions qui vont rythmer notre vie.

terlier étépalaLe député Terlier n’a pas voté, il s’est dispensé de cette mission incontournable pour laquelle il est très bien payé. (pourtant il n’y avait pas réunion de la commission des lois à laquelle il appartient…)

C’est inacceptable ! Et puisqu’il ne sait pas faire le minimum, il doit démissionner, c’est une question d’éthique. Ou bien il reverse ses indemnités à des associations : les gilets jaunes par exemple…

Il a, lors de sa réunion avec les gilets jaunes le 14 décembre dernier, retenu l’idée (selon le compte rendu de LDDM) d’un quorum minimum au-dessous duquel une loi ne pourrait  être votée et pour cette loi de finances il n’y avait que  93 députés sur 577. Faut-il comprendre que pour Terlier le seuil est de 16 % ? Un bien faible minimum qui ne changerait rien à ce qui est une coutume à l’assemblée : l’absentéisme.

Trahison, il ne va pas voter l’essentiel.

C’est de la poudre de perlimpinpin ses discours et ses propos. Il nous prend pour des sots, des benêts. Il est vraiment à l’image de son président.

Dans le compte rendu il est écrit : « Les GJ et le député ont débattu sur le rôle du parlementaire. «Il faut que le député soit payé au smic», propose un homme. «Non. Je touche plus que le smic, il ne peut pas être payé moins que moi», »

Ce serait bien que le député touche effectivement le SMIC car, contrairement au apparence, toucher le SMIC quand on ne travaille qu’à 30 % c’est encore beaucoup !!!

Poudre aux yeux !

Il a rencontré quelques citoyens dans le cadre des « gilets jaunes », la belle affaire !

lddm 16_12Une vingtaine, sur les 12 000 habitants que comptent les communes de Lavaur et de Labastide Saint Georges ! Même pas 1 % de la population, ne parlons donc pas de concertation mais bien d’explications que devait le député à ceux qui avaient eu le courage d’aller le voir.

Mais au fait pourquoi Labastide… Pas Ambre… Une convergence de vue entre le maire et le député ?

Il n’a fourni à en croire le compte rendu de « La dépêche du Midi » que des pistes de réflexions, il a pris note, il a retenu l’idée d’un quorum pour l’adoption des lois par les députés, cela… c’est bien de la poudre aux yeux quand on pense à son absentéisme…

Il est venu caresser dans le sens du poil, reste à savoir ce qu’en penseront les citoyens, « gilets jaunes » ou pas.

Je n’étais pas à cette réunion, certes. Pourtant je suis de cette contestation. La politique du gouvernement, appuyée par des votes scélérats conduisent dans le mur la quasi totalité de nos concitoyens.

Mais contrairement au député, je n’avais pas piscine, j’étais occupé par la réunion de travail sur le PLU de Lavaur, de cela je vous en parlerai en détail, et sans ce député qui semble bien absent des projets locaux !