Effets secondaires

A Lavaur la négation de la vérité est une potion qui nous est servie à chaque réunion que ce soit pendant une grande messe (les réunions du conseil municipal) ou encore entre participants de commissions communales ou extra communales.

Fermeture du cinéma :

Oui, il est fermé depuis bientôt un an et les effets secondaires sont nombreux. Notamment l’obligation de se déplacer ailleurs pour se laisser aller aux plaisirs du septième art. Avec les dangers que cela comporte et le coût pour la commune qui affrète les cars. Bien sûr un effet qui risque de se traduire par la désaffection de cet type de loisir.

Le PLU repoussé aux calendes grecques :

Il est en effet en gestation et se prend pour un éléphant, nous ne sommes pas prêt de sabler le champagne pour sa naissance.
Les effets secondaires sont également nombreux et variés avec un urbanisme qui de sclérosé devient figé, un retrait de l’activité immobilière, un impact négatif sur les prix.
Il faut par ailleurs prendre en compte le gel des études qui devraient naturellement structurer ce type de document.

Des pistes cyclables inexistantes :

Recensé : 0 Km de pistes cyclables conformes à la législation (isolation du reste du trafic, configuration, état).
Douloureuses sont les conséquences de ce laxisme : un collégien qui passe à 20 cm de la mort et par suite de l’absence d’une piste cyclable dans les zones commerciales, un décès.
Mais ce sont aussi le traumatisme lié aux angoisses journalières de tous ceux qui ont fait du vélo leur moyen de déplacement.
En corollaire un frein significatif à l’adoption du vélo par tous.

Un centre aquatique intercommunal mal pensé :

La gabegie financière est au détour de cette construction, le mélange des financements va appauvrir Lavaur et la priver des programmes urgents (infrastructures, loisirs, écologie…).

Une cathédrale chouchoutée :

Les fonds mobilisés pour « embellir » ce bâtiment public dédié à la religion catholique absorbe une disponibilité budgétaire qui serait mieux utilisée aux fins de servir l’intérêt général.

Une dette abyssale non résorbée en 25 ans :

Un poids excessif sur les budgets des particuliers est la conséquence du mépris montré quant aux observations de Chambre Régionale des Comptes.

Foire économique supprimée :

La non visibilité de Lavaur en terme de commerce et d’artisanat en est l’effet secondaire majeur, et ce n’est pas le tour de France qui va changer la donne !

Les stationnements et parcours handicapés oubliés :

Opérations « coup de poing », ils ont été conçus pour répondre à une exigence électorale mais comme les ersatz de pistes cyclables ils sont à plus de 70 % non conformes aux normes. Le handicap a la double peine à Lavaur et ce ne sont pas les participants à la commission extra-communale qui contrediront.

Une information numérique indigente :

Nous venons de vivre un exemple lamentable des effets secondaires. Les incidents dus à la vétusté du réseau haute et moyenne tension électrique a conduit à une levée de bouclier due à la non information (ou à l’information tardive) des citoyens.

effet second Les effets secondaires de l’inaction, des mauvaises actions, de la procrastination, de la gestion différée, de la vision uniquement électorale de l’intérêt général sont multiples et responsables des maux qui font de la transition énergétique, écologique et économique un gadget alors qu’il s’agit de survie.

Les jeux et le pain sont le couperet de la guillotine de notre système.

Faire d’un fiasco, une victoire !

Terrible échec que celui qui a conduit à la fermeture du cinéma début 2019.

Une délégation de service public (DSP) laissée à l’abandon et non soutenue par le maire !

Un an de tergiversation, puis des travaux tardifs pour la réouverture.

Une mise en régie… provisoire.

C’est l’histoire lamentable d’une gestion pitoyable.

Aujourd’hui crier au miracle parce que le cinéma ouvre avec des tarifs identiques à ceux pratiqués lorsqu’il y avait délégation de service public, c’est oublier 12 mois de privations injustes.

Machiavélique cette manipulation, laisser fermer et ouvrir début 2020, ce n’est ni un cadeau de Noël, ni un présent de jour le l’an, c’est tout simplement une manœuvre politique.

dupeNe soyons pas dupe et ce qu’il faut porter au bilan,

  • c’est bien la méthode (« je ne vous dirai rien »…),
  • c’est aussi le délai pour trouver une solution (la régie),
  • l’aveu de non conformité d’une exploitation remise en DSP,
  • et bien sûr la ruse pour la date d’ouverture !

Participer ou ne pas participer

That is the question !

Salon des auteurs du vaurais

 

Ma réponse :

Inscrit dès le lancement de cet événement, je me suis interrogé récemment :
Cautionner ou pas.
En effet à l’aune de deux évidences, ma participation au salon des auteurs du Vaurais se pose.
La première est que cet événement est organisé par le maire, auteur. Il le revendique sans ambiguïté. Mais ses écrits éminemment politiques posent problème dans un contexte fortement marqué par une échéance électorale et une campagne électorale qu’il a déjà initiée.
Il a revendiqué cette initiative et a même déplacé le rendez-vous pour être absolument présent, ce qui était un acte politique (prétendue réserve).
conscienceLa seconde évidence est qu’il est dans une posture qui est contraire à mon éthique. Les derniers conseils municipaux mettent en exergue des attitudes qui sont pour moi détestables.
Être présent, participer à ce salon qui sera suivi par un apéro « offert » par la ville pourrait être interprété comme une sorte de consensus avec ce qu’il est ou ce qu’il suggère.
J’aurais pu ne boycotter que l’apéro…
S’il n’avait été qu’invité cela eût été envisageable, mais il en est l’initiateur et s’en réclame. Dès lors, il me paraît évident que je ne peux apporter ma caution à ce qu’il représente pour beaucoup de citoyens.
Mes confrères et consœurs comprendront mon absence et mon regret de ne pouvoir les rencontrer particulièrement ceux avec lesquels je partage, le même éditeur.