Travaux aux Clauzades ?

Aussi efficace que la pisse d’un chardonneret dans le lac de Balerme en plein été !

Un élargissement se dessine, intéressant pour les bus qui vont pouvoir rouler un peu plus vite dans le rond point.

J’ai aussi noté la présence d’un policier municipal qui, avec pugnacité, tente de fluidifier la circulation.

J’ai vu aussi les stationnements sur les pistes cyclables perdurer, les trottoirs squattés par des parents indélicats !!!

Décidément mon chardonneret n’est pas prêt de pallier l’assèchement de Balerme, et la sécurité n’est pas dans le viseur du maire.

Avec pas loin de 1500 vues pour leurs deux vidéos, les parentes ont su alerter sur les vrais problèmes, les réels dangers.

Vendredi aux Clauzades une manifestation est prévue dès 17 heures, j’y serai par conviction que quelque chose peut et doit être fait dans l’urgence mais dans l’intelligence, j’y serai aussi pour saluer le dévouement, la détermination de ces deux parentes face à un combat légitime et bien ingrat.

y a personne

Faire l’éolienne pour masquer ses impérities

Bravo monsieur le maire, Monseigneur de Lavaur, si vous préférez !

Votre attaque contre des parentes est d’une médiocrité significative. Vous avez commis une « infraction » bénigne (et non avérée au demeurant) certes, mais montée en épingle par une opposition en mal de programmes et de propositions.
Et vous vous appuyez sur cela pour dénoncer ce qui ne peut être considéré comme un comportement inapproprié par deux parentes choquées par un accident qui n’aurait jamais dû se produire dans le cadre d’une sécurisation minimum de l’accès au collège.
Un moyen pitoyable d’éluder le vrai problème qui lui, subsiste !

D’abord Messire quand un média supprime son post, vous n’avez pas le droit de le reposter sans son autorisation expresse, en l’espèce si la parente a jugé utile de supprimer sa vidéo, vous avez commis une infraction en la repostant.

Ceci étant, et par expérience puisque je commets aussi des vidéos pour pointer vos impérities, il est utile que vous sachiez :

  • tomtomquand nous filmons nous avons un « service de sécurité », certes invisible sur le film (et heureusement!) mais présent pour alerter d’un danger,
  • quand nous filmons, nous n’utilisons que des caméras dédiées à ce type de rush (Go Pro ou Tom Tom en ce qui me concerne) et non pas un portable dans un habitacle de véhicule, la stabilité de l’image en souffrirait.
  • quand un rush est utile à l’expression de la vérité, rien n’empêche de produire une image à l’arraché.

Et si un journaliste prétend connaître les conditions de tournage… c’est qu’il y était !  Et de cela j’en doute !

D’ailleurs un « stop and go » sur une piste cyclable n’est pas de l’incivisme mais du journalisme quand il s’agit de relater un fait et que toutes les précautions ont été prises pour éviter un incident ou une gène.

Les parentes ne vous l’ont pas dit, sans doute pour ne pas entrer dans une polémique stérile qui desservirait l’objectif qui est et qui reste :

  • Les pistes cyclables réelles et conformes aux normes,

  • la sécurité de tous et particulièrement aux abords du collège des Clauzades.

Détourner l’attention vers des détails pour masquer l’essentiel est une méthode qui ne mettra pas nos enfants à l’abri !

Et puisque j’ai l’opportunité de vous écrire, et bien que vous direz que vous ne m’avez pas lu, je vous précise que je ne suis pas dans le collectif « les vauréens », que je ne suis pas instrumenté par les parentes, que je ne suis qu’un acteur vigilant de la vie à Lavaur qui n’a strictement aucune ambition électorale.

Pitoyable et barbare

Article L. 2l 4-1 du code rural : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

Pour ce motif, Monseigneur le maire de Lavaur, lors de sa visite à la fête générale qui s’est tenue au cœur de la ville, aurait dû réagir et expulser le manège de poneys qui contrevient à la réglementation.

Il n’y a nul besoin d’un arrêté spécifique pour interdire la maltraitance, car personne ne peut imaginer que les impératifs biologiques d’un animal – des poneys dans le cas présent – sont de tourner en rond en portant un enfant pendant des heures dans le bruit, la pollution…

Pas plus, par extension, qu’il ne peut être toléré les cirques qui font des attractions avec des animaux, bien loin de leur conditions naturelles de vie.

baudet Le respect des fondements de la réglementation française sur le bien-être animal exposent les exploitants de ces manèges, a minima, aux sanctions du défaut de soins prévues par les articles R. 214-17 et R. 214-5 du code rural, voire à l’application de l’article L. 215-11 qui punit les mauvais traitements infligés aux animaux par les professionnels.

Il est de la compétence, du devoir d’un maire, officier de police judiciaire, de faire cesser ces agissements intolérables.

Il n’est nul besoin de réglementer à nouveau, de prendre des arrêtés, de faire des déclarations d’intentions qui seront ensuite oubliées, il faut avec les moyens suffisants dont disposent les fonctionnaires de police et à leur tête le maire, mettre un coup d’arrêt à ces souffrances insupportables, et cela définitivement.

Rappelons que l’article 40 du code de procédure pénale oblige ces fonctionnaires à dénoncer ces agissements au procureur de la République.

Alors Monseigneur… vous pouvez faire votre métier et cela ne mettra pas en danger votre mandat et son renouvellement. Au contraire, ceci serait à mettre au chapitre de vos bonnes décisions et votre dieu sait combien vous allez en avoir besoin et que ce chapitre est douloureusement vide !

Ne tuons pas pour prévenir !

Octobre rose arrive avec ses innombrables lâchers de ballons.

Si l’action est d’une utilité publique incontestable, et que son renouvellement annuel est une clé pour prévenir au mieux le cancer du sein, il n’empêche qu’un peu de raison s’impose.

Des milliers de ballons vont être emportés par le vent et vont s’abîmer dans la nature, certains iront flotter dans les mers et les océans avant de finir dans les estomacs de bien des poissons.

Il n’y a donc rien d’autre à faire pour mobiliser les femmes ?

Un bracelet c’est bien, un ballon c’est con, très con même.

Alors Lavaur pourrait accueillir cette manifestation en prenant un arrêté interdisant le lâcher de ballon, ce serait une initiative de bon aloi.

Lavaur sans ballon avec du bon sens, voilà qui serait historique, à voir à Lavaur en attendant de le voir partout ailleurs…

dauphin

Et puis il est un autre cancer qui tue aussi beaucoup et pour lequel la prévention est une arme terriblement efficace. Aussi s’il n’est vraiment pas possible de supprimer le lâcher de ballons roses, on pourrait sans doute faire un lâcher de moustaches bleues gonflées à l’hélium en novembre pour inviter les hommes au dépistage du cancer de la prostate.

Les portes du Tarn…

Pour que les portes du Tarn

ne soient pas les portes de l’enfer

pour les espèces protégées.

Un appel à la raison par plusieurs organisations soucieuses de l’environnement que je relaie avec conviction:

Appel pour « la haie de l’élanion blanc »

La haie située sur la parcelle TERRA 2 au milieu de la ZAC des Portes du Tarn est un enjeu central du devenir de cet espace.

Nous n’envisageons pas qu’elle soit sacrifiée.

Dans son rapport du 15 mai 2019, la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) en demande la conservation à la SPLA 81.
Cette haie, où se reproduit l’élanion blanc, est devenue un symbole. Son intérêt écologique a été largement dévalorisé par les responsables de la SPLA. De façon générale, la richesse de la biodiversité présente sur le site de la ZAC a été sous évaluée et les mesures compensatoires proposées ne sont pas satisfaisantes. Le récent avis défavorable du Conseil National de Protection de la Nature démontre ces insuffisances. Face à cette richesse réelle mais sciemment occultée, les responsables de la SPLA nous propose une artificialisation boulimique de terres agricoles de qualité et une accélération de la course à la consommation carbonée.

elanionGarder cette haie, c’est dire « gardons les pieds sur terre ! ». L’urgence environnementale n’est pas une mode, c’est notre quotidien, il n’y a pas de plan(ète) B. Nous devons dire stop aux pollutions, stop à la disparition d’espèces, à commencer par celles qui vivent sur notre territoire. Dire stop aussi à ces discours policés qui promettent de verdir l’économie mais qui ne tiennent pas leurs paroles. Accueillir la plateforme logistique XXL Terra 2 est un non sens au vue de l’urgence climatique et de la nécessaire protection de la biodiversité, surtout sur une ZAC proclamée « soucieuse de son environnement ».

Pour ces raisons nous voulons marquer notre volonté de conserver cette haie symbole d’une vitalité réelle mais négligée. Nous refusons l’implantation de Terra 2, un projet à l’empreinte écologique néfaste, socialement pauvre et qui détourne un bien commun pour des profits privatifs de court terme.
Nous appelons les citoyens de ce territoire à promouvoir un avenir respectueux de la diversité écologique et où nous serons soucieux de ne pas dépasser les limites de restauration des richesses que nous prélevons.

Dans cette perspective, les signataires de ce texte organisent samedi 31 août 2019 une « marche pour la haie ». Rendez-vous est donc donné aux personnes qui s’opposent à l’implantation de Terra 2 et qui souhaitent se mobiliser pour la sauvegarde de notre biodiversité

le 31 août 2019 à 10H 30 sur l’aire de covoiturage

(échangeur n°5 de l’A68) à Saint-Sulpice la Pointe.

De l’aire de covoiturage, nous nous rendrons à pied sur la parcelle Terra 2 où est située la haie à sauvegarder.

Saint Sulpice, le 12 août 2019

Plus de 11 000 victimes…

C’est ainsi que par une décision illégitime, la mairie de Lavaur a privé sa population d’une professionnelle de santé.

En refusant l’installation d’un cabinet d’orthodontie dans une résidence au motif qu’une piste cyclable était en cours de réalisation et ne prévoyait pas de stationnements ad hoc pour les patients (1, 2 places), la mairie a menti, alors que le règlement de propriété prévoyait ce cas.

La piste cyclable de la voie concernée (Pierre Fabre) n’est pas budgétée, même pas au titre des travaux de sécurité qui viennent d’être ajoutés au CM du 26 juin !

Les victimes ?

  • Pas le propriétaire, il a naturellement vendu à d’autres personnes qui conservent la destination  initiale !
  • Pas la professionnelle, elle s’installe ailleurs !

Restent tous nos concitoyens qui ne vont pouvoir bénéficier de cette prestation tellement utile !

silence car deciMerci Carayon, maintenant à qui profite l’abus de pouvoir ?

De bien vilaines langues évoquent un lien d’amitié entre un propriétaire de la résidence et un élu « bien placé ». Il ne peut s’agir que d’une fake new. En effet, quel citoyen pourrait, dans une commune républicaine, ouverte au dialogue et hermétique à tout clientélisme se livrer à une telle demande et quel élu de notre République pourrait céder à une demande aussi abusive et hors la loi.

Personne, IMPENSABLE !

Donc il s’agit d’une erreur administrative !

Errare humanum est ?

Il serait bon qu’il ne persévère pas, cela devient diabolique !

Pour un peu, j’aurais honte…

La cathédrale Notre-Dame de Paris a brûlé. C’est un monument incomparable, je ne vais pas faire dans le grandiose, chacun a la mesure de la perte matérielle, affective et touristique causée par cet incendie, du choc devant un tel sinistre.

Je devrais avoir honte de ne pas être à l’unisson de cette France qui pleure son monument et ouvre grand son portefeuille pour reconstruire ce lieu de prière et ce haut lieu de tourisme.

Je n’ai pas honte, pas du tout, enfin pas honte de cela. Je ne sais pas pleurer sur des pierres, sur des symboles. Mais j’ai horriblement honte de ces 566 morts dans la rue de 2018, et ces 511 morts dans la rue en 2017 pour lesquels rien n’a été fait, pour lesquels rien n’est fait encore aujourd’hui. Pour cela je peux pleurer de tristesse et de chagrin mais aussi de colère devant l’inertie des pouvoirs publics et l’indifférence de ces riches qui finalement ne donnent qu’aux riches. Oui de cela j’ai terriblement honte et plus encore quand je constate que les « riches » se mobilisent immédiatement pour financer la reconstruction de la cathédrale, que les artistes, sportifs et autres « peoples » y vont de leurs larmes devant les flammes, mais que ces gens là ne sont pas émus par les décès injustes et évitables des « SDF ».

cathe sdfCarayon, notre maire, twitte…  «  nous réunit. C’ est déjà un miracle. »Et il nous publie une lettre dans la page de Lavaur, c’est grandiloquent mais vain, c’est sans doute politiquement correct et religieusement nécessaire pour lui qui fit tout un scandale pour un feu de napperon dans une chapelle de sa cathédrale.

Ce qui serait miraculeux ?

Que la misère, l’abandon, l’indifférence nous donne la force de réagir et de combattre efficacement le mal logement, le sans logement, la misère, la désespérance, l’abandon.

Qu’il imagine un instant, le nombre de logements décents qui pourraient être construits avec ces centaines de millions (1 000 à ce jour) débloqués à la lueur des flammes qui ont embrasé Notre-Dame de Paris, là serait le miracle…

Pour mémoire c’est plus de 500 morts par an depuis plusieurs années qu’il faut regretter, en 2019 c’est plus de 100 morts à ce jour…

Écoutons ce que disait un ecclésiastique…

abbé pierre toit

Alors, non, définitivement non, je n’ai pas honte de ne pas pleurer sur Notre-Dame, elle sera reconstruite, promesse de Macron qui en profite honteusement pour remettre à demain une intervention que les français réclament avec force gilets jaunes…

Sans doute pour tester les réactions…

Parce qu’avec ces 1 000 000 000 €, c’est potentiellement 6 000 000 000 € disponibles pour construire ou réhabiliter des logements sociaux… ; de quoi ne plus avoir un seul SDF en moins de cinq ans, de relancer le BTP et réduire drastiquement le chômage (car comme chacun le sait quand le bâtiment, va tout va) et enfin faire du respect de l’homme une réalité.

Sans doute aussi l’occasion de se souvenir de Palmyre, Nimroud, Hatra, du musée de Mossoul qui ne sont pas près d’être reconstruits… sauf si quelques généreux donateurs…