Les contentieux de la mandature…

L’installation il y a vingt ans de notre édile venu de l’extrême droite pour s’ancrer dans une droite libérale dure n’a finalement conduit à rien de bien inhabituel…

Il a conquis, annexé et soumis à coup de subventions, d’apéros et autres manifestations « conviviales ».

Son maintien dans un rôle de super maire qu’il s’est construit sur la base d’une politique de génuflexion et de récompenses, n’a engendré qu’un pourrissement de la gouvernance de la ville de Lavaur.

empire caraAujourd’hui il sautille d’actions bidons en inactions au détriment de la transition urgente des modes de vie pour sauvegarder notre planète.

Une indifférence coupable.

Ce dernier mandat a surtout été émaillé par de terribles insuffisances et de déplorables décisions, des contentieux avec la population qui ont entaché une gestion déjà bien approximative :

  • en début de mandat, des travaux engagés sans passation de marché (hôtel de police),
  • des procès en diffamation, perdus jusqu’en cassation sans qu’aient été remboursés les frais d’actions abusives,
  • des études sur les berges de l’Agout payées mais relancées par suite de l’incompétence du bureau d’études choisi par la mairie,
  • un PLU toujours en gestation,
  • une tentative avortée de bouter les fêtes générales hors du centre-ville,
  • achat de terrains pour le centre aquatique sans étude hydrogéologique,
  • achat de terrain pour un parking sans études de faisabilité,
  • abandon du cinéma,
  • non mise en sécurité du couvert de la cathédrale suite à l’envahissement de la flore,
  • des circuits handicapés fantomatiques,
  • un abandon significatif du commerce du centre-ville,
  • l’initiation et la subvention d’activités déficitaires (foire économique, patinoire),
  • postures méprisantes pour l’opposition lors des réunions du conseil municipal,
  • une absence totale de communication avec les citoyens hors période électorale,
  • une dette toujours pas contrôlée…

Car c’est cela et surtout cela le vrai bilan du maire…

Quand l’application de la loi est au bilan !

Qui n’a pas entendu le maire se vanter du zéro produits phytosanitaires à Lavaur ?

La belle affaire ! Notre monarque ne fait qu’appliquer la loi (*), la Loi Labbé qui a mis en place cette interdiction pour les collectivités locales à partir du 1er janvier 2017 !

On ne va pas quand même se pâmer d’admiration quand le maire fait ce que la loi dit ! Il serait tout à fait anormal qu’il ose écrire dans son bilan cette action qui lui a été imposée par l’État !

labbeIl respecte la Loi !

Bon, pour une fois qu’il ne fait pas son petit village gaulois.

Mais rayons de ses listes à la Prévert cette action au titre d’un bilan qu’il va bien avoir du mal à magnifier…

A moins qu’il ne faille accepter toutes les actions régaliennes qu’il a assumées… Il a marié, il a présidé des conseils municipaux, il a inauguré, il a discouru, il a récompensé (certains), il a signé des décisions (des fois il eût mieux valu qu’il ne le fasse pas !) etc.

Mais cela est de l’exercice normal de son mandat, ce pour quoi il est indemnisé ; surtout si on oublie les apéros qui ont été avec les inaugurations, discours et autres manifestations… et qui eux ne sont pas naturellement dans ses missions.

(*) loi de transition énergétique pour la croissance verte
portée par le sénateur J.Labbé (écologiste)

 

Une évidence !

Notre très gaulliste Monseigneur n’imagine pas un seul instant sacrifier à la nécessité du bio, du sain.

Mais il pourrait (c’est juste une idée que je lui suggère) prendre un arrêté anti-pesticide à l’instar de certains de ses collègues.

Un arrêté pour bannir l’usage criminel de pesticides, tous pas seulement le glyphosate, cet élixir de jeunesse pour les députés LREM qui vont jusqu’à en imaginer la promotion.

cara conseil avrilIl y a là comme une ouverture qui pourrait profiter au maire en vue de sa tentative de réélection.

Déjà cela gommerait un petit peu son image de politicien d’un autre âge. Il n’aurait plus, ensuite, qu’à tenir toutes les promesses faites… Les travaux d’hercule !

Politique fiscale modérée…

En langage Carayon, cela veut dire… RIEN !

En français, c’est la même chose, cela ne dit rien, n’engage à rien.

Ce sont les propos du maire pour tenter de justifier un niveau d’endettement insupportable alors que tous les voyants sont au vert et qu’il devrait être constaté une baisse significative de l’endettement.

Ne pas profiter de certaines aubaines en matière d’écologie, être le mauvais élève de la classe pour solliciter des aides et subventions, voilà aussi le triste résultat de Carayon.

Le gouffre financier, en partie dû aux travaux inconsidérés dans sa cathédrale, mais aussi dû à ses impérities dans bien des domaines : PLU, inachevé, berges de l’Agout qui ont subi des revers suite à des études mal faites, ignorance de procédures dans le lancement d’opérations conduisant à des surcoût induits par des décalages d’études normalement menées avant toutes opérations.

Ce sont ces ensembles de mesures qui, en multipliant les coûts, conduisent à une situation financière instable et dangereuse pour le devenir de la commune.

poli modLes emprunts sont aujourd’hui très favorables, mais la dette conserve le même profil. Bien sûr, Il a raison Monseigneur de dire que la dette n’augmente plus, mais comment pourrait-elle augmenter ? Quand on atteint un sommet il est impossible d’aller plus haut, il serait de bonne gestion de redescendre, et alors mettre en place une politique fiscale… modérée.

Il n’est pas d’illusions à se faire la politique nationale, « en marche », va tendre vers des difficultés financières pour les collectivités locales. Les mesures prises au coup par coup par l’État, sont autant de cautères sur une jambe de bois. Les finances locales doivent s’orienter vers une autosuffisance, et mettre au grenier les mannes obtenues par voie de pression politique qui était le levier de bien des campagnes électorales et dont des élus se vantent encore aujourd’hui.

Et l’autosuffisance demande de l’imagination, la prise en compte de la transition énergétique, écologique et économique ouvre la porte à tous les possibles.

A Lavaur, il n’y a pas de réponse, même chuchotée… Alors il peut bien nous parler de politique mesurée !

Prendre le temps pour nos parents…

Chacun connaît l’amour de notre Monseigneur pour les personnes  âgées !

Rien n’est trop beau pour elles, des apéros, des subventions, des repas de début d’année avec orchestre, enfin la totale !

Il faut reconnaître que c’est le fond de commerce de ses élections ! A cela rien de bien étonnant, non pas que nos aînés soient sots, non pas ! Ils ont confiance, ils font confiance et pourquoi ne croiraient-ils pas Monsieur le Maire « qui a tant fait pour sa commune » ?

Il faut reconnaître que si l’on se borne à regarder autour de soi sans chercher plus loin que le bout de sa canne, force est de constater qu’il se démène dans tous les sens pour donner une retraite heureuse à nos parents et grands parents. Enfin surtout dans un sens celui des gratuits et des mises à dispositions de salles…

Mais à s’occuper des valides, il en oublie les moins alertes !

epahdIl en oublie l’EPAHD, pourtant il en est le président du conseil de surveillance ! On peut se demander ce qu’il surveille !

Est-ce bien raisonnable ce manque chronique, de moyens, de personnels ?

Bien sûr le député a bien fait du vent, Mister éolienne a fait un max : une visite et puis  une lettre à l’autorité de tutelle ! L’ARS ! Mais qu’a-t-il fait de plus, où en est le dossier ? Quelle suite ?

Derrière l’amélioration de l’accueil revendiquée par Carayon et la visite démagogique du député se cache des souffrances, des abandons sociaux, faute de temps et de moyens.

Deux élus pour en arriver là, décidément à qui se fier !

Du pain, des jeux et de la pollution,

En deux petits mois, voilà deux somptueux feux d’artifice.

Mais si on s’en tient à l’étymologie d’artifice, il s’agit bien là d’un leurre, d’une ruse, d’une tromperie, d’un faux-fuyant, d’un subterfuge en un mot !

Qui tromper, ceux qui vont voir dans cette expression la richesse de Lavaur, ceux qui vont se pâmer devant la générosité d’un Monseigneur qui n’hésite pas à polluer et polluer à nouveau sa ville et ses environs.

N’a-t-il donc pas noter l’archaïsme de ces distractions particulièrement nocives, n’est-il pas de moyens moins onéreux et plus respectueux de l’environnement pour marquer la fin des fêtes générales ?

Ipain ey jeuxl est vrai qu’il va falloir montrer patte blanche pour les prochaines élections et que les promesses qui se sont perdues au cours de ces vingt ans vont être rappeler. Alors éblouir avec des manifestations que Monseigneur pense appropriées pour s’attirer les bonnes grâces, je veux dire les bons votes, cela va être notre quotidien.

Déjà nous entrons dans une période de travaux tous azimuts, pas forcément bien calibrés…

Route de Caraman, au moment de la rentrée matinale, c’est l’anarchie et ce n’est pas la couleur verte qui a changé le donne.

Entre les véhicules stationnés sur la piste cyclable, les trottoirs, les bus qui se croisent, les enfants qui risquent leur vie à chaque tour de roue, et la police municipale qui est quasi invisible, il a le constat que ce qui aurait dû être fait depuis longtemps ne le sera jamais sous le règne de Monseigneur !

Tissu de mensonges…

Je cite Monseigneur: « la ville de Lavaur soutient le commerce du centre-ville » :

« Par l’installation ou l’aide au développement de nombreuses entreprises (Pierre Fabre et ses 700 salariés, création de la zone du Rouch…) ; l’installation de l’EPM (3 à 400 personnes concernées). Au total, ce sont 1800 emplois créés ou installés depuis 20 ans. »

Compliqué quand même de faire croire que la zone du Rouch est en centre-ville, encore plus difficile de faire croire que son implantation a favorisé le commerce en centre-ville. Le maire n’a pas jugé utile de faire le bilan des implantations/fermetures, etc… dans cette zone, ni de dire que finalement il reste… des dents creuses ! il n’a pas cité le nombre des emplois créés, en fait il n’en sait rien, il déblatère mais jamais ne justifie ce qu’il dit.

a lenversInstallation ou aide au développement de Pierre Fabre, c’est à se rouler par terre de rire, c’est plutôt la fondation qui a aidé la ville… Et puis 700 emplois à Lavaur !!!

L’EPM… 3 à 400 salariés, le manque de précisions des salariés induits par la surveillance de 60 mineurs est encore une fakenews ! Reste la nuisance de cet établissement qui ne favorise pas le commerce de centre-ville !

1 800 emplois créés, combien de perdus ?

Combien l’ont été sans que la volonté du maire y soit marquée ?

Allons Carayon un peu de sérieux, au moment où on entre dans le vif du sujet du bilan, il va falloir asseoir un peu mieux les argumentaires pour éviter de nous prendre pour des perdreaux de l’année… et pour éviter de te ridiculiser !