30 %, le monsieur qui n’aime pas les vélos !

Pendant la campagne, il nous a rappelé, celui qui devait devenir Monseigneur Carayon V, combien les pistes cyclables, les liaisons douces étaient une de ses préoccupations.

Il avait même ordonné une étude…

Allo ! Bernard ? Où en sommes-nous de toutes ces promesses, de toutes ces études ?

Pourtant la remise sur le métier d’un PLU si mal engagé devait être une opportunité pour développer cet item des déplacements à Lavaur.
Rien ! De vélo, il n’en est question que pour le tour de France !

Et l’opposition, me direz-vous…
La lecture de l’intervention de Mme Albouy-Pomponne au dernier conseil municipal ne permet pas d’être optimiste, juste la main tendue pour avoir une petite enveloppe.
Quant à l’autre volet de l’opposition celle qui ne représente pas LReM mais qui est LReM, il s’est démarqué par une analyse fort juste du budget, des bons constats, une analyse éclairée, mais comme chacun le sait ce n’est pas cela qui va infléchir la « politique » du monarque.

Donc pédalez bonnes gens et si Carayon vous prête vie vous pédalerez encore longtemps en louvoyant entre autos, motos, camions et autres engins agricoles et de chantier sans autre protection que votre bonne étoile !

Ne comptez sur personne pour avoir des liaisons douces intelligibles, aménagées avec le souci du confort pour tous, des parkings « vélos » adaptés et pourvu de bornes de recharge pour les vélos à assistance électrique, des abris éclairés par des panneaux voltaïques…

30 %, Le monsieur qui n’aimait pas les jardins familiaux

Elle est des dernières campagnes (électorales…), la volonté de jardins familiaux, partagés diront certains, ceux qui se sont appelés ouvriers en d’autres temps et dont il reste de bien exemplaires modèles.

Pourtant cela ne reste pour Monseigneur 30% qu’un vœux, qu’une excuse, qu’une espérance de collecter quelques voix précieuses en ces temps de disette électorale.

EELV a interpellé le maire, conseiller régional sur cet attentisme, sur ce manque de volonté de faire… Répondra-t-il ?

Communiqué de presse

Maraîchages familiaux: c’est pour quand monsieur le conseiller régional ?La crise de la covid 19 nous a montré la fragilité de nos circuits de distribution de biens alimentaires.
Nous avons également perçu l’importance de la relocalisation des activités productives. De ce point de vue, la fermeture des marchés de plein vent de Lavaur a été symbolique d’un double échec: celui de l’approvisionnement des ménages et celui des débouchés pour les producteurs locaux.
Cette crise a également poussé l’émergence de solutions alternatives: commerces éphémères et drives fermiers.
Mais malgré cette créativité dictée par l’urgence nous n’avons pas vu de progrès pour ce qui est de l’organisation de jardins maraîchers à la disposition des habitants.
Pourtant dans les villes voisines (Gaillac, Graulhet, Saint Sulpice…) (NDLR Labastide-saint-Georges également sous la bienveillante direction du chef du service des plantations de Lavaur) les exemples ne manquent pas.
Des demandes formulées par les vauréen(ne)s sont exprimées régulièrement. La promesse de création de jardins partagés existe depuis plusieurs années. Mais les projets restent en plan. Dans ce domaine comme dans d’autres (piscine, cinéma, PLU…) c’est:«Partout ailleurs, sauf à Lavaur».Il est pourtant communément admis que la production domestique est un facteur de bien-être. Cela participe de l’amélioration de la qualité de vie1. Organisée dans des lieux communs, ces pratiques développent les liens sociaux et renforcent les pratiques d’entre-aide. Ces bénéfices pour la collectivité sont évidents et les coûts budgétaires sont mineurs.Il se trouve que le Conseil Régional Occitanie développe un programme d’aide «aux solutions pour une alimentation durable2».

Monsieur Carayon, conseiller régional, devrait bien en connaître l’existence mais à notre connaissance la commune de Lavaur n’est pas (encore) candidate. Un acte manqué comme dirait Freud ?

Je n’aurai pas cette indulgence de penser que Monseigneur Carayon V manque des actes, il manque plutôt de volonté de faire ce qui n’est pas dans sa pensée. Il est comme il le dit de tant d’autres une pastèque, vert à l’extérieur et… ben… bleu à l’intérieur, le bleu de la politique libérale qui contraint le peuple et enrichi le riche…

Reste à faire le constat de la publication de ce communiqué… Ou pas.
Quel journaliste aura le courage ou les convictions pour publier ce texte…

30%… empire

La messe est dite et saint Alain et son Jacquemart doivent bien se marrer !

La France d’avant se décline en vauréen, une conjugaison à tous les temps et tristement au présent et au futur !

L’usure des échecs, des actions avortées ou pire encore réalisées en conflit avec l’intérêt général fait qu’avec ses 30% Carayon va nous emmener vers une mandature en pire.

Les conséquences de l’effet « blast » cher à Sarkozy et déployé par Carayon aux dernières municipales sont, à Lavaur, terribles car d’élections en élections, Monseigneur 30% renouvelle cet artifice au détriment de la construction d’un avenir pour la commune.

Il n’est pas neutre de précipiter des travaux dans l’urgence d’un mandat à renouveler. Certes cela a eu des effets électoraux à hauteur des 30% recueillis par Monseigneur, mais il y a deux travers :

  • l’engagement de travaux inopportuns masque la nécessité de travaux de maintien ou de préservation des infrastructures,
  • le déséquilibre que cela crée en regard des listes adverses qui n’ont pas cette possibilité et qui sont obligés de gesticuler pour tenter de sortir la tête de l’eau, d’exister et de pratiquer des promesses qui vont se révéler irréalisables.

Mais quelques mois après l’élection, quand est venu le temps du confinement, un bilan s’impose.

Pour la majorité il n’y a pas de doute, nous sommes bien dans le retour dans le monde d’avant, la reprise des errances avec une légitimité de plus en plus écornée, mais suffisante pour développer les process dictatoriaux.

D’AUTANT QUE…

Pour l’opposition les bonnes intentions ont viré aux mauvaises postures, la politique politicienne a repris le dessus et sous la fallacieuse excuse de tenter « le tendre la main », ce sont les fesses qu’elle présente et nul doute que Monseigneur ne se privera pas de cette proposition.

Il n’est que d’observer l’attitude de la liste LC (Lavaur Citoyenne) pour se convaincre qu’il n’y aura pas d’opposition, le monde d’avant est aussi leur credo !
Le maquillage écologique ne peut donner le change.
Elle s’extasie devant le discours de Fèvre, le saltimbanque qui n’a pas hésité avant les élections à louer son maître, qui n’a d’autre politique que de cirer les escarpins de Monseigneur 30%, sans même percevoir la démarche servile de cette intervention.
Elle vote sans hésitation la scandaleuse dénomination de la rue des « soignants 2020 », en méprisant de fait tous ceux et celles qui se sont dévoués pendant cette période sans être soignants, « pour faire plaisir » !

Elle n’exige pas le compte administratif ni n’initie le débat d’orientation budgétaire en vue d’un vote du budget qui devra intervenir pour le 31 juillet prochain. Elle a le pouvoir le proposer des ordres du jour, de demander des réunions. Non, elle subit, elle suit.

S’opposer ce n’est pas voter « Pour », c ‘est agir « Contre ».

Et puis ces trahisons qui conduisent, sous l’excuse de participer et d’être transparent, à des positionnements pitoyables en conseil communautaire, la participation à l’élection d’un soldat de LReM à la tête de la communauté.

Décidément LC va devoir se choisir un autre nom, car de citoyenne elle n’en a même plus l’apparence.

A part des parlotes et des réunions stériles, rien n’est construit d’original pour mener à bien la transition, les transitions, on ne s’oppose pas en courbant l’échine, en participant à des commissions formatées sans aucun pouvoir d’infléchir ce qui est décidé dans le bureau de Monseigneur 30%. Il faut créer des commissions indépendantes, saisir la population par des pétitions, des sitting, des communiqués de presse… pas faire son béni-oui-oui.

Je fais le désespérant constat que l’adhésion aux promesses du nouveau conseil communautaire, le « faire plaisir » au conseil municipal est le signe que LC est devenue en moins d’un trimestre, « Lavaur Cocue » ou » Lavaur Catin »… à moins que la réalité soit LC².

Je ne peux me désolidariser de cette liste scélérate, c’est déjà fait en septembre 2019, je fais l’amer constat d’avoir voté pour une liste qui n’a pas combattu et qui s’est déjà rendu, vendu. Monseigneur doit être bien mortifié car à vaincre sans péril on triomphe sans gloire (Corneille-Le Cid) !

Nous ferons le compte, mais du temps de l’ancienne mandature, l’opposition avait voté à 96% les propositions du maire, le score de cette mandature à peine commencée risque d’être du même acabit !

Je sais, je sais, je n’ai pas évoqué la liste « Thénard » ! A quoi bon, elle est dans le droit fil de la déclaration du chef qui respecte le vote et s’abstient lors de l’élection du maire, mais cela est normal, LReM et LR même combat national, même combat local ! Détestable que LC adopte une posture miroir… De fait Carayon aura la soutien de sa majorité, le soutien de liste LReM et celui de liste LC…
Un mandat les mains libres… Pauvre Lavaur ! Et par effet boule de neige, pauvre CCTA !

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

Récompense ? il voulait dire punition !

What do you want to do ?

New mailCopy

Monseigneur 30% nous dit par le biais d’un entretien avec le journaliste qui confond être et savoir et qui constate l’effritement d’un électorat à travers une non candidature…  :

« Je ressens la confiance et l’amitié que les habitants me témoignent. C’est ma plus belle récompense. »

Une récompense 30% ?

Plutôt une déconfiture !

Une vraie punition pour qui a été maire 20 ans !

Un terrible désaveu !

Monseigneur 30%, il faut vous y faire et au lieu de manipuler des concepts qui, de mon point de vue vous dépassent, vous devriez faire amende honorable, reconnaître votre défaite et puisque démocratie oblige, tenir votre poste de telle manière que les 70% des vauréennes et des vauréens qui ont boudé votre liste trouvent dans la gestion de la ville ce qu’ils sont en droit d’attendre de tout édile de moyenne envergure en ces temps troublés où la politique politicienne a pris le pas sur le service au public, sur l’urgente nécessité de réussir les transitions, les vraies mesures, les vrais projets partagés par 100% de la population.

Bien j’arrête ces propos aux relents staliniens (sic Carayon) pour m’étonner que le journaliste ait osé reproduire le propos du maire me concernant sans les assortir d’un rappel à la loi démocratique et aux droits fondamentaux de tout citoyen dont la liberté d’expression et l’inaliénable droit d’opinion.

Non Carayon, Monseigneur 30%, le délit d’opinion n’a pas de place dans notre République et non vous ne pouvez pas exiger une déclaration qui irait dans le sens d’une dénonciation de telle ou telle publication, c’est une violation insupportable des lois de notre République et c’est cela qui vous place en dehors de ce que vous appelez « l’arc démocratique » qui ne commence pas au GUD pour s’achever sur les rives du stalinisme.
De surcroît, je ne vois pas comment Madame Albouy Pomponne pourrait condamner ses colistiers… un tribunal, celui de l’interdiction de s’exprimer, et les sanctions ? réciter quelques prières à la gloire de notre Monseigneur 30% ?

libreMais, sans illusion sur le retour de la dépêche du midi quant à mes précisions, j’affirme n’avoir jamais souhaité, demandé la disparition de Monseigneur 30%, j’ai plus raisonnablement souhaité son abandon du rôle de maire qu’il a, pour ce que j’ai pu en constater, tenu de manière fort déplorable, appuyé en cela par des constats récurrents et des audits des autorités de l’État qui devraient bientôt revenir. L’humour, la dérision, la satire sont de bon aloi quand c’est Monseigneur qui en use, quand c’est à son endroit, il grince des neurones et monte sur ses grands chevaux ce qui me permet de le remercier, ainsi que le journaliste à qui je ne demande pas de droit de réponse pour cette publicité pour mes écrits, mais qui devrait être un investigateur, un commentateur au lieu de n’être, me semble-t-il, que la voix de son maître.

Non Monseigneur 30% n’a rien fait d’exceptionnel en ces  temps de pandémie, il a géré dans la peur, mais aussi dans la publicité de toutes ces choses que les autres ont fait : soignants, services de salubrité, services publics et privés qui se sont dévoués spontanément à leurs concitoyens à Lavaur comme partout ailleurs.

Les masques ? Lesquels ? Ceux qui sont périmés, ceux offerts par un copain ou ceux que l’on va recevoir bientôt ?

Alors si Monseigneur 30% n’a pas la prétention de sauver la planète, ce serait bien qu’il participe au sauvetage de Lavaur, avant que cette ville ne devienne qu’une succursale de Saint-Sulpice où viendront se réfugier retraités aisés pour applaudir le passage en coup de vent du tour de France.

Monsieur 30% est installé !

Représentant pitoyablement 30% des électeurs, Carayon a été élu pour la cinquième fois consécutive maire de Lavaur.

Ce qui constitue un exploit, rendons lui cette grâce !

Avoir si mal et si peu fait sauf dans le domaine de la dette et recueillir autant de voix, alors que tout un chacun connait bien les manquements et les impérities, il est naturel de conclure que 30% des concitoyennes et concitoyens sont accrocs aux fêtes et agapes et que les autres ont des difficultés à faire passer le message de la transition qu’elle soit écologique, environnementale ou économique.

Le discours beni-oui-oui du vétéran était à l’image de celui du Jacquemart, onctueux et servile.

Celui du nouveau maire un rien aigri et me voilà dans l’obligation d’apporter quelques précisions pour instruire Monsieur 30%.

Non, Carayon je ne suis pas stalinien ! Concept d’un autre âge pour effrayer la population. J’étais socialiste avant que ce parti ne sombre dans le macronisme.

Non, Carayon mon blog (webszine satirique) n’est cautionné, approuvé ou soutenu par personne et si certaines de mes publications ont été partagées ou m’ont valu un « like » c’est à titre personnel des intéressés qu’ils soient des listes qui s’opposaient à vous ou… de votre liste (vous allez les excommunier ?). C’est leur liberté d’opinion, comme c’est la mienne.

Non, Carayon, je ne vous ai JAMAIS attaqué ! Juste, simplement j’ai énoncé des faits, je les ai replacé dans leur contexte. J’ai émis de opinions, certes satiriques mais c’est mon mode d’expression. Vous avez adopté un autre style fait de mépris et d’autoritarisme, pas moi.

Oui, Carayon vous voilà à nouveau maire, une ère semblable à celle que vous nous avez fait subir s’ouvre, je ne suis pas naïf, il est possible que vous condescendiez à jeter quelques miettes de participation, de communication, de transparence mais moi, Carayon, je ne mange pas de ce pain là !

cesar caraJe ne vous félicite pas pour votre élection, je ne le fais pas surtout parce que, comme notre Président, vous vous référez et vous vous en vantez à ce qui se faisait avant…
Rappelez vous, avant, De Gaulle, avec 49% avait renoncé pour se réfugier en retraite pour faire quelques réussites… Si c’est le jeu de cartes qui vous manque, je peux ouvrir une cagnotte letchi…

Ma retenue pendant le confinement, n’est pas abandon de ce qui me porte, la vigilance.

What do you want to do ?

New mailCopy% des concitoynes

What do you want to do ?

New mailCopy

Bien sûr que si ! La preuve…

Non, ne m’agressez pas, je n’invente rien !

Promis, il s’agit bien de la publicité profession de foi du candidat Carayon et de sa dévouée équipe.

Je n’ai rien inventé, simplement, modestement, j’ai repris les engagements et je les ai rapproché de la réalité.

Mais je vous comprends, vous êtes tellement habitués aux enfumages de notre Monseigneur que vous doutez que ce soit bien réalité. Je vous comprends d’autant mieux que certains engagements sont proprement inimaginables en regard de ce qui s’est réalisé pendant ces six longues années.

Aussi je n’ai qu’une solution, vous en apporter la preuve, et la meilleure est bien de vous communiquer ce document !

Vous la trouverez en lien sur l’onglet :
https://vigilancevaureenne.com/profession-de-foi-du-maire-2014/
ou en cliquant sur la copie de la première page, ci-dessous :

page 1

Les raisons de sa décision…

« Je vais prendre ma décision, pendant les fêtes, en famille ».

Voilà qui est bien légitime et nous ne pouvons que nous féliciter de cette concertation familiale.

Il va donc décider qu’il se représente, et vient donc, pour lui, le moment délicat :

l’exercice périlleux du bilan.

Le bilan… Du dernier mandat, cela va de soi, il ne va pas nous faire de l’archéologie politique pour exposer tout ce qu’il prétend avoir fait en 20 ans. D’ailleurs ce serait bien maladroit de sa part et on sait combien Monseigneur est habile.

En effet, refaire l’inventaire de son passé serait mettre en évidence son passif !

cara suspAttendre début janvier pour connaître sa décision… Le suspense est à son comble, va-t-on résister à cette angoissante incertitude ?

Nous gâcher les fêtes ?

Impensable…

Aussi, j’ai choisi de suivre le cheminement qui a été le sien pour décider.

Évidemment, il ne s’est pas arrêté sur les promesses qui vont soutenir sa candidature. Il sait bien comment faire, d’ailleurs il a amorcé le mouvement de rotation de son éolienne des enfumages en évoquant l’implantation d’une IRM.
Il sait bien qu’il n’a pas les cartes en main et que cela ne dépend pas de lui (ni du député d’ailleurs). L’implantation de tels équipements sanitaires est de l’analyse et du ressort de l’ARS qui jugera de l’opportunité en rapport avec les équipements déjà existants dans le Tarn (Albi et Castres) et de ceux déjà implantés sur Toulouse.
Cela est un bon début pour amorcer la pompe à mystifications.

Et dans les tuyaux de cette pompe coule ses projets qui ne connaissent pas de pause (sic) même en temps électoral :  La gestion de la ville, la défense de ses services publics.
Nous ne pouvons qu’adhérer, ils ne connaissent pas de pause : Ils sont tout simplement figés !

Renforcer le mystère, épaissir l’impatience, Carayon s’y emploie en évoquant le lancement d’une étude pour la création d’une bourse municipale destinée aux étudiants et apprentis.
Un groupe va y réfléchir…

ecrire le sus

Insoutenable attente…

Inévitablement, au lendemain de cette déclaration, Messire de Lavaur prépare une réponse à ses détracteurs qui ne manqueront pas de s’étonner de cette tardive prise de conscience de la situation des étudiants et donc, de cette injustifiable apathie face ce problème de société qu’il découvre à la veille d’élections.
Ces mêmes esprits curieux ne manqueront pas de s’enquérir du mode de financement et revendiqueront des précisions sur la bourse et son montant…
Messire aura la réponse induite dans sa déclaration : un groupe d’étude va s’y pencher. Souhaitons que ce ne soit pas le même que celui qui a étudié la mise à niveau des pistes cyclables, le centre aquatique intercommunal et bien autres études vouées à l’échec dont le mémorable PLU.

Mais justement parlons de ces groupes d’étude qui sous-tendent ses actions, son bilan.

D’abord faire le tri :

  • le centre aquatique ce n’est pas de son ressort. Il est intercommunal, il serait malhonnête de porter l’amateurisme qui a présidé au choix du terrain et au montage du dossier technique et financier au bilan du maire, cela est de la CCTA.
    Toutefois, il devra rendre compte des péripéties financières qui sont de son fait et qui pénalisent fortement Lavaur !
  • ESL, n’est pas non plus un élément de son bilan de maire et le fait que le monopole qui contraint la concurrence à une simple hypothèse, et permet un tarif libre n’est pas non plus de sa responsabilité de maire. Nous ne saurions dès lors le lui reprocher, mais nous ne saurions en tout bon sens le féliciter pour les projets et le travail de la régie autonome, qui ne font pas partie de son bilan municipal, rappelons-le.
  • L’hôpital qui fut en son temps relancé et conforté par la député Monique Collange est lui aussi hors du champ de compétence de la commune. Aucun reproche sur la situation financière et sur le management ne saurait lui être fait. Sans doute faudra-t-il lui rappeler qu’il n’est strictement pour rien dans le sauvetage des urgences.

Il le sait bien et donc sur ces points il se sent rassuré. Espérons qu’il n’aura pas l’outrecuidance de faire mousser ce qui ne lui appartient.

Rocambolesque est le rapprochement de ses promesses de 2014 et des réalisations, et il en a bien conscience. C’est sur cela qu’il va être interpellé, et c’est sur cela qu’il va donc travailler.

Nous allons l’y aider et cela pendant les fêtes de telle sorte qu’il puisse confier qu’il se représente bien dès le début de l’année.

Le scoop de la rentrée est bien : Carayon se représente, il faut s’y préparer, la surprise d’une telle annonce peut jeter certain dans un abîme de désespoirs.

T’es cap, pas cap

LReM se lance dans la bataille pour les élections municipales.
Pas avec un programme mais simplement pour s’inscrire contre un collectif qui vient de se déclarer.
Pas de programme et il semble bien ne pas avoir de quoi faire une liste, juste semer le trouble, exister et puis faire son petit malheureux parce que les troupes d' »En Marche » n’ont pas su trouver une place dans la démarche citoyenne esquissée par le collectif « Les Vauréens ».

Les voilà vexés comme un pou…

Du même côté de l’échiquier politique, votre Monseigneur se donne le temps des fêtes de Noël pour nous dire qu’il sera candidat à sa propre dictature. Mais il faut laisser au père Noël le loisir de descendre de la cheminée gentiment avec comme cadeau empoisonné pour la ville de Lavaur un nouveau mandat sollicité. Ceci dit ce « mystère » est bien celui de polichinelle et ce n’est pas faire concurrence à Madame Irma que de pronostiquer sa candidature.

Mais tout cela sur un fond de jeu…

Dis, « LReM » t’es cap de présenter une liste…

Dis, Carayon, t’es pas cap de ne pas te présenter !

Un jeu d’enfant avec comme enjeu le redressement d’une commune que 25 ans de mandats, 4 campagnes électorales assises sur des promesses non tenues ont éloigné des véritables défis de la société.

pinocch chantUn jeu d’enfant pour cacher les absences d’objectifs, des programmes qui ne verront le jour que lorsque le moment sera venu, pas quand ils sont encore discutables, amendables.

Un jeu d’enfant pour attendre le temps du bien trop tard pour en discuter et donc suffisamment tôt pour ne pas avoir à en justifier les moyens.

Un jeu d’enfant fait de mesquineries à peine voilées quand Monseigneur lance le défi à LReM  :

… Chiche,

comme si une élection était un jeu de société, eux qui la considèrent comme un jeu avec la société !

Faire confiance à ceux qui ont trahi, qui trahissent ?

HOLD UP

Le collectif « Les Vauréens » par la voix de leur cheffe de file, la conseillère d’opposition Pauline Albouy-Pomponne a lancé l’idée d’une maison des associations à Lavaur.

Certes l’idée n’est pas originale en soi, pourtant par ce qu’elle porte, elle est incroyablement novatrice pour notre commune.
En effet, le concept porte en lui la mise en synergie de moyens pour toutes les associations, c’est l’imagination de la mise en commun et de la gestion de locaux, de services spécialisés, bureaux, salles, aide à des travaux administratifs (gestion comptabilité), de matériels (vidéo-projecteur, photocopieuse, accès internet).

La gestion et la régulation des subventions, les documents de présentation des demandes, les propositions au conseil affranchies de toutes pressions parce qu’établies dans la transparence de réunions transversales, sont aussi dans le portefeuille habituel de compétences des Maisons Des Associations : MAD.

C’est aussi l’organisation des nombreuses permanences d’associations d’aide à la personne et d’entraide (CARSAT, CICAS, Assistante sociale, VAE).

La vie associative joue un rôle majeur dans notre ville, elle est portée par l’engagement du citoyen. La Maison des Associations serait ainsi le lieu privilégié de rencontres d’hommes et de femmes engagés dans cette démarche.

Bien évidemment cela induit le transfert de compétences de la commune qui lui seraient  subdéléguées et la mise à disposition de personnels municipaux pour former le service d’animation de la MAD.

Les outils développés sont originaux et traduisent la volonté d’associer le citoyen à la vie de la commune et de mettre en lumière la richesse de cette vie citoyenne débarrassée de toute arrière pensée politique.

C’est cela que porte le collectif à travers ses travaux – enfin c’est ce que j’en ai compris !

Monseigneur de Lavaur n’a pas compris cela ! Mais a bien senti le bon sens de cette proposition, le bien fondé de cette structure citoyenne, alors il y a répondu à la mode Carayon :

Il a acheté un local !!!

Et comme il n’est pas avare de fanfaronnades, il a précisé en conseil municipal :

« Vous avez eu l’idée, je le fais »

De fait… il n’a rien fait qu’une ânerie de plus.

J’explique…

A l’aune de ses actions et déclarations récentes ou celles de ses dévoués adjoints, il est constaté

  • qu’il ne faut pas créer de besoins susceptibles de mobiliser des ressources stationnements,
  • qu’une étude est lancée postérieurement à l’achat d’un terrain pour créer un parking.

maisons assoAujourd’hui, enfin le 5 décembre, il décide d’acheter pour « sa » maison des associations, un local commercial avec appartement à l’étage, avenue Augustin Malroux. Un endroit particulièrement circulé, peu de places de stationnement, un projet de parking qui devait convenir a minima pour l’absorption des besoins actuels mais évidemment inadapté à ceux générés par la mise en service de la MAD, enfin en un mot un coup de pub électoral sans études, sans concertations, un achat à la volée avec maintenant l’interrogation de ce que sera le contenu…

 2019 a bien été l’année des grands n’importe quoi !

Annus horribilis dirait la reine !

C’est un hold up d’une idée, mais il s’est contenté du titre et n’a rien mis derrière, le vide qui préside à bien des initiatives du maire.

Précisons que les subventions représentent une part de budget importante, plus d’un demi million annuel sans compter les aides en nature…

Une gesticulation de plus qui nous coûte cher, fait dans la hâte avec des engagements par anticipation pour faire ce qu’il n’avait jamais envisagé de faire en 25 ans de mandature !

Cadeau de naissance : 1 000€

Pour qu’une association ait droit à une subvention il faut qu’elle satisfasse à certaines exigences.

Des fois oui, des fois non !

Pour l’association du tour de France, c’est NON !

Pour cette association qui est née en grande pompe en présence de tout le gotha carayonnien lors d’une intronisation en la halle d’Occitanie, et qui a comme caractéristique essentielle d’être une association en soutien à une activité strictement commerciale et comme qualité évidente d’être éminemment éphémère, l’octroi d’une subvention est pour le moins surprenante.

1 000€ pour une structure dont l’objet est de récolter des fonds et mobiliser des sponsors (dixit Monseigneur)afin d’ organiser l’arrivée d’une étape du tour de France, c’est ce qu’a voté à l’unanimité le conseil municipal. Événement international qui va être bénéfique à la renommée de Lavaur qu’il dit et répète le Monseigneur. Il a raison de répéter, car cela va être compliqué de le faire croire et accepter par les gens de bon sens. Je ne suis même pas sûr que Messire le croit quand il le dit.

Que l’adjoint Lamotte le dise il y a un intérêt marital, la présidente de l’assoiation est son épouse, mais sincèrement je doute qu’il soit naïf au point de le croire.

L’intérêt général dans tout cela est bien… fantomatique.

Il est bien affirmé que cela a un retentissement important sur la ville, mais rien ne vient étayer cette affirmation.
Les commerçants froncent les sourcils, et les bénéfices le jour même ou différés ne sont pas quantifiables pour autant qu’il y en ait. C’est juste de la poudre au yeux, de la poudre de perlimpinpin pour se faire voir à quelques encablures de la consultation locale.

6 ans de mal « Je vous offre le tour de France, voter Carayon »

(cela porte malheur pour six ans ! NDLR).

Mais vous aurez le tour de France !

Vous aurez des apéros gratos !

Des jeux et des fêtes !