Effet GODILLOT

L’effet godillot ou le syndrome du mouton est marqué dans notre nouvelle législature !

C’est un effet qui fait voter les députés LREM en masse lors de scrutins solennels et qui les fait déserter l’hémicycle pour les scrutins ordinaires, quand bien même ces scrutins ont lieu le même jour !

Un recensement depuis le début de la législature en témoigne, finalement les députés ne sont payés que pour voter les textes déterminants mais s’exonèrent des votes sur les amendements, c’est cela le dialogue à la mode Macron !

effet godillot

Tout rapprochement avec la gestion Carayon serait de fort bon aloi, ce qui me renforce dans l’idée que pour notre circonscription le choix du second tour n’était pas un choix mais un suicide !

 

5 mois plus tard…

Des scores à pleurer ! Nous savons, il nous l’a dit que les sondages, il s’en moque, mais se moque-t-il aussi des statistiques ?

Celles qui traduisent

  • son niveau d’activité ?

score terlier 5 mois

  • sa présence …

acti Terlier

Il pourra nous dire qu’il n’est pas le pire, qu’il fait moins mal que la moyenne (26,45%) mais comment peut-il se satisfaire de ces performances peu en rapport avec ses indemnités ?

Si le détail de ces 5 mois d'(in)activité… vous intéresse, vote par vote :

assemblée vote terlier 19_11

Il a dit aux lycéens qu’il travaillait 70 heures par semaine, sur la base des votes à l’assemblée (en ne prenant pas en compte son peu d’activité en commission et le fait qu’il n’a pas de travail particulier recensé – site de l’Assemblée nationaletrav Terlier)

nous pouvons conclure que sa collègue la députée Verdier-Jouclas travaille plus 121h par semaine…

Quand le mensonge est indécent !

pinca2Rien n’arrête notre Jupiter, malgré sa défaite – cuisante – il arrive envers et contre toute sincérité à la transformer en victoire.

Il assène un 60% de voix (à Lavaur) sans sourciller !

Mais chacun sait que le pourcentage n’a de valeur, ne représente quelque chose que pour autant il se rapporte à une donnée incontestable.

Et les chiffres exacts ?

  • Il a recueilli en 2017 : 2450 voix à Lavaur !

  • En 2012 il en avait recueilli : 2797 !

  • Donc il a perdu 347 voix, le reste c’est du Carayon dans toute sa splendeur…

Ce serait juste politique et on pardonnerait bien volontiers, s’il ne se servait de son « Mag Lavaur » pour asséner ce mensonge, faisant ainsi passer une régression pour une progression aux yeux de tous ceux qui n’auront le temps de vérifier.

Pitoyable, mais son électorat, qui se réduit, saura s’en souvenir et, à occasion il ne sera pas inutile de rappeler les vrais chiffres…

… je m’y engage !

Toutefois il convient de tirer les conclusions de sa tribune libre :

Il nous écrit : « vous avez été 60% (encore plus qu’en 2012 : 55%) à voter pour votre maire aux élections législatives, dans un contexte de brouillard politique sans précédent. Un signe de confiance et d’amitié pour lequel notre équipe vous est très reconnaissante, même si cela n’a pas été suffisant pour gagner ! »

Déjà cela jette un éclairage particulier sur les notions comptables de Carayon et explique pourquoi quand la dette augmente, il dit, écrit qu’elle baisse ;  en effet il estime que 2450 voix c’est plus que 2797 !

Ensuite il est bien imprudent d’en déduire des signes de confiance et d’amitié, bon là j’avoue que je suis surpris de l’affect qu’il met dans nos votes, en effet je n’imagine pas un seul instant voter pour lui pourtant je n’ai envers lui aucune inimitié, haine ou quelque sentiment que ce soit ! Il est un politique avec un programme pour moi détestable, mais c’est son programme qui est détestable et ses attitudes ; juste cela, mais tout cela qui justifie qu’aucune confiance ne peut lui être accordée, ce qui est bien traduit pas les résultats véritables : –  347 voix à Lavaur !

NON CARAYON, le peuple n’a plus confiance, le citoyen se détourne de toi malgré les gratuits et autres péripéties fumeuses.

 

Retour de vacances…

vue1

J’ai eu l’espoir que le retour de vacances apporterait des satisfactions quant à la situation en France, j’ai imaginé que chacun aurait à cœur de tenir les promesses faites, je me suis dit qu’après avoir autant critiqué Hollande pour sûr, une politique sincère serait menée…

Mais il n’en a rien été, au contraire, de parjures en trahisons la politique de LRem s’est concentrée sur l’aggravation des injustices, sur les parodies d’interventions au parlement.

Le ridicule ne tue pas, heureusement sinon, les allées de l’Assemblée nationale serait jonchée de cadavres !

Les candidats à l’élection législative étaient des milliers, il ne furent que 577 à trouver grâce auprès de sa seigneurie Macron 1er, mais quels sont les critères qui ont convaincus les recruteurs ?

Il est constant que l’incompétence est un indicateur pertinent de ce choix, le manque total de charisme aussi.

L’action est ténue, mais c’est là le moindre mal, car il devient évident que moins ils en font nos godillots, moins les dérives sont importantes. Je comprends bien pourquoi Macron a recours aux ordonnances, que débattre avec ces moutons dociles ?

Encore pourrait-on penser que certains par leurs études et leurs formations se sont montrés un petit peu pertinent, et bien pas du tout.

Sur la loi « confiance en la vie publique », le député de la 3ème du Tarn est intervenu, 4 fois. Il eût été mieux inspiré de s’en abstenir ! Sans doute conforté par ses collaborateurs (sa suppléante Valérie De Gerando et… Julien de Gerando ! Ben quoi il a le droit d’embaucher sa suppléante et sa famille), il a décidé de se fendre d’une anecdote :

https://www.nosdeputes.fr/15/seance/113#inter_65973d95df4d109adde8218d573da725

« Notre collègue Collard disait tout à l’heure que la réserve parlementaire permettait d’apporter de l’aide là où il n’y avait plus d’aide : peut-être mais pas seulement. Vous me permettrez de vous raconter une petite anecdote à ce propos.

Élu député du Tarn, l’une de mes premières visites a été au conseil municipal d’une petite commune rurale de ma circonscription. À mon arrivée dans la salle du conseil j’ai trouvé, posé sur la table, un gros chèque en carton portant la somme de 2 500 euros avec le nom du député sortant, et les membres du conseil m’ont accueilli avec ces mots : « on espère que vous ferez aussi bien ! »

Voilà malheureusement ce qui se passe concrètement dans nos circonscriptions. Mes chers collègues, est-ce cette relation d’argent que nous voulons avoir avec nos concitoyens ? Que vous le vouliez ou non, l’existence de la réserve parlementaire induit nécessairement ce type de pratiques, sans parler de clientélisme.

Par ailleurs, mes chers collègues, pour une association que nous satisfaisons, nous en décevons dix qui nous accusent alors de distribuer l’argent à nos copains. Il faut faire disparaître cette suspicion, en commençant par montrer l’exemple.

En conclusion, mes chers collègues, nous, élus de La République en marche, considérons que le rôle d’un parlementaire ne se définit pas par cette relation d’argent avec nos concitoyens qui crée inévitablement de la suspicion et donc de la défiance à l’égard des députés que nous sommes. Nous voterons la suppression de la réserve parlementaire parce qu’en montrant que nous pouvons renoncer à l’un de nos avantages, nous montrerons l’exemple. Cela est attendu par nos concitoyens. »

 

Il est amusant de constater que notre député pour argumenter la suppression de la réserve parlementaire, il use d’une anecdote, mais c’est un peu comme s’il nous racontait « le petit chaperon rouge » en s’arrêtant juste après que cette pauvre jeune fille vient d’être avalée par le méchant loup, sauf qu’il oublie notre député qu’un gentil chasseur (gentil car il ne tue que pour manger et sauver les imprudentes fillettes et pas pour le plaisir) est intervenu et que le petit chaperon rouge a été sauvée !

Car ce qui met l’eau à la bouche, c’est la fin de l’histoire, la chute comme on dit, le moment on l’on rit ou bien où l’on pleure…

Alors au maire impatient de voir renouveler son chèque, il a répondu quoi ?

« Non, pas du tout, nous allons voter la suppression de la réserve parlementaire et plus rien ne vous sera attribué » ?

D’abord je n’ai pas retrouvé sur la liste des attributions de la députée sortante l’un montant de 2500€ à une commune, mais il est peut-être passé au travers ou j’ai mal lu. Ensuite pour ne pas avoir narré sa réponse, il y a fort à parier qu’il a dû botter en touche !

Décidément comme l’a dit Emmanuelle Ménard lors de cette session : À la fin du XIXe siècle, l’écrivain anarchiste Émile Pouget expliquait qu’élire un député n’était que de la foutaise. Il ne faudrait pas lui donner raison.

Mais en résumé, les associations se voient privées de ces subventions parlementaires, avec la suppression de la taxe d’habitation, voilà qui met sérieusement en danger ceux qui œuvrent bénévolement.

Réincarnation !

polmoJe n’y croyais pas, et pourtant cela saute à l’esprit comme une évidence, bien sûr que la réincarnation, cela existe.

Sinon comment expliquer que notre Président soit aussi vain, prétentieux, comment justifier son comportement méprisant alors qu’il ne représente que si peu de français ?

Il doit avoir dans ses vies antérieures été, Napoléon, César, Attila, dommage qu’il n’ait pas d’ascendance plus philosophique, plus humaniste…

Il a su retrouver des disciples qui ont aussi des ascendants dans la royauté, l’empire et c’est pas mieux ! Surtout qu’il les a choisi dociles à l’envi, pas compétent, mais la compétence est sans doute l’ennemi de la docilité.

Inventaire des promesses

pantin ventriloque

 

A moins d’être un ventriloque, il ne faut jamais donner sa voix à un pantin !

 

 

 

Il nous a promis, localement, notre tout nouveau député :

  • De défendre le désenclavement du territoire en apportant son soutien à la réalisation de l’axe autoroutier Toulouse-Castres – Là le plus dur est fait ! Et il va pouvoir unir ses efforts avec Carayon, ils vont aller de concert… Gare aux fausses notes !
  • Promouvoir le développement économique (Portes du Tarn et Technopoôle), le plus dur est fait et bien des choses sont en place, sauf les inaugurations ! Il y sera !
  • Soutien aux associations ? Comment ? Avec la réserve parlementaire qui a vocation à disparaître ou juste par quelques visites et inaugurations ?

A SUIVRE…

D’autant que l’engagement « DÉMOCRATIE LOCALE » prévoit la mise en place de dispositifs d’évaluation citoyens pour rendre compte de mon travail parlementaire et législatif (sic).

crédit photo :  copyright - c&s édition