CARAYON ABANDONNE LA POLITIQUE

dalilamaJe sais cela peut paraître être une fausse information, sur le net serait-ce donc ce que l’on appelle un « hoax » ?

NON ! Ce n’est que du bon sens, de la logique et aussi  le respect des propos de Carayon qui ont été regroupés ci-après. A la lecture, la conclusion s’impose d’elle-même : il abandonne tout, mairie, conseil régional et même toute ambition à l’assemblée nationale, mais cela nous le savions quand il avait été réélu (très modestement certes, mais quand même !) il avait déclaré son attachement à la ville de Lavaur et à la fonction de maire.

REMEMBER…

Tout d’abord Carayon nous disait lors d’une réunion du conseil municipal :

« Parle si tu as des mots plus forts que le silence »

Il a parlé et nous ne saurions lui tenir rigueur de s’être trompé de référence, ce n’est pas un chinois qui a dit cela, ni même un sage, c’est un dramaturge, Euripide, mais retenons que s’il parle c’est que ses mots sont plus forts que le silence ! Plus forts, mais souvent ce n’est que du bruit !

Rien  ne sert de remuer le passé, je m’en tiens au contemporain : dans une intervention récente, Carayon nous a dit :

« Je souhaite que cette décision juridique crée une jurisprudence politique : en clair, que nos choix de candidat soient désormais fondés sur la compétence et non la négligence, l’éthique et non la tricherie, la sincérité et non la duplicité. » à propos de l’ invalidation de l’élection de son ami des LR.

DONC : Compétence et non la négligence

Un maire est compétent en bien des domaines, il peut lui être pardonner des insuffisances, mais il est l’autorité qui doit choisir ses collaborateurs dans un premier temps et dans un second temps, le plus important,  doit leur donner les moyens de leur formation et définir les procédures d’exercice de leur mission. Enfin selon le principe bien connu des 3″C » (confiance sans contrôle n’est que connerie), il doit veiller à ce que tout ce qui est fait sous son autorité le soit selon les règles et la Loi.

Je ne vais pas entreprendre une longue litanie des négligences de l’équipe municipale de la majorité, cela  serait stérile et puis ils ont mon pardon car l’encadrement par le maire est illusoire et dirigé uniquement vers ses ambitions.

Je ne vais pas aujourd’hui reprendre le triptyque de la jurisprudence politique qu’il dit être créée, j’en prend juste le premier terme, celui de la compétence opposée à la négligence !

Je vais me contenter, sur la base de son « compétence et non négligence » vous dévoiler un  secret bien gardé : son abandon imminent (je suppose, s’il fait bien ce qu’il dit comme il lui plait de le rappeler) de toute politique.

Car il ne peut asseoir sa légitimité sur la compétence, son action est notoirement entachée de négligence, je ne plaisante pas, non, non !

Et ce n’est pas juste un incident de management, un petit caillou dans sa chaussure de sept lieux qui doit le mener aux plus hautes destinées !

Non c’est une délégation qui méprise superbement l’évolution de la loi :

Je vous dis : en début de mandature Carayon, le maire élu avec un pourcentage ridicule des inscrits, mais élu tout de même propose à l’assemblée du conseil municipal une délégation qui est conforme aux textes  – conseil municipal du 10 avril 2014  ( L’ARTICLE L 2122-22 DU CODE GÉNÉRAL DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALE), même si, comme le signale l’opposition, il s’approprie la totalité des pouvoirs. Mais bon Napoléon ou Jules César en ont fait tout autant !

Sauf que un an et demi plus tard, la loi change et assortit certaines délégations à des seuils votés par le conseil municipal (Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe). Carayon passe tout cela à la trappe, il n’aime pas les seuils, les contraintes ; alors nous avons le choix : incompétence et donc Carayon abandonne selon  ses principes son mandat et se garde bien d’en briguer un autre, ou alors négligence et alors selon ses mêmes principes bye bye Carayon !

Dans tous les cas Carayon démission…

Si des petits curieux s’interrogent sur la validité des textes, arrêtés et autres textes signés par le maire depuis août 2015, je recense tous ces documents à invalider.

Nous verrons également que les deux autres termes du triptyque conduisent inexorablement à cette démission.