Aux deux tiers vide…

Souvent il nous est proposé, dans un optimisme raisonnable, de considérer qu’un verre à moitié vide est… un verre à moitié plein.

Pour les élections municipales à Lavaur, Monseigneur n’a pas ce choix, c’est deux tiers des électeurs qui se sont détournés de ses promesses et de ses efforts de dernières minutes !

Son agitation n’a finalement pas servi son espérance : un score à l’africaine !

Pourtant… Il a mis les bouchées doubles, voire triples !

La curiosité de l’examen des ordres de service depuis un an et/ou des bons de commandes et le rapprochement avec la période de mars 2017 à février 2018 serait un indicateur pertinent du savoir faire du maire en la matière !

Ce sprint est le témoin de l’amour inconditionnel de Monseigneur pour Lavaur, il ne pouvait imaginer une séparation, il a jeté tous ses atouts dans la bataille… peinture, couche de roulement (vite fait) point à temps, yeux doux et démarche citoyenne pour favoriser le vote par correspondance, services et groupies ont été mobilisés.

Pour finalement enregistrer un échec historique :

Même pas 1/3 des électeurs se sont pâmés devant cette candidature.

biere2Ce qui est suffisant pour être à nouveau maire, mais bien insuffisant pour pavoiser, Monseigneur l’a compris et se fait petit, petit.

Il a réussi à écarter le danger d’une liste « sans étiquette » et donc sans financement de parti, mais il n’a pas réussi à endiguer l’élan de ceux et de celles qui veulent pour Lavaur un projet, un avenir…

Alors dans deux ans, la sanction doit tomber et la démocratie triompher dans un verre plein d’espoir d’une transition à réussir.

Journaliste pour ton prochain papier, réfléchis !

Oh, pas beaucoup, juste un petit peu.

Analyste d’un jour, le correspondant de la Dépêche du Midi s’est livré à un mix d’interviews sur la base d’une analyse personnelle des résultats du scrutin des élections municipales de Lavaur.

Nous savons et nous comprenons, pour un journaliste il faut des formules-chocs, des déclarations provocantes.

Et notre pigiste local ne détonne pas.
Voilà donc que pour ces élections, la gauche enregistre une baisse historique :
« La gauche dans la cité vauréenne descend à un score historiquement bas ».

Évident qu’il est bas, très bas !
Il n’y avait pas de liste de gauche, d’ailleurs l’auteur de cet article ne l’ignore pas puisqu’il a identifié : une liste LR, une liste « sans étiquette » et une liste « divers centre ». Ce qui confirme bien que la gauche n’a pas participé à cette élection.

Mais un scoop sur la base d’une désinformation n’est pas du journalisme !
C’est au mieux de l’amateurisme, de l’incompétence, plus grave une volonté d’induire en erreur. Chacun fera sa religion sur le sujet.

N’empêche que quelques corrections orthographiques auraient donné plus de sérieux à cet article, à moins que la faute cache une astuce… confondre le verbe être avec le verbe savoir est d’un curieux singulier.

Revenons à l’analyse bâclée puisque les pourcentages sont bruts sans comparaison avec les élections antérieures.

Le « journaliste » enregistre la victoire avec plus de 60% de voix, mais il obère le vrai chiffre celui qui prend en compte le nombre de voix, c’est à dire les citoyens qui ont voté POUR Carayon. Et  c’est bien là que l’on retrouve le chiffre historiquement bas (il a dû se mélanger les stylos !) :

  • 2008 : 2752

  • 2014 : 3561

  • 2020 : 2428…

Encore faut-il dire que les bulletins nuls ou blancs sont moins nombreux en 2020 que lors des autres scrutins.

Il est inutile de faire des hypothèses sur l’impact des mesures de confinement sur le nombre de votants, personne ne peut s’y essayer raisonnablement, et puis il n’est pas ignoré l’influence du vote par correspondance…

Donc cet effritement de l’électorat LR et RN est réel, marqué.

La présence d’une liste LaREM est marginale et ne sert pas l’analyse, ce qui est marqué et remarquable est la naissance d’une équipe « sans étiquette » qui a su mobiliser en peu de temps plus de 1000 voix et qui reste dans une dynamique de combat citoyen pour donner à Lavaur un vrai avenir.

Cela est la nouveauté dans ce scrutin et…

C’est historique et vertueux, juste donner le temps au temps. Même si, et je le crains, notre planète n’a pas trop de temps à perdre.

La prudence n’est pas courageuse face aux enjeux qui nous attendent, la gestion à la petite semaine de Monseigneur devra être combattue avec force pour faire bouger les lignes car l’avenir de la ville n’est pas écrit dans les engagements et promesses de Carayon.

Une petite parenthèse ? Je peux me permettre ?
Avec ces résultats, c’est un « En Marche » de plus qui va siéger à la CCTA…

Lavaur a choisi !

Les vauréennes et les vauréens se sont prononcés sans ambiguïté,

Ils sont

CONTRE

  • Une gestion financière  saine et transparente,
  • un projet résolument tourné vers la transition démocratique, écologique, économique et sociale,
  • un programme réfléchi et cohérent avec les défis du XXIe siècle,
  • une ville dynamique et attractive, moteur dans son territoire, tournée vers la jeunesse et intergénérationnelle qui rassemble,
  • une équipe sans étiquette politique, 100% citoyenne, responsable, compétente, ouverte.

Ils sont

POUR :

  • Une dette abyssale
  • une gestion municipale sans concertation, des aménagements de façade et une régression de la ville sur la voirie, la sécurité, l’urbanisme, l’environnement,
  • des promesses non tenues ou recyclées
  • un maire absent et ancré dans des habitudes obsolètes qui refuse le débat et la contradiction.

Lavaur a reconduit la municipalité, nous continuons dans le secret du cabinet de Monseigneur. Il a perdu plus de 1000 voix par rapport aux élections municipales de 2014, mais l’honnêteté de l’équipe LavaurCitoyenne et sa volonté d’une vraie démocratie participative n’a pas suffit à 25 ans de flonflons, de gratuits, de fêtes et de sports.

L’avenir est sombre car la transition écologique, économique, énergétique et sociale ne peut attendre 6 ans.

Chacun de son côté va devoir prendre à bras le corps cette transition en agissant individuellement pour la planète.

Demain j’installe des panneaux solaires…, Je trie encore plus, j’achète local…

Des élections qui sonne le glas du commerce de centre-ville, les résultats vont permettre l’installation de l’Hypermarché et tuer nos petits commerçants. Mais de cela il ne faut se plaindre, c’est la volonté de l’électeur. La majorité a décidé, même si cela ne représente que 30% des vauréennes et de vauréens.

Chut…

Le respect du devoir de réserve sur tous les réseaux sociaux

Bien que la communication privée reste possible sur les réseaux sociaux durant cette période, elle apparaît risquée : il existe en effet une probabilité non-négligeable pour qu’une publication initialement privée soit ensuite relayée et rediffusée à une échelle plus vaste.

Dans de telles circonstances, toute publication après minuit, la veille du scrutin, fait courir un risque inutile au candidat et sa campagne. De même, si la page, le profil ou le forum du site Internet du candidat n’est pas désactivée la veille des élections, celui-ci s’expose à ce que des tiers y publient des propos potentiellement assimilables à de la propagande. Le devoir de réserve s’imposant aussi bien au candidat, à son équipe, aux sympathisants qu’aux citoyens, la sensibilisation du public peut s’avérer nécessaire à son respect scrupuleux.

Fake News, pour une dernière manipulation

Pas très inventif notre carayonavirus, cela sent fort la fin de la pandémie qui nous ravage depuis 25 ans.

Voilà qu’il nous sert après des programmes bidons, des actes non réalisés, une campagne de peinture de dernière minute et de bouchage approximatif de nids d’autruche, voilà donc venu  le temps des fausses nouvelles.

S’inscrire dans une lecture fausse du programme de la liste adverse, celle de « LavaurCitoyenne » est une démarche qu’il n’avait pas encore tentée, la démarche de la dernière chance !

Il affirme, péremptoirement, que l’équipe adverse va rendre le stationnement payant, mais l’équipe qui se réclame de la démocratie participative n’a jamais dit cela, elle ne l’a, à ma connaissance, même jamais évoqué.

C’est un mensonge éhonté et qui prouve, encore une fois, que Carayon lit mal le programme des autres, il l’invente, l’imagine… Ou alors il n’a rien compris.
Il ne le lit, finalement, que pour s’approprier les bonnes idées, ce qui ne lui pèse pas, il sait bien qu’il ne les mettra jamais en application.
Cette campagne, il ne nous aura rien épargné. Pourtant un journaliste estimera que la campagne a été apaisée.
Évidemment l’équipe emmenée par Pauline Albouy-Pomponne a beaucoup travaillé, dans la transparence ce qui induit pour les listes adverses une grande facilité pour copier et s’approprier. Elle s’est employée à décliner ses propositions toutes issues d’ateliers participatifs. Elle s’est interdit toute polémique, ce qui a sans doute participé à cette apparence de sérénité qui cache mal les agressions du carayonavirus qui s’agite dans des réflexes de survie.
Reste que la démocratie participative ne se décrète pas, elle se vit et les séides de Carayon savent bien que le conseil municipal n’est pas un lieu de partage et de participation.
Les moutons de Macron, Thénard et Terlier en tête, n’ont du concept qu’une approche théorique, ce sont simplement des mots pour rouler l’électeur dans la farine. Ils ont ramé pour finaliser une liste qui fait la part belle à la famille… N’empêche que la dernière, la toute dernière photo de famille est privée d’un tiers de ses membres…

Ceci dit, pour en revenir à cet ultime soubresaut,  je le trouve personnellement un peu… petit bras… notre Monseigneur !

Il aurait pu inventer mieux, par exemple :

fake news1« LavaurCitoyenne » promet une escadrille de drones pour sanctionner les chiens indélicats, cela a du peps ! C’est moderne, non ? L’idée me plait bien !

D’accord c’est aussi con, mais en période électorale Carayon nous a prouvé qu’il sait repousser les limites du bon sens.

Carayon, j’ai fait un rêve merveilleux…

Carayon, j’ai fait un rêve merveilleux
Carayon, tu avais quitté nos cieux.
Nous avions enfin un demain
Loin de tous tes regards hautains.
Et jamais une cité

N’avait connu de soir plus doré.
Carayon, je pouvais alors me griser
De ta fuite, de ton échec, de not’succès,
Je donnerai tout pour enfin vivre ce jour :
Carayon, ton départ pour toujours.

C’est un rêve qu’il nous appartient de réaliser, il est à portée de main.

Il n’est que de lire les derniers documents que Carayon, avec « Lavaur au Coeur » dépose dans nos boites aux lettres pour mesurer l’inanité de son programme.
Il a voulu personnaliser par quartiers et cela est terriblement révélateur :

Carayon n’a pas de programme d’ensemble,

il n’a pas de volonté globale.

Carayon continue ses mesurettes qui ressemblent à du clientélisme électoral.

L’amateurisme par rapport à la proposition de « LavaurCitoyenne » est flagrant.
Je me demande qui a l’expérience.
Celui qui le prétend et le conteste à l’autre, ou celle qui propose et démontre avec pugnacité et compétence la faisabilité de ses propositions qui sont l’expression des souhaits de nos concitoyens ?
Ce sont deux mondes différents.

L’un Carayon englué dans le passé, ignorant le présent, hypothéquant l’avenir ;
l’autre, l’équipe « Lavaur Citoyenne » ouverte sur la transition énergétique, écologique, soucieuse du social, du vivre ensemble, emmenée avec détermination vers une démocratie participative.

Nous n’avons pas le droit de laisser passer cette chance, le carayonavirus sera vaincu et ne nous laissons pas effrayer par le coronavirus, allons voter pour LavaurCitoyenne avec la certitude du bon choix.

villplusbelle

Carayonavirus 2020

Une forme encore plus sournoise que la précédente. nous est dévoilé par un point de presse..

Elle tente de s’installer pernicieusement en plein cœur de Lavaur.

La forme 95 avait fait émerger un cinéma à trois salles… 2020 va mettre à l’étude !

Et puis cette mascarade renouvelée, la commission extra-communale :
« une commission extra-municipale dédiée à la condition animale aura en charge d’étudier et de proposer au conseil municipal les conditions de stérilisation des chats errants, les actions de prévention de la maltraitance animale, l’organisation de la garde des animaux domestiques durant les vacances, la question des déjections canines. »

Si la version 95 du virus n’a rien fait depuis 25 ans, il est impossible d’imaginer que c’est une réalisation à venir, sauf que le virus a certainement un lointain cousin qui vole : le coucou !

Car… l’association 30 millions d’amis, pour la stérilisation des chats errants, a mis en place un programme, suffit de s’y greffer.
La garde des animaux domestiques pendant les vacances ? Mais cela existe ! Il y a des particuliers, des associations qui proposent ce service, à Lavaur et dans la proche banlieue de Lavaur !

La maltraitance animale est gérée par la SPA du Garric qui d’ailleurs dispose de deux enquêtrices sur Lavaur ! La référente « Fleur de Bach » de cette même SPA est vauréenne, un éducateur canin exerce à Labastide Saint Georges !
Autant dire que notre virus agite bien du vent et essaie de mettre en place ce qui existe déjà.

Bien sûr reste les déjections animales… Le civisme en un mot !
C’est un problème d’éducation et cela peut déjà être abordé en classe, maternelle, primaire…

Le carayonavirus a encore frappé, il disperse avec générosité ses fausses bonnes nouvelles pour masquer ses véritables intentions.

carayonviruschatPrenons garde, nous avons une chance ce 15 mars de l’éradiquer, ne laissons pas passer cette opportunité.

Il y a une véritable urgence à entamer la thérapie, la transition écologique, énergétique, notre vie de demain ne peut attendre après-demain. Le danger est réel, grave. Nous ne pouvons ergoter sur des termes et des phrases pour repousser le changement proposé par

« LavaurCitoyenne »

Et puis, que diable, offrons généreusement une retraite bien méritée au candidat/maire. Sa photo lors de son dernier point de presse montre combien la fatigue l’a envahi ! Il n’est plus d’attaque, il est atteint par son virus, c’est de l’auto-infection !

Carayon imposteur, selon… Carayon !

Comme un leitmotiv inusable, Sa Suffisance répète que pour être un bon maire, pour être une équipe diligente et pertinente, il faut avoir de l’expérience et bien évidemment être du cru et y vivre.

Et que donc l’équipe Albouy-Pomponne est incapable de prendre les rênes de la ville.

Baliverne !

Ou alors, il est un imposteur !
En 1995, il n’était pas du cru, il ne vivait pas à Lavaur. Il n’est toujours pas du cru et il ne vit pratiquement jamais à Lavaur !

Donc il est incapable de gérer la ville dont il est le maire.
Cela se vérifie année après année, le chiffre de la dette suffit à apporter une douloureuse confirmation.

Il a été et reste incapable de gérer la ville. 25 ans pour signer un record : seconde ville la plus endettée du Tarn si on prend en compte les emprunts de dernière minute qui se remboursent dans l’année budgétaire.

Monseigneur de Lavaur est bien un recordman, mais ses records, les citoyens n’en veulent plus.

Il faut, selon Carayon lui-même, des vauréens et une équipe compétente pour diriger la ville. Il n’est pas vauréen, il est secondé par des saltimbanques pour une grande majorité.

L’équipe emmenée par Pauline Albouy-Pomponne réunit les critères : compétence, implantation, vit intramuros, volonté de conduire la commune vers le XXIè siècle.

Il n’est pas encore trop tard pour rejoindre cette volonté de gestion moderne et riche en indicateurs démocratiques, mais il faut vite chasser celui qui se considère comme un imposteur, donnons lui raison et rétablissons une gouvernance ouverte, participative et sincère.

imposteurCelui qui se cache derrière des bilans approximatifs et mensongers, celui qui fait du « point à temps » juste au moment d’élections et ne maitrise pas les techniques d’application, celui qui ment effrontément pour masquer ses impérities, celui qui a entrainé Lavaur dans une spirale de « toujours plus sans mettre les moyens », celui qui joue avec les mots au lieu de mettre en place des solutions consensuelles, ne mérite pas nos votes ce dimanche 15 mars.

Sonnons le glas des fastes d’un seigneur parisien qui gère en père de famille inconséquent, dont l’histoire ne retiendra que son hold up d’une commune qui était gérée par un maire soucieux de l’état de son endettement. Il n’avait pu réaliser toutes ses promesses mais avait laissé un héritage financier vertueux.
Carayon n’a tenu aucune de ses promesses structurantes et il laisse une dette abyssale.

Alors il n’y a pas de place pour une hésitation, Carayon partira sans que l’on puisse avoir le moindre regret… Ah, si un… qu’il ne soit pas parti plus tôt !

Voter POUR !

Les municipales sont bien une affaire d’équipe.

A 5 jours du scrutin, il est temps d’observer ce qui est proposé et de mesurer la réalité des propositions.

Qui est en présence :

liste2020

Il est une évidence… La « liste Lavaurautrement » propose d’agir ensemble mais sous la houlette de Vincent Thénard ! L’équipe ?
Vincent Thénard, seul sans ses colistiers, voilà qui est de bien mauvais augure !
Et ce n’est pas pas l’idée que l’on se fait d’une équipe municipale.
Donnons du sens à notre vote…

Exit « LavaurAutrement »

liste2020exit the

« Lavaur au cœur » ?  Emmenée par le très parisien maire Bernard Carayon, elle ne s’embarrasse pas de préjugés.Lavaur pour Tous… avec Bernard Carayon.

Une personnalisation de l’élection qui met également à mal le concept d’équipe, de partage et de concertation.
Mais rien de nouveau dans cette candidature, il nous promet bien des choses, il n’est que de lire son programme pour valider qu’il ne fera rien de nouveau, qu’il gérera les dettes en faisant donner la cavalerie des impôts.
C’est une liste avec, quand même la photo de tous ceux qui s’engagent à le servir fidèlement, faire semblant mais selon les normes.
Pas de quoi émouvoir ceux, de plus en plus nombreux, qui rêvent de participer réellement à la vie de la commune.
Pas se laisser berner par les lampions des animations qui sont bien la seule compétence d’un maire qui de mandat en mandat a su démontrer son incapacité à projeter Lavaur dans l’avenir.

Dont acte, voilà une liste qui ne saurait recueillir les votes des vauréens et vauréennes qui impatientent de booster Lavaur et le l’emmener fièrement sur le chemin de la transition énergétique, écologique et sociale.

Exit « Lavaur Au cœur »

liste2020exit theCara

Dès lors il est patent que voter POUR ces deux listes est un suicide municipal annoncé !

Reste une liste ?
OUI !

« LavaurCitoyenne »

Une liste qui s’est constituée de telle sorte qu’elle puisse faire la synthèse des besoins, des envies et des moyens de la commune et de ses citoyens.

Elle a promis la concertation ?

…Elle tient sa promesse depuis 9 mois.

Elle a promis la transparence ?

…Elle a tenu sa promesse dès la constitution de sa liste.

Elle a promis des propositions réalistes ?

…Elle les a faites.

Elle a promis une équipe multi-compétences ?

…Elle est constituée !

Elle a voulu l’enthousiasme et le discernement ?

…Elle a su se garder de toute polémique pour les mobiliser.

Aussi cette liste, emmenée par Pauline Albouy-Pomponne, valide tous les critères qui emporte le vote POUR, le seul qui vaille pour emmener Lavaur vers un demain serein.

liste2020exit theCarapompon

Carayonavirus 95

Ah ! terrible virus qui s’est attaqué à Lavaur en 1995.

Depuis point de répit…

Tous les 6 ans, un cycle pourrait-on dire au terme duquel le germe affaibli par une activité débridée semble devoir être éradiqué. Las, il n’en est rien et tel le phénix, il renaît des attaques mortelles qu’il a livré à bien des organes de la vie de Lavaur.

Il s’attaque principalement à l’organe le plus sensible, le cœur de Lavaur, ses finances et en 25 ans il a su en rendre tragique son état, désespéré devrais-je dire !

C’est un virus sournois, il a l’apparence de la bonne santé, il semble donner bonne mine, les symptômes sont discrets, voire imperceptibles.

Mais pourtant il n’épargne rien.

Tenez, la circulation qui devrait être fluide et régulière est devenue saccadée, dangereuse avec des risques potentiels d’hémorragies pouvant dans des cas de moins en moins exceptionnels entrainer la mort.

Les poumons verts sont atteints par ce virus qui les tuent sans discernement.

Les yeux eux-mêmes sont victimes d’une cécité qui, cette année, a duré un an ! La lueur retrouvée est faible et si le virus reprend force, il est à craindre une cécité définitive.

Bourgeonnent au delà de la structure, des excroissances qui mettent en péril mortel l’ensemble des fonctions vitales, c’est la propagation des STECAL et autre Hyper.

Sur la totalité de Lavaur ont fleuri des yeux que le virus a développé en donnant une apparence de sécurité.

De nombreuses LED font du tissu urbain un sapin de Noël qui pollue irrémédiablement l’environnement d’un malade qui ne sais plus à quel saint se vouer pour retrouver la santé.

Aujourd’hui, la médecine ne s’embarrasse pas de paraphrases pour désigner un état, une pathologie, soyons donc nous aussi lucide.

Le cas est désespéré, pas de vaccin. Et l’état léthargique de Lavaur ne milite pas pour une victoire sur ce Carayonavirus.

Il n’y a pas de vaccin mais il semble bien qu’un protocole soit disponible. Certes ne nous faisons pas d’illusions, la guérison sera longue, elle est possible.

Il faut administrer régulièrement de bonnes doses de concertation et de communication.
C’est la base d’un traitement qui privilégie une écoute attentive de la malade.
Pour ce qui est de rétablir la circulation quelques pontages devraient fluidifier l’ensemble, il faudra simplement prendre en compte la totalité de l’intervention pour ne pas ponter à tort et à travers et créer des caillots néfastes.

L’atteinte aux poumons verts peut être réversible s’il est procédé à des greffes, mais cela devient urgent.

Les excroissances dangereuses pourront être résorbées par des infiltrations massives de synergies et de coopérations au cœur même de Lavaur.

Quelques crèmes appliquées sur les LED sauront gérer leur intensité.

Rien de bien compliqué, un traitement long,  le virus se propage depuis 25 ans, mais qui se révélera efficace pour autant que l’on soit attentif aux modalités d’administration.

carayonvirus
Ce serait une nouvelle naissance pour Lavaur.

Nous l’avons bien compris la réussite nécessite l’adhésion franche et sincère de la parturiente, mais nous la devinons volontaire et prête au combat !

Le nom de cette thérapie qui n’est pas miraculeuse, elle est simplement vertueuse et de bon sens ?

« LavaurCitoyenne »

Ne nous privons pas de cette chance, et commençons dès le 15 mars le traitement afin que ce Carayonavirus ne soit plus qu’un mauvais souvenir.