2020, l’année de toutes les médiocrités

Ce n’est un secret pour personne que l’épaisseur politique de Monseigneur est très comparable à une feuille de papier cigarette qui aurait suivi un régime drastique.

L’opposition n’a rien à lui envier !

Un conseil municipal finalement à l’unisson qui consacre ses activités à des occupations de cours de récréation.

Une victime de ces jeux d’un autre âge, la commune qui périclite, Lavaur qui n’arrive pas à entrer dans ce millénaire qui n’est plus nouveau puisqu’un cinquième vient de s’achever sur des gesticulations pitoyables et partagées entre élus de tous bords.

Il est loin de temps du maire Lozar qui avait construit un avenir qui a été sacrifié sur l’autel de la prétention politique d’un édile qui se laisse aller à des dérives bien curieuses. Il n’est que de lire un de ses derniers tweets pour s’interroger sur sa pensée profonde.

Il ne peut y avoir confusion, nous savons, il l’a dit, son aversion pour l’écriture inclusive ; donc le masculin c’est le masculin et le féminin… c’est le féminin !

Il tweete donc :

L’hommage est légitime, le respect et aussi l’admiration pour nos soldats qui se sacrifient pour la République vont de soi,
mais est-ce le moment de perfidement dénoncer des catégories de français qui serait en désaccord avec cela,
est-ce le moment de leur faire la leçon ?

Ainsi chanteurs (pas les chanteuses), actrices (pas les acteurs), joueurs de foot (pas les joueurs de polo, de golf, de rugby, de hand, de volley, pas les patineuses, les hockeyeuses, les tenniswoman… les restaurateurs, les cheffes étoilées ou pas) doivent se mettre à genoux !

Une stupidité bien peu républicaine, car la République célèbre ses héros debout !

C’est bien facile de donner des leçons, j’invite pour 2021 Carayon notre Monseigneur à s’inspirer d’un de ses chanteurs qu’il a mis à l’honneur lors des fêtes générales, non pas en se mettant à genoux mais en entonnant sa chanson de fin d’année : https://www.facebook.com/watch/?v=1501913943530636

Il défile avec quelques commerçants et l’opposition pour rouvrir les commerces, peine perdue la covid 19 est présente à Lavaur, la covid mais pas le vaccin car l’ARS n’a pas priorisé la vaccination à l’EPAHD de Lavaur malgré le mariage avec Toulouse dont se gargarise bien volontiers Monseigneur.

A cela rien de bien étonnant, d’ailleurs sa carte de vœux est bien imagée par une cloche qui donne sur l’inénarrable Jacquemart,

Alors 2021 ?
L’année des pitreries ? Pour ne pas changer !

Quid des vrais sujets, le PLUi, l’opposition à Terra 2, la dénonciation des éléments de langage qui permettent à une présidente de valider l’envahissement de terres agricoles par des norias de camions…

Soyons réalistes, Nulle part ailleurs qu’à Lavaur une telle médiocrité qui ne saurait être excusée par celle de nos gouvernants !

Lavaur en retard, historiquement en retard !

Je ne vous parle pas de la restauration de la cathédrale Saint Alain, qui elle est en avance, non je vous parle aujourd’hui du PLU.
Certes j’en conviens, ce n’est pas le seul sujet pour lequel Lavaur enregistre un retard aussi considérable que pénalisant pour son développement alors que la concurrence avec Saint-Sulpice se fait de plus en plus pressante et que le monde nouveau de notre commune est sans doute celui où elle deviendra la commune de retraite du pays de Cocagne.

Faisons confiance à Carayon V, il s’y emploie depuis plus de 25 ans !

Mais au moment où le choix du prestataire est venu, il n’est pas inutile de se remémorer les conclusions de la première enquête qui avait sanctionné l’indigence du projet proposé.

L’avis favorable était assorti de réserves telles que le projet a été remisé dans le tiroir des actions qui ne servent à rien et qui coûtent chères.

Il est évident à la relecture de cet avis que le projet reposait sur des erreurs (scénario démographique) des impasses incompatibles avec la conformité du document en regard des lois et de sa projection nécessaire dans le monde nouveau, ce monde que Carayon V n’envisage même pas un seul instant.

Arc-bouté sur des principes non déclinés (les dents creuses) et sur des projets peu recommandables – STECAL et Hyper en entrée de ville, le maire n’avait pas engagé et n’a toujours pas engagé de consultations sérieuses auprès de la population, et n’a pas mis en perspective dans le pays de Cocagne, dont il est si fier d’en être, l’aménagement d’une commune qu’il continue de gérer au jour le jour sous la protection de Saint Alain.

Il est patent que la Covid 19 n’est pas responsable de cette absence d’une concertation indispensable, c’est une volonté politique et je pense que le déroulé de la première enquête démontre à l’envi cette marque de fabrique des projets de Monseigneur.

Mais le syndrome du dentiste nous menace d’un cancer bien connu en matière d’urbanisme, le cancer des fluides, celui qui paralyse la distribution de l’énergie et de l’eau et l’évacuation de notre pollution. Un cancer qui augmentera la déchéance de nos circulations intramuros et nos transferts vers notre pays de Cocagne.

Alors que des études sont censées avoir été menées en ce qui concerne les déplacements doux en réponse à la brutalité des événements de l’automne 2019, il n’est pas publié les résultats… et sur le terrain rien n’a changé, ou si peu et souvent si mal.

Mais que Carayon V ne s’y trompe pas, son premier projet avait mobilisé, son second a intérêt à être sérieux et pertinent, s’il ne veut pas rencontrer une nouvelle levée de boucliers qui pourrait sonner le glas de sa pseudo popularité… cultivée avec soin et véhémence à travers moult photos et reportages flatteurs qui ne traduisent que l’attachement que Monseigneur voue aux pratiques de l’ancien monde.

Vauréens, vauriens ?

A en croire la page Facebook de la ville de Lavaur, il est une évidence, les vauréens sont de grands vauriens.

D’autres pages d’associations subventionnées relaient également le fait que les vauréens se livreraient à des actes d’incivilités récurrents.

Mais ce qui choque le plus est bien le dérapage constant de certains élus.

Je vous livre ainsi mon opinion libre de toute subvention… et de toutes pressions !!!

Ils se la pètent et se croient tout permis, je prends l’exemple le plus récent d’un post sur facebook où la conseillère Guidez se prend pour un Zorro de l’environnement, elle qui n’est qu’un zozo de la transition écologique aux ordres d’un maire qui tombe de plus en plus dans les disputes de cour de maternelle !

De quoi se mêle-t-elle pour faire sa donneuse de leçons quant au transport de déchets verts !
Elle est chargée de faire respecter le code de la route ?

La mission pédagogique en revient au Sitcom qui réceptionne les transports (et les transporteurs) et à la police municipale ou à la gendarmerie pour l’aspect répressif qui va de soi, puisqu’il y a mise en danger de la vie d’autrui.
D’autant qu’avec toutes les caméras dont est équipée la commune, il n’est pas bien compliqué de savoir qui est négligent.

Et ce n’est évidemment pas au hasard d’un post vu par une quarantaine de personne que ce problème sera résolu !

Mais, il y a un mais, c’est moins pénalisant électoralement de faire une observation générale que de s’adresser à la personne concernée, cela n’écorne pas un électorat en perte sévère de légitimité et cette brave conseillère, adjointe qui plus est, a sans doute le sentiment d’avoir œuvré pour le bien public

ERREUR !

Elle vient d’engager sa responsabilité civile et pénale ainsi que celle du conseil.
La jurisprudence condamne les actions qui portent préjudice à quiconque mais aussi, de manière plus récente et particulièrement pour les « responsables », elle condamne ceux qui n’ont rien fait alors qu’ils étaient informés d’une infraction, d’un délit ou d’un crime.
Ainsi donc elle sait et ne fait rien… Imaginons un accident – un petit, nous n’allons pas faire dans le drame – une branche qui s’échappe d’un chargement qui vient faire perdre le contrôle du véhicule suiveur en le jetant dans le fossé…
En n’ayant pas pris les mesures qui s’imposent (instructions au Sitcom avec remise d’un flyers au contrevenant, information des forces de l’ordre, article documentation dans le Mag de Lavaur – il servirait à quelque chose pour une fois – article dans la dépêche du midi, etc. il est patent que la conseillère qui a jugé utile de se mobiliser sur le sujet (alors que ce n’est pas de sa compétence) serait entendue ainsi que les responsables municipaux.

A faire n’importe quoi, à s’occuper de tout et de rien le maire a abimé la fonction de premier magistrat. Dans la foulée de cette déchéance républicaine, les conseillers dévaluent leur mission et font perdre le sens aux choses en bradant les responsabilités.
Le maire se pavane et emploie à chaque mauvaise occasion :
« Lavaur est en avance ! »

Mais c’est d’une rare niaiserie, et ce n’est pas ce qui est pertinent pour notre commune, il suffit que Lavaur soit à l’heure pas en avance, à l’heure de la transition économique, écologique et énergétique, peu importe qu’elle soit prétendûment en avance sur le port d’une caméra piéton !

Et pour être dans le bon tempo, il y a une action qui s’impose : la mise à plat d’un PLUi, et puis la dénonciation de TERRA 2 qui aurait, notamment, le mérite de relancer le petit commerce et le consommé local

Voilà une tâche dans le portefeuille de compétence de la conseillère Guidez, elle s’y met quand à son vrai job ?

Carayon sort du corps de ceux qui pensent au passé !

Pourquoi ne pas se souvenir que VGE disait :

« Une véritable crise de civilisation a commencé au début des années 2000 : notre civilisation a cessé, depuis, de se considérer comme créatrice d’art, de constructions. Elle ressent la nécessité de protéger ce qui existe, de l’entretenir à la limite, mais plus la nécessité de créer ».

Terrible constat qui s’applique à la politique de 2020. Poussé à son paroxysme dans une petite commune celle de Lavaur.

Rien de nouveau, nous marchons sur les traces de celui qui a entamé sa marche en 1995, vers un abîme celui qui va nous conduire loin des chemins du modernisme, du respect de la nature, des équilibres propres à rendre la vie possible.

Phénomène de mimétisme, besoin de faire valoir, l’équipe municipale majoritaire perd de vue les savoirs-faire et les savoirs-être qui devraient présider au devenir de la commune.

Nous sommes tombés dans les petits actes érigés en exploits pour faire semblant de faire vivre une commune meurtrie par autant d’incompétence.


Il n’est que de prendre « Lavaur le Mag » pour appréhender ce qui est important !

A la « UNE », un mensonge éhonté : la suggestion que c’est grâce au tour de France que Lavaur est attractive, une manipulation insupportable. Relayée, assénée, devrais-je dire par un « correspondant » qui ose un titre en forme de FakeNews.
J’ai l’opinion que cette méthode ne grandit pas celui qui l’emploie et j’espère qu’il a su, au moins, tirer partie d’une telle prose.

Pourquoi ne pas dater les « réalisations » qui font la part belle à un maire qui n’hésite pas à s’afficher 17 fois !
Parce que réaliser cette année ce qui était programmé dans les budgets précédents, ce n’est pas de la bonne gestion, c’est de la cavalerie logistique, de l’incompétence insigne.

Dénoncer la gestion par l’État de la crise est une facilité déconcertante, c’est tellement voyant !
Mais c’est oublier un peu vite les responsabilités locales, des masques qui sont devenus périmés auraient dû être renouvelés par la mairie, peut-on donc s’affranchir de ses propres manquements en mettant en avant les manquements des autres.
Sûrement pas quand on est un maire responsable !

C’est là bien les contradictions de sa Majesté Carayon V, il revendique plus de responsabilités, plus d’autonomie et ne fait même pas le nécessaire !
Ben oui quoi ! Le PLU il est où ? Il va encore nous le sortir de son chapeau pendant des vacances ?
Pourquoi ne pas suivre l’évidente proposition de l’opposition qui préconise un PLUi, un peu d’envergure aux projets ne serait pas de trop !

Carayon V, l’homme du passé qui creuse le passif…

Savoir déléguer ce que l’on ne sait pas faire !

Une qualité qui n’est pas dans le portefeuille de sa Majesté Carayon V.

Il a l’opportunité de transférer la compétence PLU à la CCTA et il s’y oppose.

Pourtant, il a démontré combien il était incapable de mener à bien ce projet d’une importance aiguë pour emmener Lavaur vers une transition écologique, énergétique et économique.

Plutôt que de laisser faire ceux qui savent, il garde pour lui cette « compétence ».

Le conseil municipal approuve la décision, même 2 conseillers d’opposition s’abstiennent… Il serait intéressant de savoir qui et surtout qu’ils s’expliquent sur leur vote scélérat !

Le 31 décembre 2020 il sera trop tard, sauf recours juridictionnel.

Mobilisons nous pour que la CCTA puisse conduire l’élaboration en concertation avec les vauréens et les vauréennes.

Signons la pétition :

https://www.mesopinions.com/petition/politique/transfert-competence-plu-ccta/116797

SCOOP !

De « source sûre » notre Majesté Carayon V va profiter de la réunion confidentielle du conseil municipal pour faire des annonces fortes.

Sous le thème des « informations » il va nous livrer les moyens qu’il va déployer pour mettre ses actions en accord avec ses propos, nous dire comment il va poursuivre sa marche pour le petit commerce au delà des allées Jean Jaurès… entre autres !

Si, il peut le faire, il va le faire !

Chacun a pu noter avec une satisfaction enthousiaste sa venue dans les problématiques Vauréennes, enfin un maire sur le terrain, un maire qui prend à bras le corps la transition économique et écologique, un maire qui poursuit sa démarche de transition énergétique, un maire dont toute commune rêve !

C’est avec impatience que nous attendons les résultats de l’étude sur les déplacements doux annoncée en début d’année suite aux tragiques accidents, nous serons attentifs aux propositions qui seront soumises aux citoyens,
nous ne bouderons pas, non plus, l’annonce sur le devenir du PLU et l’orientation qu’il entend donner vers un PLUi pour apporter une valeur environnementale « pays de Cocagne » plutôt qu’un confinement vauréen sans ambition et sans devenir,
nous serons gourmands de sa solution pour les petits commerces, de sa mise en perspective des postures des uns et des autres qui ont conduit en toute indifférence aux réels problèmes économiques aggravés par la Covid 19,
notre soif de fluidité de la circulation nous conduira à examiner avec rigueur les projections d’implantation de parkings écologiques, il a acheté faut bien aménager !
nous saurons patienter pour que la maison des associations puissent enfin devenir une réalité après un achat « coup de coeur » qui met à mal le principe stupide d’un maire qui prétend qu’il y a des dépenses qui rapportent et des économies qui coûtent chères (mais cela c’était une pensée de Carayon IV qui, de fait pratiquait avec maestria le principe des dépenses qui coûtent chères et des économies qui ne rapportent pas un sou !),
il mettra le doigt, et nous ne saurons que le remercier sur ses errances qui ont conduit le conseil municipal, sous sa houlette, à défendre – avec Terlier notre député à forte tendance moutonneuse – un projet d’autoroute impasse pour relier Castres à Toulouse sous le prétexte fallacieux de désengorger le centre ville de Lavaur (si, si, c’est comme cela que parlait Carayon IV et même Carayon III).

Il semblerait, même, qu’il osera dire tout haut ce que chacun pense, que Terra 2 c’est juste une opération stupide qui va conduire la région dans un marasme écologique et économique durable, il devrait faire son comme back sur ce sujet et en profiter pour mettre à plat les pratiques commerciales locales.

Dans mon rêve (fou) de ce que ne seront pas les « informations » délivrées ce soir, j’ai eu comme une apparition, celle de dame « bon sens », fugace certes, mais terriblement prégnante, le bon sens qui conduirait à acheter local parce que le local c’est la vie de la cité, mais aussi parce que le local prend en compte la réalité de la vie des citoyens, leurs besoins, leurs capacités financières, un commerce local qui divorcerait d’avec Amazon et autres e-commerce en ne se faisant plus leurs points relais, un commerce local qui ne chercherait plus le beurre et l’argent du beurre en pleurant d’être privé de la culotte de la fermière.
Mais un commerce qui serait véritablement soutenu par Carayon V, par les commerçants et par le client.

Ceci dit soyons sans illusion, une réunion du conseil municipal pour faire le nombre réglementaire et pour expédier les affaires courantes obligatoires, un conseil sans que l’opposition sorte de sa léthargie pour initier et porter des sujets après avoir sollicité les vauréens et les vauréennes, un conseil carayonnesque.

Dans tous ces conseils… un maître mot IMPROVISATION, à jamais bannie la transition écologique, économique et énergétique, nous glissons inexorablement vers les conséquences des impérities politiques de Carayon et de son fan club qui a recueilli, forcé, une opposition chamallow.

Réunion des confinés…

Le conseil municipal se tiendra dans le respect des « gestes barrières », en présence d’un public limité : représentants, de la presse, membres du personnel communal et de l’Etat nécessaires au bon fonctionnement de la séance, membres de la précédente assemblée ne siégeant plus dans le nouveau conseil municipal, un membre du public par conseiller municipal. Cette séance fera l’objet d’un enregistrement vidéo. Port du masque vivement recommandé.

C’est donc ce vendredi 20 novembre 2020 que le conseil se réunira à 18h30 pour parler de bien peu de choses et de rien de bien important en la halle d’Occitanie interdite aux citoyens et à la Covid 19.
Un ordre du jour jugé par LDDM comme léger :
« L’ordre du jour de cette séance n’est pas particulièrement chargé. Au menu des discussions : adoption du procès verbal de la séance du 9 octobre ; règlement intérieur du conseil municipal ; décision modificative budgétaire ; engagements anticipés de dépenses d’investissement ; subventions aux associations ; participation des communes extérieures aux frais de scolarité (article 23), dotation aux écoles privées de Lavaur sous contrat d’association : tarif du cinéma : complément ; bourse à permis de conduire : attribution des prix : acquisition d’une bande de terrain impasse de Lagarrigue ; communauté de communes Tarn Agout (CCTA) : demande de fonds de concours investissement, opposition au transfert de la compétence Plan Local d’Urbanisme (PLU) ; ouverture dominicale des commerces ; admission en non-valeur ; informations.

Pourtant j’y vois au moins deux sujets d’une rare importance : le contrôle du fonds de concours, des fois qu’il soit amputé pour couvrir les dépenses supplémentaires de la « piscine » et puis et surtout:

L’opposition au transfert de la compétence PLU,… sans doute y a-t-il une faute de transcription, il faut lire maintien de l’incompétence PLU à la commune de Lavaur !

Un petit coup d’œil sur les subventions ne sera, non plus pas de trop !!!

Mais soyons sans inquiétude cela va passer sans problème, la mère Denis va encore glisser sur le tapis de l’inconsistance de l’assemblée… !!! Cela sent le vote à l’unanimité sur bien des sujets ! (Ceci dit j’aimerai bien avoir tort !)

Ah, si ! Souvenez-vous du « clash » de la dernière réunion… Alors Madame Albouy-Pomponne et Monsieur le Maire auront-ils trouvé un terrain d’entente ?
Et la mention sur le procès verbal sera-t-elle à la hauteur de la fuite de la conseillère de l’opposition et des applaudissements des conseillères de la majorité ?
Je pose le problème joliment, car en fait la question est de savoir qui va manger son chapeau !

NON !

Non, non et non…

Le petit commerce se meurt à Lavaur et la covid 19 est un marqueur de l’abandon par tous de cet élément essentiel et structurant de la vie locale.

Les « actions » opportunes du maire ne sont que poudre aux yeux, il sort son écharpe mais ne résout pas de problème, pire il est de ceux à qui l’on peut reprocher les décisions qui conduisent le commerce de proximité dans le mur.

Outre les drames écologiques générés par la gestion de la ZAC des portes du Tarn, il est patent que l’implantation d’un site Amazon signe l’arrêt de mort des petits commerces du pays de Cocagne.

Face à la souffrance intolérable de ceux qui perdent aujourd’hui tout sans avoir les moyens de réagir et de se battre, les solutions proposées sont d’une indigence insigne et n’ont de valeur que pour le temps du confinement. mais les commerces devront dépasser la crise et tenter de surmonter une catastrophe sanitaire sans la remplacer par une tragédie économique.

Et que propose Lavaur sur son site et la CCTA ?

NON, pas cette année et pas pour Noêl,

Tous les jours de l’année, de toutes les années, à chaque fête, il faut faire vivre le commerce local.

Les leviers sont nombreux, ils sont dans les mains :


des responsables d’associations par exemple qui doivent systématiquement commander en local que ce soit pour les arbres de Noël des enfants ou pour d’autres manifestations,
des acheteurs citoyens qui se doivent de privilégier le local à chaque fois qu’il est plus compétitif, et bannir le e-commerce qui est un vecteur fort de la mort de notre planète,
des commerçants qui remettraient le slogan « le client est roi » à l’ordre du jour de leur posture,
des pouvoirs publics qui rangeraient leur écharpe et donneraient la connaissance des besoins aux uns et les moyens de les satisfaire localement aux autres.

Il est urgent d’arracher les cautères sur les jambes de bois en usant d’effets d’annonce pour adopter des attitudes responsables et pérennes.

En attendant, c’est vrai, pour ce Noël les commandes ô marchands seront opportunes et doivent constituer le commencement d’une bonne habitude…

Monseigneur, j’t’adore…

Ses arrêtés bidons, sa manifestation fantoche, ses gesticulations désordonnées en direction des petits commerçants sont-ils finalement l’expression d’un revirement de sa non-politique économique : désintéressement devrais-je dire en regard de son absence lors de la réunion, il y a un an, avec les commerçants pour expliquer, par Intermarché interposé, la nécessité d’asphyxier l’entrée de Lavaur et de paupériser le commerce de centre-ville en autorisant l’implantation d’un Hyper.

Certes Monsieur « tour de France », qui le représentait, n’avait pas brillé à travers des arguments de bon sens, mais le résultat a bien été le renvoi d’un projet de PLU sans queue ni tête.

Parce que la dégustation de chapeau semble bien être son plat préféré, je me suis permis de penser et j’ai émis l’opinion que tout ce buzz en plein pic de Covid 19 n’était que les prémices d’une candidature à une fonction – député – convoitée en vain.
L’activité de Terlier à Castres devait être contrebalancée par des gestes forts et il y avait une opportunité à saisir lui est-il apparu vraisemblablement.
Le tribunal par saisine de la préfète a, sans surprise, suspendu ce qui n’aurait jamais dû exister, la manifestation n’a rassemblé qu’une vingtaine de commerçants…

Mais je voudrais voir plus loin que le bord du chapeau qu’il vient encore d’avaler..

Et si… Notre Bon Maire n’avait pas, tout simplement, pris enfin conscience de l’importance du petit commerce en centre-ville ?
Et si… Monseigneur avait enfin daigné se pencher sur ses sujets les plus meurtris actuellement ?
Et si… L’enthousiasme d’une cause légitime, lui avait fait perdre le bon sens et conduit à des actions dont la stupidité avait comme excuse l’impatience de faire bien après tant de procrastination ?

Cette hypothèse ne peut être écartée, j’y crois. Aussi je ne vais pas être surpris quand, Bernard Carayon va enfourcher son destrier de la bonne cause pour bouter hors de la ZAC les Portes du Tarn l’implantation d’un Amazon mortifère pour l’ensemble des commerces.
Sûr qu’il va nous concocter une manifestation dans le respect des gestes barrières sur le site et qu’il va savoir mobiliser plus que la poignée de commerçants qui avait fait le déplacement aux trois grâces !

Un petit cierge à Saint Alain qui nous doit bien cela, et nous attendons avec une grande impatience l’action qui fera de Carayon notre prochain député…

Parce que là, franchement, Bernard Carayon on va t’adorer !

Et, si ce n’est pas la cas,

Alors, mesdames et messieurs les commerçants de Lavaur, il faudra bien s’y résoudre :

GEMAPI…

Non, ce n’est pas un gros mot.

C’est une augmentation sur nos impôts : 2019 montant 0
2020 apparait cette fiscalité au titre de l’impôt foncier – communal !

Je ne vais pas entrer dans le détail de cette taxe inondation, mais je ne vais pas priver les curieux de son assiette, de sa justification :
https://www.toutsurmesfinances.com/impots/taxe-gemapi-definition-calcul-montant-de-la-taxe-inondation.html

Donc Monseigneur a levé cet impôt pour faire face aux dégâts causés par les inondations à Lavaur… Principe de précaution ?

Ben non puisque que Carayon est contre le principe « du principe de précaution » par principe sans doute, d’ailleurs il le prouve en ce temps de crise sanitaire.

Allez, consultez vos avis d’imposition et vous verrez que je n’invente pas un impôt pour chiffonner le maire qui nous impose cette charge nouvelle discrètement et se garde bien d’en faire la publicité et encore moins la justification !

Bon c’est pas ruineux, mais sur le principe, nous retrouvons bien la patte du maître, faire sans dire, imposer dans le plus grand des secrets.

Il lui restera à justifier de son utilisation !

Bien sûr l’opposition ne s’est pas interrogée sur cette taxe… il lui restera à exiger la justification de son utilisation !

La preuve en deux images :

2019

2020