Remplacer de la matière grise par de la peinture !

Hélas, à défaut de mener une vraie réflexion, nous assistons à une carayonnerie du plus bel effet !

Tous azimuts, Il peint et il repeint notre maire !

Nulle part, il organise, il concerte, il échange !

Il se lance dans le street art horizontal ! Et comme chacun sait l’art ne s’explique pas, il serait d’ailleurs bien en peine de nous présenter un semblant de plan de déplacements et de déploiement de pistes cyclables.

Et personne pour s’en offusquer, rien ne bouge, chacun suit son chemin en ruminant ces interminables errances d’un maire et de son conseil qui est de plus en plus méprisant pour le citoyen et pour la ville.

Quelques velléités… qui sont plus des exercices de style qu’une véritable volonté de changer les choses.

Enfin, une opposition s’est déclarée, une candidate à la succession…
Espoir ?

Faut voir !

Et personnellement il m’est difficile de percevoir l’audace et l’innovation dans le blog du collectif qui vient de se déclarer…

« Notre ville a besoin de retrouver du bon sens et de la réflexion dans les choix importants. Nous proposons aujourd’hui un collectif, de l’audace et de l’innovation pour cette transition qui se fera dans le respect de chacun »

Le blog de l’innovation et de l’audace !

Si la jeunesse est effectivement un espoir et une ressource pour la ville, je suis sidéré par l’affichage hier du projet du collectif à ce sujet :

les vauréens jeunes Blablabla… des orientations générales et des inspirations pour le moins peu convaincantes !

Mais, après tout, ce n’était sans doute qu’une maladresse d’un site en construction.

Hélas il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour constater que les blablablas étaient remplacés par de la bouillie digne du plus dévoué des « en marche ».
Dalida n’aurait pas eu de mal à illustrer sa chanson « des paroles, des paroles », mais nous sommes bien loin de l’audace et de l’innovation… Alors que ce collectif réfléchit depuis plus de 6 mois !

Que dire de la déclinaison de l’urbanisme et du cadre de vie portée depuis plus d’un an par plus de 1000 observations lors de l’enquête sur le PLU et 4 pétitions…
Un an de réflexions pour aboutir à un cataplasme en latin !

Décidément ce n’est pas avec cela que Monseigneur va avoir des insomnies, et il n’a pas fini de nous prendre pour des benêts !

Il y a urgence dans la maturité pour éviter de sombrer définitivement dans le même amateurisme que celui qui est dénoncé !

Le choix devient cornélien…

NON ! Gérer une commune ce n’est pas avoir une idée par jour !

Gérer une commune c’est avoir un programme pour toujours pas des idées, jetées à la volée, pendant 25 jours. Lavaur n’échappe pas à cette évidence.

Certes la déclinaison est amusante, j’apprécie l’humour de la démarche, mais j’ai bien du mal à me projeter pour un mieux vivre sa ville à travers ce qui est publié à ce jour.

Évidemment, je suis curieux de ce que vont nous apporter toutes ces journées scandées par une idée et admiratif de ce challenge : tenir 25 jours avec une idée nouvelle, je n’aurais pas osé le défi !

Mais est-ce un programme qui se dessine pour une liste qui serait en gestation ? Pourquoi pas !

Serait-ce la fameuse liste parrainée par « En Marche » ?

Franchement, en entr’ouvrant les trois premières fenêtres proposées, nous sommes dans la mesurettes, pas d’idées nouvelles et on ne sent pas un fil rouge qui pourrait amorcer la transition écologique, économique et énergétique !

A ce jour, si Monseigneur adopte ces idées (ce qui ne serait pas révolutionnaire et pas contraire à ses idéaux libéraux), « Et Pourquoi Pas » vote Carayon ?

Je ne pense pas qu’une élection soit une cour de récréation, l’enjeu est plus important que quelques idées sans cohérence les unes entre elles, soyons sérieux et ne réinventons pas la poudre :

  1. Pour défendre notre système social! A la place de financer des bus pour que les Vauréens puissent aller soutenir une Miss France, nous proposons de financer le transport de ceux qui souhaitent se rendre aux rassemblements qui soutiennent les luttes sociales (gilets jaunes, manif du 5 décembre,…) à Albi Et Pourquoi Pas à Paris!

    Il y a un collectif qui propose de construire, ensemble, un plan de déplacements !

  2. Pour défendre notre santé ainsi que la biodiversité! Interdiction des OGM en plein champ sur le territoire communal Et Pourquoi Pas intercommunal! (Les VrTH comprises!)

    Le collectif « les coquelicots » en a fait son étendard !

  3. Pour que l’on puisse voir les étoiles! Stoppons la pollution lumineuse en interdisant les enseignes publicitaires lumineuses qui consomment de l’électricité pour rien!!! Et Pourquoi Pas envisager un label « villes et villages étoilés »…

    Un collectif a un programme de transition énergétique !

calendrier de l'avent lavaurMais si pour partir au combat il faut s’unir, si toutes ces idées (25) peuvent apporter de l’eau au moulin de ceux qui veulent moudre le grain d’une ville sereine et participative, si elles sont si géniales qu’elles méritent un calendrier, alors j’estime que l’union est à portée de concertations.

Incommensurable désespoir !

L’impossible, l’incroyable, l’invraisemblable, l’inimaginable, l’inadmissible, l’effarant, l’exorbitant, le grotesque, est arrivé.

En fait je n’ai pas de mots pour qualifier le foutage de gueule dont nous sommes victimes.

A 20 cm près un adolescent avait la tête écrasé, il le sait Monseigneur, il a visionné l’enregistrement de la vidéo. Plus de 50 jours après, la réponse est injure pour tous ceux qui ont alerté, proposé des solutions pour que cela n’arrive plus jamais.

ET CARAYON BRICOLE !

Un remaniement de parking, un coup de peinture avec le logo d’un cycliste anémié et, pour lui le tour est joué.

Une largeur bien en deçà des normes, un rond point présentant le même profil que celui qui a généré l’accident.
Une surdité qui met en jeu la responsabilité de l’édile qui sans doute a le tort de penser que cela n’arrive qu’aux autres.

En un mois à Lavaur deux accidents qui pointent du doigt l’inadéquation des pistes cyclables avec la circulation.

S’ils ne peuvent pousser les murs, nos élus pourraient au moins pousser la réflexion et comme ils paraissent bien incapables de prendre une mesure de bon sens, qu’ils mobilisent des experts, des sachants ! Qu’ils réunissent les citoyens, qu’ils aillent chercher ailleurs que dans leurs cerveaux endormis, l’étincelle qui donnera à Lavaur, aux vauréennes et vauréens, aux collégiens et lycéens la sécurité qu’ils sont en droit d’exiger.

Gérer une ville comme un monarque tout puissant n’est pas la solution, en démocratie, c’est une faute.

Monseigneur, tant de nos sous sur lesquels lorgne un gouvernement de riches dilapidés pour une cathédrale, pour un tour de France, pour des apéros et autres fêtes de quartier plus ou moins réussies sans une l’obole pour un aménagement sécuritaire, est-ce bien cela que vous appelez une gestion vertueuse ?

Moi j’appelle cela de l’amateurisme, du bricolage dont les conséquence sont l’évidente mise en danger de nos concitoyens.

Jeudi 5 décembre… Et c’est la même chanson !

Chaque fin d’année, le même rituel : une réunion du conseil municipal avec la liquidation des affaires courantes… mais parfois au détour d’un point de l’ordre du jour… Surprise, surprise !

Allons, examinons donc ce qui est proposé et tâchons de déchiffrer ce qui est caché au commun des vauréens et des vauréennes !

  1. Approbation du procès-verbal de la séance du 19 septembre 2019. Notre Monseigneur va souhaiter l’unanimité de bon sens… L’opposition verra-t-elle une mystification de ses interventions ? Affaire à suivre !
  2. Décisions modificatives budgétaires. Un grand classique comme le point 3,
  3. Engagements anticipés de dépenses d’investissement (budget principal),
  4. Subventions aux associations ! Je n’ai pas le détail, mais je serai bien déçu d’y voir une subvention à la toute nouvelle association du tour de France, ce qui constituerait un tour de c… et une façon détournée pour que les citoyens, tous les citoyens participent à un évènement sportif, il est aussi intéressant de voir si « Au Cœur » sera gratifié « au portefeuille », mais bon tout cela n’est qu’imagination : rien ne presse, il y une autre réunion avant les élections qui pourra abonder en tant que de besoin les budgets d’associations dans le rouge !
  5. Participation des communes extérieures aux frais de scolarité (article 23 ?), le point 6 est aussi une obligation de consultation,
  6. Dotation aux écoles privées de Lavaur sous contrat d’association,
  7. Tarifs : participation famille chantiers loisirs et droits d’entrée à la piscine,
  8. Contrat enfance-jeunesse : reconduction,
  9. Achat de denrées alimentaires pour la cuisine centrale : attribution du marché. Sans doute des changements de prestataires… Chacun son tour ?
  10. Acquisition d’une parcelle avenue Georges Spénale (plantation d’arbres et aménagement d’un cheminement doux). Voilà une mesure qui devrait être généralisée et de bon aloi.
  11. Acquisition foncière abords de l’église de Pibres .
  12. Vente d’un ensemble immobilier sis 11 et 13 rue Père Colin .
  13. Acquisition d’un immeuble sis 10 avenue Augustin Malroux
  14. CCTA, modification des statuts, rapport de la CLECT (Commission locale d’évaluation des charges transférées), fonds de concours (soyons vigilants !), rapport d’activité 2019.
  15. Ouverture dominicale des commerces.
  16. Commissions municipales : modifications
  17. désignation des membres du conseil municipal au conseil d’administration de la Régie Municipale d’Energie de Lavaur : modification. Sans doute le moment de se poser la question du monopole ?
  18. Informations… Notamment les marchés signés dans le cadre de la délégation du maire, intéressant de savoir… quels marchés ou contrats.

odj 5_12Une réunion à « sous-entendus » qui requiert la présence du plus grand nombre de concitoyens.

Soyons de la réunion !

Merci Bernards, merci Bernards !

A quelle désolation de regarder vos errances urbanistiques !
A quelle angoisse de se remémorer vos déclarations !
A quelle inquiétude de vous savoir à la manœuvre pour une étude de déplacements dans Lavaur !

Parce que, quand même, vous êtes bien les pilotes de ce qu’est devenu Lavaur en termes de déplacements ; depuis 20 ans ce sont bien vos actions qui ont densifié sans réflexion et sans programmes établis une ville sans prendre en compte les besoins de développements raisonnables et mesurés à l’aune de statistiques sincères.
Où sont donc les projets de déploiements des réseaux de fluide ?
Où sont donc ces études de circulation, un temps dessinées et depuis oubliées.

Allons Messieurs les Bernards (Carayon et Lamotte), ne vous contentez pas d’une étude lancée dans l’urgence (avérée) mais vide de sens, soyez imaginatifs et sortez de votre cercle de confort qui consiste à ne rien faire. Ne faites pas parce que des drames se sont noués mais parce que c’est de votre responsabilité.

C’est bien vous qui dites que vous ne pouvez pousser les murs, mais ces murs c’est bien vous qui leur avez permis de pousser n’importe où, sans faire les réserves utiles à l’implantation de liaisons douces.

C’est bien vous qui dites que Lavaur manque de parkings, mais est-ce là le bon item, le bon paramètre à déployer ?
Ne serait-ce pas plutôt que Lavaur a trop de voitures en centre ville ?

Pitié, ne construisez pas notre devenir sur des parkings à tout va !
D’autant qu’en la matière, également, votre vision est périlleuse  : Vous achetez un terrain et ensuite vous faites les études de sécurité et de faisabilité (cf dernière réunion de conseil municipale).

Avec vous, c’est le cultivateur qui traine la charrue qui entraine les bœufs !

Soyez inventifs !

Vous me direz, « nous sommes dans des contraintes », évidemment à faire du grand n’importe quoi pendant deux décennies, des solutions (de bon sens) ont été supprimées.
Mais avez-vous songer à associer les vauréennes et les vauréens à vos réflexions et à vos études ?

MAIS,
Il reste encore bien des possibilités !

prk draTenez, une idée, pour désengorger le centre de la ville – je ne parle évidemment pas de ce stupide autoroute qui ne changera en rien la vie à Lavaur – la création de deux zones multimodales qui accueilleraient des cars, des véhicules légers, une aire de covoiturage, une station de rezopouce, des parkings vélos (loués ou gratuits), une base de rechargement pour véhicules électriques… sur le concept d’un stationnement drainant dans des sites existants à réaménager… Les Mazasses et le reconditionnement de la zone ferrée par exemple.

Alors que l’on ne dise pas qu’à partir de ces points, il ne peut être imaginé des convergences douces et sécurisées !

 

Aie confiance, n’aie pas peur !

Je voudrais tant rassurer Monseigneur, la peur qui lui serre le cœur quand il pense à ses pistes cyclables fantaisies et à sa sécurité abandonnée, ne se justifie pas. Il peut y remédier sans manger son chapeau !

Depuis le 11 octobre que l’accident d’un collégien a sonné le glas de l’indifférence, il n’a pas osé mettre en place de réelles mesures, sans doute la timidité, une fausse pudeur qui lui a interdit de poser des compteurs de trafic routier pour bien cerner le problème.

Ces outils de saisie et d’analyse sont les préalables à toute étude de circulation.

50 jours après, dans le plus grand des secrets, sans informer tous ces concitoyens qui se sont mobiliser pour un vivre en sécurité dans Lavaur, il semble que lors de la réunion du conseil municipal du 5 décembre sera proposé de signer un contrat avec un bureau d’études.

Mais Monseigneur,

AIE CONFIANCE, N’AIE PAS PEUR…

sois pas timide, dis nous ce que tu fais, partage tes ambitions pour une ville moderne et riche en liaisons douces, en pistes cyclables carrossables en toute quiétude.

Associe nous… promis, point de reproches ne te seront faits.

pas endormirEt même si, au fond de notre cœur, nous pensons que tu viens un peu tard t’occuper de l’essentiel : la sécurité des cyclistes, piétons et la modernisation de la ville pour des déplacements économes en empreinte carbone et respectueux des espaces verts, et bien notre bon Messire, une démarche citoyenne et rapide sera portée au crédit de tes bonnes actions car, comme le dit le bon sens populaire « mieux vaut tard que jamais » !

aie pas peurMais si d’aventure tu comptes noyer dans le centre aquatique de tes projets inachevés ou mal ficelés, ceux qui s’imposent aujourd’hui, ils sont si urgents que d’attendre les élections municipales pour les réaliser est tout simplement inimaginable. Aussi, ne te trompes pas d’intentions, nous ne serons pas sensibles à tes doux yeux et à tes lénifiantes déclarations, nous ne sommes pas une opposition qui s’endort, nous serons actifs et pugnaces pour obtenir ce qui nous est dû :

La sécurité

Inquiet ou rassuré ?

Je ne ferai pas durer le suspens…

Très rassuré, certes vigilant, mais extrêmement rassuré !

Le président Macron avait promis « plus une seule personne dans la rue fin 2017 ».

Plus de 200 000 sans abri en cette fin 2019…

Autant dire l’importance qu’il faut attacher aux promesses du Président !

Il nous dit, enfin il dit à deux maires qui n’ont pas saisi l’importance des enjeux écologiques et environnementaux : « l’autoroute Toulouse/Castres… c’est pour 2022 ».

C’est bien la preuve que cette autoroute impasse qui est une insulte au bon sens, qui va mettre en danger l’équilibre de toute une région, mais qui, surtout,

A UNE ALTERNATIVE ÉCONOME ET RÉALISTE

ne sera pas avant bien des mandats présidentiels, c’est mon souhait pour le devenir du Tarn et son développement.

Je me dis, de fil en aiguille, que ce serait bien que les candidats aux élections municipales se prononcent fermement sur des sujets tel que celui-ci et que dès leur élection, ils

promess se tiennent

  • s’engagent à présenter un proposition de résolution condamnant la construction de cette autoroute de la honte et se prononçant pour la mise en chantier du projet alternatif,
  • prennent un arrêté interdisant l’usage des pesticides sur le territoire de la commune et sollicitent l’intercommunalité aux mêmes fins,
  • interdisent sur le territoire les cirques et autres manèges utilisant des animaux pour leur spectacles.

Des mesures immédiates qui ne coûtent pas un denier et qui vont dans le sens de la transition écologique et économique et dans le respect de la vie des êtres sensibles.