Non, les applaudissements n’éloignent pas le virus.

Pas plus, au demeurant, qu’ils ne soulagent les soignants de leurs charges extraordinaires dans des contextes anxiogènes et des environnements d’une extrême dangerosité.

Applaudir les soignants, « encore plus fort » dit Monseigneur le toujours maire de Lavaur, pourquoi, il compte faire fuir l’épidémie, comme les curés de Lavaur qui se sont perchés sur la cathédrale pour bénir une ville.

Pour masquer des indifférences, des calculs politiques, des soumissions aux profits, les gesticulations sont de mise, c’est pathétique et tellement éloigné de ce qui convient.

Demain le virus, covid 19, sera maîtrisé. Il faudra s’armer pour le prochain, en protégeant nos soignants et TOUS CEUX qui ont risqué leur vie pour notre survie. Pas en applaudissant mais en multipliant les postes de soignants, en adaptant leur rémunération (alignement avec les députés qui ne servent pas à grand chose quand le danger est là !), prendre soin de ceux qui ont des métiers de proximité sans qui la vie deviendrait impossible (auxiliaire de vie, déboucheurs, éboueur, livreurs, grande distribution et petits commerces…).

Élaborer des procédures intelligentes, ne pas laisser à des édiles en mal d’imagination des décisions stupides.

Monseigneur interdit les marchés, il interdit, c’est son ADN, d’autres maires ont pris des décisions différentes pour permettre l’approvisionnement raisonné et protégé tout en favorisant la consommation de produits locaux.
Va-t-il supprimer l’arrivée du tour de France dans un même souci de protection, chacun se souvient : « Votre liberté c’est votre sécurité ».
Va-t-il prendre en main les destinées de l’hôpital dans les interstices décisionnels que lui laisse l’ARS ?

appla infEn favorisant les gesticulations au détriment de la concertation et de la réflexion, Monseigneur entame un nouveau mandat comme il a fini le précédent, dans des errances qui n’augurent rien de bien.

Il marque, de façon indiscutable, que la participation des citoyens à la vie de la cité n’est pas dans ses objectifs.
Il restera le décideur solitaire.

Aux deux tiers vide…

Souvent il nous est proposé, dans un optimisme raisonnable, de considérer qu’un verre à moitié vide est… un verre à moitié plein.

Pour les élections municipales à Lavaur, Monseigneur n’a pas ce choix, c’est deux tiers des électeurs qui se sont détournés de ses promesses et de ses efforts de dernières minutes !

Son agitation n’a finalement pas servi son espérance : un score à l’africaine !

Pourtant… Il a mis les bouchées doubles, voire triples !

La curiosité de l’examen des ordres de service depuis un an et/ou des bons de commandes et le rapprochement avec la période de mars 2017 à février 2018 serait un indicateur pertinent du savoir faire du maire en la matière !

Ce sprint est le témoin de l’amour inconditionnel de Monseigneur pour Lavaur, il ne pouvait imaginer une séparation, il a jeté tous ses atouts dans la bataille… peinture, couche de roulement (vite fait) point à temps, yeux doux et démarche citoyenne pour favoriser le vote par correspondance, services et groupies ont été mobilisés.

Pour finalement enregistrer un échec historique :

Même pas 1/3 des électeurs se sont pâmés devant cette candidature.

biere2Ce qui est suffisant pour être à nouveau maire, mais bien insuffisant pour pavoiser, Monseigneur l’a compris et se fait petit, petit.

Il a réussi à écarter le danger d’une liste « sans étiquette » et donc sans financement de parti, mais il n’a pas réussi à endiguer l’élan de ceux et de celles qui veulent pour Lavaur un projet, un avenir…

Alors dans deux ans, la sanction doit tomber et la démocratie triompher dans un verre plein d’espoir d’une transition à réussir.

Journaliste pour ton prochain papier, réfléchis !

Oh, pas beaucoup, juste un petit peu.

Analyste d’un jour, le correspondant de la Dépêche du Midi s’est livré à un mix d’interviews sur la base d’une analyse personnelle des résultats du scrutin des élections municipales de Lavaur.

Nous savons et nous comprenons, pour un journaliste il faut des formules-chocs, des déclarations provocantes.

Et notre pigiste local ne détonne pas.
Voilà donc que pour ces élections, la gauche enregistre une baisse historique :
« La gauche dans la cité vauréenne descend à un score historiquement bas ».

Évident qu’il est bas, très bas !
Il n’y avait pas de liste de gauche, d’ailleurs l’auteur de cet article ne l’ignore pas puisqu’il a identifié : une liste LR, une liste « sans étiquette » et une liste « divers centre ». Ce qui confirme bien que la gauche n’a pas participé à cette élection.

Mais un scoop sur la base d’une désinformation n’est pas du journalisme !
C’est au mieux de l’amateurisme, de l’incompétence, plus grave une volonté d’induire en erreur. Chacun fera sa religion sur le sujet.

N’empêche que quelques corrections orthographiques auraient donné plus de sérieux à cet article, à moins que la faute cache une astuce… confondre le verbe être avec le verbe savoir est d’un curieux singulier.

Revenons à l’analyse bâclée puisque les pourcentages sont bruts sans comparaison avec les élections antérieures.

Le « journaliste » enregistre la victoire avec plus de 60% de voix, mais il obère le vrai chiffre celui qui prend en compte le nombre de voix, c’est à dire les citoyens qui ont voté POUR Carayon. Et  c’est bien là que l’on retrouve le chiffre historiquement bas (il a dû se mélanger les stylos !) :

  • 2008 : 2752

  • 2014 : 3561

  • 2020 : 2428…

Encore faut-il dire que les bulletins nuls ou blancs sont moins nombreux en 2020 que lors des autres scrutins.

Il est inutile de faire des hypothèses sur l’impact des mesures de confinement sur le nombre de votants, personne ne peut s’y essayer raisonnablement, et puis il n’est pas ignoré l’influence du vote par correspondance…

Donc cet effritement de l’électorat LR et RN est réel, marqué.

La présence d’une liste LaREM est marginale et ne sert pas l’analyse, ce qui est marqué et remarquable est la naissance d’une équipe « sans étiquette » qui a su mobiliser en peu de temps plus de 1000 voix et qui reste dans une dynamique de combat citoyen pour donner à Lavaur un vrai avenir.

Cela est la nouveauté dans ce scrutin et…

C’est historique et vertueux, juste donner le temps au temps. Même si, et je le crains, notre planète n’a pas trop de temps à perdre.

La prudence n’est pas courageuse face aux enjeux qui nous attendent, la gestion à la petite semaine de Monseigneur devra être combattue avec force pour faire bouger les lignes car l’avenir de la ville n’est pas écrit dans les engagements et promesses de Carayon.

Une petite parenthèse ? Je peux me permettre ?
Avec ces résultats, c’est un « En Marche » de plus qui va siéger à la CCTA…

Lavaur a choisi !

Les vauréennes et les vauréens se sont prononcés sans ambiguïté,

Ils sont

CONTRE

  • Une gestion financière  saine et transparente,
  • un projet résolument tourné vers la transition démocratique, écologique, économique et sociale,
  • un programme réfléchi et cohérent avec les défis du XXIe siècle,
  • une ville dynamique et attractive, moteur dans son territoire, tournée vers la jeunesse et intergénérationnelle qui rassemble,
  • une équipe sans étiquette politique, 100% citoyenne, responsable, compétente, ouverte.

Ils sont

POUR :

  • Une dette abyssale
  • une gestion municipale sans concertation, des aménagements de façade et une régression de la ville sur la voirie, la sécurité, l’urbanisme, l’environnement,
  • des promesses non tenues ou recyclées
  • un maire absent et ancré dans des habitudes obsolètes qui refuse le débat et la contradiction.

Lavaur a reconduit la municipalité, nous continuons dans le secret du cabinet de Monseigneur. Il a perdu plus de 1000 voix par rapport aux élections municipales de 2014, mais l’honnêteté de l’équipe LavaurCitoyenne et sa volonté d’une vraie démocratie participative n’a pas suffit à 25 ans de flonflons, de gratuits, de fêtes et de sports.

L’avenir est sombre car la transition écologique, économique, énergétique et sociale ne peut attendre 6 ans.

Chacun de son côté va devoir prendre à bras le corps cette transition en agissant individuellement pour la planète.

Demain j’installe des panneaux solaires…, Je trie encore plus, j’achète local…

Des élections qui sonne le glas du commerce de centre-ville, les résultats vont permettre l’installation de l’Hypermarché et tuer nos petits commerçants. Mais de cela il ne faut se plaindre, c’est la volonté de l’électeur. La majorité a décidé, même si cela ne représente que 30% des vauréennes et de vauréens.

Chut…

Le respect du devoir de réserve sur tous les réseaux sociaux

Bien que la communication privée reste possible sur les réseaux sociaux durant cette période, elle apparaît risquée : il existe en effet une probabilité non-négligeable pour qu’une publication initialement privée soit ensuite relayée et rediffusée à une échelle plus vaste.

Dans de telles circonstances, toute publication après minuit, la veille du scrutin, fait courir un risque inutile au candidat et sa campagne. De même, si la page, le profil ou le forum du site Internet du candidat n’est pas désactivée la veille des élections, celui-ci s’expose à ce que des tiers y publient des propos potentiellement assimilables à de la propagande. Le devoir de réserve s’imposant aussi bien au candidat, à son équipe, aux sympathisants qu’aux citoyens, la sensibilisation du public peut s’avérer nécessaire à son respect scrupuleux.

Fake News, pour une dernière manipulation

Pas très inventif notre carayonavirus, cela sent fort la fin de la pandémie qui nous ravage depuis 25 ans.

Voilà qu’il nous sert après des programmes bidons, des actes non réalisés, une campagne de peinture de dernière minute et de bouchage approximatif de nids d’autruche, voilà donc venu  le temps des fausses nouvelles.

S’inscrire dans une lecture fausse du programme de la liste adverse, celle de « LavaurCitoyenne » est une démarche qu’il n’avait pas encore tentée, la démarche de la dernière chance !

Il affirme, péremptoirement, que l’équipe adverse va rendre le stationnement payant, mais l’équipe qui se réclame de la démocratie participative n’a jamais dit cela, elle ne l’a, à ma connaissance, même jamais évoqué.

C’est un mensonge éhonté et qui prouve, encore une fois, que Carayon lit mal le programme des autres, il l’invente, l’imagine… Ou alors il n’a rien compris.
Il ne le lit, finalement, que pour s’approprier les bonnes idées, ce qui ne lui pèse pas, il sait bien qu’il ne les mettra jamais en application.
Cette campagne, il ne nous aura rien épargné. Pourtant un journaliste estimera que la campagne a été apaisée.
Évidemment l’équipe emmenée par Pauline Albouy-Pomponne a beaucoup travaillé, dans la transparence ce qui induit pour les listes adverses une grande facilité pour copier et s’approprier. Elle s’est employée à décliner ses propositions toutes issues d’ateliers participatifs. Elle s’est interdit toute polémique, ce qui a sans doute participé à cette apparence de sérénité qui cache mal les agressions du carayonavirus qui s’agite dans des réflexes de survie.
Reste que la démocratie participative ne se décrète pas, elle se vit et les séides de Carayon savent bien que le conseil municipal n’est pas un lieu de partage et de participation.
Les moutons de Macron, Thénard et Terlier en tête, n’ont du concept qu’une approche théorique, ce sont simplement des mots pour rouler l’électeur dans la farine. Ils ont ramé pour finaliser une liste qui fait la part belle à la famille… N’empêche que la dernière, la toute dernière photo de famille est privée d’un tiers de ses membres…

Ceci dit, pour en revenir à cet ultime soubresaut,  je le trouve personnellement un peu… petit bras… notre Monseigneur !

Il aurait pu inventer mieux, par exemple :

fake news1« LavaurCitoyenne » promet une escadrille de drones pour sanctionner les chiens indélicats, cela a du peps ! C’est moderne, non ? L’idée me plait bien !

D’accord c’est aussi con, mais en période électorale Carayon nous a prouvé qu’il sait repousser les limites du bon sens.

Carayon, j’ai fait un rêve merveilleux…

Carayon, j’ai fait un rêve merveilleux
Carayon, tu avais quitté nos cieux.
Nous avions enfin un demain
Loin de tous tes regards hautains.
Et jamais une cité

N’avait connu de soir plus doré.
Carayon, je pouvais alors me griser
De ta fuite, de ton échec, de not’succès,
Je donnerai tout pour enfin vivre ce jour :
Carayon, ton départ pour toujours.

C’est un rêve qu’il nous appartient de réaliser, il est à portée de main.

Il n’est que de lire les derniers documents que Carayon, avec « Lavaur au Coeur » dépose dans nos boites aux lettres pour mesurer l’inanité de son programme.
Il a voulu personnaliser par quartiers et cela est terriblement révélateur :

Carayon n’a pas de programme d’ensemble,

il n’a pas de volonté globale.

Carayon continue ses mesurettes qui ressemblent à du clientélisme électoral.

L’amateurisme par rapport à la proposition de « LavaurCitoyenne » est flagrant.
Je me demande qui a l’expérience.
Celui qui le prétend et le conteste à l’autre, ou celle qui propose et démontre avec pugnacité et compétence la faisabilité de ses propositions qui sont l’expression des souhaits de nos concitoyens ?
Ce sont deux mondes différents.

L’un Carayon englué dans le passé, ignorant le présent, hypothéquant l’avenir ;
l’autre, l’équipe « Lavaur Citoyenne » ouverte sur la transition énergétique, écologique, soucieuse du social, du vivre ensemble, emmenée avec détermination vers une démocratie participative.

Nous n’avons pas le droit de laisser passer cette chance, le carayonavirus sera vaincu et ne nous laissons pas effrayer par le coronavirus, allons voter pour LavaurCitoyenne avec la certitude du bon choix.

villplusbelle