Hôpital

Janvier 2016 – Supplément d’enquête…

Mais cet « agrandissement » était-il aussi démesuré et somptuaire à la naissance du projet ?

Il faut se rappeler la fin des années 80 et début 1990. L’hôpital était un rien exigu et la courbe démographique prenait une posture franchement haussière. Il était de bonne gestion de repenser la capacité d’accueil de l’hôpital, d’autant que celui-ci accueillait sans concurrence l’ensemble de la population des cantons proches. Un projet d’urgence qui va subir des reprofilage sérieux :  d’abord la clinique de l’Union puis et surtout l’abandon de la chirurgie (mais ça c’est au passif de Carayon). Mais ces reprofilages n’ont en rien entamé la volonté du maire de faire une maternité de « pointe » pour collectivité dont la courbe des naissances chute.

Il va falloir redéfinir les pôles d’activités et cela c’est urgent… réinstaller la chirurgie ?

Janvier 2016

A travers les discours et les vœux de cette nouvelle année 2016, Le maire Carayon, après son terrible revers aux élections régionales qui l’a contraint à abandonner les rangs de l’opposition pour siéger avec les « non inscrits », surfe avec frénésie sur la vague des projets lancés lors des mandatures précédentes en se glorifiant de leurs éclats.

Le temps s’est arrêté au moment de l’idée de la rénovation et de l’agrandissement de la maternité. La rénovation, c’est une sage idée, un projet opportun pour autant qu’il soit cohérent avec le budget de l’hôpital. Le rapport de la chambre régionale des comptes nous éclaire à ce sujet. Mais l’idée d’agrandir n’est guère brillante en ces temps où les chiffres (INSEE, CRC) sont têtus et indiquent la baisse inexorable de la natalité.

Dénoncer cela n’est ni une critique du personnel (dont le dévouement et la compétence sont sans faille et je parle en connaissance de cause que ce soit au sein de la maternité mais aussi dans les autres services), ni une remise en cause de ce qui est la modernisation d’un service. CE QUI EST EN CAUSE est la politique inflationniste du maire dans des projets non maitrisés qui vont conduire à ne pas remplir les chambres de maternité et en conséquence grever les frais de fonctionnement.

Pour des apparences de pouvoir, un maire, qui ne représente plus beaucoup des administrés en se référant sagement aux résultats de la dernière consultation, inaugure à tout va des projets dont la pertinence est remise en cause par le simple bon sens. Je ne suis ni une compétence en matière de « maternité » comme le suggère un adjoint aux travaux (à faire), ni un « pauvre homme » comme l’écrit sur twitter le maire, je suis juste une compétence en matière de gestion, doté d’un solide bon sens. maintenant que je sois un homme pauvre par suite de l’endettement qui serait « contenu » selon l’adjoint aux finances, c’est hélas vrai et c’est bien le cas de tous les vauréens et de toutes les vauréennes.

Il ne faut pas avoir les yeux plus gros que le ventre et les projets plus importants que les finances présentes et à venir, pensons aux dettes que nous laissons à nos enfants pour la satisfaction d’une politique aveugle aux vrais besoins et sourde aux alertes (CRC notamment).

______________________________________________________________

Octobre 2015

Ah, mon bon Carayon comme votre clairvoyance est incontestable !

Vous supprimez le tribunal pour installer la mairie et faire le lit du pouvoir en place, pourtant vos administrés ont soif de justice ! Certes Lavaur est une commune paisible mais la justice de proximité est un élément de gestion sociale incontournable. Vous ne craignez pas d’aller à contre courant, mais dans un autre domaine aussi vos décisions sont surprenantes !

L’hôpital…

Son agrandissement…

Voyons les chiffres d’abord, ils sont sans équivoque …

natalite

La natalité baisse, elle n’a jamais été aussi basse depuis 10 ans ! Et l’hôpital s’agrandit…

Ensuite, parce que c’est aussi un élément de gestion pour un maire éclairé, la politique de la santé et les habitudes des patients sont des indices à prendre en compte.

La politique est clairement de retenir au strict minimum les patients dans des structures hospitalières, et nous vivons contemporainement un désir fort des couples, des futures mamans de mettre au monde dans un cadre plus douillet : chez soi ou en maisons dédiées à cela avec l’assistance d’une sage femme.

Et voilà notre brave maire qui s’est encore fourvoyé aux frais du contribuable !

Que va-t-il faire de ces lits supplémentaires ?

Qu’allons nous faire pour payer ces dépenses inutiles ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s