Autopsie d’un buzz

La Magie de Noël a eu lieu un rien en avance à Lavaur, mais pour être magique elle le fut !

Mais qui remercier ?

Le maire notre inénarrable provocateur ?
ou bien les journalistes et autres médias qui relaient à l’envi les turpitudes de notre édile ?

Le baromètre de l’impact de la proscription de l’utilisation de l’écriture inclusive montre un engouement au départ très ténu, aussi le maire va faire un maximum et les titres se montrent à la hauteur de son ambition d’en faire une affaire d’État !
L’opposition s’est abstenue n’ouvrant pas la voie à quelques perfides allusions de Monseigneur, aussi le voilà remuant les publications locales et autres pour assurer un minimum de publicité à une décision… interne sur le fonctionnement du « Mag » de Lavaur !
Parce c’est de cela dont il s’agit rien que cela : en fait la charte graphique du « Mag » qui se voit érigée en disposition réglementaire, une décision de Monseigneur qui se veut forte et engagée !

FOUTAISE !

La modification est consignée au réglement intérieur,chapitre VI : Supports d’information municipaux et à l’article 28 : Expression de la minorité dans les supports d’information !

Rappelons que le réglement intérieur n’est opposable qu’au conseil !
« Le règlement intérieur constitue une véritable législation interne du conseil municipal. Il s’impose aux membres du conseil, qui doivent respecter les procédures qu’il prévoit : le non-respect de ces règles peut entraîner l’annulation de la délibération du conseil municipal.« 

Quand « Ouest France » titre : Un maire du Tarn interdit l’écriture inclusive dans sa commune et dénonce « un usage loufoque », c’est un abus journalistique, c’est faux, c’est scandaleusement faux, c’est… loufoque dirais-je !
C’est sur la base d’un mensonge éhonté faire un grand coucou à ses électeurs en traitant d’un sujet qui recueille l’accord sur la forme d’une grande majorité de personnes de tous bords et qui n’a que pour seul mérite celui de faire parler de lui !

Quand la Dépêche du midi titre : « Le maire de Lavaur, Bernard Carayon, fait voter une délibération interdisant l’écriture inclusive dans les écrits officiels de la ville », c’est tout autant faux.

Quand « 20 minutes » écrit ; « Le maire de Lavaur proscrit l’écriture inclusive de tous les documents de la ville », c’est également mensonger !

Quand « France bleu » consacre un article « Le maire de Lavaur interdit l’usage de l’écriture inclusive », c’est tout simplement apocryphe !

Que « Valeurs actuelles s’empare de cette dernière publication et lui donne une visibilité plus nationale n’étonne pas.

Le communiqué de presse a eu l’effet attendu, celui d’un non évènement généreusement maquillé pour devenir un motif d’articles locaux et nationaux, le journal d’ici ne fera pas exception pas plus que le journal toulousain et bien d’autres encore !

MAIS,

La directrice de la publication peut définir dans la charte l’emploi de telle ou telle expression. C’est de la forme, c’est de sa responsabilité ! Elle n’a pas besoin de proscrire, il suffit, le cas échéant de modifier et d’informer le rédacteur de la modification, dans le plus grand respect de la liberté d’expression !!!
Et si les fautes d’orthographe sont bien évidemment à éviter, elles restent la propriété du rédacteur et sauf mention proscrite par la loi, il ne peut être modifié une… expression libre !

Ce que je veux dénoncer ce sont ces journalistes qui font le lit d’un édile sans remettre dans le contexte, sans analyser et qui fournissent, ainsi, des informations fausses pour satisfaire les besoins de paraître d’un élu en mal de légitimité ou en recherche d’audience, qui n’hésite pas à dénoncer l’usage des anglicismes et d’en utiliser : « woke ».
Car ce crime de lèse-vérité profite à Carayon. Et au moins il n’aura pas eu à avoir de vraies actions à mener, de vraies prospectives à dessiner, une vraie philosophie du devenir à partager, il a surfé sur la vague d’un point médian pour faire parler de lui !

En ces temps de la Covid19, du changement climatique, des dénis de respect de l’environnement, des multitudes projets mortifères (autoroute, terra2), de mise en danger de la santé de la population (les vergers de Fontorbe), d’indigence de gestion d’une commune (voir recommandations de la CRC: https://vigilancevaureenne.com/2021/12/04/le-cancer-qui-ronge-la-gestion-de-lavaur-denonce-par-la-crc/), de mépris des obligations de faire (PLU en gestation, plans non approuvés mais début d’exécution de ce qui sera peut-être voté), les sujets à aborder sont nombreux et sérieux… Alors quelle mouche pique ces journalistes dans leur croisade au côté d’un maire qui préfère la lumière, les éclats, aux ténèbres du travail pertinent pour l’avenir ses administrés ?


NB :

1 – pour ceux qui l’ignore, je n’adhère en aucune façon à l’usage de l’écriture inclusive dans son emploi du point médian et du iel. Pour les autres dispositions comme la féminisation des noms de métiers, de fonctions, c’est incontestablement passé dans les usages et c’est une bonne chose !
C’est l’usage qui fait la langue pas les élucubrations d’un édile !

2- -pour ceux qui ne se sont pas encore penchés sur l’écriture inclusive, je vous propose cet article :https://education.toutcomment.com/article/ecriture-inclusive-definition-regles-et-exemples-14472.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s