Plan pourri, le devenir des « bonnes idées »

Sans contrainte est la tribune libre, c’est du moins c’est que je crois, aussi je crois à ce qui est écrit.

Pour « Lavaur au cœur », c’est d’autant plus facile que c’est un remake de ce qui est annoncé depuis moult campagnes électorales. En effet rien de neuf sous le soleil blafard de la dictature de Carayon V, rien que des actions prévues et qui s’éternisent. Bien sûr des actions sans lien entre elles, bien évidemment des actions estimées urgentes au détour d’un drame et aujourd’hui pendantes au gré des opportunités électorales.
Ils refont les rues, ils appellent cela embellir ! Pour un peu et pour certains, l’émerveillement serait de mise ! L’école maternelle on en parle depuis des lustres, il est bien temps qu’elle se termine ! Un cinéma à 3 salles mais c’est ce qui avait été promis et déclaré dans les « tuyaux » il y a plus d’un an et même subventionné ! Les tuyaux devaient bien bouchés.
C’est de la politique politicienne, rien de bien exceptionnel, c’est la politique du monde d’hier qui s’accroche à des process, ces process qui conduisent dans le mur du déchainement des modifications climatiques bientôt irréversibles.

Il y a bien « Lavaur Autrement »… mais voilà une formation qui, au moins, a l’honnêteté de ne pas faire semblant ! Elle est à l’unisson des carayoneries, mais elle le reconnait : nous saluons, reconnaissons les transformations de la ville grâce aux majorités successives et au maire ! Que n’a-t-elle pas fait liste commune ! D’autant qu’elle salue (oui, c’est un liste de salutations !), le travail, la volonté des adjoints. Bien mûre pour une liste LREM/LR/RN pour les prochaines municipales !

Reste le « groupe Lavaur Citoyenne » qui a réussi l’exploit de passer à côté de toutes ses promesses et qui manie avec dextérité l’ambiguïté.
Et c’est cela le scandale, c’est l’utilisation à outrance des méthodes dénoncées. Ils participent, bon mettons, mais ils ne partagent pas, ou alors en catimini dans un cercle très très fermé. Ils s’inscrivent, pour tenter d’exister dans des groupes, collectifs, associations déjà existantes et qui ont un riche passé de travail, picorant ici et là quelques idées tout comme le fait notre coucou de maire.
Le résultant est pitoyable. Incapable de promouvoir une vraie politique de devenir, de porter des projets, ils égrènent au hasard de leurs rencontres des thèmes, des projets sans en donner, (pire !) sans en mesurer la portée.
La tribune libre traduit bien cet affolement, ce besoin de proposer à tout va, mais cela ne repose sur aucun travail et montre une incapacité à construire :

Pour illustrer mon propos, reprenons donc les « propositions » :

Un schéma de mobilité douces traversant la ville… Ils ont des idées brillantes et nouvelles, mais les brillantes ne sont pas nouvelles et les nouvelles ne sont pas brillantes nous dirait Marcel Achard. Et c’est bien le cas des mobilités douces déclinées depuis bien des années. Certes, cela finira bien par arriver, mais j’espère qu’ils ne pousseront pas la malhonnêteté jusqu’à s’en attribuer quelque mérite !

La réduction de la vitesse des véhicules dans le centre-ville et jusqu’au collège (tout Lavaur en quelque sorte !). C’est bien ce qu’a esquissé la majorité Carayon IV, et tout laisse penser que Carayon V n’y voit pas de problème, idée brillante ? Pas nouvelle !

Une réserve foncière au niveau de la gare pour connecter les modes de transport… L’idée d’une plate-forme intermodale est, elle aussi ancienne, mais basée non pas sur la création d’une réserve foncière mais sur des négociations pour transformer les friches ferroviaires en zone d’échanges.

Des réserves foncières pour deux axes de délestages des poids lourds en centre-ville… Donc « Lavaur Citoyenne » développe le concept d’un contournement du centre ville, c’est une idée pas nouvelle du tout, mais qui a vécu. Et puis… réserve foncière, sous quelle procédure inscrite dans le PLU ? Terrains gelés, exportation, préemption ? Le monde de demain, c’est la maitrise des sols, c’est la réduction drastique du bétonnage, du bitumage, pas la création de nouvelles zones asphyxiées par un transport qui s’il se révèle insupportable doit être supprimé, du moins pendant les zones où il est inacceptable. L’idée ne serait pas nouvelle mais, interdire le centre-ville aux poids lourds, à certaines heures de la journée serait suffisant et à mettre en synergie avec la réhabilitation des voies ferrées dans le cadre de la zone intermodale mixte avec l’aide de la région et du département. Ce qui aurait plus de gueule que cette autoroute stupide et anachronique.

La création de zones artisanat (Sagne-Mazasse), je crois bien avoir lu cela dans les programmes de Carayon, mais quel artisanat, existe-t-il, dans quelles conditions. Parce que déverser des projets sans en soutenir la viabilité, c’est facile surtout quand on a pas son mot à dire et que suivre la majorité est bien la seule action vouée à perdurer.

Le réinvestissement du commerce du centre-ville et la préservation des entrées de ville… Doit-on comprendre que l’implantation d’une grande surface route de Gaillac est bannie ?

Une cartographie des secteurs à équiper en photovoltaïque, une idée brillante mais quelles sont les propositions au sein des commissions ? Tout bâtiment public équipé et autonome ? Juste les nouveaux ?

Joyeuse hypocrisie… Limitation des zones de conflits… Pourquoi limiter… supprimer par le biais de nouvelles politiques agricoles, avec l’interdiction d’épandage de produits non bio, par grand vent comme aujourd’hui ou même sans vent.

Pour le logement… la bouteille à l’encre, qu’est-ce qu’un logement de taille intermédiaire ? Mystère, une appellation non reconnue pour identifier une proposition qui ne repose pas sur des études sociales, démographiques et de prospections environnementales. Et puis rappelons que le logement n’est pas un sujet en soi, le sujet est bien la vie sociale et le logement n’en est qu’un aspect qui ne peut écarter, sous l’excuse que l’on a un toit, toute communication, toute vie au delà du cercle familial. Aussi l’intermédiaire en terme de taille n’a pas de sens sauf à considérer que le logement doit avoir une typologie réglementée.

Donc à se pencher sur le texte de « Lavaur Citoyenne » leurs propositions concernent les points ci-dessus, mais si ces points sont énumérés, les propositions, LEURS PROPOSITIONS, sont absentes du propos et c’était là l’essentiel.

Les bonnes idées ne sont que plan pourri parce qu’indifférent à l’évolution du monde et aveugle à la nécessaire transition sociale, écologique et environnementale qui devrait être le fil rouge des actions et des propositions.

Finalement à Lavaur il y a la majorité et deux groupes de moutons bêlant à n’en plus pouvoir derrière un maire qui doit bien rigoler !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s