Carayon imposteur, selon… Carayon !

Comme un leitmotiv inusable, Sa Suffisance répète que pour être un bon maire, pour être une équipe diligente et pertinente, il faut avoir de l’expérience et bien évidemment être du cru et y vivre.

Et que donc l’équipe Albouy-Pomponne est incapable de prendre les rênes de la ville.

Baliverne !

Ou alors, il est un imposteur !
En 1995, il n’était pas du cru, il ne vivait pas à Lavaur. Il n’est toujours pas du cru et il ne vit pratiquement jamais à Lavaur !

Donc il est incapable de gérer la ville dont il est le maire.
Cela se vérifie année après année, le chiffre de la dette suffit à apporter une douloureuse confirmation.

Il a été et reste incapable de gérer la ville. 25 ans pour signer un record : seconde ville la plus endettée du Tarn si on prend en compte les emprunts de dernière minute qui se remboursent dans l’année budgétaire.

Monseigneur de Lavaur est bien un recordman, mais ses records, les citoyens n’en veulent plus.

Il faut, selon Carayon lui-même, des vauréens et une équipe compétente pour diriger la ville. Il n’est pas vauréen, il est secondé par des saltimbanques pour une grande majorité.

L’équipe emmenée par Pauline Albouy-Pomponne réunit les critères : compétence, implantation, vit intramuros, volonté de conduire la commune vers le XXIè siècle.

Il n’est pas encore trop tard pour rejoindre cette volonté de gestion moderne et riche en indicateurs démocratiques, mais il faut vite chasser celui qui se considère comme un imposteur, donnons lui raison et rétablissons une gouvernance ouverte, participative et sincère.

imposteurCelui qui se cache derrière des bilans approximatifs et mensongers, celui qui fait du « point à temps » juste au moment d’élections et ne maitrise pas les techniques d’application, celui qui ment effrontément pour masquer ses impérities, celui qui a entrainé Lavaur dans une spirale de « toujours plus sans mettre les moyens », celui qui joue avec les mots au lieu de mettre en place des solutions consensuelles, ne mérite pas nos votes ce dimanche 15 mars.

Sonnons le glas des fastes d’un seigneur parisien qui gère en père de famille inconséquent, dont l’histoire ne retiendra que son hold up d’une commune qui était gérée par un maire soucieux de l’état de son endettement. Il n’avait pu réaliser toutes ses promesses mais avait laissé un héritage financier vertueux.
Carayon n’a tenu aucune de ses promesses structurantes et il laisse une dette abyssale.

Alors il n’y a pas de place pour une hésitation, Carayon partira sans que l’on puisse avoir le moindre regret… Ah, si un… qu’il ne soit pas parti plus tôt !

Une réflexion au sujet de « Carayon imposteur, selon… Carayon ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s