Carayonavirus 95

Ah ! terrible virus qui s’est attaqué à Lavaur en 1995.

Depuis point de répit…

Tous les 6 ans, un cycle pourrait-on dire au terme duquel le germe affaibli par une activité débridée semble devoir être éradiqué. Las, il n’en est rien et tel le phénix, il renaît des attaques mortelles qu’il a livré à bien des organes de la vie de Lavaur.

Il s’attaque principalement à l’organe le plus sensible, le cœur de Lavaur, ses finances et en 25 ans il a su en rendre tragique son état, désespéré devrais-je dire !

C’est un virus sournois, il a l’apparence de la bonne santé, il semble donner bonne mine, les symptômes sont discrets, voire imperceptibles.

Mais pourtant il n’épargne rien.

Tenez, la circulation qui devrait être fluide et régulière est devenue saccadée, dangereuse avec des risques potentiels d’hémorragies pouvant dans des cas de moins en moins exceptionnels entrainer la mort.

Les poumons verts sont atteints par ce virus qui les tuent sans discernement.

Les yeux eux-mêmes sont victimes d’une cécité qui, cette année, a duré un an ! La lueur retrouvée est faible et si le virus reprend force, il est à craindre une cécité définitive.

Bourgeonnent au delà de la structure, des excroissances qui mettent en péril mortel l’ensemble des fonctions vitales, c’est la propagation des STECAL et autre Hyper.

Sur la totalité de Lavaur ont fleuri des yeux que le virus a développé en donnant une apparence de sécurité.

De nombreuses LED font du tissu urbain un sapin de Noël qui pollue irrémédiablement l’environnement d’un malade qui ne sais plus à quel saint se vouer pour retrouver la santé.

Aujourd’hui, la médecine ne s’embarrasse pas de paraphrases pour désigner un état, une pathologie, soyons donc nous aussi lucide.

Le cas est désespéré, pas de vaccin. Et l’état léthargique de Lavaur ne milite pas pour une victoire sur ce Carayonavirus.

Il n’y a pas de vaccin mais il semble bien qu’un protocole soit disponible. Certes ne nous faisons pas d’illusions, la guérison sera longue, elle est possible.

Il faut administrer régulièrement de bonnes doses de concertation et de communication.
C’est la base d’un traitement qui privilégie une écoute attentive de la malade.
Pour ce qui est de rétablir la circulation quelques pontages devraient fluidifier l’ensemble, il faudra simplement prendre en compte la totalité de l’intervention pour ne pas ponter à tort et à travers et créer des caillots néfastes.

L’atteinte aux poumons verts peut être réversible s’il est procédé à des greffes, mais cela devient urgent.

Les excroissances dangereuses pourront être résorbées par des infiltrations massives de synergies et de coopérations au cœur même de Lavaur.

Quelques crèmes appliquées sur les LED sauront gérer leur intensité.

Rien de bien compliqué, un traitement long,  le virus se propage depuis 25 ans, mais qui se révélera efficace pour autant que l’on soit attentif aux modalités d’administration.

carayonvirus
Ce serait une nouvelle naissance pour Lavaur.

Nous l’avons bien compris la réussite nécessite l’adhésion franche et sincère de la parturiente, mais nous la devinons volontaire et prête au combat !

Le nom de cette thérapie qui n’est pas miraculeuse, elle est simplement vertueuse et de bon sens ?

« LavaurCitoyenne »

Ne nous privons pas de cette chance, et commençons dès le 15 mars le traitement afin que ce Carayonavirus ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s