Il ne sait plus ce qu’il dit, mais il sait bien ce qu’il ne dit pas…

Il ne sait plus où il va, il a perdu le sens de ses déclarations notre bon maire.

C’est flagrant, à force de répondre à l’instinct, il se fourvoie lamentablement. J’en aurais presque pitié.

A l’approche du 15 mars, il vient de prendre conscience que le PLU sera la pierre angulaire de l’élection, aussi il ne peut éluder le sujet et il nous confie, après une année de silence coupable :

« Le Plan local d’urbanisme (PLU) : aujourd’hui conditionné à 95% par les directives de l’Etat, la marge de manœuvre de la Ville est donc extrêmement réduite. Nous apporterons donc des modifications au projet de PLU afin de tenir compte des avis exprimés, comme la révision à la baisse, à notre demande appuyée, du projet de déplacement d’une grande surface route de Gaillac : reprise des études complémentaires et nouvelle consultation pour le choix d’un bureau d’étude ; nouveau projet qui sera soumis à la consultation des personnes publiques associées ; enquête publique complémentaire ».

C’est un peu bébête non ?

Parce qu’il lui va falloir choisir son propos…

Ou bien l’État conditionne 95 % du PLU et alors, la marge de manœuvre est de 5 % et ces 5 % correspondraient à : reprise des études complémentaires et nouvelle consultation pour le choix d’un bureau d’étude ; nouveau projet qui sera soumis à la consultation des personnes publiques associées ; enquête publique complémentaire, ce qui fait un marteau pour écraser une mouche, ou bien c’est une erreur (vous pouvez lire mensonge politique) et il est urgent de redresser le propos !
D’ailleurs nous pouvons nous interroger sur le fait qu’il n’ait pas dans la mouture initiale  tenu compte des avis exprimés si ceux-ci sont des directives incontournables ?
Ce n’est plus de l’indigence, c’est de l’incompétence.
Elles n’ont pas été suivies ce qui confirme bien l’insigne amateurisme du PLU dénoncée en son temps par la « Dame du PLU ».

Cela devient un imbroglio son feuilleton à Monseigneur !

Il a surfé sur des mensonges, il s’est abrité derrière ses services, son service de l’urbanisme pour expliquer, affirmer des sottises !

Il n’est pas oublié que ce service avait affirmé en réunion du conseil que le dossier numérique était complet, faux il manquait un document essentiel, ce qui avait conduit à une prolongation du délai d’enquête !

C’est encore après que ce service ait « recompté » les observations que Carayon a déclaré en réunion du conseil qu’il n’y avait que 166 personnes ayant déposé une observation (au lieu des plus de 1000 réelles), et encore que cela était en majorité pour des raison personnelles.
Mais aujourd’hui il refait ce qu’il a mal fait, propose une nouvelle enquête, en un mot signe à l’encre rouge de la honte qui devrait envahir son front, l’inanité de son projet.

fil blancLe nouveau projet sera-t-il un vrai projet ou servira-t-il de faire valoir à une nouvelle péripétie réglementaire au service de je me demande bien qui mais certainement pas du vauréen ou de la vauréenne.

Demain nous tirerons ce fil blanc !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s