Un homme du passé, complètement dépassé

Le monde entier est un théâtre. Et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. (W.S).

Au plan local, mon opinion est que cela se vérifie.

Au théâtre de guignol, Monseigneur ne fait pas de la figuration. Il use de tous les stratagèmes pour attirer l’attention et, le cas échéant, dénigrer ses adversaires.

Le temps a passé, les valeurs ont évolué, mais Carayon est resté dans des postures qui n’ont plus de place dans notre monde en transition.

Reprendre à son compte une comparaison légumière pour qualifier une liste aurait pu constituer un trait d’humour intéressant, mais cette comparaison date, c’est du recyclé du temps de Chirac.

La comparaison avec une pastèque était une image pour qualifier les « verts » venus de la gauche… dure.
Une comparaison pour agiter le chiffon « rouge » du bolchévisme, une comparaison pour tenter d’apeurer ceux qui seraient enclins à voter pour un mouvement de plus en plus présent et porté par une conjoncture énergétique et écologique traduisant l’urgence à réagir mais mettant en exergue le passéisme des mouvements politiques traditionnels.

Et Monseigneur dans sa fougue de déstabiliser son adversaire a versé dans le plat réchauffé.
Ceci étant la comparaison est plutôt flatteuse car la pastèque est riche en antioxydants, en vitamine C, B1, B6 et vitamine A ; en outre la pastèque est faible en matières grasses et ne contient pas de cholestérol. Elle contient de nombreux éléments intéressants d’un point de vue nutritionnel, comme la citrulline, qui sert à synthétiser un autre acide aminé capital dans l’organisme, l’arginine, celle-ci jouant un rôle clé dans la division cellulaire, la cicatrisation et l’élimination de l’ammoniaque.

pastaeque cara caleReconnaître autant de qualités chez un adversaire serait d’un fair play tout à fait extraordinaire, hélas… je pense que, là encore, Monseigneur n’a pas vu plus loin que le bout de son ambition et a privilégié le « bon mot » au détriment d’un débat ouvert et sincère.
Je prévois qu’il va avoir une indigestion, le pôvre, s’il n’adopte pas enfin une posture politique respectueuse, soucieuse d’échanges sincères.
C’est effectivement plus facile de tailler des haies et de faire abattre des arbres que de construire des programmes réalistes, respectueux de l’environnement..

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s