Quand un commis voyageur se prend pour un inventeur !

Une mission qu’il a au cœur ! Celle de commis voyageur !

Il traverse les événements en s’appropriant les recherches, les études des autres pour finalement tenter de recueillir les fruits des arbres qui ont été plantés et choyés par d’autres.

Ainsi va la centrale hydroélectrique de Fontenau.

Mais à qui donc doit-on  cette volonté d’une centrale hydroélectrique conséquente.

Pas à Carayon, il est venu après que des projets aient été menés et repoussés pour diverses raisons plus ou moins avouables, mais en ces temps d’élections tout est à dire !

Il n’est pas juste de porter au crédit de Carayon ce qui appartient à ses prédécesseurs.

Et qu’il s’approprie cela à son crédit avec une mention pour sa démarche écologique est tout simplement une filouterie.

Au début des années 1980 (maire Esparbié), l’idée de l’utilisation de la chute d’Ambres est développée, elle fera long feu, l’insuffisance du débit est un empêchement à la poursuite du projet.

Le maire qui viendra ensuite prend à cœur l’urgence du projet, même si l’écologie n’est pas un moteur électoral en ce temps là, il poursuivra les démarches. Et Pierre Lozar fin des années 1980 et début des années 1990 diligentera des projets différents plus conformes avec les impératifs techniques.

Une retenue au droit de la propriété du « bienfaiteur » P.Fabre, bien que techniquement compatible avec les normes, sera abandonnée. Le « bienfaiteur » s’y opposant pour ne pas avoir à subir les nuisances de l’ouvrage.

Finalement c’est à Fontenau que sera édifié l’ouvrage dont le projet sera porté par ESL Régie Municipale, à autonomie financière et personnalité morale, inscrite au registre du commerce et des sociétés. Le maire Carayon sera celui qui fera le commis voyageur auprès des corps constitués et des instances de protection de l’environnement. Il lui faudra 25 ans pour aboutir.

Il est certes une petite pierre de l’édifice, qui fut tantôt un caillou dans la chaussure de ceux qui « en voulaient » en apportant son arrogance dans un dossier où il fallait de la diplomatie, et tantôt un décideur du fait accompli.

cent hydro C’est bien sûr une réalisation qui va dans le sens de la transition énergétique et écologique,

La photo représente, on ne peut mieux, la réalité de cette réalisation :
Carayon les mains dans les poches !
et notre pitre communal, les mains dans le dos.

A quand les doigts dans le nez !

Pour une centrale hydroélectrique… Pas de vent c’est une lapalissade !

Pas des concepts, évidemment ce n’est pas la tasse de thé de Carayon, les concepts, les projets et les études !

Du concret… Mais du concret qui ne lui doit rien !

Reste que produire c’est bien, écologiquement, c’est encore mieux. Mais la démarche est depuis Carayon orpheline de l’essentiel : la distribution. Il est patent que le réseau est vétuste et nécessite des mises à niveau, mais également, au lieu de ses gargariser sur le « job » fait par les autres, il pourrait, le candidat Carayon avoir une idée pour renforcer, développer le réseau de distribution au lieu de réduire les capacités à construire des terrains au motif d’une desserte électrique inadaptée.

Parlerons-nous aussi des finances d’ESL et de leur usage ?

Reste que porter à son bilan la centrale, c’est quand même un peu gonflé, beaucoup gonflé même !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s