Bernard… l’hermite

Non pas que le rapprochement avec notre Bernard à nous soit universel, je m’en tiendrais à sa propension à investir la maison des autres et la remodeler selon ses besoins.

Et s’il est une maison qu’il aime à squatter ce sont bien les associations, il s’en sert comme le Bernard l’Hermite se sert de l’anémone de mer : une arme !

Il a lancé, il y a bientôt un an, à l’assaut des municipales « Lavaur au Cœur » qui vivote de manifestations sportives coachées à des apéros et autres repas sympas avec des activités pseudos écolos qui consistent à ramasser les déchets des autres. Mais cela ne suffisait pas malgré une charge héroïque en décembre avec le calendrier de l’avent aux 31 jours !

Sur le chemin bien des commerces ont été oublié, pensez donc seulement 31 pubs et encore il fallait penser au coach et autre associée !

Alors notre Bernard a dû investir dans d’autres squats, il n’a pas hésité à déployer son bras (là je m’abstiens de toute comparaison avec le bernard l’hermitte qui sait aussi faire grandir certain de ses attributs pour survivre) le plus loin possible, ratissant tout ce qui peut satisfaire son besoin, la nécessité, de faire croire qu’il fait.

En fait, ce qu’il fait, c’est la distribution de nos sous, c’est nous qui payons à travers des subventions opportunément distribuées, puis il se complait dans les réalisations des autres en s’attribuant tout le mérite.

Mais il n’a aucune légitimité à se prévaloir d’une réussite quand ce sont les autres qui ont œuvré !

Ainsi va les accaparations hôpital et ESL, ainsi vont les fêtes et autres manifestations où il ne fait que discours, accolades et apéros.

Mais cela a ses limites… Lorsque la structure faiblit, notre Bernard ne sait pas redynamiser, porter, donner un élan. Il est passif et se borne à constater l’échec : patinoire, foire économique sont les eux derniers témoins de cet abandon.

Il en est d’autres et un particulièrement qui dénonce bien cette impuissance du maire à faire pour les vauréens en se bornant à récolter les fruits de l’activité des autres mais en se gardant bien de planter les arbres du devenir.

QUESTIONS :

« Pourquoi se targuer de faire quand le citoyen lambda sait bien qui fait quoi ? »

« En quoi faire ce que la loi oblige est méritoire ? »

Morale :

Ce n’est pas parce que c’est pas dans les missions régaliennes que le maire ne doit se préoccuper de l’intérêt général et du bien-être de ses concitoyens.

L’exemple ?

berna lherIl y avait à Lavaur, il y a quelques années (4), une salle de jeux pour petits enfants : le « Macoouna Parc », celui-ci a rencontré des difficultés financières et a dû renoncer à son exploitation. Personne n’est intervenu pour conforter l’entreprise et solidifier la structure, et le Parc a fermé comme le cinéma ! Sans doute une activité pas suffisamment porteuse en termes de voix !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s