Monseigneur fait son show

Lavaur… Conseil municipal du 24 janvier…

Le dernier d’une mandature exécrable et l’occasion pour Monseigneur de passer à la vitesse supérieure de sa campagne.

Il ne va pas faire dans la dentelle, il va asphyxier le conseil et un public venu nombreux pour l’entendre et subir son cinéma.

Pour un peu, on se pincerait en plein conseil pour vérifier que nos oreilles ne nous trahissent pas.

Mais d’abord examinons ce cirque qu’il nous a monté.

Au prix d’une mise en scène à vomir, il va tenter de s’adjuger le mérite de la réouverture du cinéma.
Mais les faits sont contre lui. D’abord s’il a appris par les réseaux sociaux la fermeture du cinéma c’est que c’est un nul, ou alors il est un menteur. Il a été au courant des problèmes de la DSP bien avant que le délégataire ne rende les armes et la toile !

Il  n’a rien fait et, aujourd’hui, j’ai mon opinion que c’est un calcul éhonté pour faire accroire qu’il a été l’homme de la situation au moment où il doit rendre des comptes.

Ses déclarations sur le devenir de cette salle de spectacle montre à l’envi qu’il a navigué à vue pendant plus de neuf mois :

  • D’abord il a dit qu’il ne dirait rien,
  • Puis il a dit qu’il s’en occupait,
  • Ensuite il a promis une ouverture en septembre après des travaux, des travaux qu’il avait détaillé et seule la salle était concernée.

MAIS !!!

Pôvre Monseigneur pour obtenir les subsides qu’il avait sollicité il lui fallait se conformer aux standards en la matière et l’un d’eux est la rentabilité.

Pas de pot ! Vint septembre et un automne où les feuilles sont tombées ainsi que nos espoirs de revoir notre salle ouvrir.

En effet, cette rentabilité est assise sur l’offre que le cinéma propose au CNC notamment. Une salle ce n’est pas le bon format, il faut des complexes, des multi-salles pour éveiller l’intérêt du financeur.

Dont acte, voilà notre maire en projection sur un coup à faire… il le fera, cela nous coûtera, mais ce n’est pas son budget et une élection vaut bien des dépenser nos sous.

Donc, vite fait, mal fait sur un coin de son bureau, il  nous monte un projet – qu’il ne nous montre pas en séance du conseil, et déploie une énergie interventionniste pour valider une mauvaise affaire de reprise de l’entièreté du bâtiment (cinéma et Mylord).

Un vrai numéro d’équilibriste.

equilicaraIl avait dit au printemps qu’il ne céderait rien au délégataire, qu’il obtiendrait les dédommagements dus (200€ par jour).
L’hiver venu il a abandonné ses exigences et qui plus est il a rompu le contrat an versant la somme de 150 000€ au délégataire.
Au fil des saisons Carayon s’est adapté aux circonstances en oubliant le principal… L’ouverture du cinéma.
Je vous passe le détail du chamboulement de l’ordre du jour pour valider un contrôle de légalité dans l’urgence et pour saisir le juge, qui attendait impatiemment derrière sa boite électronique pour prendre sa décision ! Tout cela un vendredi soir.

Ce n’est même plus nous prendre pour des cons, c’est bien au-delà et la langue française n’est pas assez riche pour qualifier les postures de Monseigneur.

Je ne doute pas un instant qu’il va nous servir pendant les quelques semaines qui restent jusqu’à l’élection municipale des numéros de cet acabit.

C’est d’un grand pitoyable…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s