Finir, comme il a commencé !

Souvenons-nous, le début du mandat du maire avait été marqué par un procès en diffamation qu’il avait intenté au « chef de la liste opposée ».

Le docteur Cayla n’avait, en réalité, fait que reproduire un rapport de la Chambre régionale des Comptes qui avait dénoncé une méthode de passation des marchés publics susceptible de générer des recours par suite d’un suivi fantaisiste des règles en la matière. Certes quelques commentaires maladroits avaient permis une interprétation orientée, mais le juge de première instance ne s’était pas fourvoyé et avait blanchi le médecin.

Le maire, avec le financement de la commune, avait jugé bon de faire appel !

Appel rejeté pour les mêmes motivations, une campagne électorale bien ordinaire où chaque camp avait usé de propos pas toujours gracieux !

Mais il est des personnes qui ne savent avoir tort ! Et notre maire, à nos frais avait saisi la Cour de Cassation qui, dans son jugement avait confirmé, dans des termes que j’estime peu flatteurs pour le maire et ses procédés, qu’il n’y avait pas diffamation.

Toute cette agitation a coûté un bras au contribuable et je doute fort que les propos du maire qui a déclaré encore récemment qu’il ne souhaitait pas peser de quelque manière que ce soit sur le budget des familles soit en adéquation avec cette judiciarisation d’une péripétie électorale !
20 000€ c’est pas léger ! 0,5 % de la masse fiscale directe, c’est pas rien surtout quand c’est pour rien !

Et en cette fin de mandat, ne voilà-t-il pas que par gendarmes interposés, il va chercher des noises à ses contradicteurs !

Sans doute est-il vexé de ne pouvoir vérifier les mots de Clémenceau : « car dans la guerre, comme dans la paix, le dernier mot est à ceux qui ne se rendent jamais » qu’il a repris approximativement dans son discours du 11 novembre, il ne s’est pas rendu mais il n’a pas vaincu.

Il serait mieux inspiré de considérer :

« Dans une élection, comme dans l’exercice d’un mandat, le dernier mot est à celui qui tient ses promesses ! »

promes non tenueEt là, le bilan des promesses non tenues (alors qu’elles étaient réalisables) va être un handicap majeur pour celui qui promet plus vite que son ombre et qui tient plus lentement que sa langue. La comparaison de son programme accessible bientôt sur ce webzine va marquer l’écart immense de ce qui nous attendait et de ce que nous n’avons pas eu !

Qui pourra voter pour celui pour qui promettre est une façon de faire ?

Une réflexion au sujet de « Finir, comme il a commencé ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s