PLU, si j’avais eu à étudier les zones urbanisables…

J’aurais fait simple. J’aurais appliqué une règle de droit qui n’aurait en rien bouleversé l’option « dents creuses ».

plu construc

Cette règle de droit est celle qui consiste à ce qu’aucune décision ne puisse porter préjudice rétroactivement. Ainsi pour ceux qui ont bénéficié d’une décision de constructibilité et particulièrement ceux qui ont fait des travaux de viabilisation, les terrains auraient conservés les attributs de constructibilité.

Ce serait simple et efficace et légal.

Pas de violation de l’intérêt général au profit d’une intérêt particulier, juste la continuité des décisions administratives.

Mais cela, c’est de la gestion !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s