L’urgence est démocratique, pas ludique

Du pain et des jeux… Le credo du maire et de ses équipes qui se confinent à l’extrême dans l’accessoire et oublie l’essentiel : la consultation démocratique, celle qui associe pour construire.

C’est avec une constance jamais prise en défaut que Carayon se livre à l’exercice, douloureux pour la démocratie, qui consiste à agir dans l’ombre et le secret le plus absolu.

Il viendra publiquement inaugurer, jouer avec sa cour (jouer de sa cour), animer une récréation communale, trinquer avec les uns et les autres acquis à sa cause sans d’ailleurs plus bien savoir pourquoi, plus par habitude que par conviction, faire de belles envolées lyriques et stériles, se dévouer à la cause de son dieu et y engloutir nos deniers qui seraient tellement mieux employés ailleurs. Cela c’est l’apparence de Carayon.

Mais pour la concertation, pour ce qui est d’associer les citoyens à la vie de la commune, à son développement, à son avenir en harmonie avec les urgences actuelles, il fait preuve d’une volonté affirmée de s’en tenir aux jeux d’ombre et de pénombre. Il préfère les conspirations d’alcôve à des débats ouverts et sincères.

Il refuse le dialogue, fuit la confrontation, évoque de faux arguments mais ne se livre jamais à une analyse sincère.

Le PLU ? Un outil, terriblement efficace pour qui veut entrer avec conviction dans la transition écologique et énergétique, qui a été dévoyé de son objectif primaire, celui de la concertation et de la construction ensemble d’un développement structurellement respectueux de l’environnement.

Il est conscient de cela, à telle enseigne que… c’est en juillet de l’an dernier qu’il a réuni la population (réunion obligatoire), c’est le même mois qu’il a soumis le projet à un conseil municipal qui n’a pas même besoin de lever la main pour montrer son accord et c’est finalement pendant les vacances de Noël qu’il a organisé l’enquête.

democraIl a ignoré superbement les plus de 1000 observations, il temporise la publication du rapport de la commissaire enquêtrice. Face à des demandes légitimes, il oppose une déclinaison oiseuse d’une loi qu’il n’a pas appliquée ou qu’il n’a pas eu besoin d’appliquer car le rapport et les conclusions sont disponibles comme le laisse penser des personnes « bien informées ».

Pense-t-il un seul instant que cela va suffire à endormir ceux qui sont attachés à ce PLU bien tardivement mis à l’enquête, il a tort et s’il faut demander directement à la commissaire enquêtrice son rapport ou la date de transmission au maire, s’il faut mobiliser la population pour obtenir ce qui est dû, cela sera fait.

Et s’il doit être évoquées les élections municipales comme se plaît à le faire le maire quand il sent le vent du boulet, voilà un PLU qui va faire tâche dans son bilan… Pourtant ce ne sera pas faute de l’avoir incité à suivre la voie de la réglementation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s