Le principe est posé…

 

Ils se taisent donc on continue…

Interrogé il y a quelques mois le député Terlier fort de sa suffisante et avec un mépris total de ce qui se passait réellement disait, en faisant le « bilan de son « activité »…

« On a enchaîné les textes de loi… On a voté… C’était la volonté d’Emmanuel Macron…  »

Bon, pas de surprise son allégeance au Président n’était pas une surprise, même si elle est complètement hors sol et dénature sa mission qui est bien de représenter son électorat, de voter les lois et de CONTRÔLER le gouvernement !

Il ajoutait, comme si on ne savait pas lire les sondages :  » (les réformes) on été mises en place, me semble-t-il de manière assez efficace et elles ont été plutôt bien acceptées par les Français » 

60 % de mécontents, vous parlez d’une acceptation ! Et encore c’était en juin aujourd’hui c’est plus de 80 % de mécontents !

Toujours en parlant des réformes, il parlait de la méthode…

 « je crois qu’on a tenu bon et c’est de bon augure pour les réformes à venir ! »

Mais maintenant que la rue hurle au mal être, dénonce une paupérisation galopante, maintenant que la rue recueille les étudiants, les ouvriers, les employés, les médecins, les infirmiers, les ambulanciers, les avocats, les retraités, tous ces citoyens trompés, présurés, malmenés, harcelés, méprisés, il nous dit quoi ce député si souvent absent de l’hémicycle ?

Car l’augure n’est plus le même, tel le corbeau qui pouvait être selon l’époque un bon ou un mauvais présage, aujourd’hui tenir bon est un signe fort de calamités, de manifestations, de blocage du pays et de ses institutions.

Décentralisées, les opérations de séduction vont bon train localement…

D’ailleurs le député Terlier interpellé devant chez lui, accorde un rendez-vous…

Mais il n’a aucune légitimité…Et aucun pouvoir

A la veille de nouvelles vacances parlementaires, il écoutera (ou pas), expliquera l’inexplicable… Puis s’en ira soutenir un gouvernement plutôt que de le contrôler, il se dévouera à la cause macroniste, sourd aux douleurs des administrés, aveugle devant la souffrance de ceux qui travaillent, de ceux qui cherchent du travail et de ceux qui ont travaillé.

combat coqAlors son combat de coqs contre le maire est bien risible. Quand le constat d’une politique tellement semblable ne permet plus de choisir, ce n’est plus de Charybde en Scylla, c’est juste aller de Scylla en Scylla !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s