Sont-ils nuls et sots…

Je suis stupéfait de l’indigence de « l’opposition » au conseil municipal de Lavaur.
Non pas parce que certains se pensent être l’opposition alors qu’il ne s’agit que de contradicteurs fantomatiques, mais plus parce, juristes de formation pour la majorité avocats, ils chargent au lendemain d’un rendu de jugement sans crier gare, sabre au clair.

C’est vraiment stupide et nul, honteux et pitoyable, demander une démission alors que le délai d’appel n’est pas passé et que ipso facto le condamné est encore présumé innocent !

C’est de la politique politicienne dans son expression la plus lamentable.

De mon temps les études juridiques avaient un sens, elles correspondaient à des savoirs, des expériences et des postures, il faut croire que tout cela est révolu.

Il est vrai que lors du conseil municipal du 8 mars 2017, le conseiller Terlier avait suggéré la démission du maire en sa qualité de président du conseil de surveillance, mais ses propos étaient pour le moins confus : il était question du directeur de l’hôpital et aussi du chef de service dans une enceinte qui n’avait pas la compétence pour traiter du sujet.

Il semble que le président du conseil de surveillance, notre Carayon, ait bien saisi l’ARS, ce qui est une procédure qui le dispense de la saisine du procureur en application de l’article 40. Que Carayon et le docteur Saïdi soient « ami et complice », ce n’est un mystère pour personne, mais il ne faut pas détourner ses attaques en faisant feu de tout bois pour emporter un conflit surtout quand à défaut d’avoir raison on fuit la discussion en quittant la réunion. C’est un problème d’éthique.

Mon silence sur le procès Saïdi est légitimé par plusieurs considérations :

  • Lorsque la justice est saisie, il faut attendre sa décision,
  • Quand la condamnation est prononcée, il faut laisser courir le délai d’appel,
  • Quand la souffrance des plaignants est telle qu’aucune contre partie n’est imaginable, que les blessures sont et ne cicatriseront pas sans laisser de marques, il vaut mieux se taire que de jeter de l’huile sur le feu. Le respect est dans la réserve, la justice est passée, respectons maintenant le temps de l’oubli pour les plaignants et le temps du remord pour celui qui a failli à son serment (sauf appel contradictoire).

terlier eolienMaintenant l’opposition réclame la démission de Carayon, soit c’est son crédo, mais il serait bien que l’opposition siège et s’oppose avec des arguments, des constructions, des projets.

A faire les éoliennes, ils récolteront la tempête dans les urnes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s