Punition !

Comme chaque année, Carayon s’est livré – sans grande conviction m’a-t-il semblé – à l’énumération de ses « succès, réussites » pour Lavaur.

Une liste à la Prévert qui mélange ce qui est de la compétence de la commune et ce qui relève du domaine privé (ESL notamment).

Mais, naturellement, il « oublie » ses échecs. Douloureux pour la commune et pour son devenir.

A son actif, nous dit-il, la fameuse cathédrale Saint Alain, ses fumeux et coûteux travaux. On ne peut que déplorer qu’il confonde financement républicain et domaine religieux, et d’autant plus que cette générosité va jusqu’à la restauration de peintures (au détriment des œuvres laïques) et à l’éclairage de ce site privé.

A son actif, bien sûr, les dépenses en flons flons et autres joyeusetés. D’ailleurs il est curieux de faire sponsoriser les vœux du maire, alors qu’il s’agit bien là d’une dépense légitime et de subventionner honteusement la venue d’un artiste en septembre pour les fêtes de Lavaur. Il y a là une confusion des genres.

A son passif, d’abord la remise sine die du plan des circulation dans Lavaur. Il ne peut être raisonnablement espéré que l’autoroute Toulouse / Castres ou l’aménagement de la route, désengorge comme le prétend Carayon, le centre ville. Aussi il était urgent et il devient crucial de gérer ce problème qui prend tout son relief quand des lycéennes sont victimes d’un accident à un carrefour (certes équipé de vidéos protection) dont la signalisation l’aménagement et l’éclairage sont insuffisants. L’éclairement et le dégagement des voies au droit du carrefour aurait permis une visibilité plus large. Mais sans doute est-ce plus « porteur » d’installer des caméras anti-cacas que des réverbères.

A son passif aussi, dans la suite du SCOT, la non approbation du PLU qui fait retourner Lavaur au bon vieux temps du « règlement national d’urbanisme », le RNU qui permet d’envisager ce que le PLU aurait réglementé. C’était une priorité et des crédits ont été consacrés à sa réalisation… Aujourd’hui on en est en mode XXè siècle en matière d’urbanisme.

budgetlavfonctionnementA son passif, une dette qui met Lavaur et les vauréens dans une impasse quant à l’entretien de ses infrastructures notamment.

A son passif… Allons aujourd’hui je ne vais écrire un roman, je reprendrais les points au fur et à mesure des nécessités.

Et je vais imaginer que, puisqu’il le dit, dans 3 ans l’équipe sera enfin renouvelée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s