Retour de vacances…

vue1

J’ai eu l’espoir que le retour de vacances apporterait des satisfactions quant à la situation en France, j’ai imaginé que chacun aurait à cœur de tenir les promesses faites, je me suis dit qu’après avoir autant critiqué Hollande pour sûr, une politique sincère serait menée…

Mais il n’en a rien été, au contraire, de parjures en trahisons la politique de LRem s’est concentrée sur l’aggravation des injustices, sur les parodies d’interventions au parlement.

Le ridicule ne tue pas, heureusement sinon, les allées de l’Assemblée nationale serait jonchée de cadavres !

Les candidats à l’élection législative étaient des milliers, il ne furent que 577 à trouver grâce auprès de sa seigneurie Macron 1er, mais quels sont les critères qui ont convaincus les recruteurs ?

Il est constant que l’incompétence est un indicateur pertinent de ce choix, le manque total de charisme aussi.

L’action est ténue, mais c’est là le moindre mal, car il devient évident que moins ils en font nos godillots, moins les dérives sont importantes. Je comprends bien pourquoi Macron a recours aux ordonnances, que débattre avec ces moutons dociles ?

Encore pourrait-on penser que certains par leurs études et leurs formations se sont montrés un petit peu pertinent, et bien pas du tout.

Sur la loi « confiance en la vie publique », le député de la 3ème du Tarn est intervenu, 4 fois. Il eût été mieux inspiré de s’en abstenir ! Sans doute conforté par ses collaborateurs (sa suppléante Valérie De Gerando et… Julien de Gerando ! Ben quoi il a le droit d’embaucher sa suppléante et sa famille), il a décidé de se fendre d’une anecdote :

https://www.nosdeputes.fr/15/seance/113#inter_65973d95df4d109adde8218d573da725

« Notre collègue Collard disait tout à l’heure que la réserve parlementaire permettait d’apporter de l’aide là où il n’y avait plus d’aide : peut-être mais pas seulement. Vous me permettrez de vous raconter une petite anecdote à ce propos.

Élu député du Tarn, l’une de mes premières visites a été au conseil municipal d’une petite commune rurale de ma circonscription. À mon arrivée dans la salle du conseil j’ai trouvé, posé sur la table, un gros chèque en carton portant la somme de 2 500 euros avec le nom du député sortant, et les membres du conseil m’ont accueilli avec ces mots : « on espère que vous ferez aussi bien ! »

Voilà malheureusement ce qui se passe concrètement dans nos circonscriptions. Mes chers collègues, est-ce cette relation d’argent que nous voulons avoir avec nos concitoyens ? Que vous le vouliez ou non, l’existence de la réserve parlementaire induit nécessairement ce type de pratiques, sans parler de clientélisme.

Par ailleurs, mes chers collègues, pour une association que nous satisfaisons, nous en décevons dix qui nous accusent alors de distribuer l’argent à nos copains. Il faut faire disparaître cette suspicion, en commençant par montrer l’exemple.

En conclusion, mes chers collègues, nous, élus de La République en marche, considérons que le rôle d’un parlementaire ne se définit pas par cette relation d’argent avec nos concitoyens qui crée inévitablement de la suspicion et donc de la défiance à l’égard des députés que nous sommes. Nous voterons la suppression de la réserve parlementaire parce qu’en montrant que nous pouvons renoncer à l’un de nos avantages, nous montrerons l’exemple. Cela est attendu par nos concitoyens. »

 

Il est amusant de constater que notre député pour argumenter la suppression de la réserve parlementaire, il use d’une anecdote, mais c’est un peu comme s’il nous racontait « le petit chaperon rouge » en s’arrêtant juste après que cette pauvre jeune fille vient d’être avalée par le méchant loup, sauf qu’il oublie notre député qu’un gentil chasseur (gentil car il ne tue que pour manger et sauver les imprudentes fillettes et pas pour le plaisir) est intervenu et que le petit chaperon rouge a été sauvée !

Car ce qui met l’eau à la bouche, c’est la fin de l’histoire, la chute comme on dit, le moment on l’on rit ou bien où l’on pleure…

Alors au maire impatient de voir renouveler son chèque, il a répondu quoi ?

« Non, pas du tout, nous allons voter la suppression de la réserve parlementaire et plus rien ne vous sera attribué » ?

D’abord je n’ai pas retrouvé sur la liste des attributions de la députée sortante l’un montant de 2500€ à une commune, mais il est peut-être passé au travers ou j’ai mal lu. Ensuite pour ne pas avoir narré sa réponse, il y a fort à parier qu’il a dû botter en touche !

Décidément comme l’a dit Emmanuelle Ménard lors de cette session : À la fin du XIXe siècle, l’écrivain anarchiste Émile Pouget expliquait qu’élire un député n’était que de la foutaise. Il ne faudrait pas lui donner raison.

Mais en résumé, les associations se voient privées de ces subventions parlementaires, avec la suppression de la taxe d’habitation, voilà qui met sérieusement en danger ceux qui œuvrent bénévolement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s