Ni… Ni…

Sous le sigle « Majorité pour la France », Bernard Carayon entame (officiellement) sa campagne électorale.

Témérité et mauvaise foi vont  être la sauce de son programme. Certes ces termes je ne les ai pas inventé, juste et simplement repris d’un arrêt de Cour de Cassation, classant définitivement le procès en diffamation injustement intenté par Carayon à plusieurs personnes.

Il dit… « il n’y a pas pour moi de trottoir de droite ou de trottoir de gauche »

Alors Carayon marche sur la route ? Il a tort car à Lavaur elle est trop souvent en mauvaise état ou mal réparée ! Et après comment s’étonner qu’il, que nous nous tordions, les chevilles !

Candidat aux législatives, il actionne son résultat aux élections municipales pour légitimer sa démarche ; enfin soyons raisonnables, 70% c’est le pourcentage de votants ! Pas de quoi entonner un cocorico de victoire à venir. De fait souvenons nous : il n’avait même pas réussi à recueillir la moitié des inscrits, alors que l’opposition était livrée à une guerre interne fratricide et que la formation FHaine très proche de sa politique n’avait pas présenté de candidat.

Une certaine humilité serait de mise et propre à une projection réaliste de son programme soutenu semble-t-il par les formations politiques très diversifiées et peu compatibles au final avec ses actions et ses crédos habituels : LR (présidé par un ancien plus jeune député de France !) l’UDI (le fourre tout du centre gauche, de la droite centriste, de certaines tendances écologistes…), le Nouveau Centre, le Parti radical et aussi le CPNT (chasse, pêche, nature et traditions).

Je reviendrai tout naturellement sur cette déclaration, mais retenons le principe très dans l’air du temps, de Mélenchon à Macron : le développement du nombrilisme qui est une maladie entraînant  la France vers des options plus en relation avec l’épanouissement de quelques uns au détriment de tous qu’avec la prise en compte des vrais problèmes de notre société.

Ainsi Carayon nous déclare :caranapoleon

  • J’ai été votre député…
  • J’ai trouvé…
  • J’ai fait voter…
  • J’ai arraché…
  • J’ai eu l’idée…
  • J’ai imposé…

Je vous le concède bien volontiers, ce ne sont pas des termes très professionnels : j’ai trouvé, j’ai eu l’idée ; cela reflète un grand amateurisme, cela fait appel au hasard ! Mais surtout cela marque très clairement le nombrilisme de notre maire, alors est-ce cela que l’on veut à l’assemblée ? des hommes qui « trouvent » qui « arrachent » qui ont « des idées » et pire encore qui imposent ! Où est donc la notion de concertation, d’écoute ?

En fait la vraie raison est que Carayon veut être député, avoir un programme est secondaire, il lui faut quelques moments « Warholien » ses seuls moments où il existe ! Une célébrité fugace, alors que le territoire a besoin de législateurs, d’organisateurs pour demain, pour nos enfants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s