Commentaires sur un communiqué de presse !

methode-carayonAu lendemain du premier tour, Carayon se fendait d’un communiqué de presse, le commenter alors pouvait jeter un trouble sur la campagne d’entre deux tour, je me suis abstenu.

Maintenant vient le temps du commentaire, en attendant son nouveau communiqué…

« Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle ne correspondent pas à ma vision d’une société plus juste, d’un Etat plus fort et d’une Nation rassemblée autour de nos valeurs nationales et républicaines. »

Donc pour Carayon, sa vision de la société est représentée par… les LR (je ne pense pas qu’il évoque Hamon ou Jadot, voire Mélenchon!), dont les candidats étaient des repris de justice ou des surpris par la justice ! Est-ce la garantie d’un État fort ? Est-ce valeur nationale ou républicaine les valeurs de profit et d’ignorance des règles, le manque d’éthique, le mépris des administrés ?

« Mais il faut être pragmatique : quel que soit le Président, les députés élus en juin porteront, si eux le veulent, un projet d’alternance et de réformes fortes. »

Nous notons avec un plaisir non feint le goût de Carayon pour l’alternance ! Ce « pragmatisme est curieux pour celui qui sollicite à perte de vue le mandat de maire !

« Les citoyens, à cette occasion, pourront choisir entre des candidats de proximité. Cette relation avec notre territoire et ses habitants, qu’ils soient ouvriers, paysans, chômeurs, chefs d’entreprise, j’en suis à la fois le témoin et l’acteur. Des petits bonheurs, des grandes peines, le quotidien, tout ce qui nous unit et nous rassemble dans notre merveilleux terroir de France, tout ceci, j’en ai la certitude, pèse plus que des ralliements opportunistes et le jeu des petites phrases. »… Les ralliements opportunistes : Sarko -> Fillon ?, les petites phrases, chiche que Carayon n’en fasse plus !

Mais non, définitivement NON, le député n’est pas en charge de la proximité et, au risque d’être un peu long, il convient de rappeler le rôle qu’est celui d’une députée, d’un député !

Un député est un élu qui, à l’Assemblée nationale, participe au travail législatif et au travail de contrôle du Gouvernement.

  • Il appartient obligatoirement à l’une des huit commissions permanentes de l’Assemblée dont la fonction principale est de préparer le débat qui aura lieu en séance publique et qui aboutira au vote de la loi.
  • Il peut déposer des propositions de loi.
  • En commission, puis en séance publique, il peut proposer, par amendement, des modifications au texte examiné et prendre la parole.
  • En cas de désaccord avec les sénateurs au terme de la « navette » entre les deux chambres, et si la commission mixte paritaire ne parvient pas à un texte commun, les députés peuvent statuer définitivement sur demande du Gouvernement (art. 45 al. 4 de la Constitution).
  • Après le vote d’une loi, un député peut, avec au moins cinquante-neuf autres députés, saisir le Conseil constitutionnel pour qu’il se prononce sur la conformité du texte voté à la Constitution.
  • Au titre du contrôle, le député peut interroger le gouvernement, examiner son action au sein d’une commission, voire, s’il est rapporteur spécial au sein de la commission des finances, contrôler l’emploi de l’argent public.
  • Il peut également, en signant une motion de censure qui sera soumise au vote de l’ensemble des députés, mettre en cause la responsabilité du Gouvernement.

La confusion sur le rôle du député qu’entretient Carayon avec le mandat de député est l’arme qu’il lui reste pour tenter de décrocher une troisième élection à l’assemblée nationale, mais ce n’est que poudre aux yeux, il ne peut se prévaloir d’une hypothétique politique locale fructueuse pour justifier sa candidature.

« Ici, loin des agitations, mais près des réalités, où l’on parle plus souvent d’amour que de haine, l’idée n’est pas de tout casser ou de ne rien changer. L’idée, c’est très naturellement, malgré les difficultés immenses auxquelles nous sommes confrontés, de continuer à bâtir, dans le respect et l’énergie. Oui, je suis porteur des valeurs de la droite et du centre. Oui, comme la majorité des Français, je suis pour l’ordre et l’autorité, le refus du communautarisme, le réalisme et le sérieux financier, l’élimination du totalitarisme islamique. »… mais s’il est pour tout cela comment expliquer qu’il ne le fait pas pour sa commune ????????

Valeurs de la droite et du centre, quel humour celui de Carayon, il est porteur en fait d’une politique plus proche de la droite dite « dure », celle qui installe des vidéos surveillance sans nécessité, celle qui refuse l’accueil des migrants, celle qui ne s’intéresse pas aux problèmes sociaux, celle qui fait semblant à la veille d’élection de se préoccuper des personnes frappées par un handicap, celle qui s’intéresse à elle et ordinairement se sert de la population pour servir ses propres intérêts. Le centre ? La droite ? Au premier tour, ce n’est sûrement pas les valeurs dont Carayon s’est prévalu lors de son choix de Sarkozy puis de Fillon !

« Quel que soit le Président, j’ai toujours été un patriote tarnais, soucieux de défendre les gens, nos emplois, notre culture française : voilà le sens de mon engagement. Aux paroles qui divisent, je préfère les actes qui mobilisent ceux qui n’ont, comme moi, que l’amour de notre terre. »

Aussi, la mobilisation doit se faire autour de ceux qui ont pour valeurs celles défendues par la gauche, cette gauche trop diverse et pourtant si riche de d’idées fortes de renouveau.et non ces bla-bla qui sont autant de tartes à la crème que nous sert Carayon à longueur de mandat.

« Nous devons repartir au combat, gagner les législatives et préparer une cohabitation qui, dans le fond, répond au goût des Français pour un partage démocratique des responsabilités et une volonté d’alternance forte. Je suis convaincu que c’est aujourd’hui la seule voie pour réformer en profondeur le pays dans un esprit de justice. »

Bien sûr nous repartons au combat, contre ceux qui n’ont pour objectif que d’obtenir des mandats au prix de poudre au yeux ; l’alternance, le non cumul voilà qui exclu définitivement la candidature de Carayon, pourtant il sera candidat, bien que, après chaque élection à la députation, son bilan ne lui ait pas permis d’obtenir un second consécutif ; sa seule chance c’est l’oubli de ses actions et inactions, la distribution de quelques subventions n’est pas une politique, aussi se souvenir des raisons qui ont fait qu’il n’a pas été réélu doit être le fil rouge de cette campagne qui va s’ouvrir !

Et rappelons que la cohabitation n’est pas un mode de gouvernement, mais si à travers cela Carayon voit un partage démocratique des responsabilités, qu’il en prenne de la graine pour la commune de Lavaur dont il assure la gestion sans partage et sans écoute.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s