Omerta !

omertaLe mot est lâché : Omerta !

Et c’est bien ce qui semble présider à la gestion de l’hôpital.

Rien n’y fait, notre bon Carayon, replié sur une position de prétendues « voies d’apaisement », fait la sourde oreille au bon sens et a fait obstruction à la loi.

Il a l’obligation de saisir la justice, il ne le fait pas… De la responsabilité qui lui est chère en parole il risque de tomber dans la complicité en laissant le temps passer.

La procrastination  est mauvaise conseillère et le temps ne fera rien pour qu’un problème de personne devienne un problème pour personne.

Souvenons-nous de l’expression de celui qui fût trahi par son parti, et particulièrement par Carayon : « C’est la victoire des intrigants ». » Mais cela n’a qu’un temps, à ignorer ce qui fâche, ce qui gène comme le font si bien ses mentors (Sarkozy puis pour cause de claque à la primaire, Fillon qui est bien empêtré dans des affaires qui mettent en relief le manque d’éthique des élu LR), les affaires prennent de l’ampleur, elles dépassent le cadre local. Carayon se proposait de « remettre à l’endroit tout ce qui a été mis à l’envers depuis 5 ans ! » pour 2017, une année « décisive » , il attend quoi pour remettre à l’endroit aujourd’hui ce qui est à l’envers depuis hier par la faute de son attentisme ; la patate chaude, il va bien falloir l’éplucher et il n’est de meilleure compétence que celle du procureur.

Il nous disait Carayon,

  • « OUI ! Les français sont inquiets et épuisés par tant d’incompétence. »
  • « OUI, les français et les forces vives de la nation veulent que ça change enfin. »

Et bien, Carayon, méditez ceci :

 

  • « OUI ! Les vauréens et vauréennes sont inquiets et épuisés par tant d’incompétence. »
  • « OUI, les vauréens et vauréennes veulent que ça change enfin. »

Le 10 août dernier, il avait le cœur déchiré en annulant la fête foraine, il ne voulait pas tenter le diable (qui au demeurant s’est complètement désintéressé de la fête), le 10 octobre 2016, il nous disait que « Lavaur a la santé publique à cœur », et aujourd’hui il n’a pas à cœur de solutionner le problème d’un médecin de l’hôpital ?

Pourtant : « Le moral, c’est la condition de l’efficacité »…

Alors Carayon, on descend dans la rue,

on lance des pétitions ?

car, Carayon selon vous et vous n’avez eu de cesse que de le marteler :

Votre « responsabilité, votre devoir moral,

c’est de nous protéger « 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s