Coluche

coluchePour faire style Carayon, une obligation !

Il faut user et abuser des citations.

Ne pas s’y soumettre serait faute de communication !

Bien sûr nous ne nous contenterons pas d’approximations,

nous voulons des vraies avec de vrais auteurs et bien coller à la discussion !

Sur l’hôpital, et sur ce que Carayon fit comme allocution, quand il s’est attribué le mérite de la survie de cette institution,

Coluche nous rappelle :…

 » C’est pas compliqué, en politique, il suffit d’avoir une bonne conscience, et pour ça, aussi, il faut une mauvaise mémoire. »

urge  Pourtant, il n’y est pour rien,

sans se rappeler les efforts et les engagements de ses prédécesseurs à la mairie qui avaient la même ambition du maintien de l’hôpital, il est malhonnête de s’attribuer la réussite de la députée Monique Collange.

 

D’ailleurs La Dépêche du Midi relatait dans ses colonnes :

« l’opiniatreté, la pugnacité de cette député pour que vive l’hôpital de Lavaur :

« Bernard Kouchner n’est pas prêt d’oublier le siège de son bureau et les multiples rendez-vous réclamés par l’élue tarnaise à propos de l’hôpital de Lavaur. « On a obtenu une inspection générale, une subvention et l’hôpital a repris sa vitesse de croisière. »

Et pour que la mémoire ne fasse pas défaut, il me parait utile, indispensable de compléter par un extrait de ce même journal :

Le 10 mai 2002, la députée était entendue :

Le centre hospitalier général de Lavaur vient de bénéficier d’une subvention d’Etat de 254.708 € dans le cadre du fonds d’investissement et de modernisation des hôpitaux (FIMHO) 2002. C’est par un courrier daté du mardi 30 avril et adressé à Monique Collange, député de la quatrième circonscription du Tarn, que Bernard Kouchner, l’ex-ministre de la Santé du gouvernement Jospin, informe l’élue de cette décision.

« Vous avez appelé mon attention sur la situation du centre hospitalier de Lavaur qui a présenté un dossier de demande de subvention au titre du programme FIMHO 2002 pour réaliser la restructuration du service des urgences. Nous avons le plaisir de vous informer que dans le cadre du plan de soutien aux établissements du service public qui a permis de majorer de manière très significative le montant du fonds d’investissement pour la modernisation des hôpitaux, ces opérations ont été retenues pour bénéficier d’une subvention d’État à hauteur de 254.708€ », écrit Bernard Kouchner. Le versement de cette subvention passe par l’Agence régionale de l’hospitalisation Midi-Pyrénées.

Bon alors Carayon, le sauveur !!!

Juste la bonne conscience, mais à l’évidence la très mauvaise mémoire !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s