L’hôpital dans la tourmente

« Ma responsabilité, mon devoir moral, c’est de vous protéger »…

cesar-faiIl nous disait aussi, notre bon maire, président du conseil de surveillance de l’hôpital, « en faisant le choix du service public, j’ai fait celui de l’excellence publique ».

Moins de six mois après, des dysfonctionnements majeurs en terme de management et de gestion le contraignent à saisir l’ARS (agence régionale de santé).

Et aujourd’hui d’autres problèmes de gestion médicale le mettent devant cette terrible maxime : »Confiance sans contrôle n’est que connerie ». Cette règle des trois « C », il l’a oubliée au profit de promesses, de déclarations d’autosatisfaction.

Mais dans la réalité, l’hôpital est bien malade. Et ce n’est pas la mariage avec le CHU de Toulouse qui va résoudre des problèmes qui se font jour au gré des situations insupportables !

La Dépêche du Midi rend compte d’une pétition, qui, à tout le moins révèle un mal être du personnel qui semblerait avoir des conséquence sur les patients.

Quel dossier sera ouvert ?  Les finances ?

Ou, s’il faut en croire la DDM des problèmes comportementaux plus graves…

Maintenant si « le moral est la condition de l’efficacité » comme le prétend Carayon, tout est désormais à craindre.

Enfin, Carayon a dû faire le constat de la situation financière, je vous livre un extrait d’un article de la DDM :

«L’hôpital va droit dans le mur en raison d’un déficit énorme et qui va s’amplifier dans les années à venir : 1,230 million d’euros à ce jour pour arriver à un déficit de 1,8 million environ chaque année jusqu’en 2020», affirme la CGT. «Cette situation d’urgence peut conduire clairement vers un plan de redressement imposé par l’ARS qu’elle nomme de manière feutrée façon «bouche en cul de poule» : plan de retour à l’équilibre. La motion a été votée en présence d’Abderrahim Hammou-Kaddour, délégué territorial de l’ARS. Un directeur en maladie et remis en cause, une direction réduite aux acquets en l’absence de DRH et de directeur des services financiers, des difficultés budgétaires : l’hôpital de Lavaur accumule en ce début d’année les difficultés. »

La chambre régionale des comptes ne manquera pas d’enfoncer le clou ! Et qu’importe que notre inénarrable adjoint aux finances de Lavaur, trouvent les conseillers bien peu humbles, leurs constats et jugements seront à pendre en considération !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s